A l’occasion d’une conférence de presse qu’elle a animée hier, lundi 13 septembre 2021, l’association guinéenne pour la transparence a pris acte de la prise du pouvoir par le CNRD (Comité National de Rassemblement et du Développement). Elle a également demandé aux nouvelles autorités (la junte militaire) à auditer la gestion du régime d’Alpha Condé depuis 20210 et de poursuivre et condamner tous les gestionnaires indélicats.

Lisez !

Déclaration n°003/AGT/2021 sur la prise du pouvoir par le Comité National de Redressement et du Développement (CNRD) le 05 septembre 2021.

La lutte contre la corruption : facteur et indicateur de la bonne gouvernance !

L’Association Guinéenne pour la Transparence (AGT) a suivi avec intérêt les événements intervenus le dimanche, 5 septembre 2021, ayant conduit à l’avènement au pouvoir du Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD) avec à sa tête le Colonel Mamady Doumbouya.

Malgré les potentialités économiques, sociales et culturelles dont disposent notre pays, la Guinée fait partie des pays les plus pauvres et les plus corrompus du monde du fait de la responsabilité et du comportement de ses élites politiques et administratives. À preuve, en 2020, la Guinée occupe la 32ème place sur 54 pays en Afrique et la l37ème place sur 180 pays à travers le monde dans l’Indice de perception de la Corruption (IPC) de Transparency International (TI).

De ce coup d’État, l’AGT a pris bonne note de la véridique dénonciation faite par le colonel Mamady Doumbouya de la mauvaise gouvernance en Guinée et des fermes engagements du Comité National du Rassemblement et du Développement pour y apporter un remède radical à ces fléaux.

L’AGT rappelle que la lutte contre la corruption est un processus comportant les réformes institutionnelles, l’indépendance et l’efficacité de l’appareil judiciaire, ainsi que l’engagement des acteurs de lutte. Cette dernière décade de gouvernance s’est caractérisée par :

* Les discours creux et les slogans à la place de mesures et d’actions concrètes et efficaces de lutte contre la corruption ;

* La pratique de la petite corruption et de la grande corruption à tous les niveaux et sous toutes les formes : trafic d’influence, intimidation, menace, achat des consciences, favoritisme, népotisme, achat des électeurs, l’opacité des marchés publics ; 

* L’existence à titre de décoration de structures de lutte contre la corruption : la cour des comptes, l’inspection d’État, les inspections sectorielles des ministères, l’Agence Nationale de lutte contre la Corruption (ANLC), la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières(CENTIF), l’Office de Répression des Delits Economiques et Financiers (ORDEF) ainsi que le Secrétariat permanent de Lutte contre la Drogue et les Crimes Organisés ;

* L’absence et/ou la non-publication des déclarations de biens des hauts responsables de l’État et des régies financières à leur entrée en fonction et à leur départ.

Pour endiguer la corruption et conséquemment promouvoir la bonne gouvernance, l’Association Guinéenne pour la Transparence (AGT) recommande au CNRD de :

√ Auditer la gestion des dix dernières années sanctionnées par la poursuite et la condamnation de tout gestionnaire indélicat ;

√ Renforcer la formation, l’équipement et les activités des institutions et structures de lutte contre la corruption ;

√ Vérifier l’effectivité de la déclaration de biens par les hauts fonctionnaires à leur entrée et sortie de fonctions ;

√ Créer et faire fonctionner un Ministère du Contrôle de l’État qui n’aurait jamais dû disparaitre assurant le contrôle à priori et à postériori de la gestion publique et parapublique.

√ Transmettre à la justice pour jugement et condamnation de tous les faits de corruption et de détournement de deniers publics.

ENSEMBLE, COMBATTONS LA CORRUPTION, CAR NE RIEN FAIRE, C’EST LAISSER FAIRE !

Conakry, le 13 septembre 2021

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin