Lenkérin : le calvaire de ces guinéens qui se rendent au Sénégal

Les citoyens guinéens qui se rendent au Sénégal par la voie terrestre éprouvent d’énormes difficultés au niveau du poste frontalier situé côté Sénégal, à Lenkérin. C’est un citoyen de Lélouma qui a alerté Guineematin.com au téléphone sur cet état de fait, ce samedi 04 mai 2019. Selon Amadou Tidjane Diallo, membre de la société civile locale, les tracasseries dont sont victimes les guinéens par les agents sénégalais deviennent de plus en plus insupportables.

« On m’a confié un malade, du nom d’Alpha Oumar Poyé, qui devait être évacué à Dakar. Admis à l’hôpital de Lélouma centre, le médecin traitant nous a suggéré de l’amener à un hôpital plus performant pour faire un scanner, parce qu’il a fait un AVC. On a trouvé les moyens pour l’envoyer à Dakar. On a déplacé un véhicule le samedi 06 avril 2019. Quand nous sommes arrivés à la frontière, du côté du Sénégal, à Lenkérin, on nous a systématiquement refusé la rentrée », a entamé Amadou Tidjane Diallo.

Interrogé sur les raisons d’un tel refus des agents sénégalais, notre interlocuteur évoque un problème de carte d’identité. « Comme il manquait sa carte d’identité, les agents ont exigé à ce qu’on retourne jusqu’à Koundara pour faire un certificat de perte. Pendant ce temps, l’état de santé du malade se détériorait. On est allé à Koundara, on a fait ce certificat pour revenir à Lenkérin.

Ils nous ont dit encore que le malade ne passe pas avec toutes sortes de menaces, en exigeant sa carte d’identité nationale. Finalement, on a appelé à Lélouma où ils ont retrouvé sa carte. Ils ont envoyé la carte d’identité par WathsApp. Les agents ont également refusé ça. On était obligé de chercher à revenir à Conakry », a expliqué Amadou Tidjane Diallo.

Quelles ont été les conséquences d’une telle attitude sur la vie du malade ? Malheureusement, il n’a pas survécu, affirme notre interlocuteur. « Il était très souffrant quand on est arrivé là. Il se tordait de douleur. Il a fini par enlever la sonde à l’aide de laquelle il pissait. On a foncé directement vers Conakry, sur Ignace Deen.

Mais, comme il n’a pas uriné de Lenkérin jusqu’à Conakry, cela a fait que l’ammoniac de l’urine a perforé sa vessie. Ils ont tout fait pour le sauver. Malheureusement, ils n’ont pas pu sauver Alpha Oumar Poyé qui est décédé le 13 avril », a-t-il révelé.

En outre, Amadou Tidjane Diallo accuse les agents sénégalais basés à Lenkérin de corruption. « Les guinéens qui passent par là forment une file sur plus de 500 mètres. Ceux qui n’ont pas cartes d’identité payent 2000 francs CFA. Les autres qui ne disposent pas de carte de vaccination donnent 1000 francs CFA pour passer. C’est un calvaire que les guinéens connaissent là-bas », accuse-t-il.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. 628 17 99 17

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS