Assemblée de Winden Janguen ADLAM : forte mobilisation à Koundara

6 janvier 2019 à 11 11 51 01511

L’association Winden Janguen ADLAM a démarré les travaux de la 4ème session de son assemblée générale hier, samedi 05 janvier 2019, à Koundara. Prévue pour trois (3) jours (du 5 au 07 janvier), cette rencontre internationale de promotion et de vulgarisation de la langue pulaar, connait la participation de plusieurs délégations venues des différentes préfectures de la Guinée, de plusieurs pays d’Afrique et des Etats-Unis. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le préfet de Koundara, rapporte un envoyé spécial de Guineematin.com dans cette préfecture.

Le Badiar vibre actuellement au rythme de la 4ème session de l’assemblée générale Winden Janguen ADLAM. Des citoyens de la ville, les autorités locales à tous les niveaux ainsi que de nombreux invités venus de plusieurs autres pays, se sont donné rendez-vous ce samedi à la maison des jeunes de Koundara, située dans le quartier Hafia. Tous sont réunis pour promouvoir la langue pulaar à travers l’alphabet ADLAM.

le maire de Koundara, Mamadou Baïlo Diallo

Dans son discours de bienvenue, le maire de Koundara, Mamadou Baïlo Diallo, s’est félicité du choix porté sur sa ville pour abriter cette 4ème session de l’assemblée générale de Winden Janguen ADLAM. Selon lui, cette réunion corrobore bien avec la politique linguistique du gouvernement guinéen. « Cette journée d’aujourd’hui est une journée historique pour Koundara en général et pour la commune urbaine en particulier. Quand nous recevons près de 200 personnes pour la 4ème session d’ADLAM, vraiment nous sommes très heureux et très fiers. Avant la tenue de cette assemblée, l’ADLAM est en train d’être étudiée au niveau de toutes les communes rurales, au niveau même de certains districts ruraux. Et à partir ça, ça va relancer les activités. Et, on va prendre toutes les dispositions pour que tout le pays sache que cette assemblée générale a été tenue au compte d’ADLAM et nous allons chercher à profiter suffisamment de ça. Nous allons faire en sorte que Koundara soit une lumière de cette affaire d’ADLAM en Guinée », a promis l’autorité communale.

Mamadou Tafsir Bah

De son côté, Mamadou Tafsir Bah, président de l’Association Winden Janguen ADLAM en Guinée, a exprimé sa satisfaction quant à la mobilisation qui a caractérisé cette rencontre. Il indique que l’analphabétisme est un phénomène qu’il faut impérativement combattre, et que c’est pourquoi son association s’investit davantage pour apprendre à sa manière l’écriture ADLAM. « ADLAM est une écriture qui est née ici en Guinée. Mais au fur et à mesure qu’ADLAM est en train de se développer, on est en train de trouver des caractères, des sons et des consones qui peuvent transcrire non seulement les langues guinéennes mais aussi les langues africaines et les autres langues du monde. Donc, voilà pourquoi aujourd’hui, ADLAM est en train de rayonner sur l’échelle nationale et internationale de façon vraiment exponentielle. On a commencé ces activités il y a plusieurs années. Mais aujourd’hui, si vous voyez la proportion de l’ADLAM, vous allez constater vraiment que c’est une avancée majeure que nous sommes vraiment en train d’enregistrer avec ADLAM », s’est-t-il réjoui.

Abdoulaye Barry

Abondant dans le même sens, Abdoulaye Barry, un des fondateurs de cette écriture ADLAM, a rappelé que c’est depuis 1989 que lui et son frère ont eu lieu de créer un alphabet pulaar. Cela, pour faciliter la communication entre les communautés peules vivant dans le monde. Aujourd’hui, il se réjouit de l’évolution que cette écriture est en train de connaitre en se diversifiant. « L’ADLAM est un alphabet qui comprend 28 lettres et qui permet d’écrire le pulaar. Il y a six (6) autres lettres qui sont ajoutés aux 28 lettres et qui permet de reproduire tous les sons qui existent en Guinée et en Afrique. Donc, avec ADLM, on peut écrire le Kissien, on peut écrire le soussou, on peut écrire le Kpèlè, on peut écrire le Haoussa du Nigéria, le Ouolof du Sénégal etc. (…) En ce qui concerne l’organisation de cette 4ème session de notre assemblée générale, je suis très content parce que ça a été une grande réussite. La population locale est fortement mobilisée, les autorités se sont impliquées. Nous remercions monsieur le préfet, le maire et toutes autorités locales et religieuses de Koundara ».

Hassane Sanoussy Camara, préfet de Koundara

Enfin, le préfet de Koundara, Hassane Sanoussy Camara, a salué la tenue de cette rencontre dans sa préfecture et a promis de s’impliquer pour aider à la promotion de l’alphabet ADLAM : « Le choix de notre préfecture pour abriter cette 4ème assemblée générale de votre association nous va droit au cœur et nous vous en félicitons vivement. Cette importante rencontre internationale autour du rayonnement de ce précieux outil de communication qui est l’alphabet ADLAM, s’inscrit en droite ligne dans le cadre de la promotion et de la valorisation de nos langues, prônée par le gouvernement de la 3ème République. Nous ferons un appui institutionnel dans le cadre de la promotion et la vulgarisation de l’ADLAM comme toutes autres langues nationales du pays », a promis le numéro un de Koundara.

A noter que cette première journée a été mise à profit par les organisateurs, pour présenter les différentes cultures et modes de la région à travers des défilés, des poèmes et des cantiques.

Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Koundara

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Read More

Grâce présidentielle pour Fatou Badiar : ce qu’en dit un de ses proches rencontré à Koundara

6 janvier 2019 à 10 10 55 01551
Sané Magnina

Le président de la République a gracié, en cette fin d’année 2018, dame Fatou Badiar et Cie. Cette mesure du Chef de l’Etat a été accueillie avec beaucoup de joie par ses proches à Koundara, d’où est originaire madame Fatou Badiar Diallo.

Dans un entretien accordé à l’envoyé spécial de Guineematin.com à Koundara, Sané Magnina, originaire de Saréboïdo (sous-préfecture d’origine de Fatou Badiar Diallo) a exprimé sa gratitude vis-à-vis du président Alpha Condé tout en lui demandant de bien vouloir étendre ce pardon aux autres détenus dans la même affaire : Jean Guilavogui et le Commandant Alpha Oumar Diallo (AOB).

Guineematin.com : récemment, le président de la République a gracié des détenus, parmi lesquels madame Fatou Badiar Diallo. Comment avez-vous accueilli cette nouvelle ?

Sané Magnina

Sané Magnina : c’est venu droit au cœur. Ça a été une joie historique pour moi. Cette sœur qui est presque tante de mes enfants, était une fille d’élite à Koundara. Les vraies pionnières de Koundara en matière de culture, en matière de dignité pour la défense des acquis de ce qui est utile pour le Badiar, qu’on appelle Koundara. Je vous jure, tout y va avec le destin. J’ai eu une fierté sans limite quand j’ai appris à la radio nationale la libération de cette sœur. J’encourage et je félicite le Chef de l’Etat pour ce grand esprit. Parce que, c’est ça le pardon. En fait, le pays ne peut pas a vancer avec la haine. Il faut que les gens se mettent dans la tête que tout peut arriver, tout peut se passer. Mais, si tout le monde garde rancune avec la haine, le pays n’ira pas de l’avant. Moi, j’ai deviné comme quoi, c’était destiné à elle. Et, seul Dieu pouvait me faire croire que je vais revoir ma sœur-là en bonne santé. Je félicite alors le Chef de l’Etat pour la prise de cette décision. C’est gentil, c’est humain et c’est musulman.

Guineematin.com : vous dites que vous connaissez dame Fatou Badiar depuis l’école. Parlez-nous de cette dame, comment elle était avant ?

Sané Magnina : cette dame, depuis le collège on était ensemble. Et, c’est une sœur qui m’a côtoyé comme grand-frère. C’est la 2ère promotion de l’ENI d’Ourouss, dans le Youkounkoun. Elle faisait partie de la 2ème promotion d’Ourouss qui a formé de très bons cadres, de très bons enseignants de l’école primaire. Et celle-là était d’une discipline qu’on ne pouvait pas s’imaginer qu’elle pouvait tomber dans cette situation-là. Elle est très posée, elle parle peu, timide et elle aimait surtout sauver toutes les situations au profil de notre sous-préfecture natale, c’est-à-dire Saréboïdo, dans le Badiar. Fatou, je suis très curieux, je suis même pressé de la voir. A l’heure où je suis, je suis comblé de joie. Parce que, quand vous souffrez avec une personne, vous avez pitié. Le mot pitié vient avec le frottement et la connaissance.

Guineematin.com : dans cette attaque du domicile du Chef de l’Etat, le 19 juillet 2011, vous pensez qu’elle a été accusée à tort ?

Sané Magnina : bon, je n’ai pas approfondi les enquêtes. Parce que nous, nous sommes très restreints, et quand on apprend des nouvelles comme ça, on ne cherche pas à regarder si oui ou non c’est une réalité. Ça, les unités mandatées pour ça, je ne fais pas partie de cette entité.

Guineematin.com : dame Fatou Badiar n’était pas seule dans cette affaire. Elle a été condamnée comme d’autres personnes comme le Commandant AOB et Jean Guilavogui. Mais, ces derniers croupissent toujours en prison. Vous avez une demande à faire au Chef de l’Etat afin qu’il accorde son pardon à ces derniers aussi ?

Sané Magnina : pourquoi pas ? Tout peut arriver à l’être humain. Moi qui vous parle, j’ai un grand frère qui a fait le camp Boiro. Tout simplement, il était allé séjourner au Sénégal. Il écrit, il note pour nous. C’est à la frontière on a saisi cette note. Alors, dès que cette note a été saisie, c’est au crépuscule qu’on est allé le cueillir, nous tous on était indigné. C’est au bout du tunnel qu’on a compris que c’est à travers une note, et au cours du jugement. On l’a gracié comme ça, comme pour dire qu’il y a eu erreur. Moi, je suis fier et je suis convaincu qu’on a un Chef d’Etat qui n’a pas de règlement de compte. Parce que lui-même fut prisonnier. Donc, de la manière dont il continu à libérer les gens, c’est Dieu qui va le payer, pas un être humain. Je l’encourage et je le félicite.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com à Koundara

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Read More

Promo End of Year : Orange Guinée procède à la deuxième remise de cadeaux divers

6 janvier 2019 à 10 10 06 01061

La Société de téléphonie mobile, Orange Guinée, a procédé ce samedi, 5 janvier 2019, à la remise des cadeaux du deuxième tirage de la promo End of Year. Au total, quarante huit (48) clients ont bénéficié de cette remise organisée au carrefour du marché de Bonfi, dans la commune de Matam, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La promo End of Year est une tombola a débuté le 17 décembre dernier et va s’étendre jusqu’au 27 janvier 2019. Durant cette promo, mille gagnants seront tirés au sort chaque semaine.

Pour cette deuxième remise, ils sont au nombre de quarante huit (48) clients de Conakry et de l’intérieur du pays à avoir reçu des lots de cadeaux offerts par le leader de la téléphonie mobile en Guinée : de l’argent, des Smartphones, des tablettes, des écrans plasma, un abonnement sur Canal+…

Mme Baldé Adama Traoré,

Selon la cheffe de produit Marketing chez Orange Guinée, Mme Baldé Adama Traoré, pour doubler les chances il faut recharger par Orange money. « Lorsque le rechargement est fait via Orange Money, ça double les chances du client de participer dans la base de tirage. Par exemple, s’il recharge par E-recharge 5 000 francs guinéens, il a cinq participations au tirage. Mais, si c’est par Orange money il a dix participations ».

Lamine Kéita

Lamine Kéita, étudiant à Boké, fait partie des heureux gagnants de ce samedi. Il a remporté un million de francs guinéens et n’a pas caché sa joie. Selon lui, cette somme d’argent lui sera versé à son compte Orange money chaque mois, pendant 1 an. « J’ai reçu un message qui me disait de recharger cinq mille francs pour que je sois parmi les gagnants. C’est ainsi que J’ai commencé à recharger pour tenter ma chance et, grâce à Dieu, j’ai gagné aujourd’hui. Vraiment, je remercie Orange Guinée. J’ai compris que c’est une société qui apporte du bien aux guinéens. La vie à l’université de Boké, ce n’est pas facile. Mais maintenant, je gagne 1 million chaque mois. Pour l’année, ça me fait 12 millions de FG. Vraiment, merci Orange, vous êtes les meilleurs ».

Mamoudou Barry

Pour sa part, Mamoudou Barry, commerçant à Madina et domicilié à Matoto, a remporté un téléviseur écran plasma 55 pouces. Il invite tous les guinéens à recharger leur compte Orange pour augmenter leur chance de gagner avant de remercier le réseau champion. « J’ai gagné cette télé et je suis très content. J’invite tous les guinéens à jouer à la tombola en rechargeant beaucoup d’unités. Moi par exemple parfois je recharge 20.000, 30.000 ou plus. Vraiment, je dis merci à Orange ».

Pendant les six semaines de la promo End of Year, ce sont six mille (6 000) personnes vont remporter des lots offerts par Orange Guinée. Pour participer à cette promo, c’est simple : il suffit de recharger cinq mille (5 000) francs guinéens via carte de recharge, E-recharge, ou Orange Money.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Read More

Jeune Chambre Conakry Elite : Biro Kanté passe le relais à Lamarana SOW

6 janvier 2019 à 9 09 00 01001

La Jeune Chambre International Conakry Elite (JCI) a à sa tête un nouveau président, en la personne de Mamadou Lamarana Sow. C’est la salle olympique du stade 28 septembre de Conakry qui a servi de cadre à la passation de pouvoir entre lui et le président sortant, Biro Kanté hier, samedi 05 janvier 2019. Les membres de l’organisation étaient fortement mobilisés pour la circonstance, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La Jeune Chambre Internationale Conakry Elite est une organisation locale affiliée à une fédération mondiale de jeunes citoyens actifs dont les âges varient de 18 à 40 ans, présente dans 120 pays à travers le monde. L’organisation a pour objectif de former des jeunes à devenir des responsables, des démocrates et à s’affirmer comme des exemples par des actions dans le monde.

Chaque année, l’Assemblée Générale et les membres de la JCI Conakry Elite se retrouvent pour mettre en place un nouveau bureau exécutif afin de permettre à d’autres jeunes leaders de s’affirmer, comme l’indique un slogan de l’organisation : « un homme, un an, un mandat ».

Le président sortant de l’organisation, Biro Kanté, dans son discours, a souhaité ses meilleurs vœux à toute l’organisation avant de soumettre son bilan 2018 à l’assemblée. « Au début de l’année 2018, j’ai hérité de cette belle organisation qui m’a tout appris depuis 2013. Et durant ce mandant, j’avais beaucoup de défis à relever avec la participation de tous les membres dans le respect et de la considération. Nous avons pu réaliser certains défis. Le défi majeur, était de doter de cette organisation de nouveaux membres, capables d’assurer la survie de cette organisation. Aujourd’hui, c’est une fierté de voir tous ces membres ici qui sont engagés à servir la communauté à travers l’organisation. Nous avons pu réaliser plusieurs projets communautaires, tel que le reboisement de 400 plantes d’hévéa, un projet sur la migration véhiculée ».

Par ailleurs, Biro Kanté a souhaité bon vent à son successeur. « Après tous les défis réalisés, il est temps pour moi de passer le témoin. Mais avant, je m’en vais féliciter le nouveau président, et toute son équipe, qui aura aussi des défis à relever. Mais, ces défis ne peuvent être réalisés que si chacun des membres s’implique de la meilleure manière pour soutenir le nouveau président et son équipe à atteindre ces objectifs. Aujourd’hui, je fais mon tout dernier discours en tant que président de l’organisation. Je quitte la place de président, pour céder la place au nouveau capitaine, pour mieux le servir, comme il m’a tant servi ».

Le président entrant, Mamadou Lamarana Sow, a remercié tous ceux qui ont cru en sa personne et qui n’ont cessé de les accompagner avant de s’engager à se mettre au service de l’organisation pour créer des changements positifs. « C’est pour moi un réel plaisir de prendre la parole en ce jour mémorable, marquant l’assemblée générale introductive de cette prestigieuse organisation. Chaque année, la jeune chambre internationale Conakry Elite à travers ses membres, initie des projets, après avoir identifié et analysé les problèmes de leurs communautés. Ceci, dans le but de contribuer aux conditions de vie de celle-ci en apportant une solution durable… Pour la mandature 2019, nous avons des objectifs et des projets que nous allons réaliser. Il y a le projet de reboisement, qui est déjà à sa cinquième édition cette année ; Il y a un projet qui est à sa première édition ; un projet de conférence qui sera à sa deuxième édition, qui s’inscrit dans le cadre de la sensibilisation contre la migration clandestine. Nous avons des projets de sensibilisation contre les conflits avant et après les élections. Donc, voici un certain nombre de projets que nous avons dans notre plan d’action », a-t-il fait savoir.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: 00224622079359

Read More