Depuis bientôt trois (3) mois, les citoyens de la région administrative de Faranah ne parviennent pas à se procureur de cartes d’identité nationale. Ils trépignent d’impatience et se voient bloquer dans de nombreuses transactions. Des sources bien informées expliquent cette rupture par un manque timbres, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la région.

Selon une source généralement bien informée, « depuis fin octobre 2018, il n’y a pas d’édition de carte d’identité nationale en Guinée. La rupture ne dépend ni de la police, ni de Sabari Technology. Cette rupture est due à un manque de timbres au trésor, ces timbres fiscaux qui donnent une authenticité à la carte d’identité nationale. Le premier stock est épuisé. Depuis 10 ans les gestionnaires travaillent sur ce 1er stock ».

Pendant ce temps, les citoyens de la région administrative de Faranah, sevrés de ce précieux sésame, sont pour le moins préoccupés. Plusieurs milliers de citoyens sont pénalisés par cet état de fait d’autant plus que ce document facilite les déplacements et autres transactions financières.

Chaque jour, des citoyens viennent de tous les coins de la région pour les transactions ou autres services. Mais, ils sont tous de suite bloqués parce que leurs pièces d’identité sont arrivées à expiration. Selon une source proche du dossier, et qui a requis l’anonymat, « les gens souffrent, l’équipement commence à sentir, il faut lancer la commande. Les citoyens sont pénalisés. L’Etat doit anticiper. Il ne faut pas attendre jusqu’à l’arrivée de la crise et chercher à trouver la solution. Quand tu pars à la police, on te retire de l’argent dans les probabilités. Des fois, tu restes sans la carte ni ton argent. En cours de voyage, on te retire de l’argent. C’est vraiment grave ce qui se passe, c’est même insupportable ».

Pendant que les citoyens continuent à prendre leur mal en patience, certains disent même avoir limité leurs déplacements vers la capitale, faute de carte d’identité nationale. C’est le cas de Mohamed Keita qui a raconté ses difficultés. « J’ai un voyage que je dois effectuer, mais ma carte d’identité nationale a expiré depuis trois semaines. Je suis parti à la police, on me dit qu’il n’y a pas de timbres pour le moment. Ça fait deux semaines, jusqu’à présent, rien. Donc, je préfère attendre parce que mon dernier voyage m’a coûté de l’argent en cours de route. Je demande à ce qu’on trouve solution à ça. Les citoyens souffrent vraiment ».

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com

Tel: (00224) 620 24 15 13

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin