Réunis ce lundi, 6 mai 2019, les membres du bureau de l’Assemblée nationale ont décidé de rejeter la demande de levée de l’immunité parlementaire déposée contre l’honorable Amadou Damara Camara, Président du groupe parlementaire Rpg-Arc-En-Ciel, par les magistrats de Guinée.

Selon des informations confiées à un reporter de Guineematin.com, les collègues du député de la mouvance présidentielle estiment que les preuves fournies pour justifier cette demande ne sont pas suffisantes.

Au sortir de la rencontre tenue dans la salle des actes du Palais du peuple, l’honorable Saloum Cissé du RPG arc-en-ciel et premier vice-président de l’Assemblée Nationale a donné quelques explications pour motiver ce refus. « Selon l’article 43 de la loi organique 2017, 0030 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, qui porte sur la procédure de levée de l’immunité parlementaire, la demande de levée de l’immunité parlementaire est formulée par le Procureur général près de la cour d’appel compétente et adressée au Garde des sceau, ministre de la justice, qui transmet au Président de l’assemblée nationale. C’est ce qui fut fait », a-t-il rappelé.

Seulement, indique le secrétaire général par intérim du parti d’Alpha Condé, « après examen, le bureau a jugé irrecevable la requête faite par le ministre de la justice en ce sens que le contenu pour déterminer les différents éléments sur lesquels peut reposer la levée partielle ou totale de l’immunité de l’honorable Damaro, ces preuves-là ne sont pas réunies. Donc, le Bureau a purement et simplement rejeté cette demande », a-t-il informé.

A rappeler que cette demande de levée de l’immunité parlementaire du Chef de la majorité parlementaire a été initiée par l’Association des magistrats de Guinée, qui s’est retrouvée le 12 avril dernier en assemblée générale, pour discuter des actions de représailles à prendre contre l’honorable Amadou Damaro Camara, contre lequel ils ont formulé des griefs.

Au terme donc de la rencontre, les magistrats sous le couvert de leur association, ont décidé de saisir l’Assemblée nationale. Dans un premier temps, c’était pour la levée de l’humilité parlementaire du député et pour un second temps, intenter un procès contre le premier dirigeant de la majorité parlementaire pour outrage aux magistrats.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin