L’antenne préfectorale du Syndicat des Professionnels de la Presse privée de Guinée (SPPG) a célébré ce vendredi, 03 mai 2019, la journée mondiale de la liberté de la presse. L’occasion pour hommes de médias exerçant dans cette ville, de se pencher sur leur situation et sur l’état de la liberté de la presse en Guinée.

La cérémonie a connu la participation du chef de cabinet du gouverneur de Mamou, qui en a profité pour présenter des excuses aux journalistes victimes de brimades dans l’exercice de leur métier, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

C’est la première fois que la journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée à Mamou. Organisées sous le thème : « Le rôle des médias dans le processus électorale », ces festivités sont l’œuvre de l’antenne locale du Syndicat des Professionnels de la Presse privée de Guinée. Dans son discours de circonstance, Aboubacar Bangoura, le secrétaire général de l’antenne préfectorale du Syndicat des Professionnels de la Presse Privée de Guinée, a tout d’abord, rappelé le rôle important que les médias jouent dans une démocratie.

« Qui parle de liberté de la presse, parle de démocratie et de la bonne gouvernance. Il ne saurait y avoir de pleine démocratie sans accès à une information transparente et fiable. La liberté de la presse est le vecteur de l’édification d’institutions justes et impartiales. Elle permet également de mettre les dirigeants devant leurs responsabilités et d’exprimer la vérité », a-t-il rappelé.

Aboubacar Bangoura a, ensuite, adressé un message aux patrons de presse : « nous vous demandons d’améliorer les conditions de vie et de travail de vos travailleurs, en faisant recours à la législation du travail. Aux journalistes des médias privés et publics, nous vous invitons à l’union. Formez un tout indivisible pour faire dos à la politique », a exhorté le syndicaliste.

Faisant allusion au thème choisi pour ces festivités, Ibrahima Sow, chef des programmes de la Radio Rurale de Mamou, a appelé les journalistes à faire preuve d’un maximum de professionnalisme et de responsabilité dans la couverture des échéances électorales à venir. « Le journaliste est un arbitre entre gouvernants et gouvernés. Il ne doit pas défendre les autorités, il défend la population, la vérité et la paix. Il doit unir, guérir les cœurs malades à travers des émissions. Bientôt les élections dans notre pays, et la phase post-électorale est la plus dangereuse. Le journaliste doit aller à la quête de l’information, la traiter et la diffuser avec professionnalisme et responsabilité », a-t-il souligné.

Présent à la cérémonie, le Directeur de Cabinet du gouvernorat de Mamou, a salué l’organisation de ces festivités dans la ville carrefour. Bernard Mara a mis cette occasion à profit pour présenter des excuses des autorités aux journalistes qui sont souvent violentés dans l’exercice de leur métier. « La célébration de la fête internationale de la liberté de la presse est une chose à saluer.

C’est une joie immense pour nous de prendre part à cette cérémonie pour la première fois à Mamou, nous vous remercions sincèrement. C’est l’occasion pour nous de présenter nos excuses à nos frères de la presse qui sont toujours victimes de violences par certaines personnes. Parfois vous avez des difficultés : des arrestations, des jets de pierres, nous vous présentons nos excuses », a dit le responsable.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin