Décès d’Elhdj Saïkou Yaya : ce que Cellou Dalein a dit au domicile du défunt (avec vidéo)

19 septembre 2019 à 20 08 02 09029

Tout juste rentré d’un séjour à l’étranger, Cellou Dalein Diallo s’est rendu ce jeudi, 18 septembre 2019, au domicile d’Elhdj Saïkou Yaya Barry, le président de la coordination des Foulbhé et Haali Poular de Guinée, décédé cette semaine à Conakry. Le président de l’UFDG est allé présenter ses condoléances à la famille du défunt avec lequel il entretenait d’étroites relations, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters. L’opposant guinéen en a profité pour rendre un vibrant hommage à Elhadj Saïkou Yaya Barry, à l’endroit duquel il ne tarit pas d’éloges.

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et chef de l’opposition guinéenne

« J’ai appris le décès avec beaucoup de tristesse, parce que j’avais beaucoup d’admiration pour l’homme qui est d’une droiture irréprochable, qui aime la vérité et qui était d’une générosité exceptionnelle et qui a participé activement à la lutte pour l’indépendance de la Guinée. Il a servi loyalement le jeune Etat indépendant, il avait horreur de l’injustice et de la corruption. Et, depuis un certain nombre d’années, il était à la tête de la coordination Haali Poular. Il a fait preuve de la même générosité, de la même droiture et il a œuvré pour l’instauration dans notre pays d’un Etat de droit. Il a voulu qu’il y ait l’égalité de chance et qu’il y ait l’égalité des citoyens devant la loi, et il a œuvré pour ces valeurs-là durant toute sa vie. Pour ça, les Guinéens lui ont rendu un hommage mérité parce que toute sa vie, il n’a pas cherché l’argent qu’il considérait comme Satan.

Il s’est mis au service de la société avec un désintéressement extraordinaire. Et moi, on avait de très bonnes relations. Il avait beaucoup d’affection pour moi, il avait confiance en moi comme moi aussi j’en avais pour lui. On a toujours eu des entretiens, il me donnait des conseils, je le consultais lorsque c’est nécessaire, non pas en qualité de président de la coordination Haali Poular, mais en tant que sage pétri d’une expérience qui était d’une sagesse reconnue. Donc c’est une grande perte pour le pays. Je voudrais saisir cette opportunité pour adresser au peuple de Guinée, à la communauté Haali Poular et à sa famille, toutes mes condoléances. Que la terre de Guinée qu’il a aimée, qu’il a contribué à libérer lui soit légère. Qu’Allah le Tout Puissant l’accueil dans son paradis », a dit Cellou Dalein.

En ce qui concerne le successeur d’Elhadj Saïkou Yaya Barry à la tête de la coordination Haali Poular, le chef de file de l’opposition guinéenne a dit son souhait. « Je souhaite qu’ils trouvent quelqu’un parmi eux qui peut ressembler à Elhadj Saikou Yaya en termes de droiture, en termes d’amour de la vérité, en termes d’amour de son prochain pour que la coordination Haali Poular joue son rôle qui est celui d’assurer la solidarité entre les ressortissants de cette région au sein d’une Guinée unie et tournée vers son développement », a-t-il sollicité.

Mamadou Bhoye Laafa Sow et Aïssatou Sow pour Guineematin.com

Tel : 00224 622919225 / 666 919225

Lire

Kankan : plus de 100 hectares de champs de riz inondés à Sabadou Baranama (avec vidéo)

19 septembre 2019 à 19 07 57 09579

Alors que les citoyens de la commune urbaine de Kankan se plaignent de la rareté de la pluie en cette saison hivernale, les habitants d’autres localités de la préfecture connaissent tout le contraire. C’est le cas de ceux de la sous-préfecture de à Sabadou Baranama située à 75 kilomètres de la ville de Kankan. Ces derniers enregistrent d’importants dégâts causés par la pluie, a constaté le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Selon Kerfala Kourouma, l’un des sinistrés, c’est la crue d’une rivière située non loin des champs agricoles qui a provoqué ces inondations. Une crue qui fait suite aux fortes pluies enregistrées sur place. Aujourd’hui, les sinistrés sont partagés entre désolation et inquiétude. « C’est cette rivière que vous voyez-là qui est à la base de nos souffrances ici. L’eau a envahi plus de 100 hectares de champs de riz, je n’ai plus d’espoir de pouvoir récupérer ce que j’ai semé », a déclaré Kerfala Kourouma.

Selon lui, ce n’est pas la première fois que l’agriculture, principale activité des habitants de Sabadou Baranama, est affectée par des inondations. Mais, cette année a été particulière en termes de dégâts. « En 2017, on a été victime d’inondations, en 2018 également ce fut la même chose. Mais, cette année a été pire que les deux ans passés. Je ne peux pas chiffrer les pertes parce que c’est plusieurs personnes qui ont été victimes. Mais, c’est quand même beaucoup de millions de francs guinéens qui sont perdus ici », a dit cet agriculteur qui appelle l’Etat à aider les victimes.

A noter par ailleurs que Sabadou Baranama, zone agricole par excellence, est une localité difficilement accessible. A cause du mauvais état de la route, les paysans ont souvent du mal à acheminer leurs produits dans la ville de Kankan pour les commercialiser.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Lire

Interdiction de manifester en Guinée : voici la 1ère décision de la Cour Suprême

19 septembre 2019 à 17 05 58 09589

La chambre administrative de la Cour Suprême s’est prononcée ce jeudi, 19 septembre 2019, sur une requête introduite par des défenseurs de droits de l’Homme contre la décision du ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, interdisant toute manifestation de rue en Guinée. La chambre s’est déclarée incompétente de prononcer le sursis à exécution de cette décision sollicitée par les requérants, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est le 24 juillet dernier que les ONG Même Droits Pour Tous (MDT) et OGDH (Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyens) ont introduit une requête en annulation de la décision du ministre l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. Décision prise en mai 2018 et interdisant toute manifestation de rue sur l’ensemble du territoire national. Les ONG ont saisi la chambre administrative de la Cour Suprême pour excès de pouvoir, demandant le sursis à exécution de cette décision en attendant que la juridiction supérieure ne se prononce sur le fond de l’affaire.

Mais, la chambre a estimé que les organisations de défense des droits humains devaient plutôt saisir le premier président de la Cour Suprême et a renvoyé les requérants au fond de l’affaire. Une décision loin de décourager les ONG. « Nous allons continuer le combat pour que la Cour examine le fond de cette affaire. Parce qu’on ne peut pas constitutionnellement et conformément aux dispositions du code pénal en son article 622 et suivants, interdire les manifestations sur toute l’étendue du territoire nationale de façon illimitée dans le temps. C’est illégal et anticonstitutionnel », a déclaré maître Hamidou Barry, avocat des requérants.

L’avocat garde espoir que son camp va remporter le dossier sur le fond. « On n’a pas perdu le fond, c’est le sursis qui a été rejeté. Et, nous avons bon espoir que nous allons gagner le fond et que cette mesure d’interdiction générale et systématique sera purement annulée par la Cour Suprême au niveau de sa chambre judiciaire », a dit Me Hamidou Barry.

De son côté, le conseil du ministre de l’Administration du Territoire, représenté par l’Agence judiciaire de l’Etat, s’est réjoui de cette décision. Selon maître Bernard Saa Millimono, c’est le droit qui a été dit par la chambre saisie. « Les ONG ont adressé la requête aux fins de sursis à la chambre administrative qui n’a pas cette compétence. Ceux qui ont cette compétence, c’est le premier président de la Cour Suprême ou le président de la chambre administrative saisie.

C’est pourquoi, dans nos plaidoiries, nous avons demandé à la chambre administrative de la Cour Suprême de bien vouloir se déclarer incompétente. Heureusement, la Cour a dit le droit, elle s’est déclarée incompétente. Et, cela ne se discute pas parce que ce sont les textes de lois qui le disent. Ce qui reste maintenant, c’est la phase sur le fond du dossier. Là aussi, on verra bien si réellement ce recours aussi est recevable », a dit l’avocat de l’Agence judiciaire de l’Etat.

Les manifestations de rue, pourtant autorisées par la constitution guinéenne, restent donc interdites sur l’ensemble du territoire guinéen, alors qu’on s’achemine visiblement vers un bras de fer entre pouvoir et opposition autour du projet de nouvelle constitution et des élections législatives, prévues pour se tenir le 28 décembre prochain. Toute chose qui pourrait conduire à des mouvements de colère qui devraient certainement être réprimés par les forces de l’ordre.

A suivre de près sur Guineematin.com

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com
Tel: 620 589 527/654 416 922

Lire

Crédit Scolaire UBA

19 septembre 2019 à 17 05 21 09219

Vous souhaitez préparer de la plus belle manière la rentrée scolaire ?

Nous mettons à votre disposition un prêt scolaire qui vous permet d’offrir à vos enfants, une belle rentrée des classes.

Le crédit scolaire UBA est une offre sur mesure avec une durée de remboursement souple.

Avantages

  • Possibilité d’emprunter jusqu’à 20.000.000 GNF
  • Disponible dans un court delai

Des conditions de remboursement flexibles

  • Taux de crédit préférentiel
  • Remboursables sur 12 mois

Pour plus d’informations, Rendez-vous dans l’agence UBA la plus proche.

Africa’s Global Bank

Lire

Yomou : plus de 400 jeunes chrétiens réunis pour discuter autour des défis du moment

19 septembre 2019 à 16 04 47 09479

Le 12ème camp biblique préfectoral des jeunes de l’EPE de Yomou s’est ouvert le 16 septembre 2019, dans la sous-préfecture de Péla, située à 22 kilomètres de la commune urbaine. Plus de 400 jeunes membres de l’Eglise Protestante Evangélique y prennent part. Ils discutent autour des défis qui se posent à eux et à leur pays, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

C’est ce jeudi, 16 septembre 2019, trois jours après le début des travaux, que la cérémonie d’ouverture a eu lieu. Une occasion pour Abel Guémou, président du comité préfectoral des jeunes de l’EPE de Yomou, de saluer la forte mobilisation des jeunes de la préfecture, avant de rappeler l’objectif de cet événement.

Abel Guémou, président du comité préfectoral des jeunes de l’EPE de Yomou
Abel Guémou, président du comité préfectoral des jeunes de l’EPE de Yomou

« Nous voici de nouveau regroupés dans cette belle et paisible cité de Péla pour mener ensemble les travaux de notre 12ème camp biblique préfectoral des jeunes de l’EPE de Yomou. Grande est notre joie d’accueillir plus 450 jeunes chrétiens venus de tous les horizons de notre préfecture, pour suivre et participer aux débats fructueux autour des thèmes d’actualité qui vont retenir notre réflexion durant cette semaine, dont le thème : jeune chrétien face aux défis de son temps », a-t-il indiqué.

Il précise que les défis nombreux et variés. Et, le premier est d’ordre spirituel. « Il s’agit d’aider les jeunes à connaitre leur corps et son fonctionnement, afin de bien l’utiliser pour éviter les maladies ou des handicaps ; aider les jeunes à adopter des comportements et attitudes conformes à la parole de Dieu dans les domaines tels que l’argent, le travail, le sexe et les relations avec les parents… Il y a aussi les défis liés au développement de l’Eglise, qui consistent à donner son temps et sa disponibilité en faveur du développement », a indiqué Abel Guémou.

Réverant Pasteur Timothée Lamah, président de l’Eglise Protestante Évangélique de Yomou

De son côté, le Réverant Pasteur Timothée Lamah, président de l’Eglise Protestante Evangélique de Yomou, s’est félicité de la tenue de ce camp biblique. Selon lui, en plus des défis qui se posent à eux, les participants vont se pencher aussi sur les défis de leur pays. « Je remercie d’abord le Seigneur qui a accepté la tenue de ce 12ème camp biblique préfectoral des jeunes de Yomou. Nous enseignons la bible aux jeunes, mais aussi les défis de notre pays. La Guinée traverse les crises politique, économique et sociale. Et pour relever ces défis, nous avons besoin de jeunes intègres, et ces jeunes intègres ne sont autres que les jeunes qui ont peur et qui ont la crainte de Dieu », a dit le leader religieux.

Ce camp biblique préfectoral va se poursuivre jusqu’au 23 septembre prochain.

De Yomou, Michel Anas Koné pour Guineematin.com

Lire

Éliminatoires CHAN 2020 : les atouts de la Guinée face au Sénégal

19 septembre 2019 à 15 03 36 09369

Après avoir présenté la liste des 23 joueurs retenus pour aller affronter le Sénégal au compte du dernier tour des éliminatoires du CHAN 2020, le sélectionneur du Syli local a fait le point de la situation de son équipe. Kanfory Lappé Bangoura se dit optimiste quant à la capacité de son équipe à aller faire un bon résultat en déplacement. Il l’a dit au cours d’une conférence de presse tenue dans la soirée d’hier, mercredi 18 septembre 2019, à Conakry, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lappé Bangoura a commencé d’abord par énumérer quelques facteurs qui peuvent avoir un impact négatif sur son équipe. C’est notamment le manque de préparation. « Ma nomination ou le choix de l’entraineur de cette équipe a retardé, pratiquement on n’a pas eu un mois de préparation. Et, on part rencontrer un adversaire qui a eu au minimum 6 mois de préparation ion et qui a eu 4 matchs internationaux dont deux matchs officiels, c’est-à-dire le tour préliminaire contre le Liberia en aller et retour.

Il a joué un match amical contre la Gambie et a gagné en déplacement 2 buts à 1. Il est allé s’imposer en match amical en Côte d’Ivoire 3 buts à 0. Alors que nous, jusqu’ici on n’a pas pu pratiquement avoir un match amical international. En plus, eux, leur championnat a repris au Sénégal alors nous, on est sans championnat. Sans oublier aussi qu’on a moins de joueurs locaux qui sont titulaires dans leur club », a-t-il souligné, précisant que ces facteurs peuvent impacter le niveau physique de ses joueurs.

Malgré tout, l’entraîneur de l’équipe nationale locale dit rester optimiste. Il salue notamment la qualité techniques des joueurs guinéens et leur patriotisme. Kanfory Lappé Bangoura rappelle que depuis son retour à la tête du Syli local, son équipe a disputé 7 matchs amicaux au niveau national. Elle a remporté 4 matchs et a concédé 3 nuls. Des résultats encourageants selon le coach.

« Sur l’animation défensive, il y a du positif : 7 matchs, 7 buts marqués et un seul encaissé, je crois que c’est positif. C’est vrai que l’attaque n’est pas aussi féconde mais elle produit. Donc, avec le patriotisme qui nous anime, la technique des joueurs et leur volonté, je crois qu’on a des arguments pour aller faire un bon résultat au Sénégal », a dit le technicien guinéen.

Le Syli local quitte Conakry ce jeudi pour aller affronter l’équipe locale du Sénégal le samedi, 21 septembre 2019, à Thiès. Le vainqueur de cette double confrontation (aller et retour) se qualifiera à la phase finale du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : 00224 622919225 / 666919225

Lire

Grave accident à Kankan : un jeune homme écrasé par un camion

19 septembre 2019 à 14 02 17 09179
SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un terrible accident de la circulation s’est produit dans l’après-midi d’hier, mercredi 18 septembre 2019, dans la commune urbaine de Kankan. Un jeune d’une vingtaine d’années, circulant en moto, a été écrasé par un camion-citerne, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

L’accident s’est produit à 16 heures dans le quartier Hèrèmakono 2. Une moto conduite par un jeune homme est entrée en collision avec un camion-citerne. Le jeune est tombé et le camion lui a marché dessus, l’écrasant complètement. Moustapha Sidibé, un citoyen qui était à côté au moment des faits raconte ce qu’il s’est passé.

« Nous étions assis en train de faire du thé, lorsque j’ai entendu un bruit. J’ai sursauté et accouru vers la scène. J’ai vu que le camion était en train de trimbaler un jeune sous l’un des pneus. Je suis allé interpeller le chauffeur pour qu’il s’arrête. On a constaté qu’il était déjà mort. Le chauffeur a fait marche-arrière pour qu’on puisse retirer le corps du jeune », a-t-il expliqué.

Informé de l’accident, le chef de quartier de Hèrèmakono 2 s’est rendu sur les lieux. « Je suis venu trouver que le jeune est mort. La voiture lui a carrément marché dessus. Il a été trimbalé à plus de 30 mètres et a été complément écrasé. C’est pourquoi, nous avons fait appel aux autorités et aux médias », a dit l’autorité locale.

Kanté Koulouba, agent de la police routière venu faire le constat, en a profité pour inviter les usagers de la route à plus de prudence. « Il ne s’agit pas de monter dans un véhicule ou sur une moto et conduire n’importe comment. C’est ce qui a conduit à ce malheureux cas d’accident mortel. Donc, il faut que les citoyens sachent conduire sur une route », a dit l’agent de sécurité.

A noter que deux jeunes étaient sur la moto qui est entrée en collision avec le camion-citerne. Mais, seul le conducteur a trouvé la mort. Son ami qui était derrière, lui, n’est pas tombé sous le véhicule. Il s’en est sorti donc indemne et est rentré chez lui. Quant au défunt, son corps a été conduit à la morgue de l’hôpital régional de Kankan.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Dabiss/Tanènè : Le Consortium SMB-Winning indemnise 88 personnes de 14 villages à plus de 2 milliards

19 septembre 2019 à 13 01 15 09159

Communiqué : Dans le cadre de la poursuite de ses responsabilités sociales et environnementales le Consortium SMB-Winning a procédé jeudi, 19 septembre 2019, dans le district de Kaboyé, à l’indemnisation des communautés de 14 villages vivant dans les sous-préfectures de Dabiss et Tanènè (Prefecture de Boké), à hauteur de 2 milliards 533 millions 198 mille 198 francs guinéens. A t-on constaté sur place.

Cette compensation est destinée à indemniser 88 personnes dont 50 pour la prospection des blocs 907, 908 et 909 dans le Permis de la Société Alliance Minière Responsable (AMR) et 30 autres pour l’extension de la Mine 268 au niveau du district de Dabiss, sous-préfecture de Tanènè dans la préfecture de Boké.

Pour le président de district de Katougouma, Cheick Mohamed Sylla, «La plupart des accidentés à l’Hôpital, sont partis des motos. La Société nous a trouvés dans l’agriculture que nous devons valoriser à travers l’achat des motos pompes pour alimenter nos cultures. Tous nos bras valides sont engagés par les entreprises minières. Ainsi, l’achat des matériels pourra nous épargner de beaucoup de dangers. »

A la cérémonie, le Maire de la Commune Rurale (CR) de Tanènè, Abdou Ghoudiss Manè, «Le conseil que nous pouvons vous donner, c’est d’éviter des conflits autour des domaines et des portions de terre. C’est l’heure de penser à l’éducation et la formation professionnelle des jeunes et à l’autonomisation des femmes.»

S’adressant aux communautés, agent inventaire du Cabinet Agence de monitoring d’Expertise et de Recherches Appliquées (AMERA Plus Guinée), Fodé Saïdou Doumbouya, a rassuré les bénéficiaires: «Notre Cabinet qui est une croix de transmission entre vous et la SMB, veille au respect des textes réglementaires de façon démocratique.»

Le directeur du département des relations communautaires de la SMB, N’Famara Kourouma a indiqué: « Le payement régulier des compensations réside dans le strict respect du Code Minier en vigueur en République de Guinée. Il permet, de façon transparente, équitable d’anticiper les problèmes communautaires, apaiser le climat, renforcer la confiance entre le Consortium SMB-Winning et les communautés de ses zones d’opération dans la Région de Boké.»

Communiqué transmis par le service de communication du Consortium SMB-Winning

Lire

Le Consortium SMB-Winning imdemnise 102 personnes à plus de 8 milliards GNF, dans le Permis d’AMR

19 septembre 2019 à 12 12 59 09599

Communiqué : Le Consortium SMB-Winning a procédé dans la matinée du mercredi, 18 septembre 2019 à Malapouya,prefecture de Boké, au payement d’un montant de huit milliards cent cinquante-trois millions cent soixante-quinze mille cent francs Guinéens (8.153.175.100 GNF) pour indemniser 102 personnes impactées par l’exploitation des blocs 907, 908 et 909 et une route d’accès dans le permis de la Société Alliance Minière Responsable (AMR) dans les districts de Dambanthian, Daboulan, Kamandé, N’Dangara, Hakoundèthiandi, Kambia, Dawoun, Bantankountoun, Gada Guilléré (Baralandé) dans la Commune Urbaine de Boké.

Sensibilisant les communautés bénéficiaires, le 3ème Vice Maire de la Commune Urbaine (CU) de Boké, Mamadou Chaffaye Diallo a conseillé : « Chers parents, prenez soin d’utiliser cet argent dans la formation de vos enfants ou dans le développement des activités génératrices de revenus, dans le développement de l’économie locale, à la réalisation des fours à pains, des logements décents, fermes agricoles et des cultures potagères ou maraichères, bref, des unités de transformation des produits agricoles locaux.

Cet argent doit aussi, servir à aider les bénéficiaires à se former pour pouvoir se doter des logistiques, des décortiqueuses pour la transformation des noix de cajou et non, à se marier à des femmes comme cela est de tradition chez nous.»

Pour le directeur environnemental et social de la Société AMR, Moussa Thiam : «La communauté doit préparer l’après mines en investissant leur argent dans le développement de leurs localités respectives.»

Selon lui, «Ces montants doivent servir au renforcement des capacités professionnelles des jeunes, principales victimes du chômage, le développement de l’Agriculture et l’élevage pour garantir une vie meilleure à leurs progénitures.»

Saluant la nature des relations liant les communautés riveraines à son institution, Mohamed Kallo, agent inventaire du Consortium SMB-Winning a précisé : «Cette 14ème compensation est une opportunité pour d’autres personnes de voir le niveau de leur vie s’améliorer grâce à l’intensification des activités du Consortium dans la Cité minière de Boké.»

Communiqué transmis par le service de communication du Consortium SMB-Winning

Lire

Conakry : le journaliste Tamba Zacharie Millimouno victime d’attaque armée

19 septembre 2019 à 12 12 25 09259
Tamba Zacharie Millomono

Des individus armés ont attaqué le domicile de Tamba Zacharie Millimouno, l’un des animateurs de l’émission « Les Grandes Gueules » de la radio Espace Guinée. L’attaque a eu lieu dans la nuit d’hier à ce jeudi, 19 septembre 2019, au quartier Entag dans la commune de Ratoma, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est à 2 heures qu’un groupe d’hommes armés a fait irruption au domicile du journaliste. Les assaillants, non identifiés, ont ouvert le feu tuant son chien. Ils ont emporté également deux motos qui étaient sur les lieux. Tamba Zacharie, lui, s’est en sorti indemne.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Lire

Macenta : la manifestation des opposants au changement de constitution étouffée

19 septembre 2019 à 11 11 28 09289

La marche pacifique du mouvement « Elazologa Atebein », une combinaison des langues locales : loma et malinké qui signifie ça ne marchera prévu ce jeudi, 19 septembre 2019, à Macenta, n’a finalement pas eu lieu. Des contre-manifestants aidés par les forces de sécurité ont étouffé la manifestation, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Macenta.

Malgré l’interdiction de leur manifestation par la mairie de Macenta, les opposants au changement de l’actuelle constitution ambitionné par le pouvoir avaient décidé de descendre dans la rue pour se faire entendre. Tôt le matin, des jeunes ont brûlé des pneus à la rentrée de la ville pour annoncer les couleurs de la journée. La commune urbaine se réveillée donc dans une atmosphère de méfiance : les commerces fermés et la circulation quasi inexistante.

Mais, alors que les organisateurs se préparaient dans les quartiers pour sortir manifester dans la rue, des contre-manifestants favorables au projet de nouvelle constitution et les services de sécurité sont sortis à leur recherche. Quatre jeunes habillés aux couleurs du mouvement qui organise la manifestation et qui circulaient en motos ont été interpellés et conduits à la police. Les responsables de la structure « Elazologa Atebein », eux, ont dû se cacher pour éviter d’être arrêtés.

Actuellement, (11h20’), les leaders de la protestation contre la nouvelle constitution à Macenta sont invisibles dans la ville. Ils seraient recherchés par la police. La vie commence à reprendre son cours normal dans la commune urbaine.

De Macenta, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Lire

Recrutement pour le compte du ministère de l’environnement : le concours reporté

19 septembre 2019 à 10 10 52 09529
Billy Nankouman Doumbouya, ministre de la Fonction Publique

Initialement prévu en fin de semaine, le concours de recrutement de 1500 conservateurs de la nature pour le compte du ministère de l’environnement a été reporté à une date ultérieure. L’annonce a été faite par le ministère en charge en fonction publique, a appris Guineematin.com à travers un communiqué du département.

« Le Ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration informe l’ensemble des candidats au concours de recrutement direct de 1.500 conservateurs de la nature pour le compte du Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts session 2019 du report à une date ultérieure de l’examen. Une nouvelle date fera l’objet d’un autre communiqué », indiqué le communiqué.

Lire

Macenta : une manifestation contre le changement de constitution prévue ce jeudi

19 septembre 2019 à 10 10 08 09089

Le mouvement « Elazologa Atebein », une combinaison des langues locales : loma et malinké qui signifie ça ne marchera pas, entend organiser une manifestation de rue ce jeudi, 19 septembre 2019, dans la ville de Macenta pour protester contre le projet de nouvelle constitution. Même si la manifestation a été interdite par la mairie de la ville, les organisateurs décident de la maintenir, a appris un envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

« Le mouvement Elazologa Atebein, nous avons prévu ce jeudi, 19 septembre 2019, une marche de protestation contre le projet de nouvelle constitution ou de 3ème mandat dans la ville, et les promesses non tenues du président de la République à l’endroit des jeunes de Macenta. Parce qu’il y a de cela un mois, certaines femmes et jeunes du RPG ont manifesté pour dire que la préfecture de Macenta est pour la nouvelle constitution.

Ce qui est absolument faux. Ce sont des membres du RPG qui se sont retrouvés pour organiser ce mouvement. Et après leur manifestation, nous aussi, nous avons souhaité organiser la nôtre ce jeudi, 19 septembre », a indiqué Toupou Albert, secrétaire administratif du mouvement Elazologa Atebein.

Les organisateurs disent avoir déposé une lettre d’information à la mairie « mais, le maire a rejeté la lettre. Nous avons dit qu’on n’a pas déposé la lettre pour demander une autorisation mais plutôt pour l’informer parce que la constitution nous autorise à manifester. Et depuis ce jour, il y a des rumeurs qui circulent partout dans la ville que l’une des deux ethnies majoritaires dans la ville veut s’attaquer à l’autre et qu’on doit surseoir à notre manifestation. Ce qui est absolument faux ».

Toupou Albert « une manœuvre dilatoire des politiques », visant à étouffer leur manifestation. « Ce sont des politiques qui sont derrière ces rumeurs. Mais, notre marche de ce jeudi reste bel et bien maintenue. Nous allons sortir et manifester pacifiquement. Et, nous disons aussi à tous nos membres qu’on ne sort pas pour s’attaquer à quelqu’un, on ne sort pas pour s’attaquer à la boutique de quelqu’un.

Nous sortons pour manifester pacifiquement pour dire que nous aussi, nous sommes opposés à l’idée du projet de nouvelle constitution ou de 3ème mandat », a laissé entendre le secrétaire administratif du mouvement Elazologa Atebein.

Au moment où nous mettons cet article en ligne, la mobilisation a commencé dans les quartiers de la ville.

De Macenta, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Lire

Conakry : le centre de santé de Lambanyi quasi inaccessible en période d’hivernage

19 septembre 2019 à 9 09 19 09199

Le centre de santé de Lambanyi, dans la commune de Ratoma, très sollicité par les citoyens, est pratiquement inaccessible en période d’hivernage. A la moindre pluie, l’accès des lieux devient un casse-tête chinois pour les patients, employés et autres visiteurs, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le centre de santé de Lambanyi est situé à côté des bureaux de la coordination régionale de la ville de Conakry pour la lutte contre le SIDA. La route principale qui mène à ce centre de santé est souvent impraticable à cette période des grandes pluies. Cette situation affecte sérieusement les citoyens, aussi bien les patients, les visiteurs que les employés de ce centre.

Certains citoyens, interrogés par le reporter de Guineematin.com, dénoncent cet état de fait et lancent un appel aux autorités. C’est le cas de Fatoumata Tounkara, rencontrée sur les lieux, qui loue le sérieux de cette structure mais se dit déçue de l’état de son environnement. « Moi, c’est ici que je viens pour me faire consulter lorsque je suis enceinte, ou lorsque je tombe malade, avec mes enfants. Et à chaque fois que je viens pour me soigner, je suis satisfaite. Mais, avec la situation de la route-là, je suis obligé de changer de lieu parce que cela fait plus de 10 minutes que je suis là, mais impossible d’entrer dedans. Je ne savais pas qu’il y a une autre route qui permet d’accéder dans le centre. C’est quand j’ai appelé une connaissance qu’on m’a indiqué un autre petit portail qu’ils ont ouvert pour les passants. Si tu es dans une voiture, tu es obligé de contourner la cour. Mais même avec ça, c’est difficile d’entrer dans le centre », se désole-t-elle.

Pour sa part, Labillé Lamah, domicilié à Lambanyi, a cherché à expliquer les raisons de cette situation avant de lancer un appel au gouvernement. « A chaque fois qu’il pleut par ici, il n’y a plus de route. Les caniveaux sont bouchés, l’eau n’a pas de passage. Ce qui fait que cette eau stagne ici. En cas de pluie, même si c’est une légère pluie, c’est la même chose. Aujourd’hui par exemple (mercredi 18 septembre 2019, ndlr), il n’a plu que pendant 30 minutes, mais regardez la situation de la route. Elle est devenue complètement impraticable, tout est bloqué à cause de ces caniveaux bouchés. Cette situation est la même qui prévaut sur la route qui donne accès au centre commercial de Lambanyi. Je lance un appel au gouvernement, qu’il nous vienne en aide pour dégager les caniveaux pour que l’eau puisse passer normalement. Ce qui permettra aussi aux gens d’avoir accès au centre de santé »

Même son de cloche chez Safayiou Diallo, conducteur de mototaxi à Lambanyi. « La route-là n’est pas bonne, car il y a manque de fossé et aussi, les ordures sont nombreuses dans les caniveaux. Je lance un appel au gouvernement, de nous aider à avoir une route, car celle qui est là est complètement gâtée ».

Les responsables du centre n’ont pas voulu se prêter aux questions de notre reporter.

Aissatou Sow pour Guineematin.com

Tel : 628 50 73 80

Lire

Conakry : un jeune sans profession condamné pour le vol de 3 500 dollars US

19 septembre 2019 à 9 09 17 09179

Le tribunal de Dixinn a rendu son verdict dans l’affaire Mamadou Oury Barry, un jeune sans profession, âgé de 19 ans, jugé pour le vol de 3 mille 500 dollars au préjudice de l’informaticien Souleymane Sidibé. Il a été reconnu coupable des faits hier, mercredi 18 septembre 2019, et condamné à un an de prison ferme pour des faits qui se sont produits il y a une dizaine de jours à Ratoma Centre, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Selon nos informations, Mamadou Oury Barry est entré par effraction au domicile de Souleymane Sidibé. Après avoir défoncé la porte, le jeune homme s’est introduit dans la maison. Mais, le bruit a alerté le voisinage qui a aussitôt appelé monsieur Sidibé. Grâce au concours des citoyens, Mamadou Oury Barry a été mis aux arrêts alors qu’il s’apprêtait à quitter les lieux et déposé à la brigade de gendarmerie de Hamdallaye. Il a été ensuite placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de Coronthie le 10 septembre 2019.

Appelé à la barre du tribunal de Dixinn ce mercredi, le jeune homme a reconnu les faits mais nie le montant de 3 mille 500 dollars. « Je suis sans profession. J’ai défoncé la porte extérieure et j’ai pris l’argent. Mais j’ignorais le montant que j’ai pris. C’est lorsqu’ils m’ont interpellé, ils m’ont bastonné, que j’ai entendu les gens dire que le montant que j’ai pris s’élève à 3 500 dollars », a-t-il laissé entendre.

De son côté, Souleymane Sidibé soutient mordicus avoir perdu non seulement 3 500 dollars US, mais aussi la somme de 300 mille francs guinéens. Il dit également avoir dépensé 1 million 300 mille francs guinéens pour la réparation de la porte endommagée par le voleur. « Donc, je réclame les 3 500 dollars, les 300 mille francs guinéens et la somme de 1 millions 300 mille FG qui a servi à réparer la porte », a sollicité le plaignant.

Dans ses réquisitions, le procureur Boubacar l Bah a fait savoir que tous les éléments constitutifs de l’infraction sont réunis à l’encontre du prévenu, Mamadou Oury Barry. « C’est pourquoi, je demande au tribunal de le condamner à un an d’emprisonnement ferme, de le condamner au payement des montants volés. Je demande également sa condamnation au payement des frais de réparation de la porte endommagée », a requis le procureur.

Dans sa décision, le tribunal va déclarer Mamadou Oury Barry coupable des faits de vol. Pour la répression, il est condamné à un an d’emprisonnement ferme et au payement intégral des réclamations de la partie civile.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Lire

Bordeaux commence bien la saison, Kamano grand perdant

19 septembre 2019 à 8 08 20 09209

Quatre, voilà le nombre de matchs consécutifs sans défaite pour les Girondins de Bordeaux. Après avoir très mal débuté le championnat avec une défaite 3-1 face à Angers, les hommes de Paulo Sousa ont trouvé leur rythme de croisière et sortent de quatre matchs plutôt intéressants. Solides défensivement, avec notamment l’apport non négligeable de Laurent Koscielny pour épauler Pablo, les Girondins ont un groupe homogène et commencent, aussi, à développer du jeu offensif : 1 but face à Montpellier (match nul), deux face à Dijon (victoire), un face à Lyon (match nul) et deux face à Metz (victoire). De quoi changer les ambitions bordelaises ? 

 

A Bordeaux, les fans attendent depuis longtemps un retour au premier plan. Après les échecs Gustavo Poyet, Eric Bedouet et Jocelyn Gourvennec, les dirigeants du club au scapulaire, passés sous pavillon américain avec l’arrivée de Joe DaGrosa, ont fait confiance avec Paulo Sousa. Après une fin de saison 2018-2019 compliquée, le Portugais semble enfin avoir trouvé la formule gagnante avec un système à 3 derrière. En attaque, Nicolas De Préville est véritablement le maitre à jouer des Marine-et-Blanc, et a déjà inscrit deux buts cette saison, tout comme Jimmy Briand. Les deux hommes sont assurément des titulaires de la formation girondine et peuvent aussi compter sur Hwang, qui réalise des débuts très intéressants. 

 

Généreux dans l’effort, le Sud-Coréen s’est mué dans l’effectif à vitesse grand v, et a même installé un certain François Kamano sur le banc. Le Guinéen, âgé de 23 ans, ne compte qu’une apparition cette saison pour 25 petites minutes de jeu et n’est clairement l’une des premières options offensives des pensionnaires du Matmut Atlantique. Annoncé partant tout au long de l’été, notamment en Italie à la Fiorentina, ou à Monaco en France, le joueur de 23 ans pourrait vivre une saison compliquée mais il aura forcément l’occasion de renverser la vapeur. 

 

En effet, les Girondins n’ont pas de Coupe d’Europe à jouer cet été et doivent être compétitif en Ligue 1 mais aussi en coupes nationales. Dans cette optique, le groupe devrait être mis sans cesse en concurrence afin de parvenir à atteindre une place en Europe l’an prochain. Pour le moment, les bookmakers ne sont pas encore convaincus par le groupe bordelais comme en témoigne les différentes cotes sur le vainqueur de La Ligue 1. En effet, le site propose des cotes pour miser sur les clubs champions à la fin de la saison sans compter le Paris Saint-Germain. Ces indications donnent alors les tendances pour le classement final et forcément Lyon est le premier outsider au PSG avec une cote de 1,67. Les clubs comme Marseille (7,00), Lille (12,00), Rennes (12,00), Saint-Etienne (26,00), Nantes (34,00), Montpellier (34,00), Monaco (41,00), Nice (41,00) arrivent devant les Girondins. Toutefois, la bonne passe actuelle des Bordelais pourrait rapidement forcer Bwin à revoir ses cotes et proposer une cote un peu moins grosse afin de récompenser les hommes de Paulo Sousa de leur bon début de saison. Le prochain gros test pour bordeaux sera d’ailleurs à la fin du mois de septembre, avec la réception du Paris SG.

Fin

Lire