Comme annoncé précédemment, le Comité national de rassemblement et du développement (la junte militaire au pouvoir en Guinée) s’est entretenue ce mardi, 14 septembre 2021, avec les acteurs politiques guinéens au palais du peuple à Conakry. Mais, cette rencontre de concertation n’a visiblement été qu’un simple tête-à-tête entre la junte et la classe politique. Cependant, le petit discours du Colonel Mamady Doumbouya (président du CNRD) semble avoir rassuré davantage les leaders politiques qui étaient présents à l’hémicycle. En tout cas, beaucoup de leaders sont sortis « satisfaits » de la salle, même si les termes de la transition n’ont pas été évoqués dans les échanges.

D’ailleurs, aux micros des journalistes qui attendant à la porte de l’hémicycle, Bah Oury, le président de l’UDRG (Union des Démocratiques pour la Renaissance de la Guinée), a laissé entendre la junte à l’air de bien savoir où elle va.

« La rencontre s’est déroulée dans d’excellentes conditions. Peut-être qu’il faut améliorer l’accueil pour qu’il n’y ait pas de bousculade et que les choses se fassent avec un peu plus de professionnalisme… Sinon, à l’intérieur de la salle, les choses ont été impeccablement bien organisées. Le discours d’ouverture du président du CNDR, Colonel Mamady Doumbouy, a été très explicite. A chaque fois, il est revenu sur le terme : ‘’faisons tout pour éviter les erreurs du passé et faisons en sorte d’avoir une transition inclusive qui sera participative et qui va être suffisamment large pour intégrer les dynamiques des uns et des autres’’. Mais, cela ne veut pas dire qu’il faut s’attendre à ce que toute sollicitation, toute demande soit acceptée. Donc, il y a un certain cap qui est fixé à ce niveau-là ; et, je pense que c’est une manière de dire qu’ils (le CNRD) savent où est-ce qu’ils vont. Ils sollicitent les contributions des élites de quelque nature que ce soit; mais, c’est pour simplement aller dans le sens de la satisfaction de l’intérêt du pays et de l’intérêt de la population guinéenne », a dit Bah Oury.

En outre, le président de l’UDRG a appelé ses pairs de la classe politique à faire en sorte que cette transition évolue de façon stable et d’éviter les intérêts égoïstes de positionnement politique.

« Il faut faire en sorte que la communauté nationale, dans un contexte de pauvreté accrue, avec une crise sociale qui est patente, puisse permettre à ce que les chantiers de la transition puissent se faire dans un environnement relativement stable… Les attentes sont nombreuses et elles vont s’exprimer. Il nous appartient tous d’apporter notre contribution pour que ce processus politique évolue de manière stable et pour apporter des éléments de solution à certains problèmes que nous avons. Il ne faut pas, en termes de classe politique, que chacun cherche à tirer la couverture de son côté au risque de la déchirer », a conseillé Bah Oury.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin