Alia Diaby, président démissionnaire de l’INIDH

Après Khalifa Gassama Diaby, qui a quitté le ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, le 14 novembre 2018, c’est le Dr. Alia Diaby qui a démissionné de la présidence de l’institution nationale indépendante des droits de l’Homme (INIDH).

Mais, contrairement à son prédécesseur qui a expédié sa lettre de démission aux médias le même jour, le président démissionnaire de l’INIDH a préféré remettre discrètement sa lettre au ministre conseiller du président de la République chargé des relations avec les institutions, Elhadj Mahamed Lamine Fofana et il est resté plus de dix jours, avant de sortir du pays. Et, depuis deux semaines, cette démission était gardée secrète puisqu’on chercherait à convaincre Alia Diaby à revenir sur sa décision.

Le régime Alpha Condé encore fragilisé

Si l’argument du démissionnaire est la recherche d’un titre de professorat, beaucoup de Guinéens parlent de faibles moyens accordés à cette institution républicaine. Mais, en réalité, c’est le régime Alpha Condé qui voit sa crédibilité s’effriter au moment où les velléités du chef de l’Etat à s’accrocher au pouvoir après son deuxième et dernier mandat ne font plus de doute.

Seulement, il importe de préciser que contrairement au ministre Khalifa Gassama Diaby, le Dr. Alia Diaby n’était pas critique contre le régime Alpha Condé. Il semblait plutôt être un des agents qu’on a placé pour empêcher l’avènement d’un président de cette institution proche du peuple. De l’avis des observateurs, Mamady Kaba, l’ancien et tout premier président de l’institution nationale indépendante des droits humains faisait beaucoup mieux dans la défense des droits humains, faisait beaucoup mieux dans la défense des droits humains en République de Guinée. Monsieur Kaba avait des contacts réguliers avec les médias et l’ensemble des acteurs sociopolitiques de la Guinée Ce qui n’est pas le cas du démissionnaire… 

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin