Dr Oumar Diouhé Bah, pharmacien-biologiste, DG de Biologie Médicale BIOMAR-14

Le pharmacien-biologiste, Dr Oumar Diouhé Bah, directeur général du laboratoire de Biologie Médicale BIOMAR-14, a été récemment distingué par le prix de l’Excellence du personnel de laboratoire, Dr Gabriel Sultan. Décerné par l’ONG La Tabala, ce prix vient sanctionner les efforts fournis et la qualité du service rendu par la direction du laboratoire BIOMAR-14 en faveur des malades.

Dans une interview accordée à un reporter de Guineematin.com hier mardi, 19 mars 2019, le récipiendaire a exprimé sa satisfaction et a promis d’améliorer davantage la qualité du service. Dr Oumar Diouhé Bah a également affiché ses ambitions.

Guineematin.com : vous venez d’être distingué par l’ONG La Tabala, avec le prix de l’Excellence du personnel de laboratoire Dr Gabriel Sultan. Comment avez-vous accueilli cette distinction ?

Docteur Oumar Diouhé Bah : on a accueilli cette nouvelle avec beaucoup de plaisir. Ça a été une fierté, un réconfort que cela vienne d’une ONG locale aussi sérieuse, ça ne fait que nous réconforter. Donc, c’est avec beaucoup de plaisir que nous avons accueilli cette nouvelle-là et on a accepté cette distinction, ce prix.

Guineematin.com : vous êtes le seul laboratoire en Guinée à avoir bénéficié de ce prix. Selon vous qu’est-ce qui a prévalu à ce choix parmi tant d’autres laborantins ?

Docteur Oumar Diouhé Bah : il n’y avait pas que des laboratoires, il y avait des médecins, vous avez des sages-femmes, vous avez des infirmiers. Pour ce qui est du labo, comme vous avez dit tout à l’heure, c’est nous qui avons été choisi. Je pense que les gens nous observent, je ne savais pas qu’on nous observait autant. Mais, on a su qu’on nous observait. C’est vrai qu’on a créé le labo dans des conditions pas souvent faciles.

Mais aujourd’hui, nous avons une reconnaissance au niveau national, même à l’international. Parce qu’on a des médecins de l’étranger qui nous recommandent des patients guinéens. Donc, je pense que c’est sur la base de ce que nous apportons à ce pays, ce que nous apportons à toutes les personnes qui vivent dans ce pays-là, que nous avons été primés.

Guineematin.com : concrètement, qu’est-ce que vous faites dans le domaine du labo ici ?

Docteur Oumar Diouhé Bah : c’est un laboratoire polyvalent qui est très bien équipé et il est vraiment géré par des professionnels. Vous avez des pharmaciens biologistes qui, après leurs études de Pharmacie, à la Faculté de Médecine bien-sûr, ont fait leur spécialité en Biologie médicale. Et, ces pharmaciens ont fait leur preuve ici en Guinée et en dehors de la Guinée et ils ont des CV que je pense être très riches. Vous avez des techniciens, vous avez des biologistes qui sont ici dans ce laboratoire.

Et côté technique, nous avons innové. Parce que, nous avons assez de techniques que nous pratiquons. C’est quand-même le premier laboratoire privé ici en Guinée à pratiquer de telles techniques. On ne va pas peut-être trop rentré dans les détails, parce que c’est trop technique, mais on a assez de nouvelles techniques de référence que nous pratiquons ici.

Guineematin.com : quels sont les types d’appareils que vous utilisez ici surtout que les autres laboratoires n’ont pas ?

Docteur Oumar Diouhé Bah : on ne va pas tout citer, mais je vais vous dire qu’aujourd’hui, BIOMAR-24 est le premier laboratoire privé en Guinée à pouvoir faire le diagnostic d’une infection… par la technique de biologie moléculaire. C’est une technique de PCR, la biologie moléculaire, nous sommes les premiers à le faire. Nous faisons la charge virale du VIH, c’est le premier laboratoire privé à le faire, même si l’Etat subventionne certaines structures publiques.

Et, il y a aussi quelques ONG qui s’en occupent, mais en ce qui concerne le privé, c’est le premier laboratoire privé à le faire. Nous avons d’autres techniques comme celles nous permettant de mettre en évidence le HPV. On est aussi le premier laboratoire à le faire par cette technique de biologie moléculaire. Pour revenir, le HPV c’est un virus qui est responsable dans plus de 80% des cas de cancer de l’utérus. Donc, les cancers chez les femmes.

Donc aujourd’hui, on peut faire le diagnostic par la biologie moléculaire de ce virus-là. Nous avons l’hépatite B. Pour l’hépatite B, nous avons ici l’équipement nous permettant de faire tous les marqueurs, c’est-à-dire tous les examens liés à une infection à l’hépatite B : du dépistage jusqu’à la charge virale. On voit est-ce que le patient doit être traité ? Est-ce qu’il ne doit pas être traité ? Quel est le suivi ? Est-ce que le médicament a un effet ?

Donc, on a ces machines, on a aussi d’autres machines qui nous permettent de faire le diagnostic de la drépanocytose. Donc, ça c’est quelque chose qui est important… Nous n’avons pas mal de machines. On fait le maximum d’examens dans ce pays, cela pour éviter que nos compatriotes continuent à sortir de la Guinée pour aller faire des examens à l’extérieur. Ça, on a des preuves.

Guineematin.com : quels sont vos projets ?

Docteur Oumar Diouhé Bah : notre ambition, c’est de réduire de façon drastique les évacuations sanitaires. Parce que le parent pauvre des hôpitaux aujourd’hui, c’est le laboratoire. Et, si on n’a pas de laboratoires, on ne peut pas parler de diagnostic. Il nous faut un laboratoire fiable qui puisse donner des résultats fiables pour qu’enfin, on ait un traitement adéquat.

Donc, il faut forcement qu’on ait un bon laboratoire avec tous les équipements, avec le personnel qu’il faut. Cela, pour éviter les évacuations sanitaires. Notre ambition est que tous les guinéens aient accès à ce laboratoire, qu’on soit représenté partout en Guinée et pourquoi pas même dans la sous-région parce qu’à mon avis, on a le soutien aujourd’hui de nos compatriotes et des expatriés aussi qui viennent nous demander des services.

A retrouver très prochainement l’intégralité de cet entretien en vidéo

Entretien réalisé par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com