Elie Kamano, artiste, président du Parti Guinéen pour la Solidarité, la Démocratie et le Développement (PGSD)

Le tribunal de première instance de Kaloum a décerné un mandat d’arrêt contre l’artiste et politicien Elie Kamano. Cette décision a été prise ce mercredi, 16 juin 2021, par le juge Mohamed Diawara. Elle fait suite à l’absence répétée du reggae man guinéen au procès l’opposant à l’ancien président de la Fédération guinéenne de football. Salifou Camara « Super V » poursuit Elie Kamano pour « injures et diffamation par le biais d’un système informatique ». L’avocat du prévenu dénonce une injustice et annonce que son camp tirera toutes les conséquences de cette décision du juge.

« C’est pour des raisons de santé qu’il (Elie Kamano) n’était pas dans la salle. Nous avons voulu expliquer cela au tribunal, mais nous pensons que le terrain était déjà préparé pour ça. C’est une injustice et c’est ce qui est terrifiant dans notre pays. Les faibles sont toujours persécutés, intimidés, pourchassés. Sinon dans cette affaire, toutes les parties sont constituées. M. Elie Kamano avait à son tour déposé plainte contre M. Salifou Camara « Super V » pour atteinte à la vie privée.

Cette plainte est à la DCPJ depuis bientôt un mois. Nous avons écrit à M. le procureur de la République pour lui demander d’intervenir afin cette plainte soit instruite et transmise au tribunal pour que les deux parties comparaissent devant le tribunal, impossible. Donc il y a du deux poids deux mesures. Nous prenons acte de ce mandat qui vient d’être décerné et nous en tirerons toutes les conséquences de droit. Mais mon client ne se laissera pas faire, nous allons continuer à nous battre pour défendre sa cause », a promis Me Salifou Béavogui.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin