La promotion du dialogue et la concertation dans les communautés préoccupent de nombreux acteurs de la vie nationale. C’est dans ce cadre que l’ONG Protégeons les Droits Humains (PDH) continue son offensive à Conakry à travers son projet « Asseyons-nous et discutons ».

La démarche s’inscrit dans le cadre de la promotion du dialogue et la concertation à travers les mécanismes traditionnels de prévention et de résolution des conflits. Un atelier de capitalisation du volet communautaire dudit projet a pris fin ce vendredi, 17 mai 2019, à la maison des jeunes de Ratoma, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cet atelier de capitalisation de deux jours visait à faire le point sur les activités réalisées par le projet dans 16 quartiers des 5 communes de Conakry. Après les champions de la paix pour hier, c’est les pairs éducateurs qui se sont concertés ce vendredi au compte du projet « Asseyons-nous et discutons », financé par Open Society Initiative for West Africa (OSIWA).

La rencontre a regroupé 160 jeunes, appelés « pairs éducateurs », venus de différents quartiers de Conakry. Ils ont fait des témoignages sur les actions menées par rapport aux conflits et autres différends qui surviennent dans leurs quartiers depuis le lancement du projet en août 2018. Ils ont saisi l’occasion pour formuler des recommandations.

Ibrahima Diallo

Le président de l’ONG Protégeons les Droits Humains a souligné l’importance de cette rencontre. Selon Ibrahima Diallo, « ces pairs éducateurs, il était important pour nous de les regrouper ici, de tenir cette rencontre de capitalisation d’expérience des activités déjà menées pour qu’on puisse se projeter sur les prochaines activités, pour faire le point sur ce qui a marché et ce qui n’a pas marché. C’est pourquoi ces jeunes se retrouvent ici pour échanger entre eux des expériences, parce que les réalités d’un quartier sont différentes des réalités d’un autre quartier. Quand ils se retrouvent ensemble, ils partagent des expériences, il va sans dire que les prochains résultats seront plus honorables que ce qu’on a connu jusqu’à maintenant ».

Sylla Mady Blaise

Interrogé par Guineematin.com, Sylla Mady Blaise, point focal du quartier Sandervalia, dans la commune de Kaloum, est revenu sur une des activités menées dans son quartier. « Comme l’a demandé le projet, les organisateurs nous on instruit, quand l’équipe des champions de la paix identifie une activité, nous les pairs éducateurs nous allons vers les personnes concernées pour les sensibiliser. C’est ce qui fût fait pour la première activité. On est intervenu dans un problème, un conflit domanial où il y a les enfants des coépouses qui voulaient s’entretuer à cause de la concession familiale. Nous sommes allés sur le terrain pour les sensibiliser. Au début, ça n’a pas été facile. Mais, après la sensibilisation, on est parvenu à régler le conflit », a fait savoir ce pair éducateur.

Mohamed Mabinty Camara

Pour sa part, Mohamed Mabinty Camara, un pair éducateur du quartier Hamdallaye Mosquée, a salué l’initiative qui a permis une cohabitation pacifique entre les citoyens. « C’est une bonne initiative qui a permis aux gens de mon quartier à résoudre le problème entre eux à travers le dialogue, sans aller à la gendarmerie. Avant, on ne pouvait pas jouer au football au terrain du rond point de Hamdallaye sans qu’il n y ait de la bagarre et qui finit à poste de police. Au début, ça n’a pas été facile. Quand il y avait conflit dans un lieu, quand on vient pour les sensibiliser, ils nous traitent de politiciens puisqu’on porte des gilets Mais par après, ils ont compris et ça va. Ce projet est venu à point nommé et nous remercions les initiateurs », a dit monsieur Camara.

Il faut rappeler que depuis le lancement de ce projet « 144 leaders d’opinion (jeunes, femmes, religieux et autorités locales), dont 9 par quartier, et 160 pairs éducateurs (exclusivement constitués de jeunes), dont 10 par quartier, ont été identifiés et constitués en groupe de champions de la paix ».

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél. : 224623532504

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin