CAN 2019 : lourde défaite et élimination pour la Guinée

7 juillet 2019 à 22 10 29 07297

L’aventure est terminée pour la Guinée à la Coupe d’Afrique des Nations de football qui se joue en Egypte. Le Syli national a été éliminé de la compétition après sa défaite (3-0) face à l’Algérie ce dimanche, 07 juillet 2019.

Le défi était grand pour Paul Put et ses poulains. Car, ils affrontaient ce dimanche la meilleure équipe de la CAN jusque-là. Mais, avec l’élimination du Maroc et de l’Egypte ( deux équipes qui, comme l’Algérie, ont remporté leurs trois premiers matchs avec aucun but encaissé) par respectivement le Bénin et l’Afrique du Sud (deux équipes qui, comme la Guinée, ont terminé parmi les meilleurs troisièmes du premier tour), l’espoir était permis pour la Guinée.

Mais, l’espoir n’a été que de courte durée. Car, dès après le coup d’envoi, les Algériens prennent les choses en main. Ils obtiennent trois coups francs intéressants à la 3ème, à la 7ème puis à la 8ème minutes. Tous les trois n’ont pas été bien exécutés, mais les Guinéens étaient déjà avertis. Ils tentent de réagir par l’intermédiaire de Mady Camara, titularisé à nouveau en l’absence de Naby Keïta, blessé. Mais, la frappe lointaine du joueur de l’Olympiakos est sans danger pour M’Bolhi, le gardien Algérien (9ème minute).

Les Fennecs continuent de pousser et ils passent tout près de l’ouverture du score à la 11ème minute. Bien alerté sur le flanc gauche de la surface guinéenne, Bounedjah se retrouve tout seul face au portier guinéen, Ibrahima Koné. L’attaquant contrôle bien le ballon avant d’enchaîner par une frappe qui fuit le cadre. Deux minutes plus tard, le n°9 algérien parvient à trouver le fond des filets mais l’arbitre avait déjà sifflé une position de hors-jeu. Très actif depuis le début du match, le même Bounedjah s’illustre à nouveau à la 21ème minute dans la surface guinéenne.

Mais cette fois aussi, ton tir passe au-dessus du cadre.
Les occasions se multiplient pour les Fennecs à l’image de la reprise acrobatique de Bensebaini repoussée par Ibrahima Koné (23ème). Deux minutes plus tard, Belaili parvient à ouvrir le score pour les siens en s’offrant un bijou de but après une belle combinaison avec Bounedjah (25ème). Ce but ne change en rien le cours du match. Les Algériens maintiennent leur domination et les Guinéens, en manque d’inspiration, continuent de subir sans se montrer dangereux jusqu’à la pause.

Au retour des vestiaires, les Guinéens se montrent plus agressifs sur le porteur du ballon. Ce qui les amène à commettre beaucoup de fautes, à l’image de Martinez Kanté, qui écope d’un carton jaune à la 54ème minute pour une faute sur Benlamri. C’est le deuxième guinéen averti dans ce match après Mady Camara, en première période. Juste après son avertissement, l’attaquant du Syli national est remplacé par Fodé Bangaly Koita (55ème).

Il a fallu attendre la 56ème minute pour voir le premier tir cadré de la Guinée dans cette rencontre. A 25 mètres du algérien, Mady Camara adresse une bonne frappe à M’Bolhi. Le portier des Fennecs repousse le ballon en corner. Le milieu de terrain guinéen s’illustre à nouveau sur le corner suivant mais son tir ne trouve pas le cadre. Alors qu’ils tentaient de revenir au score, les hommes de Paul Put sont douchés par un deuxième but algérien. Après un bon travail sur le flanc gauche, Bennacer adresse un très bon centre à Mahez sur le côté droit de la surface guinéenne. Le capitaine algérien a le temps de contrôler et de tromper Ibrahima Koné (58ème).

Paul Put réagit en lançant Lass Bangoura à la place d’Ibrahima Cissé puis François Kamano, laissé pour la première fois sur le banc, à la place de Mohamed Yattara. Après ces changements, la Guinée se sent mieux sur le terrain. Elle se procure plusieurs situations intéressantes sans parvenir à marquer. Au contraire, c’est l’Algérie qui aggrave le score à la 83ème minute par l’intermédiaire d’Ounas, entré en jeu quelques minutes plutôt.

La Guinée s’incline logiquement (0-3) et quitte cette Coupe d’Afrique des Nations avec un bilan de quatre matchs disputés et un seul remporté face au Burundi (2-0). Les Algériens, eux, poursuivent leur belle aventure en gardant toujours leurs buts inviolés depuis le début de cette compétition.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628124362

Lire

Algérie-Guinée : ce qui peut faire gagner le syli

7 juillet 2019 à 14 02 36 07367

Par Saliou Samb : Sur l’ensemble de ses prestations au premier tour, le Syli national de Guinée, classé premier parmi les meilleurs troisièmes, foulera la pelouse du Stade du 30 Juin du Caire, en position d’outsider. L’adversaire du jour, l’Algérie, qui a fait un carton plein entre-temps, avec trois victoires en autant de rencontres, est perçue par la quasi-totalité des observateurs comme l’un des grandes favorites du tournoi. Mais la Guinée peut surprendre tout le monde pour plusieurs raisons…

Jouer en équipe et concentré

Les matches se suivent mais ne se ressemblent pas. L’Algérie, version 2019, a joué le « grand match » de son tournoi contre le Sénégal de Sadio Mané, mais en regardant de près leur prestation, ils ont plutôt profité non seulement des mauvais choix tactiques d’Aliou Cissé, le coach des Lions mais également d’un arbitrage qui n’a pas tout le temps été impartial (penalty refusé à Mané, carton rouge oublié contre un de leurs défenseurs centraux sur une faute grossière). Toutefois, dans l’ensemble, ils ont gagné à l’engagement et en harcelant constamment la première relance sénégalaise. Cela a ouvert des hésitations et des brèches dans le bloc d’en face ce qui a facilité le but sur un contre intelligemment joué. Le Syli de Guinée doit éviter de se faire piéger dans un match où l’entraîneur de l’équipe adverse a commencé à faire de l’intox, avec des déclarations tapageuses. Djamel Belmadi a dit qu’il prenait « au sérieux » l’équipe de Guinée, comme si quelque part dans son subconscient, les joueurs de son équipe étaient intrinsèquement supérieurs à ceux de la Guinée. C’est un constat très exagéré (et très prétentieux) et le Syli doit rejeter violemment cette idée qui est une manière de chercher à prendre une sorte d’ascendant psychologique. Les joueurs algériens, tout au moins chez les titulaires, hormis Ryad Marhez (Manchester City, Angleterre), Sofiane Feghouli (Galatasaray, Turquie) et la belle surprise Baghdad Bounedjah (Al Sadd, Qatar), sont des joueurs moyens qui se fondent dans la masse des équipes de premières ou des divisions inférieures à travers le monde. En revanche, ce qui fait leur force dans ce tournoi, c’est cette volonté de jouer ensemble, avec une solidarité impressionnante.

Ma première préoccupation est de voir le onze de départ du Syli. D’abord la défense. Si l’entraîneur Paul Put aligne une défense équilibrée, concentrée sur toutes les phases de jeu, avec de l’impact et une réelle volonté de jouer en équipe, l’Algérie aura du souci à se faire. Son point fort est l’attaquant de pointe Bounedjah. Habile balle aux pieds, à la fois rapide et puissant, très intelligent dans son placement, il a toutefois bénéficié d’un traitement (trop) tendre lors du second match de l’Algérie. Ernest Séka pourrait être à mon sens un des hommes clés du système défensif guinéen. Avec sa puissance, son engagement et son impact, il peut très bien museler l’avant centre algérien. Il y a cependant des craintes à avoir notamment sur le flanc droit guinéen jusque-là occupé par Mikael Dyrestam. Le coach Put doit trouver un joueur beaucoup plus agressif sur le porteur de la balle et surtout sûr de son football ! Dans le cas contraire, il devra trouver le moyen de sublimer son arrière latéral droit qui doit comprendre qu’il doit prendre ses responsabilités, vigoureusment. Sur l’autre flanc, si Issiaga Sylla continue sur sa lancée depuis le début de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), sans se soucier de celui qu’il aura en face (Mahrez ou Fegouli) il fera son match. A l’impact, il peut faire déjouer une star comme Marhez…

J’ai confiance en Fallette qui démontre depuis le début du tournoi, par la qualité de sa relance, son sens du placement et son intelligence de jeu, toutes les qualités qui ont fait de lui un titulaire dans une équipe allemande comme Francfort.

La bataille au milieu de terrain ne sera pas très préoccupante pour le Syli qui est armé à ce niveau, surtout sur le plan technique et physique. Le sens du jeu d’Amadou Diawara (Naples, Italie) va être très précieux dans cette rencontre qui sera très disputée.

Au niveau de la ligne d’attaque, le réveil du Bordelais François Kamano, si cela s’avère, perturbera les plans de l’Algérie, d’autant plus que les valeurs sûres comme Ibrahima Traoré, Mohamed Lamine Yattara ou José Martinez Kanté, n’ont pas besoin d’être motivés pour aborder un tel match couperet.

Rester vigilant, surtout sur les balles arrêtées

L’Algérie optera pour au moins deux stratégies : soit attaquer à outrance pour tuer le match dès la première demi-heure et donc prendre le risque de s’exposer aux contres guinéens, ce qui paraît très peu probable parce qu’elle est consciente de la vitesse des attaquants d’en face, soit elle va tenter de jouer bas, laisser le Syli en confiance pour profiter des brèches laissées derrière. Dans tous les cas, si l’Algérie marque, elle va se recroqueviller en défense, geler le ballon, et profiter des contres ! Or, elle joue très bien les contres et a des joueurs qui sont capables d’exploiter rapidement les intervalles (Marhez, Fegouli, Bounedja). Dans tous les cas, il faudra sans cesse harceler le porteur de la balle pour éviter les décalages difficiles à rattraper.
Une des manies de l’équipe algérienne est de tenter de profiter des erreurs de concentration sur les balles arrêtées pour faire des appels dans le dos de la défense en jouant très rapidement. A ce niveau, les Guinéens doivent toujours veiller à ne pas se laisser surprendre en se regroupant très rapidement sur ce genre d’actions de jeu (placer si nécessaire un homme devant le ballon pour favoriser le replacement). Une des erreurs à ne pas commettre ce sont les infiltrations de l’adversaire dans les 30 derniers mètres guinéens pour chercher des coups francs idéalement placés pour un artificier comme Marhez. Ça va plonger pour un oui pour un non et ça va faire du cinéma : il faudra garder sa concentration, ne surtout pas céder à la provocation et faire son match plein. Les Sud-Africains ont montré l’exemple…
Je ne peux pas pronostiquer une victoire de la Guinée mais je reste confiant quand à la capacité de cette équipe à surprendre tout le monde dans ce match qui se jouera par dans les tribunes ou à l’intox mais sur le terrain, à 11 contre 11. Disons que, compte tenu du contexte actuel, la plupart des bookmakers tableront sur un 65 en faveur l’Algérie, contre 35 pour la Guinée. C’est aux joueurs du Syli de prouver qu’ils ont tort et que ce que disent les sceptiques n’est qu’un vue de l’esprit. En attendant, les statistiques dans les confrontations directes entre les deux équipes sont largement en faveur de la Guinée. En 8 confrontations en match officiel, la Guinée en est à 4 victoires contre seulement 2 pour l’Algérie. Les deux équipes ont partagé les points à 2 reprises…

Lire

Dr. Diané à l’anniversaire du RPG-AEC à Kankan : « nous ne sommes pas naïfs… »

7 juillet 2019 à 14 02 29 07297

« Le peuple de Guinée a su faire la différence, lui qui a porté le Pr. Alpha Condé au pouvoir et lui a confié le présent et l’avenir de notre cher pays. Donc, nous n’avons de compte à rendre qu’au peuple de Guinée et c’est vers lui que nous devons tous nous tourner pour solliciter son avis sur toutes les questions d’intérêt national. Le RPG-arc-en-ciel croit en la démocratie et sait que le dernier mot revient au peuple souverain de Guinée. Peut-on nous intimider sur la terre bénie de nos ancêtres ?… Non, Non et Non ! », a notamment indiqué le ministre d’Etat, Docteur Mohamed Diané.
Ci-dessous, Guineematin.com vous propose l’intégralité de ce discours du Dr. Diané :

Mesdames, Messieurs

Militantes et militants, chers camarades

Avant tout propos, je vous prie d’observer avec nous une minute de silence en hommage à tous nos compagnons de lutte qui ont perdu la vie au cours du long et laborieux combat de notre parti… Je vous remercie.

Le Rassemblement du peuple de Guinée, devenu notre RPG-arc-en-ciel, est sans conteste le fer de lance de la démocratie en Guinée. Bien avant le retour triomphal du Pr. Alpha Condé le 17 mai 1991 et la légalisation des partis politiques en 1992, nous avons semé les germes de ce grand mouvement afin de doter notre pays d’un cadre politique permettant de conquérir le pouvoir et d’améliorer les conditions de vie et de travail des populations.

Vous le savez, le chemin pour y arriver a été long et difficile, mais comme l’indique le nom de notre parti, notre objectif est resté le même toutes ces années : rassembler le peuple de Guinée autour d’un idéal républicain porteur de progrès économique et social.

C’est le lieu donc de remercier très sincèrement le fondateur de notre parti, le grand combattant de la démocratie, le fervent défenseur de nos libertés, le Pr. Alpha Condé. Nous le disons sans risque de nous tromper, c’est une immense chance pour nous d’avoir eu à la tête de notre grand parti, un combattant courageux non violent et déterminé à respecter et à faire respecter les droits de tous les citoyens.

Nous pouvons dire haut et fort, n’en déplaisent à certains, que la Guinée moderne a eu la chance de compter parmi ses dignes fils, un homme de paix doublé d’un visionnaire averti, à la dimension du président Alpha Condé.

C’est évident que nous ne nous lamentons pas sur le parcours semé d’embûches et de brimades de toutes sortes qui ont jalonné la vie du RPG, mais nous disons clairement et avec force conviction que nous n’avons pas de leçons de démocratie à recevoir de ceux qui hier, bâillonnaient notre lutte en nous soumettant, pour briser notre moral, à d’inhumaines brimades et emprisonnant sans raison nos militants et responsables à tous les niveaux.

Oui, nous avons pardonné pour renforcer la cohésion nationale, mais non, nous n’avons rien oublié et ne sommes pas naïfs. Le peuple de Guinée a su faire la différence, lui qui a porté le Pr. Alpha Condé au pouvoir et lui a confié le présent et l’avenir de notre cher pays.

Donc, nous n’avons de compte à rendre qu’au peuple de Guinée et c’est vers lui que nous devons tous nous tourner pour solliciter son avis sur toutes les questions d’intérêt national.

Le RPG-arc-en-ciel croit en la démocratie et sait que le dernier mot revient au peuple souverain de Guinée. Peut-on nous intimider sur la terre bénie de nos ancêtres ?… Non, Non et Non !

Alors restons mobilisés, déterminés et vigilants. Notre parti, après trente un ans d’existence sur le terrain, arrive à maturité. C’est le moment pour nous de redoubler d’efforts pour consolider ses bases afin de pouvoir remporter les prochaines batailles électorales.

C’est vrai qu’au cours des dernières années, certains de nos militants se sont posés des questions sur l’ouverture de notre parti à d’autres courants. Je comprends vos inquiétudes mais je voudrais vous rassurer : le RPG-arc-en-ciel vous appartient. Il tiendra compte de vos suggestions pour continuer sa marche victorieuse.

Aujourd’hui plus qu’hier, notre parti est celui de tous les Guinéens, ouvert et respectueux des choix politiques des autres. Nos portes resteront grandement ouvertes à tous ceux qui veulent participer à la construction de la Guinée.

Le président Alpha Condé me charge de vous transmettre ses cordiales salutations, ses félicitations ainsi que ses encouragements.

Militantes et militants RPG-Arc-en-ciel du Foutah, de la Basse Guinée, de la Forêt et de la Savane, sachez que vos préoccupations sont au cœur du programme de société du président de la République. Vous êtes quotidiennement dans ses pensées. Vous êtes la colonne vertébrale de son action politique. C’est au sein du Rassemblement du peuple de Guinée qu’il puise l’énergie nécessaire lui permettant de réaliser le rêve de tous les Guinéens : bâtir une nation unie, forte et prospère !

Joyeux anniversaire !

Vive le RPG-arc-en-ciel

Vive le président Alpha Condé

Que Dieu bénisse la Guinée

Je vous remercie !

Lire

Labé : des supporters parient sur la victoire du syli

7 juillet 2019 à 12 12 38 07387

C’est à 19 heures temps universel, ce dimanche, 7 juillet 2019, que l’équipe nationale de football guinéenne jouera contre son homologue d’Algérie au compte des huitièmes de finales de la coupe d’Afrique des nations.

La ferveur pour le soutien au syli national de Guinée se fait sentir de plus en plus dans la capitale guinéenne et en région. À Labé, nombreux sont ces supporters confiants de la victoire de leur équipe, le syli. Dans les rues, l’engouement est de taille. Les couleurs nationales dominent les affiches. Certains marchands ambulants en profitent pour multiplier les prix de leurs articles (foulards, écharpes, bonnets, maillots… de couleur rouge, jaune, vert).

Dans les lieux publics, ce sont les musiques dédiées au syli de Guinée qui animent bars, maquis, restaurants et autres coins de rues. C’est le débat qui est sur toutes les lèvres (rencontre Guinée-Algérie). Certains vont même au delà en faisant des pronostics sur cette rencontre.

Il faut noter qu’à part ce soutien des supporters, la commission de soutien préfectorale au syli national a pu mobiliser plus de 21 millions de francs guinéens en faveur du onze national.

Bonne chance au syli national de Guinée.

Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guinée matin.com

Lire

Ninguélandé (Pita) : l’Hon. Diouldé Sow au chevet des victimes d’une tornade

7 juillet 2019 à 10 10 22 07227

A la tête d’une forte délégation de la commune urbaine et de la fédération UFDG de cette préfecture, le député uninominal de Pita était hier, samedi 6 juillet 2019, à Ninguélandé. Porteur d’une enveloppe de 52 millions de Francs guinéens, l’honorable Diouldé Sow, s’est rendu auprès des populations de cette commune rurale de Ninguélandé, victimes d’une tornade, le 19 mai dernier, a constaté Guineematin.com, à travers son envoyé spécial.

Cette importante délégation du député a été accueillie à la grande mosquée de la localité par le maire de la commune rurale de Ninguélandé, Amadou Diallo, entouré de nombreux habitants, notamment des sages, des femmes et des jeunes de la sous-préfecture.

Tout d’abord, les sages et les érudits des 12 districts de Ninguélandé ont finalisé la lecture du Saint Coran et imploré la grâce divine pour l’hôte de marque, mais également pour les fils et filles de Ninguélandé, de Pita et de l’ensemble des fils et filles de la Guinée.

Après ces prières et invocations, le maire et sa population ont reçu la délégation à la maison de jeunes de Ninguélandé pour la cérémonie de remise du don.

Dans son discours de bienvenue, au nom des 35 mille âmes de sa commune, le maire a salué la visite de cette délégation, avant de situer le contexte de l’évènement.

maire de la commune rurale de Ninguélandé, Amadou Diallo
Amadou Diallo

« Une tempête d’une grande ampleur a ravagé plusieurs bâtiments dans notre commune, le 19 mai dernier ; 156 bâtiments au total dont une école. Malgré cette malheureuse situation, nous sentons encore le moral haut ; car, nous vous sentons à nos côtés et nous vous en remercions très sincèrement », a dit le maire Amadou Diallo.

Ensuite, ce fut le tour d’Abdoulaye Diallo, l’un des membres de la délégation, de donner les détails sur l’implication des ressortissants de Ninguélandé, de Conakry en Europe pour la mobilisation de ce montant.

Abdoulaye Diallo

De même pour la répartition, transparence oblige, la délégation a procédé à la remise de l’enveloppe selon les montants convenus. « Lorsque notre député a été informé de la tornade, il nous a donnés cinq millions sur place, la famille de Laggordé, a donné aussi cinq millions ; et, une réunion des ressortissants a été convoquée par notre député. Chaque district a réagi. Puis, l’Honorable Diouldé est allé en Europe rencontrer les ressortissants qui y vivent. D’Espagne en France, en passant par le Luxembourg, l’Italie et la Hollande ont amplement contribué. La collecte total a atteint les 52 millions francs », a-t-il expliqué.

Concernant la clé de répartition, il a été décidé d’accorder à chaque maison décoiffée une enveloppe de 300 mille francs guinéens. « Finalement, après tous les frais, Doggol Wedou a reçu 500 mille pour la réparation de son école. Ayguel Sinka (pour 4 maisons) a reçu 1 million 200 mille, Saffa (pour deux maisons) a obtenu 600 mille, Hériko, Danfo et Bourouwal (pour 37 maisons) ont reçu 9 millions 500 mille, Kesséma, dans Hamdallaye (pour 25 maisons), a obtenu 6 millions 100 mille, Kirita, Fello Bani, dans Hamdallaye, ont bénéficié de 5 millions 900 mille, Dogui Baadiko (une maison) a eu 300 mille, Ghèghè (pour 4 maisons), dans Ninguiladé centre, a bénéficié d’un million 200 mille, Foyé Bourouwal (une maison), 300 mille et Pellal Tokosséré (pour 57 maisons) a bénéficié de 14 millions 300 mille », a indiqué M. Diallo.

Satisfait de la mobilisation, l’Honorable Diouldé Sow, a tenu à remercier toutes les populations de Ninguélandé, les responsables de la commune et tous les présidents de districts et autres dignitaires locaux de l’UFDG.

Honorable Diouldé Sow,député uninominal de Pita
Honorable Diouldé Sow,député uninominal de Pita

« Je tiens avant tout, à vous remercier et à vous transmettre le message de salutation de notre Président, Elhadj Cellou Dalein Diallo. Ce montant est certes faible par rapport aux dégâts ; mais, c’est ce que nous avons pu faire, on aurait aimé faire mieux. Et, je tiens à remercier les ressortissants de Ninguélandé à tous les niveaux qui ont accepté de se mobiliser et de venir au secours de leurs frères et sœurs victimes de cette catastrophe naturelle. Nous avons voulu que la remise du montant soit faite publiquement et que l’argent arrive effectivement aux victimes ».

Après la remise, Elhadj Alpha Oumar Diallo, le Secrétaire général de la ligue islamique de Ninguilandé au nom du Khalife de Pita, Elhadj Mamadou Bano Bah, a remercié et félicité la délégation et l’ensemble des contributeurs. Le doyen a également demandé aux bénéficiaires de continuer à faire de prières et de bénédictions à l’endroit des généreux donateurs pour marquer leur reconnaissance.

Visiblement content, Elhadj Mohamadou Habib Diallo du district Foyé Bourouwal, présent à la cérémonie, a exprimé toute sa joie à la délégation.

« Mon district a reçu 9 millions 500 mille pour les victimes de notre secteur Hériko où 56 maisons ont été détruites par une tornade. Nous exprimons toute notre reconnaissance aux donateurs et nous allons prier tous les jours pour leur réussite », a promis ce responsable local tout en précisant que, si certaines victimes ont pu réparer leurs toits, d’autres, encore très nombreuses, ne l’ont pas fait, faute de moyens.

Même son de cloche chez le Président du district de Ninguélandé Saffa. « Nous sommes venus ici, à l’appel de nos responsables indiquant que, les ressortissants à Conakry, d’ailleurs et notre Parti se sont mobilisés pour venir en aide aux sinistrés de notre localité. Nous tenons à dire merci à tous les donateurs. Nous précisons que les victimes de mon district n’ont pas réussi à réparer leurs maisons, faute de moyen.
Elles sont totalement démunies et nous continuons à encourager les bonnes volontés à leur venir en aide. C’est Dieu qui les paiera », a-t-il plaidé.

Thierno Aliou Diallo, le président des ressortissants de Ninguélandé en Espagne
Thierno Aliou Diallo, le président des ressortissants de Ninguélandé en Espagne

Pour Thierno Aliou Diallo, le président des ressortissants de Ninguélandé en Espagne, cette mobilisation est une réussite totale. « Nous vous remercions très sincèrement tout en soulignant cette initiative exemplaire de notre député et, qui nous avait informé le même jour qu’il y a eu cette tornade.

Il nous a envoyés des images et nous avons échangé sur les possibilités d’assister les victimes. Il a été le premier à contribuer à hauteur de 500 Euros. Et nous autres, nous avons suivi ses pas pour obtenir ce montant présenté ici. Je voudrais lancer un appel à tous les fils et filles de Ninguélandé de se donner les mains et de rester unis pour le développement de notre localité », a lancé ce ressortissant de Ninguélandé en Espagne.

Cette cérémonie qui s’est terminée sur une note de satisfaction de part et d’autre s’est déroulée en l’absence du Sous-préfet et de son adjoint.

Abdallah BALDE, envoyé spécial de Guineematin.com à Ninguélandé

Lire

Labé : le FARC et le gouverneur de région dans le collimateur du député Cellou Baldé

7 juillet 2019 à 9 09 53 07537

A l’occasion de l’Assemblée Générale de la Fédération de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) à Labé, le député uninominal, l’honorable Mamadou Cellou Baldé a mis le Front pour l’Adoption par Référendum de la constitution (FARC) en garde contre toute activité de promotion de tripatouillage de la loi fondamentale et dénoncé le comportement « antidémocratique » du gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

A Labé, la Fédération de l’Union des Forces Démocratiques (UFDG) a organisée dans l’après-midi du samedi, 06 juillet 2019, au siège du parti, à Kouroula, une assemblée générale (AG) ordinaire. La rencontre a mobilisé plusieurs responsables, militants et sympathisants de l’UFDG venus des différents quartiers de la commune urbaine et de certaines sous-préfectures de Labé.

A cette occasion, plusieurs sujets qui font l’actualité locale et nationale ont été largement abordés par le député uninominal, l’honorable Mamadou Cellou Baldé, membre du bureau exécutif national de l’UFDG.

Au cours de sa communication, ce parrain politique de la Fédération UFDG de Labé a vigoureusement dénoncé et condamné l’allure du gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané qu’il qualifie de dictateur et antidémocratique « venu à Labé pour diviser les filles et les fils du terroir.»

Le parlementaire de l’opposition, Cellou Baldé a particulièrement insisté sur la capacité de résistance des populations locales contre toute tentative de tripatouillage de la constitution en République de Guinée. C’est à ce niveau qu’il a ouvert une grande parenthèse pour mettre le Front pour l’Adoption par Référendum de la nouvelle constitution (FARC) en garde contre toute activité de promotion du changement de la loi fondamentale dans la région.

Abordant la vie interne du parti, le député Cellou Baldé a invité les responsables de la Fédération UFDG de Labé à renforcer la mobilisation des militants et sympathisants en vue non seulement d’organiser la résistance mais aussi pour préparer avec la plus grande efficacité les prochaines échéances électorales, notamment les législatives.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Labé: le forum régional du développement reporté à cause d’une incompréhension avec le gouvernement

7 juillet 2019 à 8 08 09 07097

Le forum régional du développement qui devait avoir lieu initialement le 13 juillet 2019 à a été reporté sine die à cause d’une incompréhension entre le gouverneur de région, Elhadj Madifing Diané et certains ministres ressortissants du Fouta, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Le gouverneur de la région administrative de Labé, Elhadj Madifing Diané en collaboration avec les 5 préfets de la région (Elhadj Safioulahi Bah de Labé, Elhadj Harouna Souaré de Mali, Elhadj Abdourahmane Baldé de Tougué, Mohamed Deen Camara de Lélouma et Mamadou Dian Barry intérimaire à Koubia) préparait activement un forum régional de développement. En accord avec ses proches collaborateurs, l’autorité régionale voulait placer l’évènement (qui était initialement prévu pour le 13 juillet 2019 prochain) sous la présidence d’honneur du chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé, président de la République.

Mais, selon une information qui vient de parvenir à la rédaction régionale de Guineematin.com, le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Elhadj Madifing Diané a été invité à surseoir à cette activité jusqu’à nouvel ordre.

Notre source précise que cette injonction de dernière minute est liée à une plainte déposée contre le gouverneur de Labé devant le gouvernement par les ministres ressortissants de la Moyenne Guinée qui l’accusent d’avoir boycotter sans raisons valables, la rencontre de lancement des activités de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC) organisée le dimanche, 16 juin 2019, à Dalaba par les ministres et hauts cadres de l’Etat ressortissants de la Moyenne Guinée sur instruction du président Alpha Condé.

L’on se rappelle que toutes les autorités régionales, préfectorales et communales des Régions Administratives (RA) de Mamou et Labé étaient conviées ce dimanche, 16 juin 2019, à Dalaba pour plancher sur les problèmes de développement de la Moyenne Guinée en liens avec les fonds de l’Agence Nationale de Financement des Collectivités (ANAFIC). Les participants avaient également peaufiné des stratégies appropriées pour faire comprendre à la population de cette région l’intérêt qu’elle peut tirer de l’adoption d’une nouvelle constitution en République de Guinée.

Mais, le contrôle des présences révélé que si la Région Administrative (RA) de Mamou a réalisé 100% de mobilisation, celle de Labé n’était représentée que par son gouverneur, Elhadj Madifing Diané.

C’est ce refus de mobiliser les préfets, sous-préfets et maires de sa région qui vaut à Elhadj Madifing Diané aujourd’hui tous les ennuies qu’il a actuellement avec les ministres ressortissants de la région.

De Labé, Kawou Seydi pour Guineematin.com

Lire

Campagne nationale de reboisement : Kissidougou tout à fait prête pour les travaux

7 juillet 2019 à 7 07 54 07547
Colonel Keïta Mamady Saïba, Directeur général de l'office guinéenne des parcs et réserves,
Colonel Keïta Mamady Saïba, Directeur général de l’office guinéenne des parcs et réserves

Comme annoncé précédemment, une mission conjointe du ministère de l’Environnement et celui de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes est en tournée actuellement à l’intérieur du pays. Une tournée organisée en prélude au lancement de la campagne nationale de reboisement, initiée par le président Alpha Condé. Après la préfecture de Faranah, la mission s’est rendue hier, samedi 06 juin 2019, à Kissidougou, où elle a eu des séances de travail avec les acteurs concernés, rapporte l’envoyée spéciale de Guineematin.com dans cette préfecture.

A leur arrivée à Kissidougou, les membres de cette mission ont eu des entretiens avec les autorités administratives, les élus locaux, les services techniques déconcentrés de leurs départements respectifs, ainsi que la jeunesse. Ils ont également visité plusieurs sites de reboisement, identifiés dans le cadre de la mise en œuvre du projet de lutte contre le réchauffement climatique.

Dans cette préfecture, ce sont 50 hectares qui vont être reboisés, selon le Colonel Keïta Mamady Saïba, directeur général de l’office guinéen des parcs et réserves. « Kissidougou, dans les temps passés, était considéré comme la porte d’entrée de la Guinée forestière. Mais, aujourd’hui, quand vous voyez l’écosystème forestier et la situation géographique, les différents cours d’eau qui sont là, les espèces endémiques qui étaient là dans le passé, commencent à disparaître. C’est pourquoi, on s’est dit qu’il faut tout faire pour redémarrer cet écosystème pour que Kissidougou revienne à sa place. Dans le passé, Kissidougou avait 8 à 9 mois de pluie. Aujourd’hui, Kissidougou n’a pas ça, elle a aujourd’hui 4 à 6 mois maximum. C’est un désastre pour l’écosystème. Il faut soutenir cette activité de reboisement pour que le fleuve Niger puisse commencer à revivre et donner vie aux populations qui tirent leur source de vie dans ce grand fleuve », a-t-il dit.

Sur le terrain, cette initiative est vivement saluée. Et, selon le directeur préfectoral de l’Environnement, des Eaux et Forêts de Kissidougou, le Commandant Djiba Koné, plusieurs pépinières sont disponibles pour permettre de mener à bien ce projet. « En plus de notre mission de sensibilisation pour inviter la jeunesse à protéger l’environnement et procéder à la restauration de notre environnement, une telle initiative est à saluer. Nous sommes vraiment prêts, nous avons déjà des pépinières qui sont prêtes pour la campagne non seulement au niveau des privées, mais aussi au niveau de la section des eaux et forêts. Il y a suffisamment de plants pour exécuter ce projet », a souligné le responsable.

De son côté, Elhadj Souleymane Kouyaté, le Directeur préfectoral de la jeunesse de Kissidougou, assure aussi avoir les outils nécessaires pour commencer les travaux. « A Kissidougou, nous avons récencé 142 associations et ONG de jeunes à vocation agricole. Et en 2014, le président de la République nous avait octroyé deux tracteurs et quatre motoculteurs qui sont toujours opérationnels. Nous sommes prêts à œuvrer pour atteindre l’objectif de reboisement pour que la Guinée ne soit pas un pays désertique. Parce que qui dit développement, dit une jeunesse disponible pour son pays. Et ici à Kissidougou, nous avons une jeunesse engagée à exécuter le travail sur le terrain dans toute la préfecture », a-t-il laissé entendre.

Après Kissidougou, la mission des ministres en charge de l’Environnement et de la Jeunesse va se rendre dans la préfecture de Dabola, pour poursuivre ses travaux préparatoires de la campagne nationale de reboisement au compte de l’année 2019, et dont le lancement officiel est prévu le 11 juillet prochain à Dubréka. Financée à plus de 16 milliards de francs guinéens, cette campagne vise à planter 1693 arbres dans les zones ciblées.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com
Tél. : 224623532504

Lire

Examens nationaux : le PADES dénonce « les slogans creux qui ne reflètent absolument rien »

7 juillet 2019 à 7 07 20 07207
Exif_JPEG_420

Le Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) est très amer au sujet du système éducatif guinéen. Au cours de son assemblée générale d’hier, samedi 06 juillet 2019, la formation politique a dénoncé vigoureusement la politique éducative de notre pays, fustigeant « les slogans creux » des autorités lors des examens nationaux, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Alors que les autorités guinéennes brandissent cette année encore toute une batterie de mesures prises pour assurer la transparence des examens nationaux qui viennent de démarrer avec le Certificat d’Etudes Elémentaires, le PADES est loin d’être convaincu par ces annonces officielles. Le parti d’opposition, dirigé par Dr Ousmane Kaba, estime qu’il ne s’agit là que de slogans sans aucun effet sur le terrain. « Aujourd’hui, tout le battage médiatique concerne les examens comme si le système éducatif se résumait aux examens.

Il y a beaucoup de slogans : tolérance zéro ainsi de suite, ce sont les mêmes slogans qu’on a entendus depuis toujours. Mais, est-ce pourtant que notre système éducatif s’est amélioré ? Non ! Vous avez vu les échecs l’année passée. Je crois qu’il est important, parce que la question de l’éducation, au-delà des considérations politiques, nous intéresse tous. Nous avons des enfants des frères, nous avons des petits enfants, et ce sont ces enfants-là qui vont s’occuper de l’avenir du pays demain », a déclaré Mohamed Kaba, le coordinateur des affaires administratives du PADES.

Pour cet opposant, avec l’actuel système éducatif, c’est l’avenir de la Guinée même qui est en danger. « Pourquoi notre avenir est en danger ? Parce que notre système éducatif ne fonctionne pas bien. Il ne fonctionne pas bien et on est en train de nous tromper. Il faut qu’on revoie la politique éducative dans notre pays. Qu’on ait une véritable politique en matière d’éducation, qui tienne compte des articulations entre les différents secteurs de l’éducation, qui tienne compte des principales missions que chaque secteur doit jouer.

Si on ne le fait pas, on va créer des gens qui vont chômer et on va encore créer des problèmes. On aura dépensé l’argent du peuple pour rien. Donc, de grâce, qu’on arrête ces slogans creux, parce que ça ne reflète absolument rien. Ce que vous n’avez pas appris aux enfants, vous ne pouvez pas leur demander cela pendant l’examen, ça n’a aucun sens », estime monsieur Kaba, qui appelle les Guinéens à chercher à influencer pour que ce système éducatif puisse changer.

Par ailleurs, ce responsable du PADES s’est montré indigné face à l’organisation du hajj par les autorités religieuses de notre pays. Mohamed Kaba s’insurge contre la magouille qui caractérise ce processus et désigne les dirigeants du pays comme coupables de cette situation. « Il y a beaucoup de magouilles, beaucoup de corruption dans l’organisation du pèlerinage. Mais malheureusement, ce sont nos religieux qui le font. C’est une vérité absolue ! Il faut que cela change. Que ce soit ici, avant le départ des pèlerins, et même lorsque ces pèlerins se rendent aux lieux saints pour faire leur pèlerinage, ils sont victimes d’escroquerie.

Vous avez entendu le rapport qui a été remis au président de la République : sur plus de 7200 pèlerins l’année passée qui ont payé de l’argent pour qu’on leur immole leurs moutons, il y a eu moins de 300 de moutons achetés pour 7200 pèlerins. Même dans le pèlerinage il y a des problèmes. Ça veut dire que la gouvernance n’est pas bonne. Et quand la gouvernance n’est pas bonne, il faut changer cette gouvernance ; quand la gouvernance n’est pas bonne, on ne demande pas un nouveau mandat ; quand la gouvernance n’est pas bonne, on part et on laisse la place à ceux qui peuvent le gérer », a dit le coordinateur des affaires administratives du PADES.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire