Trimballés en justice par leur sœur, Sékou Abdoulaye Touré et son jeune frère Mohamed Alkaly Touré ont comparu ce Jeudi, 23 Mai 2019, devant le tribunal correctionnel de Mafanco. Ces deux jeunes hommes sont poursuivis pour coups et blessures volontaires et injures publiques. Des faits qu’ils auraient commis sur la personne de leur propre sœur M’Ballou Fatoumata Touré. Une attitude qui a été fustigée par le ministère public qui a finalement requis un an de prison ferme et une amande d’un million de francs guinéens contre les prévenus, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi ce procès.

Visiblement très détendus et arborant un large sourire à chaque intervention du ministère public, Sékou Abdoulaye Touré et Mohamed Alkaly Touré ont plaidé non coupable des faits qui leur sont reprochés. Cependant, ils ont admis avoir eu quelques altercations avec leur sœur, M’Ballou Fatoumata Touré.

« J’étais en train d’accrocher la porte du petit magasin. Elle est venue s’agripper à cette porte pour l’arracher… Elle est tombée toute seule. Je ne l’ai pas battue, ni injuriée. Elle a même battu ma mère devant moi, mais je n’ai pas réagi » a expliqué Sékou Abdoulaye Touré.

Sur la même lancée, Mohamed Alkaly Touré a indiqué qu’il n’a jamais battu et blessé sa sœur. Cependant, il a reconnu l’avoir prise au collet. « J’étais vraiment sur mes nerfs », s’est-il justifié.

Dans cette affaire, il s’agit surtout d’un problème d’héritage d’une concession familiale. A force de querelles et de mésentente, Madame M’Ballou Fatoumata Touré aurait saisi un notaire et assigné ses deux frères en liquidation partage. Mais, selon le ministère public, Sékou Abdoulaye Touré et Mohamed Alkaly Touré se sont opposés. Et, malgré cette opposition des frères Touré, un acte de partage a quand même été établi. C’est ainsi qu’à la date du 05 Mars dernier, Madame M’Ballou Fatoumata Touré s’est rendue sur la parcelle qui lui aurait été donnée dans l’acte de partage pour jeter des ordures. « Elle a été désagréablement surprise par ses frères qui ont estimé qu’elle n’a pas le droit de prévaloir à quelque chose dans cette concession. Ils ont estimé qu’elle n’est pas héritière au même titre qu’eux. Ils l’ont agressée et blessée comme l’attestent les pièces versées au dossier de la procédure », a expliqué le ministère public.

Pour sa défense, Mohamed Alkaly Touré a indiqué que ce n’était pas la première fois que sa sœur jetait des ordures dans cet endroit de la concession. « À chaque fois, on nettoie, mais elle vient toujours verser les ordures là-bas », a-t-il dit.

Appelée à la barre, M’Ballou Fatoumata Touré a déclaré que c’est son frère Sékou Abdoulaye Touré qui l’a d’abord giflée. « Il a ensuite appelé notre petit frère (Mohamed Alkaly Touré) en renfort. Ce dernier est venu m’agresser… », a-t-elle précisé.

Dans ses réquisitions, le ministère public a fustigé le comportement des prévenus à l’égard de leur sœur et l’air désintéressé qu’ils ont fait montre devant le tribunal durant toute l’audience de ce Jeudi. Il a également requis une condamnation des frères Touré.

« Il est clair que les prévenus sont auteurs des faits qui leur sont reprochés. Mais, ils n’ont aucun regret. Vous avez vu monsieur le président, depuis le début de cette audience, les prévenus n’ont cessé de rire devant votre tribunal. Vous avez également vu qu’ils ont fait preuve d’un mépris total à l’égard de leur sœur. Et, puisque la tolérance du juge encourage le caractère criminel des gens, je vous prie de retenir les prévenus dans les liens de la prévention. Et, pour la répression, (…) vous les condamnerez à un an de prison ferme et au payement d’une amande d’un million de francs guinéens », a requis le procureur audiencier.

De son côté, le conseil de la partie civile a demandé 25 millions de francs guinéens à titre de réparation du préjudice subi par sa cliente. Car, précise-t-il, « madame M’Ballou Fatoumata Touré a souffert moralement et physiquement des agissements des deux prévenus ».

Le tribunal a finalement mis l’affaire en délibéré pour décision être rendue le Jeudi prochain.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin