Un père terrorisé par son fils : « il a dit qu’il va lancer une grenade… »

La délinquance juvénile gagne du terrain en Guinée et certains jeunes n’hésitent même plus à s’en prendre à leurs propres parents. L’usage de stupéfiants (drogue, alcool) est souvent incriminé devant le comportement parfois violent des jeunes. C’est dans le cadre de la répression contre ce phénomène qu’Abdourahmane Diallo, un jeune du quartier Hafia, dans la commune de Dixinn, poursuivi pour menaces de mort contre son père, a été reconnu coupable et condamné à 18 mois de prison ferme. La sentence est tombée dans la journée du lundi dernier, 23 septembre 2019, au tribunal correctionnel de Dixinn, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans certains quartiers de Conakry, certains responsables de familles passent des moments difficiles avec leurs enfants, souvent présentés comme des délinquants. Au quartier Hafia, le vieux Mamadou Yéro Diallo a passé des moments compliqués avec son fils Abdourahmane Diallo, qu’il accuse de l’avoir menacé de mort. Après des débats contradictoires à la barre, le tribunal a déclaré Abdourahmane coupable des faits pour lesquels il est poursuivi.

Mais, avant que cette décision soit prise, le père de famille a expliqué ce qu’il a vécu ces derniers temps avec son fils. « Pour la première fois, il m’a menacé de mort avec un couteau. Ensuite, il a pris un bâton pour aller frapper sa maman. J’ai appelé les agents du Poste Avancé (PA) qui sont à côté de chez nous à Hafia. Ceux-ci sont venus le prendre pour aller le conseiller avant de le libérer », a-t-il expliqué.

Quelques jours après, poursuit le vieux plaignant, « il est allé prendre de l’alcool et de la drogue dans les maquis. Il est venu me menacer en disant qu’il va me tuer, qu’il va lancer une grenade sur la toiture pour brûler la maison. Comme j’ai eu peur, je l’ai mis aux arrêts et je l’ai déposé à la gendarmerie. Et par après, il a été placé sous mandat de dépôt le 19 aout 2019. Je demande vraiment à la justice d’appliquer la loi sur lui parce que ce n’est ni la première fois, ni la deuxième fois qu’il profère des menaces à mon encontre et à l’encontre de sa maman », a soutenu le vieil homme.

Il a en outre laissé entendre que son fils a abandonné ses cours il y a longtemps pour plonger dans l’oisiveté et la délinquance.

Appelé à la barre, le jeune Abdourahmane Diallo n’a pas nié les faits de menace de mort mis à sa charge. La voix tremblotante, le prévenu a laissé entendre toutefois qu’il ne prend ni alcool ni drogue. Selon lui, son seul crime est d’avoir demandé à son père de l’aider à se marier. « Je suis étudiant, je fais la Licence 3. Je ne prends pas la drogue et je ne bois pas de l’alcool. C’est la boisson qu’on appelle trésor (breuvage fait à base de champignons fermenté, ndlr) que je bois. J’ai demandé à mon père de m’aider à trouver une femme et une location. Il a refusé. C’est pourquoi j’ai proféré des menaces à son encontre. Mais, je demande pardon », a laconiquement expliqué en larmes le jeune homme.

Dans ses réquisitions, le procureur Daouda Diomandé a relaté les faits « tels qu’ils se sont passés », avant de demander la condamnation d’Abdourahmane Diallo à 18 mois de prison. « Il prend de l’alcool et de la drogue pour venir menacer ses propres parents. Quand il boit, il ne se contrôle pas. Comme les faits sont établis, je vous demande de faire application de l’article 282 du Code Pénal guinéen en le condamnant à 18 mois de prison », a requis le procureur.

Dans son verdict, le tribunal a suivi les réquisitions du procureur en condamnant Abdourahmane Diallo à 18 mois de prison ferme. Détenu depuis le 18 août dernier à la maison centrale, il va y continuer son séjour carcéral théoriquement jusqu’en février 2021.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS