Général Siba Sévérin Lohalamou, gouverneur de Boké

Après avoir procédé à l’installation du nouveau préfet de Gaoual, le gouverneur de Boké a animé un meeting ce jeudi, 10 juin 2021, à Kounsitel. Le général Siba Sévérin Lohalamou a annoncé la fermeture temporaire des mines d’or découvertes récemment dans cette sous-préfecture et dans la commune urbaine de Gaoual. Il a demandé aux nombreux mineurs qui sont sur le terrain de rentrer chez eux en attendant la réglementation de l’exploitation minière, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Gaoual.

Venus de toutes les régions de la Guinée, les orpailleurs étaient massivement mobilisés pour écouter l’émissaire du gouvernement à Gaoual. Et le message délivré par le gouverneur de la région de Boké n’est pas celui qui était attendu sur le terrain. « Il n’y a pas encore de réglementation. Le gouvernement me charge de vous dire que le ministre des mines et de géologie a ses représentants sur le terrain. Ils sont en train de travailler pour déterminer le périmètre, ils n’ont pas encore fini de le faire. Quand le travail sera fait, ils vont nous dire quels sont les papiers qu’il faut pour venir ici et exploiter l’or. Mais toute exploitation avant la fin des inspections, c’est du désordre. Je vous demande d’arrêter tout et de rentrer chez vous en toute tranquillité », a déclaré le général Siba Sévérin Lohalamou.

Avec l’arrivée massive de chercheurs d’or dans les trois sites miniers de Gaoual (deux dans la sous-préfecture et un autre dans la commune urbaine), un véritable problème de nourriture et de logement s’est posé dans la préfecture. Une raison de plus de fermer temporairement les mines et de mettre en place des dispositions réglementaires avant de reprendre l’exploitation. « On fait du n’importe quoi. Il y en qui dorment par terre, d’autres dans la rue, d’autres dans des maisons non achevées, du coup tout devient cher ici. Donc en attendant les nouvelles instructions du gouvernement, je vous demande de rentrer chez vous. Nous allons demander de vous laisser passer sans rien payer dans les différents barrages. Personne ne va vous demander de payer un franc », a rassuré le gouverneur de Boké.

Si certains orpailleurs ont déjà pris le chemin du retour, d’autres par contre ne comptent pas quitter Gaoual sans avoir récupéré l’argent qu’ils ont déboursé pour avoir un permis d’exploitation. Selon Kamory Camara, venu de Siguiri, plus de 8.000 personnes avaient payé de l’argent auprès des autorités locales pour pouvoir travailler légalement sur le terrain. Ils exigent la restitution de ces montants avant de partir. « Certains détenteurs de machines détectrices d’or ont payé 500.000 francs, d’autres un million. Personnellement, j’ai payé en tout 6 millions de francs, je n’ai plus rien aujourd’hui pour retourner. Donc nous demandons à la préfecture de nous restituer notre argent pour qu’on puisse rentrer chez nous », a-t-il lancé.

C’est également la déception chez les commerçants et autres marchands qui avaient commencé à faire de bonnes affaires dans ce nouvel eldorado guinéen.

De Gaoual, Amadou Lama Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel. 621686148

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com