Trois mois après leur installation, les autorités communales de N’zérékoré ont organisé hier, mardi 29 janvier 2019, la première session budgétaire. Les élus locaux vont pencher sur le budget de l’année 2019 qui s’élève à près de deux milliards de francs guinéens, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est la salle de conférence de la mairie qui a servi de cadre à cette rencontre, présidée par le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, Amara KABA, représentant du préfet de N’zérékoré. Cette rencontre a connu la participation des chefs de quartier, des représentants des jeunes et groupements de femmes ainsi que les partenaires au développement.

Ils sont au nombre de 32 conseillers sur les 41 que compte la commune rurale, qui vont pencher sur le budget de 2019 qui s’élève à 1 milliard 900 millions 460 mille FG.

Moriba Albert Delamou, maire de la commune urbaine de N’zérékoré

D’entrée de jeu, le maire de la commune urbaine N’zérékoré, Moriba Albert Délamou, a décliné l’objectif de cette session budgétaire, tout en énumérant les difficultés que traversent les collectivités locales. « Cette première session ordinaire budgétaire portera sur l’examen du projet de budget 2019. Les collectivités locales traversent certes une période difficile, caractérisée par une crise financière internationale. Mais, en dépit de ces considération, notre commune doit être un havre de paix et un milieu où le citoyen de N’zérékoré doit se sentir en sécurité non seulement sur le plan moral mais aussi sur le plan de la satisfaction de ses besoins primaires », a dit le maire.

Prenant la parole, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, Amara Kaba, a salué cette initiative avant d’inviter les différents conseillers à une synergie d’actions afin de mobiliser les fonds. « L’événement qui nous réunit ici, qui consiste à la tenue de votre première session consacrée à l’examen du budget, vient à point nommé, car la population qui vous a élu attend beaucoup de vous. Un budget, c’est l’expression chiffrée des actions qui a deux parties, en recettes et en dépenses. Une commune, une collectivité ou un État ne vit que des impôts. Et, pour mobiliser ces impôts et ces taxes, il faut la synergie d’actions entre tous les acteurs, les conseillers communaux en premier chef, accompagnés des partenaires, de la société civile, ainsi que les syndicats », a lancé monsieur Kaba.

De N’zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : (00224) 620 16 68 16/666 89 08 77

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin