La vente de nescafé, connu sous le nom de café noir, et de thé est une activité exercée par de nombreux jeunes dans la capitale guinéenne. Cherchant à survivre dans une conjoncture socio-économique particulièrement compliquée, ces jeunes passent la journée à circuler devant les boutiques et autres lieux de travail, munis d’une charrette, pour vendre leurs produits, a constaté un reporter de Guineematin.

Oumar Sangaré

Cette activité permet à plusieurs compatriotes, notamment des jeunes dont l’âge varie entre 20 et 30 ans, de joindre les deux bouts. Mais, l’augmentation du prix du sucre, des sachets de nescafé, et autres ingrédients, complique davantage la situation. Malgré tout, la vente de café peut rapporter un bénéfice variant entre 30 et 40 mille francs guinéens par jour.

Mamadou Kadia Diallo

Selon Mamadou Kadia Diallo, vendeur de café, rencontré au marché de Taouyah, dans la commune de Ratoma, cette activité lui permet de tirer son épingle du jeu. « A l’heure-là, les temps sont durs. Mais, comme il n’y a pas d’autres activités, je mène cette activité pour m’en sortir. J’ai 4 enfants et c’est dans cette activité que je gagne mes dépenses de famille. Grâce à cette activité, je paye la scolarité de mes enfants et je m’occupe de leur état de santé. Par jour, je peux gagner comme bénéfice 30.000 ou 40.000 FG. Mais, les produits que nous vendons sont chers maintenant, tel que le sucre. Le prix a augmenté jusqu’à 7000 FG le kilogramme. Ça nous coûte cher », a-t-il expliqué.

Souaïbou Bah

Pour sa part, Souaïbou Bah estime que cette activité lui permet de payer son loyer même si les ingrédients sont chers. « Ça ne va pas tellement bien en ce moment. Mais, on se débrouille. Depuis que j’ai commencé à exercer cette activité, je suis devenu indépendant. Je ne demande à personne de me venir en aide. Je paye mon loyer sans problème. Je remercie Dieu. Les ingrédients que nous achetons sont chers. On peut dépenser 100.000 FG dans l’achat des denrées et gagner un bénéfice de 50.000 FG. Avant, les sachets de café étaient vendus à 20.000 FG, maintenant c’est à 35.000 FG. Même le citron qui est produit chez nous ici est cher ».

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : (00224) 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin