Humanitaire : JOSE PROD lance la première émission caritative de Guinée

1 novembre 2019 à 20 08 19 111911

La structure JOSE PROD et ses partenaires ont procédé au lancement du projet Sewa, première émission caritative en République de Guinée. La cérémonie de lancement a eu lieu ce vendredi, 1er novembre 2019, dans un réceptif hôtelier de Conakry. Cette émission vise à promouvoir l’amour et la générosité entre les Guinéens, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Djéné Deen Kouyaté, journaliste

Le projet « Sewa, l’ange de la générosité chez vous ! » est une initiative de JOSE PROD. Une structure fondée et dirigée par Djéné Deen Kouyaté, journaliste à la radio Nostalgie Guinée. C’est une émission télévisée qui prône la charité. « Ce projet existe depuis janvier sur la radio Nostalgie Guinée. On arrivait par surprise chez de personnes en besoin et on leur offrait des chèques. Après, lorsqu’on a invité madame Damantang Oumy Touré à cette émission, elle a décidé de participer au projet. Voilà comment le déclic est parti. On a ouvert le champ, il y a d’autres donatrices qui sont arrivées.

En avril, on s’est dit pourquoi ne pas traduire le projet en version télé et faire participer d’autres guinéens. Ça veut dire encourager la générosité de certains guinéens envers d’autres. Et c’est comme qu’on a cogité sur le projet, on a travaillé de fond en comble : Tonton Djessira, Sitan, Tigui, toute l’équipe de l’émission Talk and Mouv de la radio Nostalgie et on y est arrivé aujourd’hui. On a trouvé Sewa », a expliqué Djéné Deen Kouyaté.

Selon elle, « ce projet est un projet de cœur pour tout le monde parce que c’est pour partager l’amour d’abord. Ce n’est pas l’argent qu’il y a derrière qui compte mais c’est surtout le geste, le fait de dire qu’on pense au bonheur des autres. Les personnes qui reçoivent ces dons n’ont pas suffisamment de lumière, on ne parle suffisamment d’elles, de leurs activités, elles souffrent pourtant. On arrivait dans des marchés, dans des quartiers défavorisés pour déposer des chèques et il y a des larmes qui coulaient. Maintenant ça va se traduire en version télé ».

En ce qui concerne le déroulement de l’émission, les animatrices vont aller à la rencontre de personnes capables de prendre une partie minime soit-elle de leur revenu pour offrir à d’autres guinéens nécessiteux. Mais, même si le but principal est de partager l’amour et la générosité, la fondatrice de JOSE PROD précise que les fonds qui seront récoltés ne seront destinés qu’aux personnes exerçant des activités génératrices de revenus. « Il faut partager l’amour, partager ce qu’on gagne et inciter les gens à travailler. On ne va pas offrir de l’argent à une personne qui ne mène pas une activité. On a envie d’accompagner des actions réelles, des gens qui se battent tous les jours pour réussir », a souligné notre consœur.

Dans ce projet, la structure JOSE PROD est accompagnée aussi par des partenaires dont BICIGUI, Guinée Games et l’imprimerie Les Eléphants.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Lire

Fête de l’Armée à Labé : de Markala au Camp Elhadj Oumar Tall, une caserne vieille de 66 ans

1 novembre 2019 à 20 08 13 111311

A l’occasion de la célébration du 61ème anniversaire de la création de l’Armée guinéenne, le commandant de la deuxième Région Militaire, le Colonel Naby Youssouf Bangoura a un bref rappel historique de la création et de l’évolution du Camp Elhadj Oumar Tall de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Comme d’habitude, le Camp Elhadj Oumar Tall de Labé a abrité ce vendredi, 1er novembre 2019, une cérémonie commémorative du 61ème anniversaire de la création de l’armée guinéenne. La rencontre était rehaussée de la présence effective des autorités régionales, préfectorales et communales entourées de quelques chefs des services déconcentrés de l’administration publique et de certains acteurs de la société civile.

Au cours de sa communication de circonstance, le commandant de la 2ème Région Militaire, le Colonel Nabya Youssouf Bangoura a expliqué à l’assistance comment sa garnison a évolué de sa création à ce jour.

« La pose de la première de ce camp a eu lieu le 1er janvier 1950. Et le chantier durera 3 ans. A la fin des travaux, le camp prend le nom de Markala. En 1957, le camp devient le Centre d’Instruction des Elèves Gendarmes de l’Afrique Occidentale Française (AOF). Après la création de l’armée guinéenne, le camp Markala prit le nom illustre du Camp Elhadj Oumar Tall » a rappelé ce vaillant officier de l’armée guinéenne.

Le Colonel Naby Youssouf Bangoura a mis l’occasion à profit pour présenter le bilan des activités réalisées le Camp Elhadj Ouamar Tall de Labé, au cours de cette année 2019.

« La campagne de reboisement initiée par le gouvernement du Pr Alpha Condé nous a permis de planter près de 600 plants au Camp Elhadj Oumar Tall de Labé. Et face à la recrudescence du grand banditisme frontalier, nous avons pris toutes les dispositions pour le renforcement de la patrouille mixte le long de nos frontières » a-t-il indiqué avant de faire allusion également à la poursuite des travaux de construction de la clôture du Camp Elhadj Oumar Tall de Labé.

Ce nouvel anniversaire de l’armée guinéenne se célèbre aujourd’hui au moment où la nécessité d’améliorer les relations entre civiles et militaires se pose avec acuité en République de Guinée.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Alpha Condé répond aux promoteurs du 3ème mandat : « Je vous ai entendu »

1 novembre 2019 à 19 07 51 115111

Comme on le sait, les membres du gouvernement, les hauts cadres de l’Administration, les fonctionnaires, élèves et les militants de la mouvance présidentielle ont été mobilisés hier, jeudi 31 octobre 2019, pour soutenir le président Alpha Condé dans sa volonté de changer la Constitution pour continuer à diriger la Guinée après son deuxième et dernier mandat.

Mais, ni à l’aéroport (point de départ de la manifestation de soutien), ni au palais du peuple (lieu du meeting), encore moins à la présidence de la République n’a accepté de s’adresser à ses partisans. C’est seulement dans la soirée de ce vendredi, 1er novembre 2019, que la présidence de la République a diffusé un communiqué intitulé « Mobilisation du 31 octobre : Les remerciements du Président Alpha Condé ».

Ce texte attribue un seul message au chef de l’Etat à l’endroit de ses partisans : « Je vous ai entendu ». Mais, aucun mot sur la marche projetée par le FNDC le lundi prochain sur l’autoroute Fidel Castro, ni sur les morts dont les corps sont gardés par le pouvoir, malgré la demande pressante des parents et des défenseurs de la Constitution…

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité de ce communiqué de la présidence guinéenne :

Mobilisation du 31 octobre

Les remerciements du Président Alpha Condé

Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, félicite et remercie l’ensemble des militantes, militants, sympathisantes et sympathisants, pour l’impressionnant accueil qui lui a été réservé lors de son retour de Russie, Turquie et France, le 31 octobre 2019.

Le Président Alpha Condé tient à magnifier l’esprit de paix et de discipline qui a prévalu lors de cette mobilisation et est également reconnaissant à l’endroit de la CODENOC et du Gouvernement ainsi qu’à tous ceux qui se sont déplacés pour participer à cet accueil.

Le Professeur Alpha Condé félicite l’ensemble des Forces de défense et de sécurité pour l’encadrement de cet événement.

Le Chef de l’Etat tient surtout à remercier les femmes et les jeunes qui ont tenu, de 8h00 du matin à 19h00, dans la discipline, la joie et la fraternité, à lui adresser différents messages par rapport à leurs attentes du moment.

A l’ensemble de ces masses populaires de tout âge, tout sexe et toutes ethnies confondues qui se sont exprimées ce 31 octobre par leur mobilisation ou par leurs messages, le Président de la République tient à dire ceci : « Je vous ai entendu ».

Le Bureau de Presse de la Présidence

Lire

Fête de l’Armée : Alpha Ibrahima Kéira invite les jeunes à collaborer avec la police

1 novembre 2019 à 19 07 30 113011

Comme annoncé précédemment, l’Armée Guinéenne a célébré ce vendredi, 1er novembre 2019, le 61ème anniversaire de sa création. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Alpha Ibrahima Kéira, a mis l’occasion à profit pour organiser une cérémonie dite de repas de corps à la Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité numéro 1 (CMIS) de Camayenne, dans la commune de Dixinn. Le ministre a salué « les efforts des policiers » dans la lutte contre l’insécurité avant d’inviter les jeunes à collaborer avec les forces de l’ordre dans ce sens, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Cette célébration a commencé par la salutation des troupes par Alpha Ibrahima Kéira, accompagné du directeur général de la police, l’inspecteur général Ansoumane Camara, dit Bafoé.

Ansoumane Camara, Inspecteur général de la police et DG de la police

Dans son intervention, l’inspecteur général de police et directeur général de la police nationale a dit sa joie de participer à cette fête, avant de rendre un vibrant hommage à l’Armée. « Je rends hommage à l’armée guinéenne pour toutes les missions qu’elle a eu à accomplir à travers le monde, et particulièrement en Afrique, dans le cadre de la libération des pays africains et le travail qu’elle a abattu dans le cadre de la sécurisation de nos frontières et de l’intégrité du territoire national ».

Par ailleurs, le général Bafoé a invité la police nationale au respect de la loi dans ses interventions sur le terrain. « Quant à la police nationale, puisqu’elle est une composante des forces de défense et de sécurité, c’est de l’exhorter à des missions régaliennes que la constitution ou les lois guinéennes lui ont conféré, c’est-à-dire celles de la sécurisation des citoyens et de leurs biens ; c’est chercher à renforcer la sécurisation des citoyens tant dans nos villes que dans les campagnes et les exhorter à protéger les citoyens en préservant leur intégrité physique, en respectant les lois de la République… »

Alpha Ibrahima Keïra, ministre de la Sécurité et de la Protection Civile

De son côté, le ministre Alpha Ibrahima Kéira a dit avoir organisé cette cérémonie pour encourager les unités d’intervention de la police à l’occasion du 61ème anniversaire de la création de l’armée guinéenne. « Nous sommes là pour partager avec eux dans un esprit patriotique et fraternel cette fête autour d’un repas de corps, pour leur signifier toute notre félicitation, les félicitations du gouvernement, du Chef de l’Etat et leur dire que ce qu’ils font est hautement apprécié par les populations et qu’ils font l’objet aujourd’hui de tous les encouragements des populations pour leurs actions énergiques et courageuse contre l’insécurité, contre la criminalité, contre le banditisme et contre les troubles à l’ordre public. C’est pour leur signifier toute la satisfaction que nous avons de travailler avec eux dans l’intérêt de la République ».

En outre, Alpha Ibrahima Kéira a salué le travail abattu au niveau de son département de 2011 à nos jours avant de souligner que les réformes entamées vont continuer. « Le président de la République a mis en place un vaste programme de réformes des services de défense et de sécurité qui est en train de réaliser des résultats positifs, constructifs et encourageants. Nous sommes toujours dans cette lancée avec nos partenaires stratégiques qui ont accepté d’accompagner le chef de l’Etat dans la mise en œuvre de son projet de société en faveur du peuple de Guinée. Et, je crois que tous les espoirs sont permis parce que nous voyons comment la police s’est aujourd’hui modernisée, comment la police est restructurée, et comment la police se comporte avec professionnalisme et en respectant les règles d’engagement, mais aussi et surtout en respectant les libertés individuelles et les droits de l’homme ».

Enfin, le ministre de la sécurité a invité les jeunes de Guinée à collaborer avec les services dans la traque des malfaiteurs. « L’appel que je vais lancer aux jeunes, c’est d’accepter de collaborer avec les forces de l’ordre, de ne pas prendre les forces de l’ordre comme étant des forces hostiles, comme étant des forces qui sont opposées à la jeunesse ou qui ne défendent pas avec courage et abnégation leur sécurité. Il faut que les jeunes dans les quartiers participent à la mise hors d’état de nuire de tous les malfrats, de tous les criminels qui se terrent dans nos quartiers », a-t-il lancé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Camp Soundiata de Kankan : le Colonel Sidiki Diakité rappelle les prouesses de l’Armée

1 novembre 2019 à 18 06 51 115111

A l’instar des autres régions de la Guinée, la fête marquant l’an 61 de la création de l’Armée nationale a été célébrée à Kankan ce vendredi, 1er novembre 2019. La cérémonie, organisée dans l’enceinte du camp de la troisième région militaire, Soundiata Keita, a regroupé l’ensemble des corps militaires et paramilitaires ainsi que plusieurs cadres territoriaux et administratifs. L’accent a été mis sur la naissance et l’implication de notre armée dans les luttes de libération de l’Afrique, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Tout a commencé par les honneurs rendus au tricolore national. Ensuite, il s’en est suivi le défilé des différentes compagnies des corps militaires et paramilitaires, sous le regard admiratif des autorités et populations de Kankan.

Colonel Aboubacar Sidiki Diakité, commandant de la 3ème région militaire de Kankan

Dans son discours de circonstance, le Colonel Aboubacar Sidiki Diakité, commandant de la 3ème région militaire de Kankan, a fait un aperçu sur les différentes péripéties qui ont conduit à la création de l’armée guinéenne. « Le 07 avril 1959, la rebaptisation des camps militaires fut adoptée : le camp général Gallieni devenu camp Kémé Bouréma à Kindia, actuel 1ère région militaire de la Guinée ; le camp Général Marshala, devenu Camp El Hadj Oumar Tall à Labé, actuel 2ème région militaire ; le camp général Archinard, devenu camp Soundiata Keita de Kankan, actuel 3ème région militaire ; et le camp capitaine Hawke, est devenu camp Béhanzin de N’zérékoré, actuel 4ème région militaire. Le 14 avril 1959, la création du bureau de recrutement national ; le 1er Octobre 5919, premier recrutement dans l’armée ; et, l’organisation des armées a été remplacée le 18 décembre 1958 par un Etat major de la défense nationale à sa tête le capitaine Koumandian Keita ».

Par ailleurs, le Colonel Aboubacar Sidiki Diakité est revenu sur le combat mené par l’Armée Guinéenne dans le cadre de l’appui aux pays frères d’Afrique en proie à de l’instabilité intérieure. « Cette jeune armée s’est engagé à participer aux opérations de maintien de la paix en Afrique : en 1961, au Congo ; en 1973, en Guinée-Bissau ; en 1975, en Angola ; en 1976, au Bénin ; en 1990, au Libéria ; en 1990, en Guinée-Bissau ; en 2001, en Siéra-Léone ; et depuis 2012, au Mali ».

Général Mohamed Gharé, gouverneur de la région de Kankan

Présent à cette célébration, le gouverneur de la région de Kankan, le Général Mohamed Gharé, a rendu un vibrant hommage à la grande muette dans sa globalité. « Messieurs les officiers, sous-officiers et hommes de rang, l’armée Guinéenne a aujourd’hui 61 ans. C’est 61 ans de combat, 61 ans de lutte pour le développement économique et sociale de ce pays. Nous savons qu’aujourd’hui l’armée Guinéenne est organisée. L’armée Guinéenne n’a jamais manqué à son devoir. L’armée Guinéenne s’est hissée au haut du sommet du développement de la protection de l’intégrité territoriale de notre pays. C’est le lieu et le moment donc de rendre un vibrant hommage à notre vaillante armée. 61 ans de lutte, 61 ans de combat, 61 ans de loyauté vis-à-vis de la population guinéenne», a-t-il laissé entendre.

La célébration de l’an 61 de la création de l’armée guinéenne s’est déroulée dans une ambiance de fête, sur un fond sonore concocté par les fantassins du camp Soundjata Kéita.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Conakry : le FNDC autorisé à marcher sur l’autoroute

1 novembre 2019 à 17 05 08 110811

Comme annoncé précédemment, le Front National pour la Défense de la Constitution compte manifester le lundi, 04 novembre prochain sur l’ensemble du territoire guinéen. Cela, pour protester à nouveau contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé. A Conakry, la marche pacifique projetée se par le FNDC a été autorisée par les autorités, a appris Guineematin.com des organisateurs.

Selon Abdoulaye Oumou Sow, le coordinateur de la communication du Front National pour la Défense de la Constitution, le gouvernorat de Conakry a donné ce vendredi, 1er novembre, son aval pour la tenue de cette manifestation prévue sur l’autoroute Fidel Castro. Elle partira du rond-point de la Tannerie pour s’achever sur l’esplanade du palais du peuple, en passant par Madina.

Le FNDC invite les habitants de la capitale guinéenne à se mobiliser massivement pour prendre part à cette marche qui devrait, en principe, se dérouler pacifiquement. La structure composée de partis politique d’opposition, d’activistes de la société civile, de syndicats entre autres, compte mobiliser au moins 5 millions de personnes à travers tout le pays pour dire non au projet de nouvelle constitution, qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Lors de sa première manifestation autorisée du 24 octobre dernier, le FNDC avait réussi une mobilisation impressionnante à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur. Reste maintenant à savoir si cette même histoire se répétera le 04 novembre prochain.

A suivre !

Lire

Camp Kémé Bouréma de Kindia : célébration des 61 ans de l’Armée dans la ferveur

1 novembre 2019 à 16 04 33 113311

La fête marquant les 61 ans de la création de l’armée guinéenne a été célébrée à Kindia, ce vendredi, 1er novembre 2019, dans l’enceinte du camp Kémé Bouréma. La cérémonie a regroupé l’ensemble des corps militaires et paramilitaires, ainsi que plusieurs cadres administratifs, les élus locaux et les religieux de Kindia, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Une fois les honneurs rendus au tricolore national et aux soldats qui ont versé leur sang pour la patrie, les différentes compagnies du corps militaire ont ouvert le bal par des discours, sous le regard admiratif des cadres, des responsable et des populations de Kindia.

Colonel Ibrahima Kalil Condé, commandant de la première région militaire de Kindia

Le Colonel Ibrahima Kalil Condé, commandant de la première région militaire de Kindia, a rendu un vibrant hommage aux dignes fils qui ont pris la responsabilité de sortir la Guinée de 60 ans de domination coloniale. Ensuite, l’officier supérieur a magnifié le rôle de l’armée guinéenne dans l’évolution de notre pays. « Depuis le 1er novembre 1958, les Forces Armées Guinéennes sont au service exclusif du peuple de Guinée dont elles sont issues et avec qui elles partagent les profondes aspirations, et en général pour le peuple d’Afrique. L’armée guinéenne n’est ni une armée de domination, ni une armée de conquête. Elle est un moyen de défense de la patrie et une garantie de maintien de la stabilité de l’Etat, de la sauvegarde des institutions républicaines, de l’intégrité territoriale, de la souveraineté. Elle participe également au développement national et au vaste programme d’extension de l’indépendance économique de la nation, car son excellence le professeur Alpha Condé, dans son programme de société, il a accordé ses priorités à la réforme du secteur de défense et de sécurité, qui incontestablement commence par la formation des hommes pour rendre notre armée plus républicaine. Le retour de notre vaillante armée sur la scène internationale et dans le concert des nations, dû à la volonté politique du professeur Alpha Condé, commandant en chef des forces armées, est donc un acquis», a dit le Colonel Ibrahima Kalil Condé.

Mamadou Ditinn Diallo, chef de cabinet du Gouvernorat de Kindia

Pour sa part, Mamadou Ditinn Diallo, chef de cabinet et représentant de madame le gouverneur de la région administrative de Kindia à cette cérémonie, a salué le courage et la bravoure des forces de défense et de sécurité de notre pays. « L’histoire de l’armée guinéenne est un honneur pour toute l’Afrique. Depuis quelques années, contre votre vie, vous défendez le drapeau guinéen pour défendre l’honneur guinéen. A cet égard, nous vous remercions et nous vous encourageons », a-t- déclaré.

La remise des satisfécits aux agents du Service Civique d’Actions pour le Développement (SCAD) a clôturé la célébration de l’an 61 de la création de l’armée guinéenne.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Lire

Guinée : un collectif d’avocats pour défendre tout journaliste

1 novembre 2019 à 16 04 16 111611

Dans l’exercice de leur métier, les journalistes guinéens sont souvent victimes de tracasseries et de poursuites judiciaires. Un collectif d’éminents avocats s’est constitué pour désormais défendre tout homme de médias qui ferait l’objet d’une poursuite judiciaire. La présentation dudit collectif a été faite au cours d’une conférence organisée à la maison de la presse à Kipé ce vendredi, 1er novembre 2019, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

En Guinée, plusieurs journalistes ont fait l’objet de poursuites judiciaires et certains d’entre eux ont même été incarcérés à la maison centrale de Coronthie. Face à cette situation, un collectif d’avocats a été officiellement constitué pour prendre la défense des journalistes.

D’entrée de jeu, Maître Frédéric Foromo Loua, l’un des conférenciers, a dévoilé la composition du collectif des avocats pour la défense des journalistes : « il s’agit de maîtres Mohamed Traoré, ancien bâtonnier ; Salifou Béavogui, Pépé Antoine Lama, Thierno Souleymane Barry et moi-même, maître Frédéric Foromo Loua », a-t-il dit.

Par ailleurs, maître Loua est revenu plus en détails sur les raisons de création de cette structure. « Le collectif a pour mandat de gérer d’éventuelles poursuites qui seraient engagées contre les journalistes dans l’exercice de leur profession. C’est aussi l’occasion de rappeler que les journalistes, dans l’exercice de leur profession, ne sont soumis qu’à l’autorité de la loi L02 du 22 juin 2010 qui a dépénalisé les délits de presse dans notre pays. Cette loi constitue une avancée majeure dans le processus de la construction démocratique de notre pays. Cette loi couvre et protège les journalistes dans l’exercice de leur profession et c’est celle là qui doit être invoquée lorsqu’on doit lancer une poursuite contre un journaliste dans le cadre de son travail. En raison de ce que je viens de dire, invoquer une autre loi pour poursuivre un journaliste constitue une tentative d’intimidation, de musellement et de mise au pas de la presse, qui constitue un pilier essentiel dans toute construction démocratique. Nous avons la ferme détermination et nous avons décidé, eu égard aux circonstances sociopolitiques actuelles en terme de violation des droits de l’homme, en terme de violation de procédures, de mettre en place ce collectif pour accompagner, assister les journalistes lorsqu’ils sont amenés à être inquiétés, poursuivis dans le cadre de leur travail », a fait savoir le président de l’ONG Mêmes Droits pour Tous (MDT).

