Éliminatoires CAN 2021: la Guinée s’offre la Namibie

17 novembre 2019 à 23 11 02 110211

La Guinée recevait la Namibie ce dimanche, 17 novembre 2019, au compte de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN Cameroun 2021. Et, le Syli national s’est imposé (2-0) devant son adversaire, s’emparant ainsi de la tête du groupe A.

Avec la victoire du Mali (0-2) au Tchad, la Guinée entamait ce match avec une grande pression. L’objectif était de l’emporter pour prendre la tête du classement. Le sélectionneur Didier Six avait aussi envie de s’imposer pour sa première au stade du 28 septembre et faire oublier les supporters guinéens la débâcle du Syli national à la dernière Coupe d’Afrique des Nations, en Egypte.

Le technicien français a décidé donc de procéder à des réaménagements par rapport au match du jeudi dernier à Bamako. En plus du gardien de but Aly Keïta qui est blessé, quatre joueurs titulaires lors du précédent match ont démarré cette rencontre sur le banc. Changement de joueurs mais aussi changement de système de jeu pour l’entraîneur guinéen.

Dès le début du match, les Guinéens ont pris le contrôle du ballon. Ils dominent et se procurent de plusieurs occasions mais il faudra attendre la 40ème minute pour que le Syli trouve la faille. Et c’est le défenseur Issiaga Sylla qui a perdu son père mercredi dernier qui est venu ouvrir le score d’une puissante frappe. Un but qui est intervenu peu après un premier changement imprévu que l’entraîneur guinéen a dû opérer après la blessure du défenseur central Simon Falette, remplacé par Julien Jeanvier.

C’est avec ce score que les deux équipes sont parties à la pause. Au retour des vestiaires, les visiteurs se montrent un peu plus entreprenants et inquiètent le Syli. Ils parviennent même à marquer un but refusé pour hors-jeu. La Guinée répond par un deuxième but de Seydouba Soumah « Konkolè », lui aussi refusé pour hors-jeu. Il faudra attendre la 70ème minute pour que la Guinée fasse le break par l’intermédiaire de José Martinez Kanté (2-0).

Avec cette première victoire dans ces éliminatoires, la Guinée prend la tête de son groupe avec 4 points devant le Mali qui a également 4 points. La Namibie est troisième avec 3 points et le Tchad est dernier avec 0 point.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

Kindia : des sages invitent à l’unité nationale

17 novembre 2019 à 18 06 33 113311

Sur invitation du Kountigui de la Basse Côte, Elhadj Sekhouna Soumah, une importante cérémonie de sacrifice et de lecture du saint Coran a été organisée ce dimanche, 17 novembre 2019, à Kindia. La démarche vise à prier pour la paix et inviter les Guinéens à ne pas se laisser influencer par les discours appelant à la division, rapporte Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

De nombreuses personnalités ont pris part à cette rencontre, marquée par la lecture du saint Coran, à plusieurs reprises, et l’immolation d’un animal.

Parmi les personnalités présentes, on peut citer le Kountigui, Elhadj Sekhouna Soumah ; le président de la coordination nationale des Foulbhés et Haali Pular de Guinée, Elhadj Ousmane Baldé ; les Kountigui des villes de la Basse Côte, l’ancien Premier ministre, Mamady Youla ; l’imam de la mosquée Fayçal, Elhadj Mamadou Saliou Camara ; le président du PUP, Elhadj Fodé Bangoura ; le vice-président de l’UFR, Elhadj Ibrahima Bangoura, entre autres.

Dans son discours, le Kountigui a invité les Guinéens à s’entendre et à ne pas se laisser manipuler par les hommes politiques qui passent le temps dans les bureaux pour leurs intérêts égoïstes.

Dans la même lancée, le président de la Coordination nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée a appelé à la cohésion sociale en Guinée et à l’entraide. « Si la case de ton voisin prend feu, vient l’assister, puisque tu pourrais te retrouver dans la même situation », a conseillé Elhadj Ousmane Baldé.

Interrogé sur cette réunion, Abdoulaye Bah, ancien président de la délégation spéciale de Kindia a salué cette initiative. Selon lui, les sages de toutes les régions de la Guinée doivent se lever pour dire la vérité à ceux qui incitent à la division pour des fins inavouées.

Nous y reviendrons !

Depuis Kindia, Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Lire

Guinée : l’intendant du président Alpha Condé rafle le marché du transport de la bauxite de Chalco

17 novembre 2019 à 15 03 35 113511

C’est finalement la société Djoma Group qui assurera le transport de la bauxite que le groupe chinois Chalco produira à partir de mars 2020 sur la mine de Boffa. Selon Africa Mining Intelligence, c’est le 30 octobre dernier que le Chalco a fait cette annonce.

On apprend que Chalco, qui prévoit d’exporter douze millions de tonnes chaque année depuis ce permis, avait lancé l’appel d’offres pour l’évacuation de sa bauxite au début du mois d’octobre.

Fondé et dirigé par Kabinet Sylla, alias « Bill Gates », intendant du président Alpha Condé, Djoma Group rafle plusieurs marchés ces derniers temps en République de Guinée. Selon des sources contactées par Guineematin.com, grâce à l’influence de son fondateur au sommet de l’Etat, ce groupe est désormais devenu un acteur majeur dans plusieurs secteurs clés de l’économie guinéenne. Il compte actuellement quatre (4) filiales et une (1) Association Sportive : BMI, Djoma Mining, Djoma Logistique, Djoma Media, AS Djoma.

En Guinée, certains commentateurs font un lien entre la mainmise du pouvoir (à travers ses préposés) sur les mines du pays et cette volonté du président Alpha Condé de changer la constitution pour continuer à rester à la tête du pays au-delà de son deuxième et dernier mandat. Et, ce lien entre la gestion du pouvoir public et les affaires fait craindre certains investisseurs miniers pour leurs activités et leurs installations en cas de troubles…

Pour le cas spécifique du « Bill Gates guinéen », certains estiment qu’il est aujourd’hui devenu tellement riche qu’il pourrait désormais se passer de sa proximité d’avec le chef de l’Etat pour remporter des appels d’offres même de façon régulière. « Il a un parc automobile impressionnant au niveau de Nongo et il a les moyens pour battre n’importe quel concurrent sur le marché guinéen, même à la loyale… ».

A rappeler que l’ONG britannique Global Witness avait accusé des membres de l’entourage présidentiel (dont Alpha Mohamed Condé, le fils unique du président et son ami Boubah Sampil) de corruption dans l’acquisition des mines guinéennes par l’entreprise de Sable Mining. Même si ce rapport avait suscité assez de commentaires à l’époque (2016) et des promesses d’enquêtes de la part de nos autorités, aucune sanction n’avait été prise en Guinée et trois ans après, on ne connait toujours pas le résultat de ces enquêtes. Contrairement au Liberia par exemple où des enquêtes avaient été immédiatement menées et des sanctions prises par la présidente de l’époque contre ses proches accusés dans le même rapport.

En République de Guinée, le président Alpha Condé qui avait animé une conférence de presse en réaction à ces accusations, s’était énervé et accusé Global Witness, accusateur de son fils unique et conseiller de l’époque d’en vouloir à sa personne…

A suivre !

Lire

Guinée : le défi de l’inévitable changement

17 novembre 2019 à 11 11 58 115811
Elhadj Fodé Oussou Fofana, membre du Front national pour la défense de la constitution

Par Fodé Oussou Fofana : Le pays est caractérisé par une lutte ardue entre les forces rétrogrades qui tirent la Guinée vers le bas et celles qui se battent pour extirper la nation du bourbier dans lequel le Président Alpha Condé l’a plongé afin qu’il s’élève vers le haut.

En effet, les forces rétrogrades ont fini d’instaurer comme mode de gouvernance le pillage de nos maigres ressources, la promotion de la culture de la médiocrité, de la corruption, du détournement des deniers publics, du favoritisme, de l’injustice, des tortures, des tueries, de la barbarie aveugle, de l’impunité, de la stigmatisation, de l’exclusion et de la division.

De nos jours, l’opinion nationale et internationale est suffisamment en mesure d’apprécier les pratiques de gouvernance du Président Alpha Condé qui avait promis d’être à la fois le Mandela et Obama de la Guinée par rapport à celles pratiquées par ces deux figures de réputation internationale.

Le Monde entier a observé le Président Mandela dans l’exercice de ses fonctions. Il a réconcilié les Sud-Africains dans un exercice sans précèdent en amenant son peuple à tourner la page d’un passé divisé, vers un avenir partagé. Ensuite, il a rendu le pouvoir après un seul mandat en confortant la jeune Démocratie Sud-Africaine. Au finish, Il a légué un pays réconcilié vers un destin commun et des institutions solides.

Le Président Obama qui hérita d’une situation économique catastrophique et d’une diplomatie mondiale très controversée. Il s’attela à fouetter l’économie américaine en relevant les secteurs en faillite et lancer des chantiers gigantesques. Il a sorti son pays des différents bourbiers dans lesquels son prédécesseur avait plongé les USA et rétabli la confiance avec le reste du monde.

Le nôtre a divisé les Guinéens, détruit le tissu économique et social, affaibli toutes les institutions en les inféodant et s’apprête à changer la constitution dans le but de s’éterniser au pouvoir en oubliant l’expérience amère de Blaise Compaoré.

Les forces du changement incarnées par le FNDC se battent pour imposer le respect de la Constitution, mettre termes au pouvoir à vie, lutter contre l’impunité, instaurer la culture du mérite, réconcilier les guinéennes et guinéens, promouvoir la primauté de l’état de droit, de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Les forces du changement ne laisseront plus le pays être gouverné comme par le passé. Le vent du changement exige de nos dirigeants d’apprendre à être à l’écoute et rendre des comptes au peuple. Notre combat s’inscrit en droite ligne de cette nouvelle exigence qui correspond à nos valeurs et principes de combat.

Elhadj Fodé Oussou Fofana, Membre du FNDC

Lire

Hausse des taxes d’importation du riz blanc : Baïlo Sow tire la sonnette d’alarme

17 novembre 2019 à 9 09 32 113211

Les petits importateurs de riz blanc sont préoccupés par une décision des autorités guinéennes relative à la hausse des taxes d’importation de cette denrée de grande consommation. Mamadou Baïlo Sow, commerçant au grand marché de Madina, a contacté Guineematin.com pour réagir à cette décision qu’il juge mauvaise non seulement pour les petits importateurs mais aussi pour les consommateurs.

« C’est à la suite d’une rencontre des opérateurs économique avec le directeur de la Douane que nous avons été informés qu’à partir du 1er décembre, toute importation du riz blanc dans les containers sera taxée au même prix que le riz étuvé. Si cela se fait, ça veut dire que nous ne pourrons plus importer le riz blanc. Puisque dans ce cas, nous serons obligés de vendre le riz blanc au même prix que le riz étuvé », a-t-il indiqué.

Selon ce commerçant, si cette décision est mise en œuvre, elle va empêcher les petits importateurs d’importer le riz et accorder le monopole aux importateurs. Ce qui aura pour conséquence la hausse du prix du sac de riz. « Les 12 mille ou 20 mille tonnes que les gros importateurs envoient dans les bateaux ne pourront pas satisfaire la population. Il faut qu’il y ait ces petites importations dans les containers pour éviter le manque sur le marché. Et si toutefois il y a manque, cela occasionnera forcément l’augmentation des prix.

Présentement même, si vous avez constaté, il y a une augmentation du prix du riz blanc. Le sac de riz qui se négociait entre 220 000 à 225 000 francs est vendu aujourd’hui à 237 000 à 238 000 francs. Cela est dû au fait que nous les petits importateurs nous n’avons pas de riz. Donc, c’est comme ça que ça se passera. Il y aura toujours manque de riz et les prix vont augmenter. Et ce sont les pauvres citoyens qui vont en souffrir parce que le riz c’est l’aliment de base du guinéen », a dit Baïlo Sow.

Monsieur Sow souhaite une rencontre entre les petits importateurs et le président de la République autour de cette situation avant que la mesure ne rentre en vigueur.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire