Télimelé : une collision de motos fait un mort et 3 blessés graves

22 juillet 2021 à 21 09 22 07227

Un grave accident de la circulation s’est produit ce jeudi, 22 juillet 2021, à Télimélé. Deux motos sont entrées en collision, faisant un mort et trois blessés graves, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est vers 3 heures du matin que cet accident s’est produit à Kolly, dans la commune urbaine de Télimélé. Après la collision, Thierno Misbaou Bah, 26 ans, chauffeur de profession, a trouvé la mort sur place. Trois autres personnes dont deux filles et un jeune garçon, ont été grièvement blessés. Ils ont été admis aux Urgences de l’hôpital préfectoral de Télimélé. 

Dr Zézé Guilavogui, surveillant au service des Urgences de l’hôpital préfectoral

« Nous avons reçu 4 personnes dont un corps et 3 blessés graves avec des fractures ouvertes, certains des triples fractures et d’autres des quintuples fractures », a indiqué Dr Zézé Guilavogui, surveillant au service des Urgences de l’hôpital préfectoral. Selon lui, ce drame est loin d’être un cas isolé. C’est pourquoi, il souhaite que des mesures urgentes soient prises pour faire face aux accidents de la circulation, devenus préoccupants à Télimélé.

 « Il faut chercher à avoir une sécurité par rapport aux engins ici à Télimélé. Car, il faut se dire la vérité, les jeunes se font tuer ici. On donne des motos à des jeunes qui ne savent pas piloter. Nous recevons souvent des cas comme ça. Donc, pourquoi ne pas prendre des mesures draconiennes pour éviter ces accidents. La police doit prévenir ces accidents en mettant des agents sur les carrefours, sinon ça ne va jamais s’arrêter », estime ce médecin.

Selon le commissaire de la police de Télimélé, c’est ce matin que son service a été informé de cet accident. Il dit avoir aussitôt déployé une équipe sur le terrain pour faire le constat. Mais, dit-t-il, les agents n’ont pas pu retrouver les motos accidentées. L’officier de police déplore le manque de collaboration des citoyens avec les services de sécurité.

A noter que les trois blessés sont en observation aux Urgences de l’hôpital préfectoral de Télimélé. 

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 621686148

Lire

Examens de sortie : 3 474 candidats affrontent les épreuves théoriques à Kindia

22 juillet 2021 à 20 08 35 07357

La phase théorique des examens de sortie a démarré ce jeudi, 22 juillet 2021, dans les écoles techniques et professionnelles de la Guinée. 22.811 candidats évoluant dans 124 filières sont concernés par ces épreuves sur l’ensemble du territoire national. A Kindia, le lancement officiel de cette dernière phase des examens de sortie a eu lieu à l’Ecole nationale d’instituteurs (ENI), en présence de plusieurs autorités administratives et éducatives, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Au total, 3 474 candidats dont 1 992 filles sont inscrits aux examens de sortie 2021 dans la région administrative de Kindia. Pour cette phase théorique, ils sont répartis dans 11 centres situés dans les cinq préfectures de la région. Et selon l’inspecteur régional de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, Mohamed Cissé, toutes les dispositions sont prises pour le bon déroulement des épreuves.

Mohamed Cissé, inspecteur régional de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi

« Nous avons mis deux surveillants par salle qui ont été rencontrés hier pour recevoir des conseils, connaître les règlements généraux relatifs aux examens. La tolérance zéro reste de mise pour les surveillants et les candidats. C’est pourquoi, il y a eu des fouilles systématiques avant d’accéder dans les salles. La particularité de cette année, c’est que nous avons commencé ces évaluations par les travaux pratiques pour finir par les épreuves théoriques », a souligné le responsable éducatif.

La ville de Kindia compte quatre centres d’examen : l’Ecole nationale d’instituteurs (ENI), le Centre de formation professionnelle (CFP), l’Ecole nationale de santé (ENS) et l’Institut Bambo Kèba Fadiga. Sidiki Traoré délégué national à l’Institut Bambo Kèba Fadiga, salue le climat dans lequel les épreuves ont débuté à Kindia.

Sidiki Traoré, délégué national au centre d’examen de l’institut Bambo Kéba Fadiga

« Dès 8h30, les épreuves théoriques ont effectivement lancées dans les différents centres de Kindia, sur instruction de M. l’inspecteur régional de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Mais avant, nous avons eu l’occasion de transmettre aux candidats, aux surveillants et encadreurs, le message clair de madame la ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, qui n’est rien d’autre que le respect des consignes.

Il s’agit notamment port obligatoire des bavettes puisqu’on est dans une situation de pandémie de la Covid-19, le non port des téléphones dans les centres d’examen, pas de documents dans les centres. Les délégués ont procédé aux fouilles systématiques des candidats, on a rappelé aussi le rôle des surveillants qui doivent veiller sur les candidats et non de s’arrêter seulement à la porte ou à la fenêtre. Et jusqu’ici, tout se passe bien, il n’y aucune fausse note à tous les niveaux », se félicite ce délégué national.

A noter que cette phase théorique des examens de sortie se déroulera pendant quatre jours.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo et Mohamed Condé pour Guineematin.com

Tel. (00224) 628516796

Lire

Décès de la maman du journaliste Alpha Ousmane Bah : avis de remerciements

22 juillet 2021 à 19 07 54 07547

Le journaliste Alpha Ousmane Bah, dit AOB, a perdu sa maman, NEENE ROUGUIATOU SOW, dite appelée Neené Oumou Konkola dans la nuit du samedi 17 juillet 2021 à l’hôpital régional de Labé, des suites de maladie. Décédée à l’âge de 68 ans et épouse du feu Mody Mamadou Alpha Baldé Kourako, la mère de famille a été inhumée le lendemain, dimanche 18 juillet 2021, au cimetière de Konkola.

Très attristée par cette perte, la annonce une cérémonie de sacrifice et de lecture du Saint Coran en sa mémoire au domicile de la défunte, à Konkola, le dimanche prochain, 25 juillet 2021, après la prière de 13 heures 30′.

En attendant, la famille tient à exprimer ses sincères remerciements à tous ceux et à toutes celles qui ont, de près ou de loin, ont compati à sa douleur.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de cet avis :

Les familles Bah, Barry, Diallo, Sow, Tounkara de Kourako, Thierno Mamadou Kourou Baldé, doyen de la famille M’Balbhé kourako, , Elhadj Ibrahima Saïda iman de Kourako, Elhadj Boubacar BARRY président du district de Kourako, Elhadj Alpha Amadou Sow Faloodji ( banndiraaɓe) frère de la défunte, Aissatou Diouldé Sow, grande-sœur de la défunte, Alpha Ousmane Bah journaliste à la radio Espace/africaguinee  fils de la défunte, Elhadj Ibrahima Noussy Diallo,  les notables et les sages de Kourako et Noussy, Thierno Abdoulaye Dramé, chef de quartier de Konkola, Thierno Mamadou Dian Salambande, imam de Konkola, Elhadj Amadou LY iman de Kouroula,  les notables, sages et les familles de Konkola de Labé.

Remercient tous ceux qui de près et de loin ont compatis à leur douleur lors du décès de NEENE ROUGUIATOU SOW, communément appelée Neené Oumou Konkola, épouse du feu Mody Mamadou Alpha Baldé Kourako. Décès survenu dans la nuit du 17 juillet 2021 à l’hôpital régional de Labé des suites de maladie à l’âge de 68 ans et inhumée le dimanche 18 juillet 2021 au cimetière de Konkola.

Qu’en soient remerciés : El Hadj Muhamadoul Badrou bah, inspecteur régional des affaires religieuses et  imam ratib de la grande mosquée karamoko Alpha mo Labé, les ligues islamiques régionale, préfectorale et communale de Labé. Elhadj Thierno Mamadou Tombon Baldé  S/G de la ligue islamique sous-préfectorale de Noussy  Elhadj Mohamed Lamine Gonkou (seikh  de diawoya), Elhadj Oumar imam de Noussy et les familles de Noussy. Les familles de Koubia Solokoya , Matakaou, Madina Niannou. les familles SY SAVANÉ de  Kounta Koin, fatako, Korbonya.

Les autorités régionale, préfectorale et communale de Labé, le gouverneur de Labé et son cabinet, le préfet de Labé et son cabinet, le maire de la C.U de Labé et ses conseillers. Toutes les autorités sanitaires et le personnel de santé (DPS, DRS, Direction hôpital régional de Labé). Les cadres de l’éducation et tous les fonctionnaires préfectoraux et régionaux. La banque centrale et toutes les autres banques de Labé. Le service des finances et des impôts.

Les familles de Zawia à Labé, de Koula, Elhadj Mamadou Oury Koula et famille, El Hadj Amadou Tanou  Bah et famille de Mbalbhé Nghagnaka, Hadja Aissatou Kindo et famille de Kouramangui, Elhadj Hassane Baldé et les familles de Niila Sannoun. 

Les bases des partis politiques à Labé, toutes les associations, structures, organisations, projets et ONG  de Labé, les commerçants, l’ensemble des corps de métiers de Labé, Elhadj Mouctar  Kaalan et famille, El Hadj Cellou Koubia et famille, la jeunesse de Konkola, les voisins de la défunte, les familles Tounkara, Traoré, Mara, Condé, Keita, Diakhaby, Diaby, Kaba, Ngadjiko, Barry, Kanté, Diakité, Noba, les familles de Dara-Labé à Konkola, le personnel de la radio Espace et du groupe Hadafo media, toute la presse : africaguinée, la RTG, BTA FM, GPP fm, familia fm, djoma FM/TV, l’équipe de Fuuta ka Men évasion et la radio rurale.
Les parents de Kourako, Diawoya, Tombon, Noussy, Koundjeya, Baaguiya, Moloko, Mobhi, Kaasagui, Kaalan, Misside Tiga et Noussy centre. Les belles-familles de  Fafabhe, Domby, Companya et Poreko. Les ressortissants de Kourako à Conakry  à Freetown, Abidjan, Guinée-Bissau, France et partout où ils se trouvent.
Les citoyens des 28 quartiers de la commune urbaine de Labé, et les 13 sous-préfectures de Labé. Toutes les connaissances et collaborateurs de la famille de la défunte
Tous ceux qui ont effectué  le déplacement et ceux qui ont eu des empêchements. Ceux qui ont appelé au téléphone. La  famille demande si tout le monde est bien rentré chez soi.
La famille informe par la même occasion que les cérémonies de sacrifices et de lecture du saint coran auront lieu ce dimanche 25 juillet 2021 au domicile de la défunte à Konkola après la prière de 13h30.
La famille se met à la disposition de tous pour toutes affaires sociales 

Paix à l’âme de Neené Rouguiatou  Sow, plus connue sous le nom de Neené Oumou Konkola.

Lire

Début du baccalauréat à Télimélé : 46 candidats absents dont 23 filles

22 juillet 2021 à 18 06 48 07487

En marge du lancement du baccalauréat ce jeudi, 22 juillet 2021, le préfet de Télimélé a rappelé les consignes que les candidats et les surveillants doivent respecter. Amadou Sadio Diallo a déclaré que chaque candidat ne doit compter que sur ses efforts personnels et qu’aucune forme de fraude ne doit être acceptée, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est au collège Kolly que le préfet de Télimélé a procédé au lancement officiel du baccalauréat, en compagnie des autorités communales et éducatives. Amadou Sadio Diallo a ensuite visité les deux centres d’examen de la préfecture, appelant au respect des principes régissant les examens nationaux.

Amadou Sadio Diallo, préfet de Télimélé

« On a visité les deux centres et on a constaté que tout se passe très bien. Et j’ose croire que ça va continuer comme ça, parce qu’on dit que ce qui commence bien va se terminer bien. Je suis content et je souhaite bonne chance à nos enfants. Je souhaite qu’il y ait un grand pourcentage d’admis à Télimelé. Et pour cela, les enfants n’ont qu’à prendre le courage et bien travailler, car c’est le travail qui paye. Pas de téléphone dans les salles, pas de communication. C’est chacun pour soi, Dieu pour tous », a dit le préfet de Télimélé.

Sur les 674 candidats dont 189 filles inscrits, 628 dont 166 filles ont répondu présent en ce premier jour du baccalauréat. Soit 46 candidats dont 23 filles absents. Au lycée Ley Wendou, le deuxième centre d’examen de la préfecture, le délégué a salué le climat dans lequel les épreuves ont débuté.

Boubacar Sidy Bah, délégué Ley-Wendou

« Pour le moment, tout se passe dans les meilleures conditions. Nous avons remis les bavettes à tous les candidats qui n’en possédaient pas et un kit sanitaire est installé à la rentrée du centre. Des médicaments sont aussi disponibles ici pour les candidats qui auront des malaises », a dit le Pr Boubacar Siddy Bah.

Amadou Lama Diallo pour Guineematin.com

Tel. 621686148

Lire

Baccalauréat 2021 à Faranah : 2 391 candidats affrontent les épreuves

22 juillet 2021 à 18 06 40 07407
Fodé Bangaly Condé, inspecteur régional de l’éducation

Comme dans les autres villes de la Guinée, le baccalauréat unique a débuté ce jeudi, 22 juillet 2021, à Faranah. 2 391 candidats dont 730 filles affrontent les épreuves de cet examen national dans cette région. Les autorités éducatives locales ont mis l’occasion à profit pour rappeler aux candidats les comportements qu’ils doivent adopter pendant ces trois jours d’évaluation, a constaté le correspondant de Guineematin.com à Faranah.

C’est le gouverneur de la région, Mohamed Ismaël Traoré, qui a procédé au lancement officiel du baccalauréat au lycée Aviation de Faranah, en présence des autorités administratives et éducatives. A cette occasion, l’inspecteur régional de l’éducation a invité les candidats à la sérénité et la rigueur dans le travail.

« Les sujets sont individuels, c’est pourquoi chaque candidat a reçu son sujet. Le candidat qui est intelligent doit, sur son banc, se croire dans sa classe habituelle. Il faut être serein, lire suffisamment le sujet, chercher à bien le comprendre, avant de répondre aux questions qui sont posées », a lancé Fodé Bangaly Condé.

Sayon Oularé, directeur préfectoral de l’éducation de Faranah

S’inscrivant dans cette logique, le directeur préfectoral de l’éducation de Faranah, Sayon Oularé, a rappelé aux candidats et aux parents d’élèves ce qu’ils doivent éviter pendant cet examen national. « Je demande aux parents d’élèves et à tout le monde de laisser les centres d’examen libres, de laisser les enfants travailler, de ne pas compromettre les centres parce que l’envahissement compromet le centre. Je demande donc aux parents d’élèves et à d’autres personnes de rester à la maison et laisser les enfants travailler librement.

Je demande également aux candidats d’éviter d’être pris par un délégué, d’éviter d’être pris par un surveillant, surtout que cette fois-ci, le MENA a envoyé des détecteurs de métaux. Si on prend un élève qui possède un appareil, il sera renvoyé définitivement de l’examen. Donc, les candidats doivent s’abstenir de tout acte compromettant, de garder le sang-froid, de chercher à comprendre le sujet avant de le traiter », a conseillé le DPE de Faranah.

À rappeler que la région administrative de Faranah a présenté cette année un total de 2 391 candidats dont 730 filles : 389 à Dabola dont 120 filles, 131 à Dinguiraye dont 43 filles, 1 563 à Faranah dont 490 filles et 308 à Kissidougou dont 77 filles.

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 00224620241513/660272707

Lire

Tentative de fraude au Bac : plusieurs téléphones saisis et détruits à Siguiri

22 juillet 2021 à 18 06 36 07367

Plusieurs candidats au baccalauréat ont perdu leurs téléphones portables ce jeudi, 22 juillet 2021, à Siguiri. Ces appareils, qu’ils ont tenté d’introduire frauduleusement dans les salles d’examen, ont été saisis et détruits sur le champ. Cela s’est passé au lycée Kankou Moussa, située dans la commune urbaine, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est grâce aux appareils détecteurs de métaux que les surveillants ont réussi intercepter une dizaine de téléphones portables que des candidats voulaient introduire dans les salles d’examen pour pouvoir frauder. Et les détenteurs de ces téléphones ont été obligés de les détruire eux-mêmes sur place, afin de dissuader toute velléité de fraude. Issa Kouyaté, le directeur préfectoral de l’éducation par intérim, assure qu’aucun téléphone ne se retrouvera dans un centre d’examen de Siguiri cette année.

 « Après le lancement officiel des épreuves, on a visité quelques centres d’examen. Et c’est ici (au lycée Kankou Moussa, ndlr) qu’on a trouvé quelques téléphones saisis sur des candidats et qui ont été détruits par les candidats eux-mêmes. Quand le surveillant prend un téléphone avec un élève, il ordonne à l’élève lui-même de le détruire, soit tu le fais ou tu sors. Cette fois-ci, les téléphones ne passeront pas », a assuré le responsable éducatif.

La préfecture de Siguiri compte 4 788 candidats au baccalauréat 2021, dont 1.244 filles, répartis dans 10 centres d’examen.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Conseil des ministres : voici ce qu’Alpha Condé et son Gouvernement ont décidé ce 22 juillet

22 juillet 2021 à 18 06 32 07327
Amara Somparé, ministre de l’Information et de la Communication

Conakry, le 22 Juillet 2021 – La session ordinaire du conseil des ministres, s’est tenue, ce jeudi 22 Juillet, de 10h15 à 12h, par vidéoconférence, sous la Présidence, de son Excellence, Professeur Alpha Condé, Président de la République.

Les points inscrits à l’ordre du jour, étaient les suivants :

1- Messages de son Excellence Monsieur le Président de la République 

2- Compte rendu de la session du conseil interministériel du Mardi 13 juillet 2021

3- Décisions

I-                Au titre du premier point de l’ordre du jour,

Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé, à l’entame de son propos a rappelé avec autorité le caractère inéluctable de la doctrine du « Gouverner Autrement ». Il a indiqué que cette doctrine induit de fait une modification drastique de notre approche de la gestion de l’Etat qui découlera inexorablement sur une transformation profonde de notre modèle économique. En effet, il a indiqué que la valeur travail doit constituer le socle de notre modèle de société afin que la Guinée produise plus, exporte plus et par conséquent importe moins.

Il a donc exhorté le Gouvernement à œuvrer dans ce sens afin que la Guinée devienne, comme il l’ambitionne, la seconde économie de la sous-région après le Nigéria.  

Le Chef de l’Etat, constatant avec regret le faible taux d’absorption des financements extérieurs mis à la disposition de la Guinée a ordonné à l’ensemble des membres du Gouvernement de procéder, dans les départements dont ils ont la charge, à une évaluation rigoureuse du niveau d’exécution des projets en cours mais aussi de l’état de préparation des projets en perspective. Il a indiqué que la situation ainsi obtenue fera l’objet d’une analyse croisée avec celle présentée par les principaux bailleurs de fonds qui accompagnent notre pays, le tout sous la supervision du Ministère du Plan et du Développement Economique.

A ce propos, il a rappelé au ministre en charge du Budget de toujours s’assurer prioritairement de la sécurisation des fonds de contrepartie lors de la préparation de la Loi de Finances.

Le Président a averti qu’il veillera désormais personnellement sur l’exécution des projets de développement sur Financement Extérieur à travers une cellule technique qui sera placée sous son autorité directe.                                                                                        

Le Président de la République, dans le cadre de l’assainissement de la gestion des deniers publics, a instruit au Ministre du Budget de veiller scrupuleusement à ce que tous les paiements destinés à l’Etat soient faits directement dans les comptes bancaires qui auront été identifiés à cet effet ou par le biais de transactions électroniques.

Dans le même ordre d’idée, il a ordonné à ce que le Ministre prenne des dispositions urgentes pour informer largement les populations guinéennes sur les services publics fournis gratuitement par l’Etat.

A ce titre, il a exigé qu’un programme de mise en œuvre de ces directives assorti d’un calendrier d’exécution lui soit présenté dans les meilleurs délais.  

Le Chef de l’Etat a ordonné au Ministre en charge des Affaires Etrangères de poursuivre le processus de rationalisation de la participation de la Guinée aux Organisations et Institutions internationales. Pour se faire, il a demandé que la Guinée se retire de toutes les Instances ne présentant aucun intérêt stratégique pour le pays, et pour les autres, il a exigé à ce qu’il soit procédé à une classification par importance et par utilité tout en mettant en exergue les organisations pour lesquelles l’adhésion de notre pays a fait l’objet de ratification par le Parlement.

Il a également instruit le Ministre de produire un état détaillé du paiement de nos contributions afin de clarifier la situation à date des arriérés de cotisation.      

Le Président de la République a réitéré avec force au Ministre en charge de la Santé de prendre des mesures énergiques afin de renforcer sérieusement la surveillance à nos frontières aérienne et terrestre au regard de la recrudescence de cas positifs et de l’apparition de variant du Coronavirus dans certains pays voisins, notamment la Sierra-Léone et le Libéria.   

Dans le même ordre d’idées, il a insisté sur la nécessité d’accroître sensiblement les tests PCR compte tenu du nombre important de cas asymptotiques identifiés.

En outre, le Président a exhorté le Ministre en charge des Affaires Etrangères de diligenter la finalisation des discussions en cours avec nos partenaires pour l’obtention de doses vaccinales supplémentaires afin d’intensifier la cadence de vaccination des populations guinéennes.

Par ailleurs le Chef de l’Etat a ordonné au Ministre de la Santé de mettre sur pied une Mission d’Inspection en vue de débusquer et de faire fermer les cliniques clandestines qui opèrent en dehors de tout cadre légal mettant ainsi en danger la santé et la vie des citoyens.

Enfin, le Chef de l’Etat a instruit le Ministre de l’Environnement, des eaux et Forêts à poursuivre et amplifier les enquêtes relatives à la coupe illégale du bois, notamment dans la Préfecture de Koubia. Il a demandé au ministre de travailler en étroite collaboration avec le Ministre en charge de la Justice afin que tous les coupables soient identifiés et traduits devant les juridictions compétentes.

Le Président a également ordonné au ministre de lui soumettre un chronogramme précis portant sur l’exécution des différentes campagnes de reboisement planifiées en insistant sur le fait que celles-ci devront se faire sous la supervision des Préfets et Gouverneurs concernés.   

I-                Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, 

Le Premier Ministre a fait le compte rendu de la session ordinaire du Conseil Interministériel du 13 juillet 2021

Le Conseil a entendu successivement :

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger qui, conformément aux instructions du Chef de l’Etat, a fait une communication relative à la situation des Organisations et Institutions Internationales au titre des contributions de la République de Guinée.

Le Ministre a rappelé que lors du Conseil des Ministres du 13 décembre 2018, une Commission interministérielle avait été mise en place pour réfléchir sur « la pertinence de l’affiliation de notre pays aux différentes institutions et de définir de nouveaux critères d’adhésion aux organisations internationales ». L’objectif étant de rationaliser les affiliations et gérer de manière plus efficiente les ressources allouées à cet effet.

En application de cette décision, le Premier Ministre a adressé une lettre circulaire à tous les Ministres pour les inviter à fournir les informations pertinentes sur chacune des organisations et institutions internationales auxquelles leurs Départements sont affiliés. A propos, il devait être précisé, entre autres : l’importance de l’Organisation ou l’Institution d’affiliation, la présence ou non de cadres guinéens en son sein, le montant des contributions annuelles ainsi que des arriérés dus.

Parallèlement, le Ministère en charge des Affaires Etrangères a demandé au ministère du Budget de lui transmettre la situation des paiements effectués au titre des contributions internationales de 2011 à 2020.

Ainsi, sur la base des réponses fournies par 33 ministères, de l’exploitation du fichier du ministère du Budget ainsi que des données transmises par les missions diplomatiques guinéennes, les informations compilées donnent ce qui suit :

ü  260 Organisations et Institutions internationales ont été identifiées au titre de l’affiliation de la République de Guinée ;

ü  Pour la majorité de ces affiliations, les instruments juridiques ne sont pas disponibles ;

ü  La majorité des ministères n’a pas renseigné toutes les informations demandées dans la circulaire du Premier Ministre, notamment celles portant sur la présence des cadres guinéens au sein des organisations et institutions relevant de leur compétence ;

ü  Quatre Départements ministériels ont indiqué n’être affiliés à aucune Organisation ou Institution internationale ; il s’agit des Ministères des Hydrocarbures, Citoyenneté, Enseignement technique, Affaires religieuses ;

ü  Douze Organisations internationales ont plusieurs ministères tutelles à la fois, tandis qu’une trentaine pour lesquelles des cotisations ont été payées n’ont pas de tutelle précise ;

ü  Le montant consolidé des contributions annuelles non payées à date s’élève à 8 896 737 USD et celui des arriérés à 30 495 684 USD ;

ü  La majorité des paiements annuels effectués provient des « dépenses communes » en raison de la faiblesse des crédits alloués au budget du Ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, à cet effet.

Par ailleurs, la note de communication du Ministre révèle les situations ci-après :

·       Des demandes de paiement de cotisations ont été faites en faveur d’organisations pour lesquelles aucune information n’est disponible quant aux formalités d’adhésion ;

·       Des Départements ministériels ont fait des demandes de paiement de cotisations pour des Organisations qu’ils n’ont pas mentionnées sur la liste des Organisations sous leur tutelle.

Se fondant sur ces constats et pour poursuivre le processus, le Ministre sollicite des Départements ministériels la revue des tableaux fournis en vue des actions suivantes :

ü  Confirmer leur tutelle sur les organisations identifiées ;

ü  Procéder aux corrections nécessaires (oubli, omissions et autres) ;

ü  Identifier les organisations sans tutelle précise qui relèvent de leur compétence.

Le Ministre se propose de soumettre des critères de rationalisation des affiliations une fois que les informations ci-dessus seront renseignées. Il propose en outre que toute nouvelle adhésion à une Organisation internationale soit subordonnée à l’avis préalable du Conseil des Ministres.

Au cours des débats, les observations ont porté sur ;

–       La nécessité d’adhérer aux organisations et institutions en fonction de leur pertinence pour notre pays ;

–       La Mise en place d’un mécanisme de suivi des contributions

–       La nécessité de favoriser la tenue en Guinée des réunions statutaires des organisations et institutions auxquelles notre pays est affilié ;

–       La nécessité de combler le vide juridique concernant l’adhésion des Institutions constitutionnelles de notre pays dans les Organisations Internationales.

Au terme des débats, le conseil a félicité le Ministre pour le travail accompli permettant d’avoir à terme, une situation claire et précise de l’appartenance de notre pays aux organisations et institutions internationales ainsi que les propositions de solutions envisagées. Le conseil a également demandé aux ministres d’examiner et de compléter le cas échéant, les documents soumis par le Ministre des AE, de préciser les tutelles desdites institutions ainsi que leur avis quant à la pertinence d’en rester membre. Il a été également demandé de mettre l’occasion à profit pour reconstituer les instruments juridiques d’adhésion.

Le Conseil a ensuite demandé aux Ministères des AE et à celui du Budget d’envisager de loger les budgets des Organisations au niveau de leurs départements de tutelle technique afin d’en assurer un suivi plus adéquat. Concernant, les organisations à caractère transversal, les budgets resteront logés au niveau du Ministère des AE.

Le Conseil a recommandé l’adoption de ce Compte rendu d’étape et demandé au Ministre de poursuivre le travail et soumettre les résultats dans deux semaines au conseil interministériel.

Le Ministre en charge des Investissements et des Partenariats Publics Privés qui a fait une communication sur l’élaboration d’une stratégie de branding visant à créer une identité visuelle et le slogan pour promouvoir le label Guinée sous son meilleur jour à l’Expo 2020 à Dubaï.

Cette stratégie sera mise en œuvre par une campagne de communication dont l’objectif est de :

ü  Faire connaître les initiatives prises par le Président de la République pour stimuler les investissements ;

ü  Présenter les réformes entreprises par le Gouvernement pour diversifier l’économie et améliorer le climat des affaires;

ü  Promouvoir les multiples opportunités d’investissements, particulièrement dans les secteurs liés à l’eau à savoir l’agriculture, l’énergie, le tourisme, le transport, les infrastructures etc;

ü  Mettre l’accent sur la position de la Guinée en tant que couloir d’accès au marché de l’Afrique de l’Ouest et la valeur ajoutée que cela apporte aux investisseurs;

ü  Vulgariser la participation de la Guinée à Expo 2020 Dubaï.

Au terme de l’exposé, le conseil a pris acte de la plaidoirie du Ministre.

Le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée qui a fait une communication relative à la présentation du document de Stratégie Nationale d’inclusion Financière (SNIF) en République de Guinée.

Le Gouverneur de la Banque centrale a informé que le document de Stratégie Nationale d’Inclusion Financière s’étend sur la période de 2020 à 2023 et s’inscrit en droite ligne du Plan National de Développement Economique et Social qui a pour objectif de conduire la Guinée à l’émergence et à la prospérité à l’horizon 2040, à travers un mieux-être des populations et une réduction significative de la pauvreté.

Il a rappelé que qu’en 2014, le développement du secteur de la micro-finance avait conduit à l’élaboration et à l’adoption d’une Stratégie Nationale d’Inclusion Financière qui s’étendait sur la période 2013-2017.

Il a indiqué que cette stratégie n’avait pas pu être entièrement mise en œuvre, car rendue largement caduque par l’évolution du contexte et l’apparition de nouveaux acteurs de la finance inclusive que sont les Emetteurs de monnaie électronique, Fintechs, etc. D’où la pertinence d’élaborer une nouvelle SNIF, avec pour préalable la réalisation d’un diagnostic approfondi de l’inclusion financière en vue de clarifier les enjeux, les services et les acteurs du secteur.

Le principal objectif de la SNIF est de permettre aux populations d’avoir accès aux services financiers.

Pour élaborer la SNIF 2020-2023 une étude diagnostique a été réalisée en 2018 avec l’assistance de la Banque Mondiale et validée par le gouvernement guinéen, le secteur financier, les partenaires techniques et financiers de la Guinée.

L’étude a abouti aux conclusions suivantes :

ü  renforcer le secteur financier et développer des innovations en vue d’une plus grande inclusion financière ;

ü  capitaliser sur les réalisations de la SNIF 2013-2017 ;

ü  tenir compte du développement continu de la demande et de l’offre des services et produits financiers ;

ü  améliorer les conditions d’accès, d’information, d’éducation et de protection du public en général, et des consommateurs de services financiers en particulier.

Un comité de pilotage présidé par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre et composé du Gouverneur de la BCRG, des Ministres en charge des Finances, de l’Agriculture, des Télécommunications, des PME/PMI, des représentants du secteur privé, du secteur financier, des organisations professionnelles et agricoles a été mis en place. Il est chargé de lancer et de coordonner les activités prévues dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie.

Une cellule d’exécution du projet a été créée à la Banque Centrale. Elle est dirigée par le Directeur Général de la supervision des institutions financières et composée des représentants de la Direction chargée de la supervision des Banques et Assurances, de la Direction des statistiques et de la Direction du système et de moyens de paiements.

Pour promouvoir l’inclusion financière en Guinée, le document de SNIF a identifié les sept (7) axes stratégiques suivants :

Axe 1 : Renforcer la supervision du secteur des Institutions Financières, améliorer la prévention des faillites pour un secteur financier solide et pérenne.

Axe 2 : Améliorer le cadre réglementaire pour le développement de la finance numérique.

Axe 3 : Renforcer les infrastructures de paiement.

Axe 4 : Réduire les contraintes d’accès aux services financiers et améliorer l’offre.

Axe 5 : Renforcer la protection du consommateur pour améliorer la confiance dans le système financier.

Axe 6 : Renforcer l’éducation financière des populations.

Axe 7 : Assurer le suivi-évaluation de la stratégie et mesurer les progrès de l’inclusion financière en vu des adaptations nécessaires.

Au terme de l’exposé, le conseil a demandé au Gouverneur de s’assurer du fonctionnement correct des organes de gouvernance du SNIF notamment le Comité de Pilotage et d’ouvrir l’équipe exécutive à d’autres acteurs que les seuls services de la BCRG.  Le Conseil a sous réserve des observations ainsi formulées recommande l’adoption de ce document comme Stratégie du gouvernement en matière d’inclusion financière.

Le Conseil des Ministres

Amara SOMPARE, Ministre de l’Information et de la Communication

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Lire

Surtaxe de la téléphonie en Guinée : Orange met fin aux « Bonus voix » (rechargements Vendredi et via Orange Money)

22 juillet 2021 à 18 06 06 07067

Communiqué : Orange informe son aimable clientèle que suite aux dernières évolutions réglementaires avec notamment la mise en application de l’arrêté relatif à la nouvelle redevance d’interconnexion sur le trafic intra-réseau à raison de 20F par min depuis le 1er Juin, Orange est contraint de revoir sa politique de bonus à l’attention de ses clients.

Par conséquent, les bonus voix offerts lors des rechargements de crédit du Vendredi (100%) ainsi que les bonus voix des rechargements de crédit via Orange Money (25%) sont arrêtés à partir du 23 juillet 2021.

Orange Guinée sait compter sur la compréhension de tous ses clients et s’excuse des désagréments que cette situation peut engendrer.

A propos d’Orange Guinée

Orange Guinée est une filiale du Groupe Sonatel et est présente en Guinée depuis en Novembre 2007. Elle compte plus de 400 employés et près de 8 millions d’abonnés lui font confiance. Orange Guinée est leader du secteur des Télécommunications avec le réseau le plus large – Conakry et l’ensemble des capitales régionales sont couvertes par la 4G, et toutes les sous-préfectures sont aujourd’hui couvertes par la 3G. L’opérateur fait travailler indirectement des centaines de milliers de guinéens dans la Distribution de ses produits et services, la prestation de services divers et le développement de son Réseau téléphonique. Orange Guinée participe au développement économique et humain de la Guinée par son engagement, son excellence et sa proximité́ avec les populations guinéennes grâce entre autres à son Programme Citoyen traduit par ses actions sociétales évaluées en impact direct à des millions d’euros. 

Contacts presse :

Mohamed Lamine KEITA, [email protected]

Zouliath Bérangère QUENUM, [email protected]

Lire

La députée de Mamou aux candidats au Bac : « appliquez les instructions à la lettre »

22 juillet 2021 à 16 04 28 07287

A Mamou, c’est la députée uninominale de la préfecture qui a procédé au lancement officiel du baccalauréat ce jeudi, 22 juillet 2021, au lycée Amilcar Cabral de la ville. L’honorable Fatou Biro Diallo était en compagnie du gouvernement de la région, de l’inspecteur régional de l’éducation et d’autres autorités administratives et éducatives. Elle a mis l’occasion à profit pour encourager et conseiller les candidats, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Fatou Biro Diallo, députée de Mamou

« Je suis très satisfaite de l’organisation. Les candidats et surveillants, chacun se comporte très bien. Les barrières sanitaires sont respectées par tout le monde. Je demande aux candidats et candidates d’être vigilants, d’appliquer les instructions à la lettre, de ne pas se précipiter pour éviter des erreurs, de faire honneur à Mamou », a lancé la députée uninominale de Mamou.

Amadou Oury Lémy Diallo, Gouverneur de Mamou

De son côté, le gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lémy Diallo, a salué aussi le climat qui prévaut dans ce centre, avant de souhaiter plein succès aux candidats de cette région. « Je dirai d’abord que je suis très content de l’organisation que j’ai trouvé à Cabral. Et ce qui m’a le plus marqué, c’est le pourcentage des filles dans les salles, surtout dans le domaine des sciences mathématiques. Nous voulons que les filles émergent à côté des garçons. Le baccalauréat est un examen crucial, c’est la porte d’entrée de l’enseignement supérieur. Ces jeunes doivent tout faire pour réussir cet examen. Je prie Dieu que ces enfants, nos enfants, réussissent à cet examen national et que les résultats de cette année soient éclatants et satisfaisants à Mamou », a dit l’autorité régionale.

Cette année, la préfecture de Mamou compte 771 candidats au baccalauréat dont 309 filles : 187 candidats dont 73 filles en sciences sociales, 90 candidats dont 40 filles en sciences expérimentales, 291 dont 127 filles en sciences mathématiques et 203 candidats dont 69 filles en franco-arabe. Ces candidats sont repartis dans 4 centres d’examen, en raison de 30 candidats par salle, et encadrés par 52 surveillants.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Lire

Bouréma Condé lance le Bac à Kankan : « cette année, il n’y a pas de place pour la fraude »

22 juillet 2021 à 16 04 15 07157

C’est le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation qui a procédé au lancement officiel du baccalauréat ce jeudi, 22 juillet 2021, à Kankan. La cérémonie a eu lieu au lycée Almamy Samory Touré, en présence des autorités administratives, éducatives et communales de Kankan, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place. Avant de lancer la première épreuve, le général Bouréma Condé a prodigué quelques conseils aux candidats, tout en les mettant en garde contre toute tentative de fraude.

général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation

« Je crois que vous êtes suffisamment informés que cette année, il faudra tout faire pour ne pas se faire prendre en train de frauder. Il n’y a pas de place pour la fraude. Parce que ce n’est pas à votre avantage, ce n’est pas à l’avantage de Kankan. Alors, concentrez-vous sur les sujets et mettez sur le papier ce que vous connaissez. Que votre valeur intrinsèque ressorte, mais ne cherchez pas à frauder », a lancé le général Bouréma Condé, ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

Dr Brahima Kaba représentant du ministère de l’enseignement supérieur

L’une des spécificités du baccalauréat de cette année, c’est la participation du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à l’organisation de cet examen national. Et c’est Dr Brahima Kaba qui représente ce département à Kankan. « Notre rôle, c’est de venir épauler le MENA afin que les examens se déroulent dans les meilleures conditions. Nous allons faire le constat et remonter à qui de droit. Nous avons utilisé les détecteurs de métaux à la rentrée et nous continuerons à les utiliser tout au long de l’examen. Le candidat qui se fera prendre sera exclu et mis à la disposition de la justice », a dit Dr Kaba.

Cette année, ils sont 12.220 candidats dont 2.863 filles à passer le baccalauréat dans la région de Kankan. Ils sont répartis dans 27 centres d’examen et encadrés par 718 surveillants.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Matam : Deen Touré appelle les candidats au Bac à la sérénité et au courage

22 juillet 2021 à 16 04 04 07047

A Matam (l’une des cinq communes de Conakry), c’est Dr Ibrahima Deen Touré, président du Groupe parlementaire Rassemblement républicain à l’Assemblée nationale, qui a présidé le lancement officiel du baccalauréat ce jeudi 22 juillet 2021. La cérémonie a eu lieu au lycée 1er mars, en présence du directeur communal de l’éducation et plusieurs autres cadres du secteur éducatif. A cette occasion, le député a invité les candidats et l’ensemble des acteurs concernés à la sérénité et au courage pour la réussite de cet examen national.

Dr Ibrahima Deen Touré, président du Groupe parlementaire Rassemblement républicain à l’Assemblée nationale

« Le diplôme du baccalauréat pour notre système académique, c’est un diplôme prestigieux. C’est le diplôme qui fait la transition entre un âge et un autre. Et c’est pour cela que je demande sérénité et courage non pas aux candidats seulement, mais aussi aux surveillants, aux correcteurs et à tous, pour que chacun fasse son travail dans son domaine, afin que nous aboutissions au résultat que nous attendons, parce que tous les moyens sont investis à cet effet. Notre président de la République a mis tout ce qu’il faut dans ce domaine pour que les choses marchent comme ça se doit. Nous devons le féliciter pour ça et féliciter tous les acteurs qui interviennent dans le système éducatif guinéen et qui se battent pour qu’on arrive à bon port », a dit l’honorable Deen Touré.

Ibrahima 2 Barry, Directeur communal de l’éducation de Matam

De son côté, le directeur communal de l’éducation de Matam, Ibrahima 2 Barry, a indiqué que les autorités ont pris toutes les dispositions pour le bon déroulement des examens nationaux dans cette commune. « Pour rendre crédibles ces examens en évitant les fraudes de tout genre, les dispositions ont été prises, tels que : le contrôle basique des listes des candidats qui ont t été épurées, la formation et la sensibilisation des candidats et des surveillants,  l’utilisation des détecteurs de métaux pour débusquer les téléphones qui sont devenus des instruments de fraude massive, l’identification des surveillants et surveillantes pour éviter la substitution dans les salles », a-t-il souligné, avant d’appeler à un changement de comportements. « Car la triche ne peut honorer ni un succès, ni un acquis », a dit M. Barry.

Cette année, 3 901 candidats dont 1 690 filles affrontent les épreuves du baccalauréat dans la commune de Matam. Ils sont répartis dans 8 centres d’examen.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : +224622919225

Lire

Fodé Mohamed Soumah aux candidats au Bac : « le mérite, c’est quelque chose qui est personnel »

22 juillet 2021 à 15 03 52 07527

L’honorable Fodé Mohamed Soumah, 5ème vice-président de l’Assemblée nationale, a présidé le lancement officiel du baccalauréat ce jeudi, 22 juillet 2021, à Kaloum, l’une des cinq communes de Conakry. La cérémonie a eu lieu à l’école primaire de la Gare, située au quartier Almamyah, en présence de la Secrétaire générale du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation, du directeur communal de l’éducation et d’autres cadres du secteur éducatif. Avant d’ouvrir l’enveloppe contenant la première épreuve, le président du parti GéCi (Génération Citoyenne) a prodigué des conseils aux candidats.

Honorable Fodé Mohamed Soumah, président du parti GéCi (Génération Citoyenne) et 5ème vice-président de l’Assemblée nationale

 « Je me souviens lorsque j’étais à votre place, j’avais des références et des référentiels. C’était comment accéder à l’excellence. Donc, je ne voulais pas abuser de votre temps, mais je veux que vous sachiez que l’Assemblée nationale est à vos côtés. Aujourd’hui, les 114 députés sont déployés sur toute l’étendue du territoire pour lancer les premières épreuves, pour vous accompagner, pour vous encourager et surtout vous soutenir, vous dire que le plus dur reste à faire. Ce n’est pas seulement d’obtenir le Bac, mais d’être demain un bon père de famille, une mère de famille, un citoyen exemplaire. Je crois que chacun de vous a cette possibilité aujourd’hui.

Mais de grâce, essayez ce qu’on appelle le mimétisme positif. Essayez de ressembler à quelqu’un vraiment qui vous fait rêver. Et je crois que lorsque vous êtes dans cette posture, vous ne pourrez qu’évoluer dans la vie. Je sais qu’il y a beaucoup de stress, mais essayez de vous poser, de vous calmer et de travailler seul. Le mérite, c’est quelque chose qui est personnel. Donc, j’ose espérer que demain, vous pourrez être à ma place, député de la République. Il faut que vous ayez l’ambition de servir votre pays, c’est ça la citoyenneté », a dit l’honorable Fodé Mohamed Soumah, président du parti GéCi (Génération Citoyenne) et 5ème vice-président de l’Assemblée nationale.

Madame Diallo Nènè Fatou, secrétaire générale du ministère du MENA

Présente à cette cérémonie, la secrétaire générale du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA) a demandé aux candidats de respecter les directives données par les autorités. « Le Bac va vite passer parce que c’est trois jours, et je sais que vous avez beaucoup écouté les conseils et les directives. Même hier, monsieur le ministre s’adressait encore à vous. Alors, nous comptons sur vous pour que cet examen se déroule dans d’excellentes conditions. Et les excellentes conditions, c’est bien sûr votre effort personnel, n’oubliez jamais ça. Si vous réussissez à décrocher votre examen par vos efforts personnels, vous garantissez votre avenir. Respectez tout ce qui vous sera dit et vous serez récompensés », a dit Nènè Fatou Diallo.

Dans la commune de Kaloum, 1.389 candidats dont 652 filles affrontent les épreuves du baccalauréat cette année. Ils sont répartis dans 45 salles et encadrés par 94 surveillants.

Mohamed Guéasso DORE pour Guineeamatin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Le gouverneur N’Zérékoré prévient les candidats au Bac : « aucun cas de fraude ne sera admis »

22 juillet 2021 à 13 01 06 07067

Comme partout ailleurs, le baccalauréat a débuté ce jeudi, 22 juillet 2021, à N’Zérékoré. C’est le gouverneur de la région, en compagnie du préfet, du maire de la ville, de l’inspecteur régional et du directeur préfectoral de l’éducation, qui a procédé au lancement officiel de cet examen national. Avant de lancer l’épreuve de Français pour l’option sciences sociales, le général Mohamed Gharé a adressé un message à l’ensemble des candidats, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

« Je vous exhorte à beaucoup de vigilance, à beaucoup de sérénité et à beaucoup de confiance envers vous-mêmes. Nous sommes tous passés par-là. Les examens constituent  une évaluation de ce que  l’élève a appris tout au long de l’année scolaire. Donc, n’ayez pas peur. Je souhaite qu’il y ait beaucoup d’admis à N’Zérékoré, mais retenez quelque chose, c’est que notre enseignement se perfectionne d’année en année. Donc, aucun cas de fraude ne sera admis, c’est tolérance zéro. Comptez sur vous-mêmes, faites confiance à vous-mêmes. Je sais qu’avec cet esprit, tout ira pour le mieux», a dit le gouverneur de N’Zérékoré.

Amara Condé, inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré

De son côté, l’inspecteur régional de l’éducation a rappelé les spécificités des examens nationaux, session 2021. « Cette année,  pour  tous les centres d’examen en République de Guinée, un  représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique travaille  avec  le représentant du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation. Aussi, vous avez des machines qu’on appelle détecteur métallique dans tous les centres. Dans une salle d’examen, quoi qu’on dise, il y aura toujours des brebis galeuses qui vont chercher à introduire des documents ou des téléphones. Donc, le ministère de l’Education nationale a donné cela pour une sécurisation et une moralisation parfaite de l’évaluation », s’est réjoui Amara Condé.

A noter que la région administrative de N’Zérékoré présente cette année 8 342 candidats dont 2 475 filles au baccalauréat unique, tous profils confondus. Ces  candidats  sont répartis dans 29 centres qui sont tous dans les chefs-lieux des 6 préfectures.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

Domani Doré au lancement du Bac à Dixinn : « la tolérance zéro reste maintenue »

22 juillet 2021 à 12 12 52 07527

Honorable Domani Doré, première secrétaire parlementaire à l’Assemblée nationale, a pris part au lancement officiel du baccalauréat 2021, dans la commune de Dixinn. La cérémonie a eu lieu au collège 1 Donka, en présence du maire de cette commune de Conakry et du directeur communal de l’éducation. A cette occasion, la députée a rappelé que le slogan « tolérance zéro » reste maintenu pour les examens nationaux de cette année encore, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

« Le président de la République nous a tous exhortés, en tant qu’institution qui a une part de responsabilité à gérer dans ce pays, à être davantage proche du peuple. Et on ne peut pas parler du peuple sans justement tenir compte de la représentativité jeune. Donc, le baccalauréat est un cap important pour la jeunesse, un cap important pour leur carrière et par conséquent, en tant qu’élue, on avait le devoir à travers notre président Amadou Damaro Camara qui a souhaité que nous soyons justement là pour le lancement de ces épreuves et témoigner ainsi de notre disponibilité constante auprès de la jeunesse. Le slogan de cette année, c’est le même, c’est-à-dire tolérance zéro », a dit Domani Doré.

Honorable Domani Doré, première secrétaire parlementaire

De son côté, le maire de Dixinn a exprimé le soutien moral des autorités et des citoyens de la commune aux candidats. Mamadou Samba Diallo leur a prodigué aussi quelques conseils avant le début des épreuves. « Cette année, les enfants ont reçu les cours toute l’année sans aucune perturbation. J’estime qu’ils seront en mesure de traiter les sujets qui vont être mis à leur disposition. Au nom de la population de Dixinn, je suis venu les accompagner et leur faire comprendre que toute la population de Dixinn les accompagne moralement. Nous les soutenons moralement, nous les demandons d’être très calmes, très posés, en traitant les sujets conséquemment », conseille l’autorité communale.

Mamadou Samba Diallo, maire de la commune de Dixinn

Quant au directeur communal de l’éducation de Dixinn, il s’est félicité du climat dans lequel l’examen du baccalauréat a démarré. « Pour le moment, il n’y a aucun problème. Toutes les mesures sont prises pour le bon déroulement de l’examen. Il y a la distanciation physique, donc 30 candidats par salle de classe, le port obligatoire des masques est respecté et les kits de lavage de mains sont installés dans toutes les salles pour éviter la propagation de la maladie », a dit Fodé Sylla.

A noter qu’ils sont 1 083 candidats dont 465 filles à affronter les épreuves du baccalauréat dans la commune de Dixinn. Ils sont répartis dans trois centres d’examen.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620589527/664413227

Lire

Baccalauréat : 73 candidats affrontent les épreuves à Koubia

22 juillet 2021 à 11 11 48 07487

Comme annoncé précédemment, le baccalauréat a débuté ce jeudi, 22 juillet 2021, en Guinée. Dans la préfecture de Koubia, 73 candidats dont 19 filles prennent part à cet examen national. Toutes les autorités locales se sont mobilisées pour procéder au lancement officiel des épreuves, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est à 9h00 que les premières épreuves du baccalauréat ont été lancées à l’école primaire 1 de Koubia, l’unique centre d’examen de la préfecture, en présence du préfet, du maire de la commune urbaine et du député uninominal de Koubia. Avant d’ouvrir l’enveloppe contenant l’épreuve de Français pour l’option sciences sociales, l’honorable Ibrahima Bory Diallo a invité les candidats et les encadreurs au respect strict des règlements régissant les examens nationaux en Guinée.

Cette année, ils sont 53 candidats dont 15 filles en sciences sociales, et 20 candidats dont 4 filles en sciences mathématiques, les deux options qui existent au lycée de Koubia. Ceux des sciences sociales sont répartis dans trois salles, tandis que ceux des sciences mathématiques sont dans une seule salle. Chaque salle a deux surveillants. Tous les candidats et surveillants portent des masques de protection contre la Covid-19, et des dispositifs de lavage des mains sont installés devant toutes les salles.

Pour cette première journée, aucun absent n’a été enregistré parmi les candidats. 

Alpha Koubia Diallo pour Guineematin.com 

Tel. (00224) 628546933

Lire

Démarrage du baccalauréat unique 2021 : la mise en garde du ministre Bano Barry

22 juillet 2021 à 11 11 30 07307

Les premières épreuves du baccalauréat unique, session 2021, ont été lancées ce jeudi 22 juillet 2021. A Conakry et pour la commune de Ratoma, c’est le Lycée de Lambanyi qui a abrité la cérémonie de lancement en présence du Premier, Dr Ibrahima Kassory Fofana, du ministre de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation, Pr Alpha Amadou Bano Barry, des autorités communales, ainsi que de plusieurs autres personnalités, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est sous une fine pluie que la première épreuve (Mathématiques) du baccalauréat unique, session 2021, a été lancée ce jeudi au lycée 2 de Lambanyi, ex lycée des jeunes filles, dans la commune de Ratoma. Et, au sortir de la salle, le ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, le Pr Alpha Amadou Bano Barry a mis en garde les candidats qui tenteront d’utiliser leurs téléphones pour frauder.

« Nous espérons que les élèves ont compris nos messages et qu’ils ont laissé les téléphones à la maison. Si tel n’est pas le cas, celui qui sera pris sera éliminé des examens de cette année. Et, naturellement, j’utilise aussi mon chapelet pour m’assurer que le réseau ne puisse pas fonctionner pour les élèves qui vont réussir à venir avec les téléphones et à dribbler tout le monde », a lancé le ministre.

Pr Alpha Amadou Bano Barry au lancement des épreuves du Bac unique 2021

Après cette mise en garde, le ministre Bano Barry a dévoilé plusieurs autres innovations permettant, espère-t-il, de qualifier le système éducatif guinéen. « Cette année, nous avons étalé les activités sur trois jours, étant donné qu’il y a sept matières en raison de deux matières le premier jour, deux le deuxième jour et trois matières le dernier jour. Nous considérons que ce dispositif va permettre à la fois de ne pas disperser les efforts, mais aussi de s’assurer que les élèves sont suffisamment mobilisés pendant la période des examens.

Enfin, nous avons aujourd’hui dans le dispositif une couverture nationale totalement complète qui fait que nous avons la possibilité, en temps réel, avec un système de monitoring, de savoir ce qui se passe dans chaque centre d’examen. Nous avons aussi obtenu une réduction du nombre de centres d’examens pour permettre un meilleur contrôle. Ce n’est pas le nombre de salles qui a baissé, c’est le nombre de centres. Ce qui permet en réalité un meilleur dispositif de couverture sur l’ensemble du territoire national.

La dernière chose est que les centres de correction ont été délocalisés pour être envoyés à Kaloum dans l’espoir que nous allons passer la journée avec les correcteurs pour nous assurer que le premier correcteur et le deuxième correcteur n’ont aucun lien jusqu’à la fin de la correction. Nous espérons qu’à la fin le système sera plus performant, il y aura probablement plus d’admis ou en tout cas les meilleurs admis que nous pourrons sortir du système éducatif. Voilà les grandes innovations que nous avons apportées et nous espérons que les résultats seront à la hauteur », a dit le ministre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Kassory Fofana aux candidats et surveillants du bac : « nous voulons que les tricheries et magouilles prennent fin »

22 juillet 2021 à 11 11 16 07167

Comme annoncé dans nos précédentes publications, les premières épreuves du baccalauréat unique, session 2021, ont été lancées dans la matinée de ce jeudi, 22 juillet 2021. A Conakry et pour la commune de Ratoma, c’est le Lycée 2 de Lambanyi qui a abrité la cérémonie de lancement, en présence du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, du ministre de l’éducation nationale et de l’Alphabétisation, Pr Alpha Amadou Bano Barry, des autorités communales, ainsi que de plusieurs autres personnalités, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était dans cet établissement.

Le baccalauréat unique a démarré ce jeudi sur toute l’étendue du territoire national. Dans la commune de Ratoma, c’est le Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana qui a ouvert la première enveloppe contenant l’épreuve de mathématiques.

Dr Ibrahima Kassory Fofana au lycée 2 de Lambanyi

Après avoir prodigué des conseils aux candidats, le Premier ministre a dit la volonté de son gouvernement de mettre fin aux magouilles. « Ma visite dans ce centre s’inscrit dans le cadre de l’ouverture des épreuves du baccalauréat. Ceci sanctionne la fin des études secondaires et traduit la politique gouvernementale de changer complètement la donne en ce qui concerne le système éducatif en Guinée. Nous voulons que les choses se passent dans la clarté, que les tricheries et autres magouilles qui ont toujours émaillé le système des examens, que ceux-ci prennent fin de manière sélectionnée. Parce que le baccalauréat, c’est ce qui permet d’orienter les étudiants vers une carrière académique avec beaucoup d’ouverture sur le monde de la connaissance.

Nous voulons que cela soit très sélectif et je dois remercier et féliciter le système éducatif, le ministre qui a pris à bras le corps la situation pour induire petit à petit les changements structurels que nous voulons apporter au système éducatif sous le leadership du Pr Alpha Condé. J’ai constaté que les choses se passent bien et j’espère que cela va continuer comme ça et que les résultats qui vont sortir de ces examens seront les plus sincères possibles pour refléter la réalité en termes de connaissance des différents candidats », a souhaité le Premier ministre.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Des vendeurs de bétail victimes d’attaque à Coyah : « ils ont pris nos sacs d’argent sous le lit »

22 juillet 2021 à 10 10 56 07567

Plusieurs vendeurs de bétail, venus de la sous-préfecture de Diatifèrè (Dinguiraye), ont passé la fête de Tabaski dans la tristesse et la désolation. Ils ont été victimes d’attaque à main armée dans la soirée du 19 juillet 2021, au Km36, dans la préfecture de Coyah. Des hommes armés ont fait irruption à leur domicile, emportant la totalité de l’argent qu’ils ont gagné après avoir vendu leur bétail. Rencontré par un journaliste de Guineematin.com, Macky Diallo, l’une des victimes, est revenu sur la scène cauchemardesque qu’il a vécue.

« Mes amis et moi, avons quitté Diatifèrè pour venir vendre du bétail à Conakry, à l’occasion de la fête de Tabaski. Après avoir fini de vendre, on est venu compter l’argent au domicile de notre ami, au Km36. Maintenant, aux environs de 20 heures, alors j’étais dans la chambre de notre ami avec un de mes collègues, j’ai entendu quelqu’un dire dehors : couche-toi, couche-toi. Je suis sorti voir ce qui se passait dehors, et j’ai trouvé qu’il y avait là deux personnes armées.

Le temps pour moi de retourner dans la chambre et de fermer la porte, ils étaient déjà arrivés à la porte, et l’ont poussé avec force. Moi aussi j’ai poussé de l’intérieur, mais sils ont fini par l’ouvrir et à entrer dans la chambre. L’un d’entre eux a pointé son fusil sur moi et m’a dit qu’il allait me tuer. Après, il m’a tapé avec le fusil au niveau de la tête, je suis tombé, ma tête a été blessée. Il m’a intimé de lui montrer où se trouve l’argent. Je lui ai montré l’argent qu’on avait entre les mains, mais il a dit que ce n’est pas ça seulement et qu’il en reste d’autres.

Il a dit que je ne lui montrais pas tout l’argent, il allait me tuer. Je leur ai dit de vérifier dans les mammites. Ils ont vérifié là-bas, ils n’ont rien trouvé. Ils ont insisté en disant que s’ils ne voyaient pas l’argent, ils n’allaient pas m’épargner. J’ai dit qu’on n’avait pas d’argent à part ce que je leur ai montré. Après, ils ont vérifié sous le lit d’où ils ont sorti les sacs qui contenaient notre argent.

Dès que j’ai commencé à tourner la tête pour regarder ce qu’ils faisaient, l’un d’entre eux a dit à son ami de tirer sur moi ou de me percer les yeux si je me tournais désormais vers eux. Ils ont fait sortir nos sacs d’argent qui se trouvaient sous le lit de notre tuteur. Après, ils nous ont regroupés tous dans la maison et ont fermé les portes sur nous pour nous empêcher de sortir », a expliqué ce citoyen.

Selon les victimes, les assaillants ont emporté de fortes sommes d’agent, qui se chiffrent à plusieurs millions de francs guinéens. Ils appellent les autorités à les aider à récupérer cet argent. « Ils ont pris tout notre argent. Plus rien ne nous reste, même pas à manger. Nous demandons aux autorités et aux bonnes volontés de nous aider, car cet argent qu’on avait ne nous appartenait à nous seuls.

Nous avons des associés qui avaient aussi leur argent dedans. Nous demandons à tout le monde de l’aide, car plus rien ne nous reste, les bandits ont tout emporté avec eux. Nous demandons surtout aux autorités de nous aider à mettre la main sur ces bandits qui nous ont dépossédés de tout », a lancé Mamadou Bailo Diallo, une autre victime.

Malick Diakité pour Guineematin.com

Lire

Maison centrale de Conakry : la sécurité renforcée après l’évasion de Sidy Diallo

22 juillet 2021 à 9 09 28 07287

Une brigade mixte, composée de la police et de la gendarmerie, a été déployée mercredi soir, 21 juillet 2021, à la Maison centrale de Conakry. L’objectif est de renforcer la sécurité dans la plus grande prison du pays, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes. 

Cette décision serait la conséquence directe de la récente évasion de Sidy Mohamed Diallo, un célèbre prisonnier qui était détenu depuis avril dernier à la Maison centrale de Conakry. Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, ce présumé preneur d’otage, présenté comme étant le cerveau de l’enlèvement de l’opérateur économique Thierno Mamadou Dansoko, a réussi à sortir de cette prison, dans des circonstances qui restent encore floues.

Et avant lui, apprend-t-on, deux autres détenus avaient réussi à s’évader de la Maison centrale de Conakry. C’est pourquoi, après l’interpellation de plusieurs responsables de la prison qui sont mis à la disposition de la police judiciaire pour des fins d’enquête, les autorités ont décidé de renforcer la sécurité sur les lieux. Désormais, les Cales des détenus sont sous haute surveillance.

Focus Guineematin.com

Lire

Persécution des opposants en Guinée : ce que Tibou Kamara écrit aux Etats-Unis

22 juillet 2021 à 9 09 20 07207
Tibou Kamara, ministre d’Etat, conseiller personnel du Chef de l’Etat, Ministre de l’industrie et des PME, porte-parole du Gouvernement

Acculé par les critiques des ONG internationales et les occidentaux, le Gouvernement guinéen, qui tue toute forme de contestation (même verbale) dans le pays, essaie une nouvelle stratégie dans le secret espoir d’atténuer au sein de l’opinion l’impact de la terreur imposée aux citoyens. Alors que des opposants sont arrêtés et détenus sans jugement depuis plus de huit mois, Tibou Kamara, un des anciens exilés du régime Alpha Condé, devenu porte parole du Gouvernement, sort des communiqués pour parler de liberté en Guinée, un pays où la moindre voix discordante est criminalisée depuis la réélection contestée du champion du RPG à un troisième mandat…

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, ce communiqué en réponse à celui des États-Unis :

Le Gouvernement note, avec satisfaction, que l’ambassade des Etats-Unis en Guinée se félicite des actes posés par la justice guinéenne, conformément aux pouvoirs qui lui sont reconnus et impartis.

Il note aussi le vœu partagé par tous les républicains et démocrates que les procédures en cours, relatives à différentes affaires pendantes devant les juridictions du pays, soient conduites vite et bien, sous l’autorité de la justice et dans le respect de l’indépendance des magistrats.

Le Gouvernement n’est pas un obstacle ni une menace contre les droits et les libertés des citoyens, mieux, il promeut la liberté d’expression et la diversité des opinions, réelles dans le pays, mais qui doivent s’exercer cependant, comme dans tout État de Droit, dans les conditions et limites prescrites par la Constitution.

Enfin, la Guinée est un État respectueux des droits humains ainsi que des principes universels de la Démocratie et de l’État de Droit, fondés sur l’exigence de concilier les Droits et les Devoirs, ainsi que celle d’assurer l’égalité des citoyens devant la Loi.

Tibou Kamara

Ministre d’Etat, Conseiller spécial du Président de la République,

Ministre de l’Industrie et des PME

Comment un homme qui jouit de toutes ses facultés peut parler de liberté dans un pays où aucune contradiction (même verbale) n’est tolérée ? Dans un pays où des leaders et responsables de l’opposition (ou simplement épouses) sont interdits de voyager sans motifs, où les bureaux et le siège du principal parti de l’opposition sont fermés, sans aucune décision judiciaire et où des citoyens sont arrêtés et détenus pendant plus de huit mois sans aucun procès ? Qu’est-il arrivé à notre Tibou Kamara, l’homme qui nous récitait les principes et valeurs démocratiques qu’il souhaitait voir appliqués dans notre chère Guinée ?

Pauvres de nous !

Lire