En ce qui concerne le dossier de notre confrère Lansana Camara, poursuivi par le ministre des Affaires Etrangères pour délit de diffamation par voie de presse, Me Frédéric Foromo Loua a apporté des précisons sur ce qui avait été fait. « Nous avions introduit une demande de mise en liberté provisoire. Une première demande, qui avait été refusée, et par la suite la seconde demande, le juge a bien voulu accepter de prendre une ordonnance de mise en liberté assortie d’un contrôle judiciaire. Donc depuis un bon moment, c’est la procédure qui continue et nous voulons véritablement finir avec cette procédure qui n’a que trop duré. Parce que depuis l’ordonnance de mise en liberté provisoire, le dossier n’a pas évolué autrement. Nous voulons voir la fin de cette procédure pour que monsieur Camara puisse vraiment dormir en paix et qu’il n’ait pas ce souci par rapport à la gestion de cette procédure », a-t-il laissé entendre.

L’autre dossier concernant des journalistes est celui relatif à la plainte contre des gendarmes qui avaient maltraité physiquement des journalistes à l’Eco 3 de Matam. En l’absence de Me Salifou Béavogui et de Me Mohamed Traoré qui ont suivi le dossier, c’est Sidi Diallo, secrétaire général du Syndicat de la Presse Privée de Guinée (SPPG) qui a tenu à rassurer ses confrères. « Nous allons poursuivre le travail. Soyez sûrs que Me Salifou Béavogui et Me Mohamed Traoré sont en train de faire un bon travail. Au nom du syndicat de la presse privée, je ne peux que me réjouir de cette belle opportunité. Parce qu’hier, on pouvait arrêter des journalistes, car il y avait un manque de solidarité, il y avait aussi un manque d’avocats parce que ça demande beaucoup de moyens. Dieu merci, nous avons non seulement des avocats qui nous accompagnent, mais aussi l’arrivée d’un partenaire comme OSIWA Guinée », s’est félicité Sidi Diallo.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Fête de l’Armée : le gouverneur de Boké appelle les militaires à l’obéissance

1 novembre 2019 à 15 03 54 115411

Comme annoncé précédemment, l’armée guinéenne a célébré ce vendredi, 1er novembre 2019, le 61ème anniversaire de sa création. A Boké, les festivités ont eu lieu dans les locaux du bataillon autonome de la région. La cérémonie a mobilisé les autorités administratives et communales, les militaires et paramilitaires, des représentants des sociétés minières entre autres, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

La cérémonie a été marquée par plusieurs activités, notamment des défilés des agents des forces de défense et de sécurité, des élèves et les épouses des militaires.

Colonel Soriba Camara, commandant du bataillon autonome de Boké

Dans son discours de circonstance, le commandant du bataillon autonome de Boké a fait un rappel de l’historique de l’armée guinéenne. « L’armée guinéenne a été créée le 1er novembre 1958 et le général Noumandjan Keita a été le premier responsable de l’état-major. Notre armée a effectué des missions en Guinée Bissau, au Bénin, au Liberia, au Rwanda…

Ce devoir, l’armée guinéenne l’a accompli soit pour la liberté ou la défense, le rétablissement de l’ordre qui était bafoué ou encore l’instauration de la démocratie. Depuis 2013, nos compatriotes de Gangan 1 à 5 continuent à contribuer au rétablissement de la paix au Mali. L’armée guinéenne a donc inscrit de son sang l’histoire de notre continent », a dit le colonel Soriba Camara, rendant hommage à tous les agents des forces de défense et de sécurité décédés.

Général de Brigade Siba Séverin Lohalamou, gouverneur de la région de Boké

Présent à ces festivités, le Général de Brigade Siba Séverin Lohalamou, gouverneur de la région de Boké, a félicité ses compagnons d’armes pour tout ce que l’armée guinéenne a accompli pour le pays et pour le continent. Il en a profité pour revenir sur quelques défis qui se posent aujourd’hui aux forces armées guinéenne. « Certes, nous avons beaucoup d’acquis, mais aujourd’hui nous avons encore beaucoup de défis. Notre pays fait face à des défis du moment. Des défis d’ordre politique.

Nous devons nous tourner vers l’avenir social et politique de notre pays, qui va en ce moment même négocier un virage important sur le plan politique. Soldats que nous sommes, nous devons rester dans notre mission républicaine qui veut que le soldat reste fidèle à l’autorité civile légalement installée. Nous avons la mission de sauvegarder l’intégrité de notre pays, protéger les citoyens et leurs biens », a rappelé gouverneur de Boké à l’armée.

Cette fête sera clôturée par un match de gala prévu en fin d’après-midi entre les agents des forces de défense et de sécurité de Boké.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Lire

Affaire 3ème mandat d’Alpha Condé : le FNDC-UK manifeste demain à Londres

1 novembre 2019 à 15 03 37 113711

Les manifestations se multiplient en République de Guinée et ailleurs pour contraindre le président Alpha Condé à respecter la Constitution et à quitter le pouvoir à la fin de son deuxième et dernier mandat en 2020. Comme cela a déjà été organisé en France, en Belgique et ailleurs, les Guinéens du Royaume Uni comptent eux aussi donner de la voix. Sous le label du FNDC-UK, ils appellent à une forte mobilisation demain, samedi 02 novembre 2019, à Londres devant le parlement Britannique.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le communiqué du FNDC-UK :

Conscients et forts des idéaux qui ont conduit à la rédaction de la Constitution Guinéenne actuelle, le FNDC-UK, solidaire avec tous les combats menés en République de Guinée et ailleurs par les compatriotes réunis au sein du Front National pour la Défense de la Constitution, appelle à une Mobilisation Générale le samedi 02/11/2019 à Londres devant le parlement Britannique.

Nous rendons hommage à tous ces martyrs, victimes de la bêtise et de la cruauté humaines. Nos sincères condoléances aux familles éplorées.

Du 14 au 17 octobre 2019, le FNDC a bouclé sa première semaine de manifestations sur toute l’étendue du territoire national guinéen. Cette protestation populaire d’envergure a été malheureusement entachée par une nouvelle brutalité des forces de l’ordre guinéennes pensant ainsi pouvoir bâillonner les combattants du FNDC.

Le bilan est macabre et n’est à l’honneur d’aucun Fils digne de cette Nation. Ces tués, blessés et séquestrés ne sont pas le fruit d’actes fortuits, mais plutôt le résultat d’une conspiration contre le peuple de Guinée.

Ces dénis de droit et de justice sont devenus beaucoup trop récurrents et font basculer davantage la Guinée vers la stigmatisation des communautés et la précarisation de masse. Le combat doit forcément continuer. Le prix à payer sera lourd, mais il faudra le payer pour que la VÉRITÉ triomphe enfin.

Nous disons NON à l’arbitraire !

Nous disons NON à cette haine et à ce mépris !

Nous disons NON à tout projet d’assassinat de notre démocratie encore en gestation ! Nous disons NON à toute velléité de modification de notre Constitution !

Nous disons NON à un renouvellement de mandat pour le Président actuel !
Nous disons NON et STOP aux massacres de notre Population !
Le FNDC-UK invite tous les compatriotes à une manifestation pour démontrer à la face du monde que la volonté populaire va au-delà de toute prétention individuelle et égoïste.

Mercredi, 23 octobre 2019

La coordination FNDC UK

Lire

Pourquoi Alpha Condé n’a rien dit hier ? Voici la réponse du ministre Somparé

1 novembre 2019 à 15 03 07 110711

Un accueil triomphal a été réservé au président Alpha Condé à Conakry, hier jeudi 31 octobre 2019, par ses partisans, massivement mobilisés pour la circonstance. Une foule compacte s’était massée aussi bien à l’aéroport qu’au palais du peuple pour acclamer le chef de l’Etat. Mais, contre toute attente, monsieur Condé ne s’est pas adressée à la foule pourtant acquise à sa cause. Joint au téléphone dans la journée de ce vendredi, 1er novembre 2019, le ministre de la Communication, Amara Somparé a expliqué les raisons de ce silence d’un président qui aime pourtant à prendre la parole en public.

Attendu longuement au Palais du Peuple de Conakry, le président Alpha Condé a surpris de nombreux observateurs en ne prononçant un seul mot à l’endroit de ses militants. L’appel au référendum tant attendu n’a pu être prononcé par le locataire de Sékhoutouréyah. Peut être qu’il est différé ou qu’il ne sera jamais prononcé.

Selon Amara Somparé, ministre de la Communication, c’est le long trajet et la forte mobilisation qui ont bousculé le programme établi. « Au fait, le président de la République a fait plus de quatre heures de temps entre l’aéroport et la ville. Et, il y avait du monde qui l’attendait à Sékhoutouréyah et à Kaloum. Il ne pouvait pas s’arrêter au palais du peuple pour faire un discours ou une allocution, pour ne pas perdre encore plus de temps. Il fallait venir communier avec les populations de Kaloum aussi qui l’attendaient à Sékhoutouréyah. C’est aussi simple que ça. Il n’y a pas d’autres explications. Le temps qui a été mis entre l’aéroport et le palais du peuple, vu la mobilisation qu’il y a eu, cela a empêché la tenue du programme qui avait été élaboré », soutient monsieur Somparé.

Interrogé sur la manifestation programmée le lundi 04 novembre 2019, par la Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de la Tannerie au Palais du Peuple, Amara Somparé a préféré ne rien dire. « Je ne ferai pas de commentaires sur cette annonce du FNDC ».

Et si le dialogue était la seule issue pour sortir de cet imbroglio sociopolitique ? Monsieur Somparé en est convaincu. « La proposition de retourner autour de la table, la reprise des travaux du comité de suivi du dialogue politique, a été déjà faite par le chef de l’Etat. Donc, nous attendons le retour des différents acteurs pour la reprise du dialogue… ».

A la question de savoir si le gouvernement est prêt à lâcher du lest, en libérant les responsables du FNDC condamnés à des peines de prison ferme, le ministre de la Communication parle de domaine de compétence. « Ça ne relève pas de mes compétences. Il y a une séparation des pouvoirs ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél 628 17 99 17

Lire

Mohamed Tall sur l’accueil d’Alpha Condé : « ça doit susciter un sentiment de révolte »

1 novembre 2019 à 14 02 56 115611

La mobilisation organisée hier, jeudi 31 octobre 2019, par la mouvance présidentielle et ses alliés à Conakry pour accueillir le président Alpha Condé, qui rentrait d’une mission à l’étranger, continue de susciter des réactions au sein de la classe politique guinéenne. Interrogé par un journaliste de Guineematin.com sur la question, Mohamed Tall, directeur de cabinet du président de l’UFR, Sidya Touré, dénonce et condamne une situation tout à fait révoltante.

Mohamed Tall, directeur de cabinet du président de l’UFR

« C’est quelque chose qu’on doit condamner fortement, très fortement. On a vu comment ils ont mobilisé tous les moyens de l’Etat. Ils ont réquisitionné les agents publics, les élèves, les bus ont été réquisitionnés, ils ont mobilisé à peu près 30 milliards de francs pour une cause qui porte préjudice au pays et aux Guinéens. Une cause qui constitue véritablement un recul pour la démocratie. Cela doit susciter un sentiment de révolte chez tout le monde. Parce que c’est la nature du régime qui se révèle. C’est un régime qui se veut dictatorial et qui l’assume maintenant », soutient l’opposant.

Pour l’ancien ministre de l’Elevage, cette situation ne fait que galvaniser le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dans son combat contre le projet de changement de l’actuelle Constitution qui ouvrirait la voie à un troisième mandat au président Alpha Condé. C’est pourquoi, Mohamed Tall appelle les Guinéens à se mobiliser massivement pour participer aux manifestations du lundi prochain. « On invite tous les Guinéens qui sont des patriotes, qui ne veulent pas que notre pays sombre, qui ne veulent pas que le tissu social soit déchiré, qui veulent que le pays progresse, que les acquis démocratiques soient préservés et qu’on puisse se mettre sur le chemin du développement, tous ces gens-là sont invités à manifester contre ce projet (de troisième mandat pour le président Alpha Condé, ndlr) qui n’apportera rien à personne et qui est très préjudiciable à notre pays.

On a aujourd’hui un certain nombre de personnes qui, parce qu’ils gagnent des dizaines de millions de dollars par an, veulent nous imposer une dictature et nous priver de tout, détruire notre vie. Ils ne veulent pas rester au pouvoir pour faire des routes, des hôpitaux ou construire des universités, ils veulent rester là pour continuer à gagner les revenus futurs des activités minières. Et ça leur procure des dizaines de millions de dollars par an. Dans le même temps, la population guinéenne est en train de s’appauvrir jour après jour et à perdre nos libertés chèrement acquises. On ne doit pas et on ne peut admettre cela », prévient le directeur de cabinet de Sidya Touré.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Lire

Affaire Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse : le procès reporté au 10 décembre

1 novembre 2019 à 14 02 53 115311

Comme on le sait, le régime Alpha Condé a récemment démoli plusieurs domiciles privés dans la commune de Ratoma, précisément à Kaporo Rails, Kipé et Dimesse. Cette démolition d’un total de 1 769 bâtiments dont 1 299 villas- qui a commencé le 25 février 2019- a concerné 1 204 familles avec 19 219 personnes affectées. Les Bulldozers du régime ont également raclé 13 écoles (avec 3 641 élèves), 12 mosquée, une église et 13 fabriques de glaces…

Après avoir tout essayé sans succès sur le plan local (où tous les leviers sont détenus par les mêmes personnes) , les victimes- qui se sont constituées en un collectif- ont saisi la Cour de justice de la CEDEAO dans l’espoir d’avoir une oreille attentive. Mais, l’audience tant attendue, qui était prévue le 8 novembre, a été reportée au 10 décembre, à la demande de l’avocat des victimes.

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose le communiqué du collectif

Communiqué : Le collectif des victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse porte à la connaissance de l’opinion que l’audience prévue le 8 novembre à Abuja (cour de justice de la CEDEAO) dans l’affaire qui l’oppose à l’Etat guinéen a été reportée au 10 décembre 2019.

La demande a été formulée par l’avocat des victimes Maître Alpha Yaya Dramé qui a sollicité de la cour un transport judiciaire sur les lieux.

En attendant, le collectif demande à l’ensemble des victimes de rester mobilisées jusqu’à la victoire finale contre le régime d’Alpha Condé.

Conakry le 01 novembre 2019

La cellule de communication du collectif

Lire

Affaire 3ème mandat d’Alpha Condé : nouveau bras de fer entre autorités de Kindia et FNDC

1 novembre 2019 à 13 01 56 115611

Comme à Conakry et dans les autres villes du pays, le FNDC projette d’organiser une marche pacifique à Kindia le lundi prochain, 04 novembre 2019. L’objectif vise évidemment à protester contre la volonté du pouvoir d’imposer une nouvelle constitution qui favoriserait un pouvoir à vie du président Alpha Condé.

Mais, à la surprise générale, les autorités locales ont refusé la marche de ce lundi. Ce qui ouvre un nouveau bras de fer avec le Front national pour la défense de la Constitution qui ne compte pas renoncer à l’exercice de son droit constitutionnel.

La Coordination régionale du FNDC-Kindia réitère alors qu’elle organisera sa marche, malgré l’intention des autorités de l’empêcher…

Ci-dessous, Guineematin.com vous propose de visionner la lettre adressée au autorités communales et la réponse du maire de Kindia, Elhadj Mamadouba Bangoura :

Echange de lettres entre le FNDC et la mairie de Kindia

Quelle sera la suite de ce bras de fer ?

A suivre !

Lire

Guinée-Mines : le consortium SMB-Winning remet les Etudes de faisabilité et d’impact environnemental et social à l’Etat

1 novembre 2019 à 13 01 44 114411

Communiqué : Dans le cadre de la mise œuvre de son plus grand projet d’infrastructures dans la Région administrative de Boké, le Consortium SMB-Winning a procédé hier jeudi 31 octobre 2019, au Ministère des Mines et de la Géologie (MMG), à la remise officielle de l’étude de faisabilité et d’impact environnemental et social de son projet de chemin de fer de 135km de voie ferrée à l’Etat guinéen.

Aux yeux des observateurs, «C’est une démarche légale qui vise à s’assurer que toutes les parties prenantes à savoir, le promoteur du consortium SMB-Winning, s’engagent au respect du calendrier de cet autre important projet, mais s’accordent à réaliser des investissements reposant sur le strict respect du Code Minier guinéen.»

En remettant ces documents à l’Etat, le Directeur Général (DG) de la Société Minière de Boké, M. Frédéric Bouzigues n’a pas tardé de rappeler que «Ce projet phare du Consortium s’inscrit dans une dynamique de développement durable qui nécessite des études de qualité avec des experts des domaines mais aussi une réelle volonté du projet à respecter les recommandations issues de ces études.»

Il a, en outre, ajouté que «Cette remise participe au renforcement de la collaboration car elle signale l’état d’avancement de manière technique et dénote le respect des engagements du Consortium SMB-Winning vis à vis du gouvernement guinéen.»

Lesdites études réalisées dans une collaboration avec les Cabinets de la Société d’Expertise Environnemental et Social (SEES) et WSP-Louis Berger sont tous spécialisés, selon le Directeur Général Adjoint du Service National de Coordination des Projets Miniers (SNCPM) qui a reçu les documents.

Il a, par ailleurs, salué la suite des résultats encourageants des activités de la SMB en Guinée depuis son installation.

M. Binbirinko Barry explique que cette étape fait suite à l’octroi au Consortium SMB-Winning par l’Etat de nouveaux permis miniers en vue de permettre à celui-ci, d’avoir une activité pour le long terme dans l’exploitation et la transformation de la bauxite en Guinée.

Ceci ajoute-t-il, «En commun accord avec la signature l’an dernier, des conventions minières et ferroviaires ainsi que la raffinerie pour un investissement total de 3 milliards de dollars.»

La prochaine étape consistera à l’examen et à l’analyse de ces rapports par les techniciens des MMG ainsi que ceux du Ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêt (MEEF) avant la présentation desdites études pour validation. Une étape qui dit-on, «Donnera forme à la mise en œuvre totale des conventions.»

Plus tôt cette année, le Consortium SMB-Winning et la Compagnie de Bauxite de Guinée (CBG) avaient signé le 20 juillet 2019 un protocole d’accord concernant la traversée du chemin de fer construit sur une partie de la concession de la CBG, avec une première Etude d’Impact Environnemental et Social spécifique à cette zone. La complexité de la construction de cette partie du tracé – deux tunnels sur seulement 11 kilomètres – a obligé le Consortium a démarré plus tôt les travaux à cet endroit après avoir obtenu l’accord de l’État. Aujourd’hui, un premier tunnel de 2 833 mètres est en construction à Kourakoto avec la présence de SEES sur le terrain 24h/24 et 7j/7 pour s’assurer du suivi efficace du plan de gestion des risques de cet important projet d’infrastructure spécifique à cette zone.

La dernière mission de suivi des travaux de construction de cette zone réalisée conjointement avec la CBG et le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts a constaté que l’avancée des travaux du Consortium était efficace tout en restant conforme au PGES du projet de construction du chemin de fer. Le respect du calendrier pour cette section du tracé avec une fin des travaux pour le 4ème trimestre 2020 est confirmé.

A noter que la phase de construction de ce méga projet, va créer entre 10.000 et 15.000 emplois directs dans les différentes collectivités locales que compte la Région de Boké. Quant à la raffinerie, elle pourra produire jusqu’à 1 million de tonne d’alumine et le tout, dans le respect des normes environnementales.

Transmis par le service de communication du Consortium SMB-Winning

Lire

HOMMAGE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE A L’ARMÉE GUINÉENNE

1 novembre 2019 à 12 12 23 112311

Peuple de Guinée,

A la suite de la célébration de la fête de l’indépendance, ta vaillante armée célèbre ce 1er novembre, le 61ème anniversaire de sa création.

Durant ces 61 dernières années, les hauts faits d’honneur et de bravoure par lesquels notre armée s’est illustrée à l’intérieur et à l’extérieur du pays ont été à la dimension du bel exemple que nos nombreux héros ont donné dans leur farouche résistance contre la pénétration coloniale et pour l’émancipation du peuple de Guinée.

Ces faits de gloire donnent également raison aux pères fondateurs de cette armée, qui ont fait le choix de la dignité au lendemain de l’indépendance, en tournant le dos à certains privilèges pour se mettre à la disposition de leur jeune Nation et créer l’Armée guinéenne, dans le noble but de sauvegarder la souveraineté et l’intégrité du territoire.

Le 1er novembre 2019 est donc la commémoration de 61 ans de sacrifices d’une Armée-Nation au service de son Peuple. Un parcours élogieux qui a su parfaitement épousé les grands moments de notre histoire commune.
L’armée guinéenne, ce sont ainsi soixante un ans de missions commandées, en tout temps et en tous lieux suivant l’appel du devoir, de la Guinée, de l’Afrique et du monde. Parfois embusqués loin des familles, dans le feu des combats sur les champs de bataille pour participer à la libération de pays frères ou restaurer la paix là où est elle menacée ou encore et surtout… pour préserver notre héritage commun : la Guinée.

Officiers généraux, officiers, sous-officiers et militaires du rang ;

Comme vous le savez, le métier des armes n’est pas un métier comme les autres. Il est fait du sens du devoir, de l’esprit de sacrifice, de l’amour de la Patrie, de l’appel de la discipline. Il exige du dévouement, il recommande du courage car il comporte l’acceptation du risque. C’est la condition militaire qui mérite la considération, le respect et la reconnaissance de la Nation. C’est pourquoi la Nation, fière de vous et de vos hauts faits d’armes, est demeurée soudée à son armée depuis sa création.

A l’occasion de ce 61ème anniversaire, nos pensées vont tout naturellement à l’endroit des pères fondateurs de l’armée guinéenne, de nos anciens combattants, mais aussi et surtout de tous les martyrs tombés sur les différents champs d’honneur en défendant la liberté, la sécurité et la stabilité de la Guinée ainsi que de nombreux pays amis.

Je m’incline pieusement devant la mémoire de tous ces valeureux soldats et prie pour que le Paradis soit leur dernière demeure. Leurs ultimes sacrifices ne seront jamais vains.

A ceux qui continuent de servir sous le drapeau loyalement, fidèlement, dans la discipline requise et qui se sont appropriés la Réforme du Secteur de Sécurité que nous avons initié ensemble depuis 2011, la République salue votre courage et apprécie à sa juste valeur votre contribution à l’édification d’une Guinée stable, moderne, unie et prospère.

Cette année, la célébration de la fête anniversaire de notre vaillante armée coïncide avec le déploiement en cours du Bataillon Gangan 5 à Kidal, dans le cadre de la participation de la Guinée aux opérations de maintien de la paix au nord du Mali sous la bannière des Nations-unies. Ce retour de l’armée guinéenne sur la scène internationale témoigne de la réussite de notre ambitieux programme de réforme du secteur de la Défense. En tant que chef des Armées, je formule mes voeux de plein succès à tous nos soldats engagés dans différents pays pour défendre la paix et la liberté, gage de tout développement. Que les ferventes prières du peuple de Guinée les accompagnent quotidiennement.

A vous tous : officiers généraux, officiers, sous-officiers et militaires du rang, avérés ou anonymes, je rends l’hommage solennel de toute la Nation, en reconnaissance de l’accomplissement correct de votre difficile mais exaltante mission. Je voudrais, en ce 1er novembre, au nom du glorieux Peuple de Guinée, vous remercier, vous féliciter et vous encourager.

Au moment où vous vous apprêtez à partager le repas de corps dans vos différentes garnisons, mon gouvernement, les institutions républicaines, les partenaires amis de la Guinée et moi-même restons constamment mobilisés pour apporter graduellement des solutions appropriées aux défis posés par la qualification de votre noble mission au service du peuple.

Officiers généraux, Officiers, sous-officiers, militaires du rang, je vous le redis : vous faites la fierté de notre nation. Vous défendez nos valeurs d’unité, de cohésion et de rassemblement. Vous protégez tout le peuple, tous nos frères et toutes nos sœurs. Vous protégez l’avenir de notre pays et de tous les Guinéens. Malgré les embûches et les difficultés, vous allez toujours de l’avant avec abnégation; en ayant pour seul objectif la défense de la patrie et l’intérêt général.

En ces temps où notre pays réfléchit sur son avenir, votre message et cet engagement exceptionnel forcent notre admiration et nous invitent à rester tous rassemblés. Vous êtes pour nous tous une référence.

Pour tout cela, tout notre peuple vous adresse ses sincères remerciements.

Bonne fête à toutes et à tous ;

Vive l’Armée guinéenne, notre fierté ;

Vive la République !

Pr. Alpha Condé, président de la République, chef de l’Etat

Chef des Armées

Lire

APPEL D’OFFRE POUR RECRUTEMENT INSTALLATEUR FH

1 novembre 2019 à 10 10 44 114411

AREEBA Guinée est un opérateur de téléphonie qui exploite en Guinée, un réseau de téléphonie mobile sous la marque MTN.

Dans le but d’améliorer la qualité de son service pour la satisfaction de sa clientèle, MTN envisage l’optimisation encore plus efficiente des délais d’installation et des coûts liés aux installations des liaisons FH.

Lire

Manif avortée à Kankan : un désaveu pour le préfet, les écoles paralysées

1 novembre 2019 à 10 10 20 112011

Contrairement à ce qu’avaient annoncé les autorités, la journée d’hier jeudi, 31 octobre 2019, n’a connu aucune coloration particulière dans la ville de Kankan. En dehors d’une lecture du saint Coran à la grande mosquée pour la paix et la quiétude sociale, rien de spécial n’a été observé pour commémorer la journée d’accueil du président Alpha Condé. Mais, à l’image de Conakry, les écoles sont restées fermées alors qu’Aziz Diop ruminait sa déception, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Dans la journée du mercredi, le préfet Aziz Diop avait appelé à une forte mobilisation pour faire comme Conakry en célébrant le retour du président Alpha Condé et soutenir le contesté projet de 3ème mandat. Mais, des injonctions venues d’en haut ont tout chamboulé au grand dam du pauvre préfet, réduit à constater les dégâts.

Les activités, notamment les marchés, l’administration et les banques ont fonctionné normalement. C’est au niveau du secteur éducatif que la paralysie a été constatée. Plusieurs écoles sont restées fermées pendant toute la journée. Plusieurs élèves rencontrés sur le chemin de retour ont exprimé leur mécontentement.

C’est le cas de François Loua, élève en classe de 11ème année dans une école de la place. « On n’a pas pu étudier aujourd’hui, parce qu’hier, ils ont fait passer les informations qu’il devait y avoir une délégation à Kankan. Quand on est venu ce matin, ils nous ont dit que la délégation ne viendra finalement pas. C’est pourquoi on n’a pas étudié aujourd’hui », a-t-il expliqué.

Un autre élève regrette le fait qu’il n’y ait pas eu cours ce jeudi à Kankan. « Selon moi, ça me met en retard, parce qu’on ne peut plus faire ce qu’on devait faire aujourd’hui. La manière dont ils ont fait aujourd’hui, si je pense à ça, on ne pourra plus terminer le programme. Ce qu’on devait faire aujourd’hui, c’est ce qu’on fera la semaine prochaine. Ce qu’on devait faire la semaine prochaine, c’est ce qu’on fera la semaine d’après…».

Cissé Kaïssa, acteur de la société civile à Kankan

A en croire Cissé Kaïssa, acteur de la société civile à Kankan, les autorités éducatives ont pris une mauvaise décision en annonçant la fermeture des écoles pour des fins politiques. « Toutes les écoles sont hermétiquement fermées ce matin, suite à une décision de l’autorité préfectorale pour réserver un accueil chaleureux au président de la République qui vient de l’extérieur. Moi je pense que c’est une mauvaise décision dans la mesure où on prive nos enfants d’aller à l’école. C’est une décision que l’autorité doit revoir, surtout que cette mobilisation ne concerne pas Kankan. Même si ça devrait concerner la ville, je souhaiterais que ça se passe les week-ends », conseille-t-il.

La politisation à outrance du système éducatif guinéen impact négativement sur l’avenir des enfants, soutient monsieur Cissé. « Ça peut impacter négativement sur l’avenir des enfants, surtout quand vous remarquez les résultats des derniers examens nationaux. Ces différentes décisions arrivent à impacter négativement sur l’éducation de nos enfants, parce qu’en pleine année scolaire, quand on voit demander aux enfants de ne pas aller à l’école, je pense que l’autorité doit essayer de revoir sa copie ».

Joint au téléphone par le correspondant local de Guineematin.com pour expliquer ce désaveu, le préfet Aziz Diop a confirmé qu’une annulation de dernière minute est venue de la hiérarchie. Néanmoins, il a fait savoir que le chef de l’Etat effectuera prochainement un déplacement sur Kankan.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Fodé Oussou sur l’accueil du Pr. Alpha Condé : « ils n’ont pas fait le tiers de ce que le FNDC a fait »

1 novembre 2019 à 10 10 07 110711

Après la vague de réactions dans les rangs de la mouvance présidentielle, saluant une mobilisation « historique » à l’occasion de l’accueil réservé au président Alpha Condé hier, jeudi 31 octobre 2019, des commentaires se font entendre aussi du côté de l’opposition. Lors d’un entretien téléphonique avec un journaliste de Guineematin.com, Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, a réagi à cette réception organisée par le pouvoir.

L’opposant constate qu’en dépit de tous les moyens employés par les autorités du pays pour mobiliser les gens, elles n’ont pas réussi à égaler la foule drainée par le Front National pour la Défense de la Constitution lors de sa manifestation de la semaine dernière.

« Il faut que monsieur Alpha Condé comprenne lui-même et ses militants que quand on est président de la République, on ne peut pas être président d’un parti politique. On n’est pas en période de campagne. Ça veut dire que celui qui a été reçu aujourd’hui, qu’on le veuille ou pas, c’est le président du RPG Arc-en-ciel qui a reçu. Deuxièmement, c’est que ce n’est pas juste qu’on ait fermé l’administration juste pour cet accueil. Tout a été bloqué. C’est comme si on a sacrifié tout ce qu’on pouvait gagner : le port autonome, l’administration, tout a été fermé. Ce qui fait encore plus mal, c’est qu’ils sont allés sortir les enfants à l’école : les collégiens et les lycéens. Ce qui est encore choquant, c’est qu’il y a des vidéos qui circulent où on voit des gens en train de donner des t-shirts et de l’argent pour que les gens viennent. On a vu même des remorques transporter des gens. Ça, ça prouve déjà que les gens qu’ils ont ne sont pas des militants mais des clients.

Aujourd’hui, tu ne peux pas faire la différence entre les gens qui veulent d’un 3ème mandat pour monsieur Alpha Condé et ceux qui n’en veulent pas, parce que les gens sont pauvres. Quand tu leur donnes 200 mille francs, ils viennent. C’est pour cette raison que la majeure partie des gens qui étaient à l’aéroport ne sont pas allés au palais. On sait que le RPG Arc-en-ciel est un parti qui ne peut pas mobiliser, c’est un parti qui est complètement désorganisé. Les partis membres de la CODENOC (les alliés du RPG du parti présidentiel, ndlr) ne peuvent pas mobiliser. Il y a des partis politiques parmi eux qui ne peuvent pas mobiliser même 50 personnes. L’objectif numéro un qu’ils s’étaient fixés, c’était de faire une mobilisation supérieure à la mobilisation du Front National pour la Défense de la Défense de la Constitution pour montrer à la communauté nationale et internationale que la majeure partie des guinéens veulent d’un 3ème mandat, veulent d’un référendum.

Mais, la mobilisation n’a pas été au rendez-vous. C’est pour cette raison qu’Alpha Condé n’a pas tenu de discours. Si Alpha Condé était content de la mobilisation, il aurait parlé. Mais si vous voyez que monsieur Alpha Condé n’a même pas remercier les gens qu’on a transportés de Dubreka, les gens qu’on a transportés Forécariah, de Coyah, c’est parce qu’en dépit de tous les gros moyens financiers qui ont été faits, la mobilisation n’a pas été au rendez-vous. L’argent qu’on a sorti pouvait construire des centres de santé, construire des écoles, acheter le matériel didactique pour les enfants et même augmenter le salaire des enseignants », a souligné l’opposant.

Le vice-président du principal parti d’opposition du pays donne d’ailleurs raison au président de la République de n’avoir pas tenu de discours. « Alpha Condé avait raison de ne pas tenir un discours parce que le palais était à moitié vide. Ils ont voulu se comparer (au FNDC, ndlr), malheureusement il n’y avait pas d’éléments de comparaison. Parce qu’ils n’ont pas pu faire le tiers du monde qu’on a sorti. La différence entre les deux mondes est que nous, nous avons sorti nos militants et eux ils ont fait sortir des clients dans la rue. Je pense que monsieur Alpha Condé va en tirer toutes les leçons. Vous savez, Charles De Gaulle avait dit en 1970 qu’un président en fin de règne n’a aucun moyen de mobiliser. Donc c’est pareil pour Alpha Condé », a conclu Fodé Oussou Fofana.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Fria : RUSAL/Friguia offre plus de 100 millions aux communautés villageoises

1 novembre 2019 à 9 09 53 115311

Dans le cadre de l’accomplissement des actions de bonne volonté à destination des populations, la société RUSAL/Friguia a procédé à la remise d’une assistance financière à quatorze communautés riveraines de l’usine à Fria. La cérémonie, présidée par madame le préfet, a eu lieu hier, jeudi 31 octobre 2019, en présence des hauts cadres de RUSAL, de l’administration publique, des autorités locales de Fria et des représentants des populations bénéficiaires, a constaté sur place Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

C’est dans une ambiance festive que cette cérémonie a eu lieu. Le directeur de RUSAL/Friguia, Yuriy Kanafotsky a mis l’occasion à profit pour préciser que cette assistance financière est un geste de bonne volonté en vue de l’amélioration de la qualité de vie de la population de Fria. « Aujourd’hui nous RUSAL/Friguia, en collaboration avec la fondation RUSAL/Guinée, remettons l’assistance financière aux 14 communautés riveraines de la Préfecture de Fria, notamment : Kodhekouré, Fokibo, Doteba, Boudoubaga, Toundedokhodé, Kimbo, Kalema, Manga Mory, Kontagui, Touba, Kawounda, Videria Amina, Tabossy, Tigué. Les fonds transmis aujourd’hui, c’est un geste de bonne volonté de la part de notre société, orientée au développement de la région de notre présence et à l’amélioration de la qualité de vie de la population. Je veux préciser que l’événement d’aujourd’hui est une initiative de charité de la société à part des obligations que RUSAL effectue en plein volume en tant que l’investisseur responsable. Ce qui se passe aujourd’hui, c’est un pas supplémentaire pour renforcer le climat de la paix sociale et l’harmonie », a indiqué le directeur, Yuriy Kanafotsky.

Par ailleurs, le directeur de RUSAL/Friguia est revenu sur certaines réalisations de la société au bénéfice de la préfecture de Fria. « Je voudrais aussi noter que la société RUSAL participe activement au développement socio-économique de la préfecture de Fria. De cette façon, en décembre 2018, les trois forages de l’eau potable étaient forés et mise en service dans les villages de Kan-Kan, Fobiko et Adama Soria par les forces de l’usine. Ce n’est que récemment, en juillet 2019, les trois nouveaux forages de l’eau potable étaient forés et transmis à la population de Kimbo, Toundédokhodé et Dotè. De plus, cette année nous avons apporté notre aide aux imams pour la fête de Ramadan et effectué la réparation des routes dans les villages de Dotè, Fokibo et Touba », a rappelé monsieur Yuriy Kanafotsky.

Pour sa part, madame Gnalen Condé, le préfet de Fria, s’est réjouie de la reprise de l’usine RUSAL/Friguia avant d’appeler tout le monde à se donner les mains pour garantir un partenariat gagnant-gagnant en faveur de la société et des communautés de Fria. « Aujourd’hui est un jour important pour nous les autorités de la préfecture de Fria, de remercier nos partenaires de l’attention particulière à nos communautés. C’est suite au partenariat entre la Guinée et la Fédération de la Russie à travers les deux chefs d’Etat, à savoir le Président Poutine et le Président de la République de Guinée Alpha Condé, que notre usine, la chose commune qui est la société, l’Unité industrielle RUSAL/Friguia a été relancée. Aujourd’hui, il s’agit de l’application d’un document qu’on appelle contenu local édicté par le gouvernement guinéen pour le bien être des communautés et accepté par tous les partenaires pour assister les communautés. Ce matin, nos partenaires russes sont venus auprès de nous pour la remise de cette assistance financière aux communautés locales. Merci aux communautés bénéficiaires pour la patience. Merci pour votre bonne compréhension, merci pour la consolidation de la paix au niveau de la commune urbaine de Fria. Nous ne ménagerons aucun effort pour défendre les intérêts de nos communautés et ne pas faire tort à nos partenaires de RUSAL/Friguia. C’est une équipe qui gagne. Cette équipe, c’est nous les guinéens et nos partenaires russes. Donnons-nous la main. Dans la paix, on peut tout avoir », a laissé entendre madame Gnalen Condé.

Très touché par ce geste de la société RUSAL en faveur des 14 communautés de Fria, le maire de la commune urbaine a exprimé toute sa satisfaction devant les multiples contributions apportées dans la zone d’intervention des partenaires Russes. « En jetant un regard antérieur sur les interventions de RUSAL/Friguia en faveur des populations, on remarque aisément que c’est une contribution appréciable pour l’instauration d’un climat d’unité et de prospérité entre les habitants de la commune urbaine. L’événement qui nous réunit aujourd’hui nous engage au tant possible dans la voie de la tolérance et des échanges réciproques. Le conseil communal que j’ai l’insigne honneur de diriger apprécie hautement le rôle que les cadres de la direction de l’usine ont joué pour la paix et la compréhension mutuelle », a dit Lansana Boffa Camara.

Après la remise des enveloppes, les représentants des communautés bénéficiaires se sont dits satisfaits et ont remercié la société, ainsi que les autorités préfectorales et communales pour avoir pensé à leurs préoccupations.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 00224 622919225 / 666919225

Lire