Fête de Tabaski : voici le message de l’Honorable Ousmane Gaoual Diallo

21 juillet 2021 à 15 03 18 07187
Honorable Ousmane Gaoual Diallo

Chers compatriotes

En cette journée commémorative de l’Aïd el Adha – Fête de Tabaski, il m’est particulièrement agréable vous d’adresser à vous et à vos familles respectives, mes vœux sincères pour une grande communion dans la prière et la fraternité.

Comme vous le savez, nous célébrons cette fête dans un contexte encore très particulier chaque année étant tributaire de ces réalités. Ainsi, rendons grâce au créateur qui par son pouvoir infini et sa volonté à lui seul, nous a permis de vivre cet instant de piété conformément à nos coutumes et mœurs.

Cette chance, de nombreux autres concitoyens ne l’ont malheureusement pas eue soit parce qu’ils sont malades et alités, soit parce qu’ils ne sont plus de ce monde, certains sont morts d’une manière naturelle, d’autres sont des martyrs connus ou anonymes de notre démocratie à la croisée des chemins. Puisse Dieu le Tout-Puissant les accueillir dans son paradis.

À côté de nos martyrs, il est également ceux qui, attendent injustement en PRISON. Libéré récemment sous condition avec trois de mes collègues pour des raisons médicales, je suis passé par là et enduré le même calvaire avec la plupart d’entre eux durant plusieurs mois.

Qu’ils reçoivent ici, l’expression de ma solidarité entière à laquelle je joins mon appel et mes prières pour leur libération sans délai. Comme leurs familles, nous sommes dévastés par cette tragédie qui n’avaient pas lieu d’être.

Au cours de mon expérience douloureuse en prison qui n’a pas encore connu son épilogue, vu les conditions de notre libération, les soutiens se sont manifestés à tous les niveaux. Ils viennent tout naturellement de l’UFDG et l’ANAD mais aussi d’autres partis politiques tout bord confondu.

J’exprime un sentiment particulier à nos familles biologique et politique. Mais aussi à toutes les bonnes volontés tant en Guinée qu’à l’étranger. Ma profonde reconnaissance à mon épouse et à mes enfants qui ont enduré sans désemparer. Je sais que des personnes et personnalités connues ou anonymes, qu’elles aient agi officiellement ou en privé, se sont investies sans relâche pour notre élargissement.

Je les en remercie infiniment. Je ne doute pas que le processus engagé ira à son terme pour une Guinée apaisée où l’expression des opinions se fera dans le respect mutuel, la tolérance et la cordialité. Que tous ceux et toutes celles qui se sont investis pour notre libération en soient remerciés. Je n’oublie personne.

Que les Guinéens et Guinéennes dans leur ensemble reçoivent l’expression de ma reconnaissance et ma profonde gratitude.

L’avenir de la Guinée s’écrit chaque jour, nous l’espérons mieux car ce pays ne saurait se construire dans l’injustice et la délation érigées en mode de gouvernance. Je suis persuadé que cette véracité sera partagée de toute part.

En effet, la démocratie est tributaire de contradictions tout en étant une exigence du monde civilisé. Vouloir l’étouffer serait donner un coup d’arrêt à tout processus de développement ; à toute volonté du vivre-ensemble dont notre peuple a besoin. Je suis sûr que chacun d’entre nous en prend de plus en plus conscience.

Loin de céder au triomphalisme, mon engagement est le même : défendre la patrie dans la légalité et avec détermination. Dans cette optique, ma ligne de conduite sera irréversiblement guidée par la tolérance, le respect des lois et principes républicains pour une Guinée solidaire et unie. Si cela comportait des risques, il est un devoir de les assumer sans aucun esprit de revanche.

Pour terminer, j’aimerais remercier l’ensemble de la presse pour les efforts déjà consentis et en cours dans le cadre de cette procédure et la lutte démocratique. Par le travail quotidien des médias rien ne passera désormais sous silence.

Encore une fois, bonne fête de Tabaski

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens

Je vous remercie

Conakry le 20 juillet 2021

Honorable Ousmane Gaoual Diallo, Coordinateur de la Cellule de Communication, Membre du Conseil politique de l’UFDG

Lire

Examens nationaux : « aucune erreur ne sera acceptée » à N’Zérékoré

21 juillet 2021 à 14 02 37 07377

A quelques heures du début des examens nationaux, qui vont démarrer demain, jeudi 22 juillet 2021, l’inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré a adressé un message à l’ensemble des acteurs concernés par ce processus. Il a invité chacun à jouer pleinement son rôle pour le bon déroulement des épreuves, précisant qu’aucune erreur ne sera tolérée dans cette région, a constaté le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

A la veille du lancement des épreuves du baccalauréat en Guinée, l’inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré se montre confiant. Selon Amara Condé, tout est mis en place pour le bon déroulement de cet examen national et des deux autres qui vont suivre. 

Amara Condé, inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré

« C’est au niveau de la photographie que nous avons souvent des problèmes. Mais cette question et toutes les autres sont aujourd’hui réglées. Le département a pris toutes les dispositions pour que les DPE, hommes de terrain, puissent être tous à jour. Et à l’heure qu’il fait, en forêt ici, nous avons les procès-verbaux autrement dit les numéros de tables. Toutes les 6 DPE de la région ont ça et pour tous les 3 examens. Les candidats d’ailleurs sont entrés en possession de ça. Cela veut dire qu’à ce niveau, il n’y a pas de problème », a dit le responsable éducatif.

Après que les autorités ont joué leur partition, l’inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré appelle les autres acteurs concernés à faire les leurs pour permettre la réussite des examens nationaux de cette année. « Aux cadres, je leur demande d’abord de prendre toutes les dispositions pour que tous les centres d’examen soient des lieux de paix. Que les candidats soient rassurés qu’ils viennent pour une évaluation ordinaire comme les autres. Ce message de sensibilisation va l’endroit de mes collègues enseignants qui sont choisis par leurs différentes DPE pour assurer cette mission de l’Etat.

Aux candidats, mon message, c’est de leur dire que seul le travail paye, aucune erreur ne sera acceptée. A commencer par les téléphones jusqu’aux documents dans les poches ou dans d’autres endroits cachés au niveau des salles. A la communauté, (les parents d’élèves), c’est de prendre toutes les dispositions pendant cette période des examens pour que le maximum soit prêt pour les candidats qui sont l’avenir du pays et qui sont les héritiers de toutes les familles », a dit M. Amara Condé.

A noter que la région de N’Zérékoré présente 64 410 candidats dont 23 982 filles aux trois examens nationaux 2021. Ces candidats sont répartis 240 centres et seront encadrés par 3 896 surveillants.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

Le FNDC en deuil : Dr. Saada Sow, Coordinateur du FNDC à Dalaba n’est plus !

21 juillet 2021 à 14 02 20 07207
Dr Sada Sow, coordinateur préfectoral du FNDC à Dalaba

Avis de décès : Le FNDC a le regret d’annoncer au peuple de Guinée, le décès de Docteur Saada Sow, Coordinateur Préfectoral du FNDC Dalaba, de suite de maladie dans la nuit de mardi à mercredi 21 juillet 2021 à Tunis où il était parti pour un contrôle médical depuis plusieurs semaines.

A cette douloureuse occasion, la Coordination  Nationale présente ses condoléances à sa famille et au peuple de Guinée.
La famille de notre regretté est à pied d’œuvre pour le rapatriement du corps. Les programmes des obsèques feront l’objet d’un communiqué.

Que Dieu ait pitié de l’âme du défunt combattant de la démocratie et l’accueille dans son paradis céleste.

Amine !

Conakry, le 21 Juillet  2021

La Coordination Nationale du FNDC

Lire

Viol sur une mineure de 13 ans : « il lui a promis 5000 francs pour son silence »

21 juillet 2021 à 9 09 19 07197
image d’archive

Poursuivi pour le viol présumé d’une fillette de 13 ans, Tamba Kallas Traoré a de nouveau comparu le lundi dernier, 19 juillet 2021, devant le tribunal criminel de Dixinn (délocalisé à la mairie de Ratoma). L’accusé n’a pas déposé ce jour devant cette juridiction de première instance, mais il était quand même à la barre pour entendre les réquisitions du ministère public. Des réquisitions au cours desquelles le procureur Daouda Diomandé a demandé au tribunal de le condamner à 10 ans de réclusion criminelle, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au tribunal.

Dans cette affaire, le représentant du ministère public n’est pas allé de main morte pour accabler Tamba Kallas et demander sa condamnation pour les faits poursuivis à son encontre. Le procureur Daouda Diomandé assure que les faits sont établis et sont imputables à l’accusé. Et, pour chercher à assoir la conviction du tribunal sur la culpabilité de Tamba Kallas dans ce dossier, le ministère public rappelle que l’accusé a reconnu, à l’enquête préliminaire, avoir déshabillé la victime et l’avoir pénétrée. Une pénétration à la suite de laquelle il a éjaculé et a tenté d’acheter le silence de la fillette avec 5000 francs guinéens.

« Tamba Kallas Traoré est vigile dans un bâtiment où habitent madame Viviane Konaté, son mari et leurs enfants (dont la présumée victime). Chaque jour, les deux parents vont au travail. Ce jour, 16 septembre 2019, les enfants sont descendus de l’immeuble à étage pour jouer au cache-cache avec Tamba. C’est là où Tamba s’est emparé de la fille âgée de 13 ans pour la faire entrer dans la guérite pour abuser d’elle. Quand elle est rentrée à la maison, la maman a constaté que quelque chose n’allait pas. Elle a demandé à sa fille avant de saisir l’OPROGEM par une plainte. Interpellé, Tamba Kallas a reconnu les faits. Il a reconnu avoir déshabillé la fille, il l’a pénétrée et a éjaculé. Par la suite, il a promis 5000 francs à la fille pour obtenir son silence. Les faits étant établis, l’imputabilité étant là, le ministère public requiert qu’il vous plaise de retenir Tamba Kallas Traoré dans les liens de la culpabilité et de le condamner à une peine minimale de 10 ans de réclusion criminelle », a requis le procureur Daouda Diomandé.

Cependant, pour la défense, il y a beaucoup de contradictions et de doute dans cette affaire. Et, puisqu’en matière pénale le doute profite à l’accusé, l’avocat de Tamba Kallas Traoré a demandé au tribunal de faire application de l’article 544 du code de procédure pénale et de relaxer son client.

« A l’OPROGEM, la victime a dit être élève. Devant le juge d’instruction, elle (la victime) est couturière. Elle dit être descendue de l’étage pour jouer dans la cour. Mais, devant le juge d’instruction et devant l’OPROGEM, elle dit qu’elle jouait à l’intérieur de l’immeuble. Et, mon client n’a jamais reconnu les faits, ni devant le juge d’instruction, ni devant le tribunal. Et, le doute bénéficie à l’accusé. C’est pourquoi, nous vous demandons de faire application de l’article 544 du Code de procédure pénale pour le renvoyer à des fins de la poursuite pour absence de preuve », a plaidé l’avocat.

Finalement, le tribunal a mis le dossier en délibéré pour décision être le 6 septembre prochain.

A noter que Tamba Kallas Traoré est en détention à la maison centrale de Conakry depuis le 19 septembre 2019.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Violation du couvre-feu à Conakry : 14 jeunes condamnés

21 juillet 2021 à 8 08 47 07477

Poursuivis pour « attroupement interdit et voie de fait », dix sept (17) jeunes (dont 4 filles) ont été jugés le lundi dernier, 19 juillet 2021, par le tribunal correctionnel de Dixinn. Ces jeunes ont été trimballés devant cette juridiction pour avoir violé le couvre-feu nocturne en vigueur dans le grand Conakry dans le cadre de la lutte contre la propagation de la COVID-19 en Guinée. Ils ont écopé chacun de quatre (4) mois de prison assortie de sursis, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a suivi le procès.

Ces prévenus ont été interpellés dans la nuit du 4 juillet dernier et placés sous mandat de dépôt le lendemain. Ils sont au nombre de 17 ; mais, ce sont 14 parmi eux qui ont comparu à la barre. Les 3 autres n’ont pas été extraits de la maison centrale. Et, pour cause, ils ont été testés positifs au COVID-19. Il s’agit notamment de Sadio Diallo, Ousmane Diallo et de Pépé François Dramou.

A la barre, les prévenus ont tous déclaré avoir été arrêtés entre 23 heures et 00 heure. Comme pour dire que l’heure du couvre-feu (qui démarre à 00 heure) n’était pas encore arrivée. Cependant, ils ont quasiment tous reconnu avoir été arrêtés à ‘’Cayoka night club’’, une boite de nuit qui se trouve à Nongo, dans la commune de Ratoma.

« J’étais dans le complexe resto et boîte de nuit de Cayoka à Nongo. J’étais parti pour danser ; mais, au moment où on sortait, on a vu deux pick-up de la gendarmerie stationner juste à la rentrée. J’étais avec ma copine. Ils nous ont interpellés », a expliqué Ismaël Dabo.

Tout comme ce prévenu, Fatoumata Binta Diallo dit avoir été interpellée à Cayoka.

« Les gendarmes se sont introduits dans la boîte et ils nous ont interpellés. C’est aux environs de zéro heure », dit-elle brièvement devant le tribunal.

De son côté, Noël Balamou a laissé entendre que c’est à Taouyah, devant un dépôt de boisson, qu’il a été mis aux arrêts.

« Moi, je faisais rentrer les cartons de boisson dans le dépôt à Taouyah à 23 heures. C’est là-bas que les gendarmes sont venus m’interpeller. J’étais seul », a-t-il indiqué.

Après les dépositions de tous les prévenus, le procureur Alphadjo Barry a demandé au tribunal de les accorder le pardon. Pour ce parquetier les les deux semaines qu’ils ont fait à la maison centrale vont leur servir de leçon.

« Ces jeunes élèves, étudiants, chauffeur, informaticien, après avoir passé 2 semaines à la maison centrale, ont tiré les leçons. Désormais, ils iront dire à leurs amis, attention, à partir de 22 heures, il faut rester à la maison. Donc, je vous demande de leur accorder le pardon », a requis le procureur Alphadjo Barry.

Finalement, le tribunal les tous a reconnus coupables des faits mis à leur charge et les a condamnés chacun à 4 mois de prison assortie de sursis.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire