Considérée comme le fer de lance de la fronde anti-troisième 3ème mandat, l’Union des Forces Républicaines compte rester dans la même dynamique, malgré les multiples tentatives d’intimidation du pouvoir en place. Le président Sidya Touré a réaffirmé cet engagement ce samedi, 13 juin 2019, à l’occasion de l’assemblée générale de son parti. La rencontre a mobilisé de nombreux militants, engagés à barrer la route aux promoteurs d’une nouvelle Constitution, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son discours, Sidya Touré a fait savoir que l’UFR ne cédera pas devant les intimidations contre les opposants au projet de 3ème mandat ou de nouvelle Constitution. « Vous savez, depuis que l’UFR a lancé le refus du 3ème mandat, cela a gagné tout le pays. Et la décision a été prise en haut lieu qu’il fallait tout faire pour s’attaquer à l’UFR. Maintenant qu’on a acheté avec l’argent, les gens qui viennent s’ajouter à l’UFR, mais comme tout ça n’arrange pas, on veut nous faire peur. Mais nous, on n’a pas peur. Vous savez que les militaires nous ont menacés ici, nous on a été au stade. Ceux qui ont peur, sont ceux qui ne sont pas allés au stade. Nous, on n’a pas peur d’aller là où on doit aller quand il s’agit de défendre les intérêts de la Guinée. Moi Sidya, vous me verrez là-bas, dans tous les cas de figure. Moi, je n’ai rien contre quelqu’un, mais ce que je dis-là, c’est la vérité. Mais, si pendant 9 ans, on n’a rien obtenu, on ne peut pas dire ça ? Ce qui n’est pas fait, n’est pas fait… »

L’ancien Haut Représentant du chef de l’Etat a mis l’occasion à profit pour critiquer les interpellations des communicants opposés au 3ème mandat, notamment de Fodé Baldé de l’UFR poursuivi pour une tribune publiée dans les médias. « Maintenant, on veut vous effrayer, on convoque les communicants d’abord à la police, et puis on s’assoit et on réfléchit, on dit maintenant, on va changer et requalifier pour dire qu’il a insulté le Président. Mais, ce papier-là, tout le monde peut le lire ! Ensuite, ce n’est pas nous qui avons commencé, ce sont les communicants du gouvernement qui ont annoncé qu’Alpha était déjà élu président de la CEDEAO. Nous, on a dit qu’on n’est pas d’accord. En français, on appelle ça, donner une opinion. Le délit d’opinion n’existe pas en Guinée. Donc, notre constitution reconnaît à tous les citoyens d’avoir une opinion. Si non, on allait revenir au parti-Etat comme avant. Si tu as deux partis, trois partis, c’est que tu dois savoir qu’il y a des gens qui ne sont pas d’accord avec toi. Nous n’accepterons jamais le 3ème mandat. Et nous allons mobiliser l’ensemble de la population guinéenne pour que le 3ème mandat soit oublié. Fodé Baldé ira lundi répondre à l’appel du tribunal. J’ai dit au juge, ne soyez pas des instruments dociles de la politique. Les avocats nous l’ont montré, les avocats guinéens ont montré que tous les cas relatifs au FNDC, ils le font gratuitement, ils les défendent gratuitement ».

Concernant la révision du fichier électoral, l’ancien Premier ministre a mis en doute l’impartialité de l’opérateur Inovatrix. « On est contre le 3ème mandat. On est contre la nouvelle Constitution. On est contre la modification de la Constitution. Et, il y a une idée nouvelle qui est entrain de sortir aussi, je vous annonçais à la radio, 3 semaines avant le dépouillement, que c’est Inovatrix qui va gagner l’appel d’offres à la CENI. Et, c’est Inovatrix qui est entrain de gagner. Pourquoi ? Parce qu’Inovatrix a les données de Gemalto, les données de Waymark, les données dans lesquelles il y a 1 millions 574 mille faux électeurs, sur 6 millions… Donc nous, on n’acceptera pas cela aussi. Pour nous, Inovatrix peut permettre à Alpha d’avoir 2/3 à l’Assemblée nationale, Inovatrix est égal à 3ème mandat aussi », a dénoncé Sidya Touré.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : (00224) 622919225/ 666919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin