Image d’archive

Un nouvel éboulement s’est produit hier, mardi 12 novembre 2019, dans une mine d’or de la sous-préfecture de Siguiri. Il a coûté la vie à trois personnes et fait deux autres blessés, a appris Guineematin.com à travers son correspondant sur place.

Cet autre drame est survenu dans la mine appelée Doumbouloko, située entre les districts de Gbèdégbè et Kolènda, dans la sous-préfecture de Doko. Il s’agit d’un ancien site qui était interdit d’exploitation. Mais, certains mineurs se cachaient pour aller travailler sur les lieux, explique Elhadj Loucény Traoré, président de la Croix-Rouge de Doko.

« Là où l’éboulement est survenu, c’est une ancienne mine abandonnée et interdite d’exploitation en raison des risques d’éboulement. Mais, malgré les risques connus de tous et les efforts des Tombolomas (les gendarmes des mines) qui surveillent les lieux, les gens se cachent souvent pour y travailler. Ils se disent que ce genre d’endroits sont propices à l’exploitation minière », a-t-il expliqué.

Il ajoute que « 6 personnes étaient à l’intérieur de la mine au moment de l’éboulement. Ces mineurs utilisaient des machines de concassage pour creuser encore au niveau des anciens trous. Après l’éboulement, une personne est sortie indemne, et elle est partie informer les gens au village. Nous sommes venus commencer les recherches qui ont duré de 12 à 17 heures. On a retrouvé les 5 hommes qui étaient coincés dans le trou : 3 d’entre eux étaient morts et les deux autres sont grièvement blessés », a dit Elhadj Loucény Traoré.

Les trois corps ont été remis aux familles des victimes et les deux blessés ont été conduits à l’hôpital. Cet éboulement survient une semaine après un autre enregistré dans la sous-préfecture de Kintinian et qui a coûté la vie à 13 personnes.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com