Alors que la CENI vient de sortir d’une retraite à Kindia avec un chronogramme qui prévoit la tenue des élections législatives dans la période de novembre-décembre prochain, l’opposition républicaine n’est pas du tout satisfaite de la façon dont l’institution est en train de conduire le processus électoral.

Le groupe amené par Cellou Dalein Diallo accuse la commission électorale de ne pas vouloir assainir le fichier électoral avant d’aller à ces élections. Les opposants ont dénoncé cette situation au sortir d’une plénière qui les a réunis ce mercredi, 08 mai 2019 au QG de l’UFDG, à Hamdallaye, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Cette rencontre de l’opposition républicaine a porté uniquement sur la révision du fichier électoral. Cellou Dalein Diallo et ses pairs de l’opposition républicaine disent avoir constaté que la CENI, sous la pression du gouvernement et du RPG Arc-en-ciel, ne veut pas procéder à cette révision qui est une recommandation des experts ayant audité le fichier.

« Nos représentants à la retraite nous ont fait le compte rendu de ce qui s’est passé. Nous avons noté que la volonté du parti présidentiel et d’Alpha Condé est en train d’être suivie par la CENI qui traine les pas et qui hésite à appliquer les pertinentes recommandations de la mission d’audit du fichier électoral.

Il y a eu beaucoup de préalables mais aucune décision n’a été prise, en raison de l’attachement de la CENI à cette position de la mouvance qui ne veut pas que ce fichier soit assaini. Je vous rappelle que le but de l’audit du fichier, le but de l’exercice, c’était d’évaluer le fichier, identifier les faiblesses, les anomalies et les irrégularités qu’il contient et de proposer des solutions de correction. Les experts ont fait de manière professionnelle leur travail, malgré les pressions qu’ils ont subies de temps en temps lors de l’exécution de leur mission. Ils ont audité le fichier et ont noté qu’il comportait, comme je vous l’ai dit, beaucoup d’irrégularités.

Plus de 3 millions d’électeurs n’ont pas été dédoublonnés, plus de 1 500 000 n’ont pas d’empreintes digitales. Ils ont recommandé une solution simple : à l’occasion de la prochaine révision, que tous les électeurs se présentent, pour qu’on s’assure qu’ils ne sont pas des fictifs et qu’ils ne sont pas en doublon ; que ceux qui n’étaient pas enregistrés correctement le fassent à l’occasion de cette révision. Ceux qui ne viennent vont être radiés

Mais toujours, ils ont le droit de revenir avec leurs pièces pour se faire enregistrer à la prochaine révision et au cours de la même révision. Ils ne perdent pas leur droit de participer aux élections. Mais puisqu’on est convaincu qu’il y a des fictifs et des doublons, pour corriger ça, il est bon que chacun dise je suis citoyen, j’existe, voici mes données. Je les compète et je suis dans le fichier biométrique.

Donc les débats, on n’a pas tranché. Parce que la CENI, sous la pression du gouvernement et le parti présidentiel, ne veut pas elle non plus appliquer visiblement les recommandations des auditeurs. Or, l’accord politique du 02 octobre 2016 stipulait bien que les résultats de l’audit s’imposent à la CENI. On avait pas à engager ça dans une retraite, on n’avait pas à engager ces recommandations au comité de suivi, on n’avait pas à engager à un comité interpartis. Les engagements ont été pris, il fallait faire l’audit et appliquer les recommandations qui en seraient issues », a déclaré Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG.

Face à cette situation, « l’opposition républicaine interpelle la CENI sur sa responsabilité de faire appliquer les recommandations des auditeurs. D’autant plus que les partis qui étaient à Kindia, sauf le RPG naturellement, ont exigé que ces recommandations soient appliquées intégralement sans aucune modification. Donc l’opposition républicaine confirme sa position et exige l’application intégrale de ces recommandations ».

Par ailleurs, les opposants ont évoqué, au cours de cette rencontre, la lutte contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Ils réitèrent leur détermination à participer activement à toutes les actions qui seront engagées par le Front National pour la Défense de la Constitution, afin d’empêcher l’aboutissement du projet de troisième mandat entrepris par le pouvoir. Dans ce même cadre, l’opposition républicaine déplore les arrestations d’opposants à un troisième mandat enregistrées depuis quelques jours à travers le pays.

« Nous déplorons l’attitude des autorités, parce qu’à chaque fois que ceux qui veulent exprimer leur position par rapport à ce projet d’Alpha Condé sortent pour manifester, ils sont arrêtés, maltraités, jugés et condamnés comme c’était le cas à Kindia. Ceux qui sont les promoteurs de 3ème mandat ont toute la liberté d’organiser des meetings, de faire des marches, de faire des pancartes, des banderoles, personne n’est interpelée. Dès que l’opposition ou le Front National pour la Défense de la Constitution s’expriment, eh bien nos militants, nos sympathisants sont arrêtés, jugés et condamnés. C’est extrêmement grave.

La liberté d’expression, elle ne frappe pas ceux qui veulent soutenir ce coup d’Etat constitutionnel, on devait les arrêter et les mettre en prison parce que notre constitution est claire : on ne peut demander quand-même la violation de la constitution au nom de la liberté d’expression, mais ils le font. Nous on s’exprime, on arrête les gens, on les bastonne, on les emprisonne. C’est ça Alpha Condé hélas ! La loi n’est appliquée que lorsqu’elle arrange ses intérêts », regrette le chef de file de l’opposition guinéenne.

Cellou Dalein Diallo et ses amis annoncent tout de même qu’ils vont, malgré tout, poursuivre le combat pour empêcher le président Alpha Condé de s’accrocher au pouvoir au-delà de ses deux mandats légaux. Les opposants réitèrent aussi leur détermination à mettre en place les conseils des quartiers et les conseils régionaux dans les localités où ils ont remporté les dernières élections locales.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622919225 / 666919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin