Poursuivi pour vol d’objets divers, Naby Laye Camara, vigile, a comparu hier, mercredi 22 mai 2019, devant le tribunal correctionnel de Dixinn. Il a plaidé non coupable et rejeté en bloc les accusations portées contre lui, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Le prévenu est accusé de s’être introduit dans la concession du douanier, Lieutenant Mamady Camara, située dans le quartier Lambanyi, le 6 mai 2019, à 4 heures du matin. Sur les lieux, il aurait volé un écran Plasma de 75 pouces, un téléphone portable et une somme de 100 000 (cent mille) francs guinéens. Il a été arrêté le même jour et placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de Conakry, le 14 mai dernier.

A la barre, Naby Laye Camara a nié systématiquement les faits qui lui sont reprochés, assurant n’avoir nullement commis ce vol. « Je ne reconnais pas avoir volé la télé mais je reconnais qu’elle a été retrouvée chez moi. Le 6 mai, entre 3 heures et 4 heures du matin, j’ai entendu un bruit dans la cour qui fait face à la cour que je garde, je suis allé voir. Arrivé sur place, je n’ai vu personne, mais j’ai vu un écran Plasma par terre, je l’ai ramassé et je suis venu dans la cour que je garde. J’ai dit à une dame qui était là-bas de garder l’écran jusqu’au matin mais elle a refusé.

C’est ainsi je suis parti déposer l’écran à l’endroit où je garde mes habits. A 6 heures du matin, je suis rentré chez moi. Mais, mon patron m’a appelé pour me demander de revenir en disant que je devais signer des documents pour mon contrat. Dès que je suis revenu sur les lieux, des agents m’ont arrêté, ils m’ont conduit au commissariat de Ratoma où ils m’ont torturé. J’étais obligé donc de dire que c’est moi qui ai volé pour qu’ils arrêtent de me torturer, mais ce n’est pas moi. Et, le problème de téléphone et d’argent, c’est ici je l’ai entendu », s’est-il défendu.

Mais, le procureur ne s’est pas laissé convaincre par ces explications. Daouda Diomandé a aussitôt répliqué en disant qu’il n’y a pas de logique dans les propos du prévenu. « Monsieur Camara, ce que vous nous dites n’est pas cohérent. On ne peut pas entendre un bruit à 4 heures du matin et puis trouver une télé de cette taille par terre sans chercher à savoir comment elle a atterri là. C’est parce que c’est vous qui êtes parti dans la cour du Lieutenant Mamady Camara pour voler sa télévision. Mais, comme vous êtes de mauvaise foi, vous refusez de dire la vérité », a déclaré le procureur.

Appelé à la barre par le juge, Aboubacar Mafering Camara, la victime est revenue sur les circonstances de ce vol. Selon le Lieutenant Mamady Camara, « c’était le premier jour du Ramadan, à 4 heures du matin, j’ai réveillé ma femme afin qu’elle puisse nous préparer le petit-déjeuner. Elle est allée au salon et elle a constaté que la télé n’y était pas, elle m’a alerté. Je suis sorti, j’ai ouvert le portail de ma cour. Qui je vois là ? C’est Naby Laye Camara, le gardien de la cour d’en face. Je lui ai demandé s’il n’avait pas entendu de bruit, il me dit non. Mais en bas, les chiens aboyaient, je voulais partir voir, ma femme m’a dit de ne pas y aller, j’ai forcé la situation.

Ma femme a supplié Naby Laye de l’accompagner voir, mais il a catégoriquement refusé. Entretemps, son patron est sorti pour aller à la prière, il nous a trouvés dehors et je lui ai expliqué que j’ai été victime de vol. On a échangé un peu puis on s’est séparé. J’ai constaté également qu’il avait dérobé le sac à dos de ma fille dans lequel il y avait son téléphone portable et un montant de 100 mille GNF.

A 7 heures du matin, le patron de Naby Laye est venu me voir en me disant qu’il a entendu une femme qui loge chez lui dire à sa femme que le gardien est venu lui confier une télé vers 4 heures du matin. On s’est rendu dans sa cour, on a fouillé et on a retrouvé la télé là où son gardien gardait ses objets. Puisqu’il était déjà rentré chez lui, on a élaboré un plan pour l’attraper. Il est venu, on a mis main sur lui et il avait reconnu les faits », a-t-il expliqué, ajoutant que tout ce qu’il demande, c’est d’être rétabli dans ses droits.

Après les explications des deux parties, le tribunal est passé aux réquisitions et plaidoiries des parties. Dans ses réquisitions, le procureur Daouda Diomandé, s’est dit outré de l’attitude du prévenu qui, au lieu de protéger les citoyens en tant que vigile, les dépouille de leurs biens. C’est pourquoi, le représentant du ministère public a requis 3 ans d’emprisonnement contre Naby Laye Camara et le payement de 25 millions GNF à titre de dommages et intérêts au préjudice du Lieutenant Mamady Camara.

De son côté, l’avocat de la partie civile, dans sa plaidoirie, a estimé que les faits sont suffisamment établis à l’encontre du prévenu. Maître Sékou Amadou Sylla demande donc au tribunal de condamner Naby Laye Camara à payer à son client la contre-valeur d’un écran plasma Samsung de 75 pouces qui vaut 55 millions GNF puis un téléphone Samsung d’une valeur de 300 mille GNF et 100 mille GNF à titre principale. Puis, au payement de 25 millions GNF à titre de dommages et intérêts au préjudice de la partie civile.

L’affaire été mise en délibéré pour décision être rendue le 29 mai 2019.

SalimatouDiallo pour Guineematin.com
Tél. : 224623532504

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin