Marche contre un 3ème mandat en Guinée : le FNDC satisfait de la forte mobilisation

7 novembre 2019 à 23 11 16 111611

Communiqué : Dans son communiqué précédent, le FNDC en appelait à une manifestation sans précédent le jeudi 7 Novembre 2019 en ces termes : « Peuple de Guinée, lève-toi pour faire de cette date un moment décisif pour la suite de notre combat ».

Le peuple de Guinée a répondu massivement au mot d’ordre ainsi lancé et s’est illustré par une mobilisation qui, de par son caractère extraordinaire, sera gravé dans l’histoire de l’ancrage démocratique en Guinée.

En effet, c’est une impressionnante vague rouge qui a déferlé dans les rues de Conakry et celles des dix préfectures du pays pour exprimer son exaspération quant au sang versé par les forces de défense et de sécurité et réclamer justice, exiger la libération immédiate des personnes détenues au seul motif de leur lutte contre le troisième mandat, et réitérer sa farouche opposition au changement de Constitution. La mobilisation du peuple se solidifiera et perdurera aussi longtemps que ces revendications ne seront pas satisfaites par le régime d’Alpha Condé.

La communion parfaite de plus de 3 millions de guinéens, dont environ 2 millions à Conakry et plus d’1 million à l’intérieur du pays, marquera durablement les esprits. Le civisme, la discipline et la responsabilité des manifestants sont bien la preuve qu’il est possible de manifester sans heurts, à condition que les forces de l’ordre et de sécurité s’en tiennent essentiellement à leur mission de maintien de l’ordre, sans volonté délibérée de réprimer dans le sang leurs concitoyens.

Le FNDC s’en félicite et salue vigoureusement le peuple de Guinée qui a également démontré que rien n’est impossible lorsque l’on se retrouve autour des valeurs fondamentales d’unité, de solidarité et de fraternité.

Le FNDC déplore néanmoins le décès de Mamadou Billo Diallo, tombé en syncope en pleine marche à Gbessia-Conakry, et adresse ses sincères condoléances à sa famille et au peuple de Guinée.

Le FNDC adresse un message d’ouverture et de rassemblement à celles et ceux qui hésitent encore à rejoindre le mouvement. Le FNDC est avant tout un état d’esprit, une ambition saine au service d’un pays que l’on souhaite résolument tourner vers la démocratie, l’État de droit et la protection des droits et libertés des citoyens.

Fort du succès de cette mobilisation, le FNDC invite le peuple de Guinée à se tenir prêt pour les prochaines échéances. Des consignes claires seront communiquées prochainement.

Conakry, le 7 novembre 2019

Ensemble, Unis et Solidaires, Nous vaincrons !

La Coordination nationale du FNDC

Lire

Marche contre un 3ème mandat d’Alpha Condé : voici un communiqué du Gouvernement

7 novembre 2019 à 22 10 43 114311

Communiqué : Conakry, le 7 Novembre 2019 – Le Gouvernement a noté avec satisfaction que la marche organisée aujourd’hui 7 Novembre par une partie de l’opposition et de la société civile s’est déroulée sur l’itinéraire convenu avec les autorités de la ville de Conakry.

Le Gouvernement se félicite du professionnalisme des agents des forces de l’ordre déployés tout au long du parcours et salue l’esprit républicain qui a entouré cette manifestation.

Le Gouvernement regrette cependant le décès de Mamadou Billo Diallo, âgé de 38 ans, chauffeur de profession, résidant à Lambanyi, survenu à l’hôpital sino guinéen aux environs de 13h30.

De source médicale, le défunt, qui souffrirait de cardiopathie, est mort d’un œdème aigu aux poumons consécutif à un étouffement dans le véhicule qu’il conduisait. A cette triste occasion, le Gouvernement présente ses sincères condoléances à la famille éplorée.

Le Gouvernement

Lire

Marche du FNDC : Sidya Touré tacle le régime Alpha Condé

7 novembre 2019 à 20 08 22 112211

Comme annoncé précédemment, le Front National pour la Défense de la Constitution a réussi sa deuxième marche pacifique contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé à Conakry. Une impressionnante foule a défilé dans les rues de la capitale guinéenne pour exiger la libération des leaders du FNDC incarcérés et le renoncement au projet de changement de la constitution qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat.

Tout comme celle du 24 octobre dernier, cette autre manifestation a été clôturée par un meeting tenu sur l’esplanade du stade du 28 septembre de Conakry. Certains leaders du FNDC, dont Sidya Touré, ont pris la parole pour dire quelques mots à leurs partisans. Le président de l’UFR n’a pas manqué de saluer la mobilisation, tout en se moquant de la réception du président Alpha Condé, organisée la semaine dernière par le pouvoir, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son discours, l’opposant a commencé par rendre hommage à tous les jeunes tués depuis le début des manifestations contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé. Il a fustigé aussi l’incarcération des leaders du FNDC et exigé leur libération. « Les responsables du FNDC sont encore en prison. Ils sont en prison parce qu’on les a kidnappés dans leurs domiciles. Ça veut dire que ce n’est pas l’application de la loi, il s’agit de la volonté de l’Etat. Et, c’est quelque chose qu’il faut combattre. Nous exigeons la libération immédiate de nos camarades », a-t-il lancé.

En ce qui concerne le combat contre un troisième mandat, le président de l’UFR estime que cette mobilisation prouve à suffisance que les Guinéens sont opposés à ce projet. « Aujourd’hui, nous sommes sortis une deuxième fois pour donner la preuve que nous n’avons pas besoin d’être achetés pour aller dans la rue et défendre notre opinion. Nous sommes sortis pour montrer qu’on n’a pas besoin de nous réquisitionner, qu’on n’a pas besoin de donner de l’argent aux chefs de quartiers, qu’on n’a pas besoin de se mettre aux carrefours pour distribuer de l’argent.

Nous avons dit aux Guinéens : sortez pour démontrer que nous sommes complètement à un troisième mandat d’Alpha Condé. Et, vous venez de le prouver. Alors merci à vous, et nous sommes fiers de ce que nous venons de réaliser. Nous n’accepterons pas qu’une dictature s’impose dans notre pays », a assuré Sidya Touré.

Dans la continuité de son combat contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé, le Front National pour Défense de la Constitution appelle à une manifestation le jeudi prochain à Conakry.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 621 09 08 18

Lire

Conseil des Ministres de ce 07 novembre : voici le compte rendu

7 novembre 2019 à 20 08 16 111611

Communiqué : Conakry, le 07 novembre 2019 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 07 novembre 2019, de 10h à 13h, avec l’ordre du Jour suivant :

I.  MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

II. COMPTE RENDU DES SESSIONS ORDINAIRES ET EXTRAORDINAIRES DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DES MARDIS 15, 22, 29 OCTOBRE ET DU 05 ET 06 NOVEMBRE 2019

III. DECISIONS DU CONSEIL

Au titre du premier point de l’ordre du jour

Monsieur le Président de la République s’est félicité de la totale réussite de la réception organisée le 31 octobre dernier, à l’occasion de son retour au pays après ses missions en Russie, en France et en Turquie. Il a vivement remercié tous ceux qui ont participé à l’organisation de cette cérémonie grandiose et exprimé toute sa reconnaissance aux populations de Conakry pour l’impressionnante mobilisation dont elles l’ont gratifiée en cette circonstance. Il a vivement apprécié que cet accueil, en dépit de l’affluence considérable qu’elle a enregistrée se soit déroulé dans le calme et l’enthousiasme sans le moindre incident

Le Chef de l’Etat a cependant déploré les violences qui ont émaillé les manifestations récemment organisées par l’opposition et exprimé sa profonde compassion à l’endroit des familles des victimes. Il a réaffirmé sa ferme volonté de faire effectuer toutes les diligences nécessaires à la manifestation de la vérité autour des cas de morts et de blessés. A cet effet les plus fermes instructions ont été données aux services compétents de l’Etat en vue des enquêtes permettant la définition des circonstances et l’identification des commanditaires et exécutants de ces crimes

Le Président de la République a invité le Ministre en charge de la Formation professionnelle à présenter la situation exhaustive des travaux de construction et d’équipement des Ecoles Régionales des Arts et Métiers (ERAM) en vue de leur ouverture prochaine. Ces établissements qui ont connu un financement important de la Banque Islamique de Développement (BID) auront un impact considérable sur la qualification des ressources humaines nationales et sur la création d’emploi dans notre pays

Le Chef de l’Etat a chargé le Ministre des Mines et de la Géologie de veiller au respect rigoureux des normes d’exploitation en vue de réduire les nuisances de l’exploitation minière sur l’environnement et la santé des populations riveraines. Il lui a également été instruit de faire l’état des lieux de la situation des Permis de recherche et d’exploitation disponibles ainsi que sur la Feuille de route des gisements du Simandou et des concessions d’or et de diamant. L’appel d’offres pour l’exploitation du Cobalt et du Cuivre dans la région de Lola devrait être lancé dans les meilleurs délais

Le Président de la République a invité les membres du Gouvernement de soumettre à l’approbation du Conseil toutes initiatives d’organisation d’évènements nationaux et internationaux requérant la prise en charge par l’Etat des frais de voyage, d’hébergement et de restauration des participants.

Le Chef de l’Etat a instruit le Ministre du Budget de privilégier les dépenses liées aux Fonds de contrepartie des projets bénéficiant de financement extérieur dans les allocations budgétaires en faveur des départements ministériels.

Le Président de la République a décidé de la limitation drastique des missions à l’étranger des membres du Gouvernement en raison de l’impact financier important de ces déplacements sur le budget de l’Etat ; Il a invité les ministres à se faire représenter aux rencontres internationales chaque fois que cela est possible par les membres des représentations diplomatiques à l’extérieur

Le Chef de l’Etat a demandé aux départements ministériels concernés de diligenter l’achèvement des travaux de rénovation du CHU de Donka et de finaliser la conclusion de l’accord de concession en vue de sa mise en service dans les meilleurs délais.

Le Président de la république a instruit les Ministres en charge des Travaux Publics et de la Ville de procéder au lancement d’opérations de plantation d’arbres en bordure des voieries urbaines reconstruites ainsi qu’à la création d’espaces verts au niveau des espaces publics.

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour,

Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires et extraordinaires du Conseil Interministériel des 15, 22, 29 octobre et du 05 et 06novembre 2019.

Dans ce cadre, le Conseil a entendu successivement

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger qui a soumis au Conseil un Projet de Décret portant sur l’organisation et la gestion de la carrière diplomatique.

En l’absence de Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères en mission, le projet de décret sur l’organisation et la gestion de la carrière diplomatique et consulaire a été présenté par Monsieur le Ministre en charge de la Sécurité.

A l’entame de sa communication, le Ministre a rappelé la ténue de la Conférence diplomatique à Conakry, du 29 avril au 03 mai 2019, sous la très haute autorité de Son Excellence Monsieur le Président de la République, autour du thème : « la diplomatie au service de l’émergence de la Guinée ».

Les travaux de cette Conférence, première du genre, ont permis d’aboutir à des recommandations dont la mise en œuvre effective permettra de qualifier davantage notre appareil diplomatique, et d’améliorer sa contribution à la réalisation des objectifs de développement de notre pays.

Le Ministre a indiqué que les quarante-neuf (49) articles du projet réglementent plusieurs problématiques auxquelles l’administration des Affaires Etrangères est confrontée, notamment :

–        Les modalités de recrutement et d’affectation aux Affaires Etrangères ;

–        Les différents grades diplomatiques, leur équivalence, les critères de passage à un grade supérieur, et l’alternance entre les services centraux et les services extérieurs ;

–      Les devoirs et obligations des fonctionnaires diplomatiques et consulaires, et les mesures disciplinaires qui leurs sont applicables ;

–        Les mesures d’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel diplomatique et consulaire en poste à l’étranger.

La diplomatie étant la vitrine expressive de tout pays, il est une impérieuse nécessité de renforcer la culture de l’excellence au sein de notre appareil diplomatique afin de lui permettre de promouvoir la meilleure image de notre pays, de défendre nos intérêts et ceux de nos compatriotes vivant à l’étranger.

Il est revenu par la suite au Ministre présentateur du projet de texte d’apporter des éclairages nécessaires et pertinents qui ont valu au Conseil l’adoption du projet de décret sur l’organisation et la gestion de la carrière diplomatique et consulaire.

Le Ministre des Hydrocarbures qui a présenté un projet d’arrêté conjoint portant procédures administratives pour l’implantation des stations-services en République de Guinée.

Ce projet d’Arrêté, présenté par Monsieur le Ministre des Hydrocarbures, a été conjointement conçu et préparé avec le Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts et le Ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire.

Le Ministre a débuté sa communication en rappelant que depuis quelques années, on constate une multiplication des chantiers de constructions de stations-services aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays, dont pour certaines, sans aucune autorisation des Autorités compétentes.

Selon le Ministre, il n’est pas rare de voir des stations bâties à quelques dizaines de mètres l’une de l’autre, dans des endroits inappropriés sans aucune disposition de sécurité (quartiers populaires, abords des cours d’eau, emprises des routes et des marchés, sous les pylônes électriques à haute tension etc. …)

Face à ces manquements à la réglementation et aux normes d’implantations des stations fortement préjudiciables à la sécurité publique, il a rappelé l’urgence  de prendre des dispositions de corrections idoines permettant d’enrayer le phénomène.

Il s’agit d’asseoir, au prime abord, une réglementation stricte en matière de normes et de procédures pour encadrer la création des stations-services.

Le Ministre a ainsi soutenu que c’est dans cet objectif que s’inscrit le présent Arrêté Conjoint élaboré par une commission technique mixte et dont le contenu a été revu et validé par les Ministres concernés.

Pour finir sa communication, le Ministre a rappelé que l’approbation et la signature du présent projet d’Arrêté Conjoint soumis à l’examen des membres du Conseil permettra de doter la République de Guinée d’un réseau de stations-services modernes conformes aux normes techniques de la profession et en adéquation avec les impératifs sécuritaires et environnementaux.

Au terme des débats, le Conseil a adopté le projet d’Arrêté conjoint fixant les procédures administratives pour l’implantation des stations-services en République de Guinée.

Le Ministre de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises qui a soumis un projet de Décret portant Statuts et régime financier du Fonds de Développement Industriel et des Petites et moyennes entreprises.

La communication du Ministre avait pour objet d’informer le Conseil le Fonds de Développement Industriel et des Petites et Moyennes Entreprises en abrégé “FODIP” qui sera créé afin de  promouvoir le développement Industriel et des PME du Pays.

Selon le Ministre, le FODIP a pour mission de mobiliser et d’utiliser des ressources provenant de différentes origines, en vue de soutenir le développement industriel et des PME dans l’ensemble, en prenant en charge certains besoins de financement et de renforcement des capacités des entreprises industrielles et des Petites et Moyennes Entreprises disposant d’un potentiel de création d’emplois et de forte valeur ajoutée locale.

Le Ministre a rappelé que le FODIP s’aligne sur les objectifs du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) qui met un accent particulier sur le développement du secteur privé guinéen.

Dans cette perspective, il permettra au secteur industriel et des PME de surmonter certaines difficultés liées, notamment :

–      À l’accès limité des petites et moyennes entreprises au financement classique et au cout élevé de ce financement.

–      À la faiblesse des ressources pour soutenir des programmes d’amélioration et de diversification du tissu industriel et des PME ;

Au terme des débats et après concertation avec le Ministère de la Justice et la Direction du Portefeuille d’Etat, le Conseil a adopté le projet de décret portant statuts et régime financier du Fonds de Développement Industriel et des Petites et Moyennes Entreprises.

Le Ministre Secrétaire Général du Gouvernement qui a présenté une Communication relative à la présentation des Termes de Référence (TDR) du Séminaire Gouvernemental.

La communication du Ministre Secrétaire Général du Gouvernement a porté sur le Séminaire gouvernemental de validation des recommandations de l’atelier des secrétaires généraux sur le cadre normatif du travail gouvernemental et la stratégie de communication

Parlant du Contexte et de la justification, le Ministre a indiqué que la mise en œuvre des différentes réformes engagées par le Gouvernement dans divers domaines économique, politique, scientifique et socio- culturel conduit à une intense activité normative et de communication constituant un enjeu de gouvernance publique.

Selon le Ministre, si la pertinence de ces nombreuses reformes y compris les Initiatives Présidentielles n’est pas à discuter, se pose néanmoins dans l’ensemble, la question de l’action gouvernementale, de l’organisation administrative, de l’efficacité et de la coordination des actions engagées, de leur synergie, de leur complémentarité.

Au plan de la communication, le Ministre a rappelé la nécessité de construire un système structuré et ordonné de la communication gouvernementale. Une question qui a été soulignée à maintes reprises par le Chef de l’Etat. En effet, les populations guinéennes dans leur grande majorité n’ont pas accès à l’information publique. Ce déficit est surtout perceptible dans les zones rurales et périurbaines en raison de leur isolement des médias traditionnels et d’autres canaux de communication.

Selon le Ministre, cette situation, en plus de contribuer à la désinformation des populations, a pour conséquence de limiter leur participation à la gestion de la chose publique et aux actions de développement tant au niveau local que national. En plus, elle compromet les efforts consentis pour la préservation de la paix et la consolidation de l’unité nationale.

Du reste, la mauvaise compréhension de la politique du Gouvernement, la non visibilité des actions réalisées et leurs impacts immédiatement perceptibles ou non sur les populations s’expliquent par la faible présence des structures gouvernementales sur le champ de la communication. Les fausses informations et les rumeurs qui en découlent peuvent être de nature à créer ou entretenir une mauvaise image du Gouvernement auprès des populations.

Essentielle dans le contexte de conduite de chantiers pluri sectoriels, le Ministre a indiqué que la communication gouvernementale est aujourd’hui une composante indispensable à une gouvernance publique efficace. La valeur ajoutée des communications gouvernementales est de dégager une vision globale et transversale des dossiers à traiter. Or, si cela est facile à concevoir en théorie, il est beaucoup plus difficile dans son application.

Face à cette situation, la Banque Mondiale (MB), à travers le financement additionnel du projet de Gouvernance Economique, d’assistance technique et de Renforcement des capacités (EGTACB) prévoit deux composantes dont l’une est dédiée au renforcement du cadre normatif de l’organisation et du fonctionnement du travail gouvernemental, et l’autre, consacrée au renforcement du dispositif de la communication gouvernementale.

Selon le Ministre, l’objectif est de revenir à un fonctionnement efficace permettant de donner une meilleure visibilité à l’action gouvernementale caractérisée par l’exercice de l’autorité de l’Etat de façon durable. Pour ce faire, il existe un double besoin d’encadrer le travail gouvernemental au plan de son activité normative et d’améliorer le dispositif de communication au niveau inter et extra gouvernemental.

Dans ce cadre, le Ministre a rappelé que la Primature et son département ont entrepris la réalisation de deux études, l’une portant sur le renforcement du cadre normatif du travail du Gouvernemental et, l’autre, sur la stratégie de communication de la Primature, du Gouvernement et du dispositif institutionnel de pilotage.

Parlant des objectifs, le Ministre a expliqué que l’objectif visé est d’améliorer le fonctionnement de l’action gouvernementale à tous les niveaux de l’appareil administratif à travers le renforcement du cadre normatif et du dispositif de communication gouvernementale au niveau stratégique et opérationnel.

S’agissant du résultat attendu le Ministre a indiqué que les recommandations formulées par l’atelier des Secrétaires généraux, tant en ce qui concerne la normalisation du travail gouvernemental que l’amélioration de la communication sont validées et adoptées ;

Quant à la méthodologie et à l’agenda, il a affirmé que l’approche participative sera privilégiée, pour permettre à chaque membre du Gouvernement, d’exprimer son avis, ses observations et formuler ses recommandations.

Le Conseil a félicité le Ministre secrétaire Général du Gouvernement pour le professionnalisme avec lequel le document sur le séminaire gouvernemental a été élaboré et présenté.

Toutefois, il a indiqué que la date des 29 et 30 novembre 2019 proposée pour la tenue de ce séminaire gouvernemental reste à confirmer au regard des contraintes gouvernementales.

Le Ministre des Mines et de la Géologie et le Ministre des Transports qui ont présenté une Communication conjointe relative au schéma directeur des infrastructures auxiliaires aux mines(SDIAM).

Selon le Ministre, la découverte d’importants gisements de minerais de fer au centre du pays à Kalia (Faranah) et au Sud-Est à Simandou (Kérouané – Beyla) et à Zogota (N’Zérékoré), l’augmentation des réserves minières du Nimba, le démarrage et le développement de plusieurs projets d’exploitation et de transport des bauxites, ainsi que des projets d’installations de futures raffineries d’alumine ont fait ressortir la nécessité d’avoir une stratégie de développement des infrastructures minières.

Le Ministre a souligné que c’est dans ce cadre que le Gouvernement, à travers son département, a initié le concept du schéma directeur de développement des infrastructures connexes aux mines afin d’éviter l’anarchie dans la réalisation desdites infrastructures (chemins de fer et ports).

Cette vision avait été partagée avec les départements impliqués dans le processus de développement et de réalisation des infrastructures (Transports, Ville et Aménagement du Territoire, Travaux Publics, Environnement, Budget et Finances) avec l’appui de la Banque Mondiale àtravers le Projet d’Appui à la Gouvernance dans le Secteur Minier (PAGSEM). 

Au chapitre des objectifs du schéma directeur, le Ministre a rappelé que l’un des principaux enjeux du processus du développement minier en Guinée est celui du développement rationnel des infrastructures connexes (chemin de fer et port).

Le Ministre a aussi rappelé que le SDIAM dans sa conception de 2014 n’avait pas pris en compte la nouvelle option de réalisation des ports fluviaux pour l’évacuation des produits miniers par barges sur les bras de mer à faible tirant d’eau et des routes minières pour le transport desdits produits. Le Ministère des Mines et de la Géologie, en synergie avec les départements ministériels des Transports, de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, des Travaux Publics et de l’Environnement – Eaux et Forêts a eu des séances de travail pour identifier et définir des sites portuaires fluviaux, les normes, les principes et modalités de développement, de construction et d’exploitation desdits ports, ainsi que des routes minières.

Selon le Ministre, le SDIAM actualisé a été présenté en 2018 et a fait l’objet de validation lors d’un atelier qui a regroupé les représentants des sociétés minières, de la société civile, des partenaires techniques et financiers et des départements ministériels qui interviennent dans le processus de développement des infrastructures auxiliaires aux mines.

Quant à la place qu’occupe notre pays, le Ministre a indiqué que la Guinée est dans le trio de tête des producteurs mondiaux de bauxite.

La production de bauxite a atteint un total 60 Millions de tonnes en 2018, ce qui place la Guinée à la troisième place mondiale des producteurs de bauxite.

Le Ministre a mis un accent particulier sur l’énorme potentiel de développement minier à moyen et long terme.

La Guinée compte désormais 9 projets miniers de bauxite en exploitation dont la capacité de production pourrait doubler à court terme pour atteindre 80 voire 100 Millions de Tonnes par An (Mtpa) à l’horizon 2020 et près de 115 Mtpa en 2035.  En parallèle de nombreux projets continuent d’émerger.

Le Ministre a également présenté les différentes actions à mettre en œuvre dans le cadre de ce projet, à savoir :

a.   Le développement d’un port en eaux profondes au Nord

b.   La consolidation des perspectives d’extension du port de Conakry

c.   La poursuite de la stratégie de mutualisation des infrastructures terrestres

d.   Un cadre institutionnel, légal et contractuel à clarifier

Au terme des débats intervenus, et après constatation que le Ministre des Mines et de la Géologie a procédé aux concertations préalables avec les départements et services concernés, le Conseil a adopté le Schéma Directeur des Infrastructures Auxiliaires aux Mines (SDIAM).Le Ministre du Budget qui a soumis le projet de Loi des Finances Initiales 2020

Li Ministre a présenté les grandes masses du projet de loi de finances pour 2020 qui se présentent comme suit :

 Budget général

·       Recettes totales : 21 706,2 Mds, soit un accroissement de 9,5% par rapport à 2019

·       Total dépenses : 26 730,7 Mds, soit un accroissement de 15,1% par rapport à 2019

Déficit budgétaire : –5 024,5 Mds, soit -3,4 % du PIB.

Solde de base : 922,3 Mds, soit 0,63% du PIB

Selon le Ministre, les réaménagements de ce projet de loi de finances sont conformes aux critères suivants :

  1. Stabilité macroéconomique et respect des engagements internationaux

·       Respect des critères quantitatifs et structurels du programme FEC

Le solde de base de 0,6% du PIB convenu lors de la 4ème revue du programme FEC est préservé.

·       Stabilisation du niveau global des dépenses de fonctionnement à leur niveau de la LFR 2019

·       Relèvement des crédits budgétaires (fonctionnement et investissement) des départements chargés de l’agriculture, de la santé et de l’éducation conformément aux engagements souscrits par le gouvernement auprès des PTF

  1. Croissance économique inclusive ou partage de la prospérité
  2. Amélioration du cadre de vie de la ville de Conakry
  3. Renforcement de l’Etat de droit et consolidation de la démocratie

Le ministre a rappelé qu’après l’approbation du projet de loi de Finances pour 2020 par le Conseil Interministériel le 15 octobre 2019, le Gouvernement s’est réuni en session extraordinaire le mercredi 06 novembre 2019 à l’effet d’examiner la cohérence des enveloppes allouées avec les politiques sectorielles des ministères. Toutefois, les réajustements recommandés lors de ce dernier Conseil restent conformes au cadrage budgétaire convenu avec les services du Fonds Monétaire International lors de la 4ème revue du programme FEC

Pour finir, le Ministre a soumis à l’appréciation du Conseil le projet de loi de finances initial pour 2020 en prélude aux débats budgétaires à l’Assemblée Nationale prévus dans les jours à venir et pour lesquels il a sollicité l’engagement et l’implication de tous les Membres du Conseil.

Au troisième point de l’ordre du jour, le Conseil a pris les Décisions suivantes :

Le Conseil a soutenu que la manifestation pacifique étant reconnue comme un droit constitutionnel, l’exercice de ce droit reste et demeure encadré par un dispositif légal et règlementaire. Dans ce contexte, il importe que le droit de manifester n’entrave pas l’exercice des autres droits, comme la liberté de circulation, le droit d’aller au travail, le droit à l’étude pour les élèves et étudiants

Le Conseil préconise la prise de mesures drastiques poutre mettre fin, tous bords politiques confondus, aux dérives verbales, aux propos communautaristes, ethniques et haineux qui fragilisent l’unité nationale et mettent en péril la paix sociale et la stabilité du pays sur la base du principe de tolérance zéro vis-à-vis de ceux qui s’attaquent aux valeurs qui fondent notre nation

Le Conseil insiste sur la relance sans délai des travaux du comité de suivi du dialogue politique pour contribuer à l’apaisement du climat sociopolitique 

Le Conseil a décidé de la création d’une commission interministérielle chargée de la gestion de l’affaire Q Net, Elle devra entre autres démarches prendre contact avec les chancelleries des pays de la CEDEAO dont sont ressortissants les citoyens interpellés en Guinée dans ce cadre afin de confirmer notamment la volonté de notre pays de préserver nos bons rapports de voisinage dans le respect des accords internationaux relatifs de circulation des personnes et des biens au sein de notre espace sous régionale

Avant de lever la séance le Président de la République a donné de larges informations sur la situation nationale et internationale

Le conseil des ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Lire

Assassinats de manifestants : « Alpha Condé a perdu le sens de la raison », dit Cellou Dalein

7 novembre 2019 à 19 07 30 113011

Comme annoncé précédemment, plusieurs centaines de milliers de personnes ont répondu à l’appel à marcher du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ce jeudi, 07 novembre 2019. Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), a salué la mobilisation et invité l’ensemble du peuple de Guinée à se mobiliser davantage le jeudi prochain pour continuer à s’opposer au projet de 3ème mandat, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Le président de l’UFDG a commencé par féliciter le peuple de Guinée dans sa majorité pour avoir massivement répondu à l’appel du FNDC. Selon lui, en dépit de la distance et de la température très élevée de Conakry, les gens sont sortis massivement dans la discipline pour dire leur opposition à tout changement de la constitution. « Mes chers frères et sœurs, je commencerai par vous féliciter pour cette grandiose mobilisation qui est un message clair à monsieur Alpha Condé. Vous avez résisté à la chaleur, vous avez résisté à la fatigue, vous avez résisté à la déshydratation pour venir vous exprimer, exprimer vos convictions en tant que Guinéens. Nous devons vous féliciter. Je voudrais féliciter aussi les nombreux citoyens qui sont sortis devant leurs domiciles, devant leurs ateliers, devant leurs magasins, pour applaudir le cortège. Ils étaient autant nombreux que ceux qui étaient en train de marcher. Ce qui démontre, s’il en était besoin, que toute la Guinée dans sa diversité politique, ethnique, socioprofessionnelle est opposée au 3ème mandat ».

Revenant sur les récents cas d’assassinats à Conakry, Cellou Dalein Diallo a rendu un hommage à ceux qui ont été tués lors des obsèques des 11 jeunes qui ont subi le même sort à la mi-octobre. Sans cité son nom, Cellou Dalein Diallo a dit sa déception quant aux propos tenu par un haut cadre de la police nationale à la télévision sur les violences qui ont émaillé la procession funèbres du lundi 04 novembre. « Je ne peux pas terminer mon discours sans vous rendre hommage parce que beaucoup d’entre vous étaient aux funérailles et qui ont perdu la vie par la faute de nos forces de défense et de sécurité. Vous avez suivi le comble du ridicule. J’ai écouté un haut responsable de la police dire que c’est le vent qui orienté les bombes lacrymogènes dans le cimetière et aux alentours de la mosquée. Ceux qui étaient dans le cimetière, ils ont vu une pluie de bombes lacrymogènes tombées dans le cimetière. Ça ne leur a pas suffi, ils sont venus ramasser et confisquer toutes les caisses qui avaient servi à transporter nos camarades. Ces caisses sont actuellement confisquées à la CMIS numéro un de Cameroun, on n’arrive pas à les récupérer. C’est pour dire à quels points nos agents des forces de sécurité sont devenus inhumains. Dans notre civilisation, dans notre culture Guinéenne, la mort réconcilie les gens. Parce que tout le monde vient compatir à la douleur de la famille éplorée. Pour eux, la mort est une source de violence, une source de mort. Alpha Condé a perdu le sens de la raison. Je crois que c’est la sommité. Sinon, comment laissez commettre les actes comme ça, sans que les sanctions ne pleuvent le lendemain s’il était encore soucieux du devenir, de la cohésion de notre société ? ».

Pour finir, le chef de file de l’opposition a invité les Guinéens à se mobiliser davantage lors de la prochaine manifestation afin de montrer à Alpha Condé que son projet de 3ème mandat ne marchera pas. « Soyez mobilisés. J’avais dit ici la dernière fois que la prochaine manifestation permettrait au FNDC de doubler la performance du 24 octobre. La prochaine fois, il faut qu’on fasse plus pour démontrer que la Guinée ne veut pas de 3ème mandat. Je sais que vous êtes fatigués, déshydratés, mais vous avez bravé tout ça. Encore une fois, félicitations ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Foniké Menguè à Alpha Condé : « renoncez à ce projet machiavélique, dangereux, belliqueux… »

7 novembre 2019 à 19 07 25 112511

Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a drainé du monde ce jeudi, 07 novembre 2019, à Conakry. La marche pacifique, qui s’est étendue de la Tannerie à Dixinn terrasse, a drainé une foule immense où de nombreux discours été prononcés contre le projet de 3ème mandat pour Alpha Condé. Dans son adresse à ses partisans, Oumar Sylla, connu sous le nom de Foniké Menguè, a demandé la libération de ses camarades avant d’adresser un message particulier au président de la République qui veut se maintenir au pouvoir au-delà de son deuxième et dernier mandat légal.

Décryptage

« Camarades Salut. Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons. Vive le FNDC. Chers leaders du FNDC, chers membres et sympathisants du FNDC, chers camarades et compagnons de lutte, mesdames et messieurs, je commence par m’incliner pieusement devant la mémoire de tous les citoyens et compagnons de lutte qui sont tombés sous les balles des ennemis de la République…. Que leurs âmes reposent en paix. Amen !

Aujourd’hui, le 07 novembre 2019, à l’instar du jeudi passé, 24 novembre, et du lundi 14 octobre, voilà des jours qui sont rentrés à jamais dans l’histoire de notre pays, dans l’esprit de la défense de la constitution. Aussi loin que je porte mon regard, la Guinée est là dans sa globalité, dans sa fierté, dans sa responsabilité, dans son entièreté, mais aussi dans sa diversité sociale.

Mes chers camarades, vous venez encore de montrer à travers cette mobilisation sans précédent, que le peuple de Guinée n’est pas prêt à accepter cette imposture venant du pouvoir de monsieur Alpha Condé.

Au nom de cette mobilisation, au nom du peuple souverain de Guinée, je demande à M. Alpha Condé de libérer les camarades du FNDC…

Je dis à M. Alpha Condé que la place de M. Abdourahmane Sanoh n’est pas à la maison centrale. Mais, sa place c’est ici pour aider le pays à se développer.

Je dis également à M. Alpha Condé que la place de mon camarade Sékou Koundouno n’est pas à la maison centrale. Sa place c’est ici pour aider le pays à émerger.

A votre nom, je dis à M. Alpha Condé de libérer mon camarade Ibrahima Diallo, sa place n’est pas à la maison centrale. Mais sa place c’est ici, pour aider le pays à progresser.

Je demande à M. Alpha Condé de libérer notre grand artiste, Alpha Soumah, Bill de SAM. Sa place n’est pas en prison. Sa place c’est ici, dans la société afin de développer la Guinée.

A votre nom, je dis également à M. Alpha Condé de libérer Elie Kamano. Sa place n’est pas en prison, sa place est dans la société pour aider le pays à avancer.

Encore à votre nom, je dis à M. Alpha Condé de libérer le jeune maire Badra Koné. Sa place n’est pas en prison, mais sa place c’est ici, dans la société pour aider le pays à avancer.

Je continue en disant à M. Alpha Condé de libérer Baïlo Destin en Main. Sa place n’est pas en prison. Sa place c’est parmi la société guinéenne pour aider le pays à progresser.

A votre nom, je dis à M. Alpha Condé d’être respectueux de nos textes de lois, de renoncer à ce projet machiavélique, dangereux, belliqueux et contesté de 3ème mandat.

Chers camarades, chers compatriotes et compagnons de lutte citoyenne, ce combat est celui de la survie de notre démocratie, par ricochet le combat de notre propre survie. C’est pourquoi, nous allons continuer à mener le combat jusqu’à la victoire finale… »

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Lire

Urgent : tombé lors de la marche, Billo Diallo a rendu l’âme ce jeudi

7 novembre 2019 à 19 07 16 111611

Les responsables et membres du FNDC sont endeuillés par la mort de Mamadou Billo Diallo ! Tombé en syncope lors de la marche de ce jeudi, 7 novembre 2019, au niveau de Gbessia, ce manifestant a rendu l’âme à l’hôpital sino guinéen où il avait été transporté, a appris Guineematin.com de l’équipe d’assistance médicale du Front national pour la défense de la Constitution.

Âgé de 35 ans, Mamadou Billo Diallo était marié et père d’un enfant. Chauffeur de profession, le défunt qui résidait à Lambandji est originaire de la préfecture de Tougué.

A l’hôpital sino-guinéen de Kipé, un médecin trouvé sur place a confirmé à Guineematin.com la mort de ce marcheur par un arrêt cardiaque.

Paix à son âme, amine !

Mamadou Laafa Sow est à l’hôpital sino-guinéen de Kipé pour Guineematin.com

Lire

Dalaba : le FNDC dénonce les assassinats ciblés et exige la libération des détenus

7 novembre 2019 à 18 06 29 112911

Les manifestations contre le projet de 3ème mandat se poursuivent en Guinée. A l’image de Conakry et Boké, la ville de Dalaba n’est pas restée en marge de cette protestation dans la journée de ce jeudi, 07 novembre 2019. De nombreux membres du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de Dalaba y ont exprimé leur opposition au projet de nouvelle constitution tout en dénonçant les assassinats ciblés dans notre pays, rapporte Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

La ville de Dalaba a été paralysée ce jeudi à l’occasion de la manifestation du FNDC. Boutiques et magasins sont restés fermés. Les manifestants, massivement mobilisés, ont fait le tour de la ville avant de terminer leur parcours à la tribune de la mairie où ils ont tenu des discours dénonçant certains maux qui minent la Guinée en ce moment.

Au cours de ce trajet, les manifestants détenaient des banderoles où on pouvait lire : « Non au 3ème mandat ! Non à la nouvelle Constitution ». Ils ont scandé des slogans hostiles au président Alpha Condé et aux promoteurs du 3ème mandat.

Hadja Hawa Diallo, députée de l’UFDG et membre du FNDC, a donné des détails sur les raisons de cette marche. « Nous sommes sortis pour dire non seulement non aux tueries arbitraires et ciblées dans une seule zone, mais aussi demander la libération de nos camarades kidnappés à leurs domiciles et condamnés de façon arbitraire. Donc, nous sommes sortis pour ça et Dalaba dit non au 3ème mandat, non à la modification de la constitution », a-t-elle lancé.

Plus loin, la députée a dénoncé l’attaque du cortège funèbre du 04 novembre dernier à Conakry qui a coûté la vie à d’autres civils innocents. « Ce jour, nous, on était dans la mosquée de Bambéto où les agents de forces de l’ordre sont venus pulvériser l’intérieur de la mosquée. Ils ont pulvérisé le cimetière, ils ont tué des gens lorsqu’on organisait une marche funèbre pour enterrer 11 de nos enfants. Monsieur Alpha Condé a dit qu’ailleurs, il a vu qu’on a tué, mais ils ont modifié la constitution. Mais, la Guinée dit non, non et non pour la modification de la constitution. Nous on est pour une alternance en 2020 ».

Pour sa part, Docteur Saada Sow, coordinateur du FNDC de Dalaba, a demandé la libération des responsables du mouvement détenus en prison. « Nous demandons la libération de monsieur Abdourahmane Sanoh, de Sékou Koundouno, de Elie Kamano, de Ibrahima Diallo et de tous les détenus. Nous nous inclinons aussi devant la mémoire des morts, injustement tués par les forces de sécurité ».

Quant à Ahmed Tidiane Bah, il a exprimé sa vive préoccupation devant les violations récurrentes des droits de l’Homme dans notre pays. « J’ai une très grande inquiétude pour ce pays parce que les droits de l’Homme et la démocratie ne sont pas du tout respectés. On est loin d’être un pays de droit. On tue les hommes comme des singes. Cela ne nous fait pas plaisir. On tue nos enfants, nos frères. Alors, ce régime d’Alpha Condé, on en a marre. C’est un régime impitoyable, un régime sanguinaire dont nous ne sommes pas du tout satisfaits », a-t-il martelé.

Depuis Dalaba, Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél : 620 589 527/654 416 922

Lire

Manifestation du FNDC : le marché de Madina déserté

7 novembre 2019 à 18 06 12 111211

La marche organisée par le FNDC ce jeudi, 07 novembre 2019, paralyse plusieurs activités à Conakry. Le marché de Madina, qui reçoit chaque jour de milliers de personnes, est déserté aujourd’hui. Quasiment tous les commerces sont fermés dans le plus grand marché du pays, a constaté un reporter de Guineematin.com qui s’est rendu sur place.

Mamadou Saliou Barry, propriétaire d’un magasin à Boussoura, dans le marché de Madina, s’est rendu sur les lieux, mais pas pour travailler. Le commerçant est venu tout simplement pour veiller au grain et s’assurer qu’il n’y a pas d’incident pouvant toucher sa boutique. « On ne venu voir si n’est arrivé à nos places puisque c’est une journée de manifestation. Sinon comme vous le constatez, il n’y a rien ici aujourd’hui. Le marché est vide. Tout est fermé.

Nous sommes là, on veille au grain pour toute éventualité parce qu’on ne sait jamais. On veille sur nos magasins puisque par le passé, des gens venaient pour des considérations inutiles à Madina ici à l’occasion des manifestations pour s’attaquer aux places des commerçants. On est là donc pour sécuriser nos places », explique notre interlocuteur.

Tout comme son prédécesseur, Mamadou Aliou Diallo, un autre commerçant à Madina, était devant sa boutique ce jeudi matin. Mais, il annonçait en fin de matinée qu’il s’apprêtait à rejoindre les manifestants pour exprimer son opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. « Aujourd’hui, le marché est complètement vide. Comme vous le voyez, tout est fermé. Moi, j’ai ouvert ma boutique juste pour changer un de mes bidons d’huile qui est gâté.

Aujourd’hui, il n’y a pas de marché à Madina. Je vais comme ça à la terrasse pour accueillir les leaders du FNDC. Ce qui se passe actuellement est difficile mais il faut accepter parce c’est pour la vérité, c’est pour que la loi soit appliquée en Guinée. Même si ça continue pendant des jours, puisque c’est pour le respect de la constitution, nous sommes prêts », soutient-il.

Par contre, M’Mah Camara, vendeuse de chaussures à Madina école, est assise derrière son étale. Même si le marché est presque vide, elle espère écouler quelques articles. « Le marché est vide mais moi je suis là, je me débrouille ici. Ceux qui sont en train de manifester n’ont qu’à manifester. Moi aussi je suis là, je cherche ma dépense. Il n’y a beaucoup de clients mais j’espère que ça va aller », a dit la marchande.

Mamadou Diaby, un habitant de Madina école, constate cette paralysie des activités avec amertume. Il souhaite la fin de cette crise politique et le retour de la quiétude dans le pays. « Aujourd’hui, tout est fermé d’ici jusqu’à Mafanco. Tous les magasins et toutes les boutiques sont fermés. Rien ne marche ici aujourd’hui. Moi, je demande à ce que le gouvernement et les opposants se comprennent, qu’ils s’entendent. S’ils s’entendent, les gens vont avoir la possibilité de travailler. Mais, s’il y a manifestation chaque semaine, on ne peut pas travailler dans ça », a dit ce citoyen.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél.: 00224 622919225 / 666919225

Lire

Siguiri : des jeunes en colère ferment le siège du RPG Arc-en-ciel

7 novembre 2019 à 17 05 55 115511

Plusieurs jeunes en colère ont manifesté ce jeudi, 07 novembre 2019, à Siguiri. Ils protestaient contre les responsables des différentes sections du RPG Arc-en-ciel de la commune urbaine, accusés de corruption et de favoritisme, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Les manifestants ont envahi le siège local du RPG Arc-en-ciel. Ils ont fermé le local et ont campé sur les lieux. Ces jeunes dénoncent les agissements de la commission mise en place par les secrétaires généraux des 8 sections du parti au pouvoir dans la ville de Siguiri. Cette commission est chargée de procéder au recrutement des travailleurs locaux pour la société minière SAG, basée dans la préfecture. Mais, ses membres sont accusés de corruption et de favoritisme dans son travail.

« Lorsque le RPG Arc-en-ciel avait 4 sections dans la commune urbaine de Siguiri, les 4 secrétaires généraux avaient mis en place une commission qui travaillait bien. Mais, après la restructuration du parti qui est passé à 8 sections ici, les secrétaires généraux de ces 8 sections ont décidé de dissoudre la commission qui était là pour mettre en place une autre sans associer la jeunesse.

Aujourd’hui, les jeunes soupçonnent les membres de cette commission de favoritisme et de corruption dans le recrutement. C’est ce qui est à l’origine de cette manifestation », explique Bakary Keita, secrétaire général de la jeunesse de Bolibana 1.

Peu après le début de la manifestation, la CMIS est intervenue pour disperser les protestataires et ouvrir les portes du siège du RPG Arc-en-ciel. Actuellement, l’endroit est gardé par plusieurs agents de la police.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Lire

Guinée : le FNDC annonce une nouvelle manifestation à Conakry le jeudi prochain, 14 novembre (Discours)

7 novembre 2019 à 17 05 13 111311

C’est une marée humaine qui a déferlé à l’Esplanade du stade du 28 septembre ce jeudi, 07 novembre 2019, aux environs de 15 heures, entonnant en chœur « Amoulanfé ! Gassata ! Até Ben ! (ça ne marchera pas, en soussou, poular et malinké). Une manière pour les membres du FNDC de dire au régime que le troisième mandat du président Alpha Condé ne passera pas en République de Guinée.

Après l’hymne national, Liberté, c’est le président de l’UFR qui a ouvert le bal des discours. Sidya Touré a invité le président Alpha Condé à tirer les leçons de cette forte mobilisation des Guinéens qui sont prêts à tout, sauf accepter son projet d’un pouvoir à vie. Le leader de l’UFR a rappelé qu’aucune des personnes mobilisées ce jeudi n’a été payée, ni contrainte à marcher cette si longue distance qui sépare la Tannerie (point de départ) à l’Esplanade du stade du 28 septembre (point d’arriver et lieu du meeting).

Pour sa part, le président de l’UFDG a d’abord salué la forte mobilisation des Guinéens à qui il a demandé encore plus de détermination pour les prochaines manifestations qui se poursuivront jusqu’à l’annonce du président Alpha Condé qu’il se pliera aux lois guinéennes et qu’il ne fera pas un troisième mandat. Cellou Dalein Diallo a regretté et dit son étonnement d’entendre un haut responsable de la police nationale affirmer que le gaz lacrymogène lancé dans la mosquée de Bambéto et au cimetière a été entraîné en ces lieux par le vent, alors que tous ceux qui y étaient sont témoins de ce qui s’est passé. Après avoir présenté ses condoléances aux familles éplorées, le chef de file de l’opposition a rappelé qu’il y a déjà 16 personnes qui ont été tuées depuis le 14 octobre à Conakry (14) et à l’intérieur du pays (2 à Mamou), uniquement pour demander au président Alpha Condé de respecter la Constitution guinéenne sur laquelle il a juré deux fois (en 2010 et 2015).

Clôturant les discours, le coordinateur par intérim du FNDC a annoncé une autre grande marche le jeudi prochain, 14 novembre 2019. Rassuré par les mobilisations chaque fois plus importantes que les précédentes, Foniké Mengué a précisé que la prochaine marche partira du rond-point de l’aéroport pour le palais du peuple. « Parce que l’esplanade du stade ne peut plus contenir nos marcheurs », a-t-il ajouté.

A rappeler que les trois intervenants, qui ont parlé au nom des manifestants de ce jeudi, ont demandé la libération immédiate des leaders du FNDC arbitrairement arrêtés et condamnés : Abdourahmane Sanoh, Sékou Koundouno, Ibrahima Diallo, Badra Koné, Elie Kamano, Bill de Sam, Baïlo Destin en Main…

A suivre !

De l’Esplanade du stade du 28 septembre, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Lire

Marche du FNDC à Boké : le pari de la mobilisation réussi (organisateurs)

7 novembre 2019 à 16 04 30 113011

Plusieurs centaines de citoyens ont battu le pavé ce jeudi, 07 novembre 2019, dans la ville de Boké pour dire non au projet de nouvelle constitution destiné à maintenir Alpha Condé au pouvoir au-delà de son mandat légal. Les marcheurs qui répondaient ainsi à l’appel du Font National pour la Défense de la Constitution (FNDC), ont occupé la route du carrefour TP (Travaux Publics) à la place des Martyrs avec à la clé de nombreux slogans hostiles au 3ème mandat, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le FNDC a drainé du monde à Boké ce jeudi dans le cadre de la série de manifestations organisée pour dire Non au 3ème mandat. Tout au long du parcours, les protestataires scandaient des slogans révélateurs de leur opposition au 3ème mandat : « Amoulanfé, Alpha Zéro ! ». D’autres manifestants détenaient des pancartes où on pouvait lire « Libérez nos leaders » ou encore « Deux mandats, ça suffit ».

Du départ de la foule au carrefour TP à la place des Martyrs, où se sont tenus les discours, aucun incident n’a été enregistré. Un système de sécurité interne avait été mis en place par le FNDC local. Les forces de l’ordre n’étaient pas visibles le long du parcours.

Selon Lamarana Bah, coordinateur régional du FNDC à Boké, la marche est une réussite. «Je suis très content, car le combat que nous sommes en train de faire est noble. Du début jusqu’à la fin, ça a été une réussite. Personne n’a été agressé. C’est donc une réussite totale. Je suis très fier de la population de Boké, les gens ont répondu à notre appel et on ne s’attendait même pas à un nombre aussi important ».

En outre, Lamarana Bah a réitéré l’opposition du FNDC à toute idée de 3ème mandat tout en assurant que le combat va se poursuivre. « Nous disons à ceux qui veulent d’un troisième mandat en Guinée que AMOULANFE. Nous sommes prêts et nous ferons tout pour empêcher ce projet de troisième mandat. Nous allons continuer le combat jusqu’à ce qu’Alpha Condé renonce à sa nouvelle constitution ».

Pour plusieurs observateurs, l’itinéraire suivi par les marcheurs était petit. Sur la question, Lamarana Bah rassure : « c’est la première mobilisation et nous estimons que plus de 50% de la population de Boké est sorti. Ensuite, c’est la première fois qu’on nous accepte de marcher. Si non, on nous disait toujours de faire des meetings. On a discuté à la commune, nous on voulait prendre une distance plus longue, mais finalement on s’est plié. Mais prochainement, on le fera de Tamakéné à la place des Martyrs en allant jusqu’à Yomboya pour faire le tour de la ville ».

Pour finir Lamarana Bah a laissé entendre que la victoire est proche. C’est pourquoi il appelle la population de Boké à plus d’engagement et de détermination pour les manifestations avenir.

Depuis Boké, Abdourahmane N’DIARÉ Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628-98-49-38

Lire

Marée humaine à l’Esplanade du 28 septembre : notre live

7 novembre 2019 à 16 04 08 110811

C’est une marée humaine qui suit actuellement les discours des différents leaders du Front national pour la défense de la Constitution à l’Esplanade du stade du 28 septembre où prendra fin la marche de ce jeudi, 07 novembre 2019, contre un troisième mandat du président Alpha Condé.

Guineematin.com vous propose de suivre ci-dessous et en direct :

De l’Esplanade du stade du 28 septembre, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Lire

Marche du FNDC : le film du regroupement à la Tannerie

7 novembre 2019 à 15 03 24 112411

Comme annoncé précédemment, le FNDC a mis des milliers de personnes dans les rues de Conakry ce jeudi, 07 novembre 2019, pour exiger la libération de ses membres incarcérés et dénoncer le projet de troisième mandat du président Alpha Condé. La mobilisation, très puissante, a eu lieu au rond-point de la tannerie, point de départ de la marche, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Dès 8 heures, la mobilisation a commencé à cet endroit. Au fil du temps, le rond-point s’est rempli de gens, vêtus majoritairement en rouge, couleur du FNDC. A 10 heures, une foule compacte était sur place. Plusieurs manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles sont écrits des slogans comme « 2020 un autre ! Libérez nos leaders emprisonnés ! Non au troisième mandat ! ». D’autres dansaient et scandaient des slogans hostiles aux promoteurs du projet de nouvelle constitution qui devrait ouvrir la voie à un troisième mandat pour le président Alpha Condé.

Cette ambiance s’est poursuivie sur les lieux jusqu’à l’arrivée des leaders du FNDC. Et, l’arrivée de Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition guinéenne et membre du Front National pour la Défense de la Constitution, a été particulière. Le président de l’UFDG, en compagnie d’une grande foule, a été accueilli triomphalement par les citoyens mobilisés au rond-point de la Tannerie. « Le futur président c’est vous ! Non au projet de nouvelle constitution ! Alpha Condé va quitter le pouvoir en 2020 », s’écriaient certains manifestants.

Sur le capot de son véhicule, l’opposant a salué la foule avant de rejoindre ses collègues du FNDC pour démarrer la marche. Les manifestants qui vont très lentement en raison de la forte mobilisation, devraient passer plusieurs heures avant d’arriver sur l’esplanade du stade du 28 septembre de Conakry, où est prévu un meeting.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Cellou à la manif du FNDC : « je suis avec des citoyens décidés bec et ongle… »

7 novembre 2019 à 15 03 18 111811

De très nombreux Guinéens, opposés au projet de nouvelle constitution, ont répondu à l’appel à marcher du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) de ce jeudi, 07 novembre 2019. Habillé en tenue kaki, t-shirt rouge du FNDC en dessous, et une casquette du FNDC vissé sur Cellou Dalein Diallo depuis le capot de son véhicule a félicité de vive voix les Guinéens présent à cette marche.

Le patron de l’UFDG a dit que les manifestations continueront jusqu’à ce qu’Alpha Condé renonce à son projet de 3ème mandat, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Décryptage !

« Je me réjouis d’abord de constater que les Guinéens ont massivement répondu à l’appel du FNDC, beaucoup plus que le24 octobre dernier, qui n’a rien à avoir avec l’accueil réservé à monsieur Alpha Condé. Mais, c’est un accueil qui avait été organisé, ce sont des fonctionnaires qui avaient été obligés de sortir, les agents des services publics et parapublics, les élèves, tout le monde a été mobilisé sous l’effet de la corruption et de l’intimidation.

Aujourd’hui, je suis avec des citoyens qui ont décidé librement de venir porter leur message à Alpha Condé, lui montrer qu’ils ne sont pas prêts à accepter un 3ème mandat et qu’ils défendent bec et ongle notre constitution. Je suis satisfait. Vraiment, je félicite les Guinéens qui ont répondu massivement à l’appel du FNDC et je constate que le FNDC incarne véritablement la volonté de notre peuple.

Nous allons organiser une manifestation dans les jours qui viennent. On va tirer d’abord les leçons de celle-ci et puis lancer un autre mot d’ordre dans les jours qui viennent pour que le peuple continue d’exprimer son refus catégorique d’aller vers un 3ème mandat.

Ce projet ne passera pas, les Guinéens n’en veulent pas. Comparez seulement cette manifestation à celle qui avait été faite à l’occasion de la réception d’Alpha Condé et qui avait connu la présence des fonctionnaires, des élèves… On a été obligé de fermer les classes, les hôpitaux ont été fermés. Tous les établissements publics se sont vus non seulement d’apporter de l’argent, mais de mobiliser leur personnel… ».

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Guinée : Mouctar Diallo parmi les 100 meilleurs acteurs les plus dynamiques en 2019

7 novembre 2019 à 14 02 46 114611
Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes

Publireportage : Le Consortium des Organisations non-gouvernementales pour la Promotion de l’Excellence en Guinée (COPE-Guinée) s’est inscrit dans une dynamique de distinction des personnalités marquantes dans notre pays à travers leurs actions sur le terrain. C’est dans cette dynamique que la structure a porté son choix pour cette année 2019 sur Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes.

Pour reconnaitre les efforts des personnes qui travaillent d’arrache-pied pour faire avancer leur pays, le Consortium des Organisations non-gouvernementales pour la Promotion de l’Excellence en Guinée (COPE-Guinée) a initié le Gala de distinction des 100 acteurs publics les plus dynamiques de la Guinée. Pour cette année 2019, COPE-Guinée a fait son choix sur le Ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes.

Mouctar Diallo fait partie des dignes fils de ce pays qui ont obtenu cette distinction. Elle est la récompense des efforts inlassables fournis par monsieur Diallo au service de la nation. En effet, depuis son arrivée à la tête de ce département, Mouctar Diallo a conçu et réalisé plusieurs projets innovants en faveur de la jeunesse. Une manière de concrétiser les aspirations du président de la République dans le cadre de l’autonomisation des jeunes en Guinée.

Le Ministre de la Jeunesse s’est inscrit dans la dynamique de créer les conditions de la transformation, une innovation organisationnelle systémique qui permet d’apprendre à travailler ensemble à travers notamment les Groupements d’Intérêt Economique (GIE), de croiser les expériences et de partager un modèle de gestion adapté aux différents projets.

Pour exemple, nous citerons entre-autres les projets de formation et d’entrepreneuriat en faveur des jeunes de l’Axe Hamdallaye-Bambéto-Kagbélen, la construction des stations d’adduction d’eau, les barques motorisées accordées aux pêcheurs, l’accompagnement apporté aux jeunes porteurs de projets dans divers domaines, la réalisation d’une unité de saponification à Koba, l’équipement et la rénovation de plusieurs maisons de jeunes…

Toutes ces prouesses du ministre Mouctar Diallo, visant à favoriser l’insertion socio-économique et professionnelle des jeunes, ne sont pas passées inaperçues aux yeux de cette ONG. Comme le dirait l’autre, « La reconnaissance du travail bien fait est une récompense souvent bien plus appréciée qu’un salaire ».

Fin

Lire

Marche du FNDC : « A bas la nouvelle constitution ! A bas le référendum ! »

7 novembre 2019 à 14 02 18 111811

Pour sa deuxième manifestation autorisée à Conakry, le FNDC réussit une véritable démonstration de force de jeudi, 07 novembre 2019. Le Front National pour la Défense de la Constitution a drainé des milliers de personnes dans les rues de la capitale guinéenne pour exiger la libération de ses membres incarcérés et dire non au changement de la Constitution qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Dans les rangs des manifestants, on scande beaucoup de slogans hostiles au régime en place et son projet de nouvelle constitution.

Mamadou Saliou Badiko

« A bas le troisième mandat ! A bas la nouvelle constitution ! A bas le référendum ! A bas Alpha Condé ! A bas son Premier ministre jusqu’au dernier ministre ! A bas tout son gouvernement ! Nous ne voulons pas de troisième mandat en Guinée. On veut la paix dans notre pays. Ils n’ont pas pris le fauteuil pour tuer les citoyens partout. Ils emmènent des gens armés jusqu’aux dents jusque dans des maisons pour assassiner des gens. On ne va pas accepter cela », s’écrit Mamadou Saliou Badiko, un des manifestants.

De son côté, Thierno Ousmane Barry, diplômé en droit des affaires à Dakar, salue la forte mobilisation des Guinéens pour répondre à l’appel du FNDC. Pour lui, cela est un message fort envoyé aux promoteurs d’une nouvelle constitution et d’un troisième mandat.

Thierno Ousmane Barry, diplômé en droit des affaires à Dakar

« On peut dire aujourd’hui que le FNDC réussit son pari. Parce que depuis le début, on constate qu’il y a une plus grande mobilisation des Guinéens qui sont sortis pour répondre à son appel. Cela vient tout simplement confirmer que la jeunesse guinéenne, le peuple de Guinée dans sa majorité, en a vraiment marre de ce système. Dans la constitution, il est prévu deux mandats pour tout président de la République, donc il n’y a pas de troisième mandat. Nous sommes contre un troisième mandat et nous nous battrons contre ça. Nous allons continuer à marcher parce qu’il n’est pas question que le soi-disant Professeur change la constitution. Nous sommes contre le troisième mandat et on va le prouver dans la rue », a promis le jeune homme

A noter que la manifestation se poursuit jusque-là sans incident. Partis du rond-point de la Tannerie, les manifestants vont traverser l’aéroport de Conakry, remonter sur Hamdallaye et aller clôturer leur marche par un meeting prévu sur l’esplanade du stade du 28 septembre de Conakry.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Marche du FNDC : l’ambiance est morose à Kaloum ce jeudi

7 novembre 2019 à 14 02 05 110511

La marche pacifique organisée par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre un éventuel 3ème mandat d’Alpha Condé mobilise du monde ce jeudi, 7 novembre 2019 à Conakry. Cette marche, qui se tient du carrefour de la Tannerie, à Matoto, à l’esplanade du stade du 28 septembre de Dixinn se répercute sur les activités du centre ville de la commune de Kaloum, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Alors que l’Autoroute Fidel Castro est noire de monde ce jeudi, les activités tournent au ralenti à Kaloum, centre administratif de la capitale guinéenne. La circulation est fluide sur toutes les voies principales du centre des affaires du pays.

L’administration connait moins d’engouement ce jeudi. Il en est de même pour les banques et assurances et les écoles de la place. Il est également à noter que la majeure partie des magasins, boutiques et ateliers sont hermétiquement fermés au centre-ville de Kaloum.

Le FNDC manifeste contre le projet de nouvelle constitution destiné à permettre à Alpha Condé de garder le pouvoir après son deuxième et dernier mandat légal de 2020. Les protestataires exigent également la libération des leaders du FNDC, l’ouverture d’enquêtes pour punir les responsables des tueries récentes enregistrées dans la lutte conte le 3ème mandat….

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tél : 661749964

Lire

Marche du FNDC : inquiétudes pour les vols à l’aéroport de Conakry

7 novembre 2019 à 12 12 46 114611

A l’appel du FNDC, de nombreux guinéens sont dans la rue ce jeudi, 07 novembre 2019, à Conakry. Ils sont sortis manifester leur colère contre l’incarcération de plusieurs membres du Front National pour la Défense de la Constitution et s’opposer à un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Et, même si cette marche est autorisée, elle suscite des inquiétudes à l’aéroport de Conakry, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Avant même le départ des manifestants, réunis au rond-point de la Tannerie, cette marche paralyse déjà certaines activités de Conakry. Sur les différents axes routiers de la capitale guinéenne, la circulation est beaucoup moins dense que d’habitude. Certains commerces sont également fermés dans certaines parties de la ville. Par contre, la plupart des écoles, banques, stations-service et marchés sont fonctionnels.

A l’aéroport de Conakry, zone qui sera traversée par les manifestants, tout se passe normalement. Les travailleurs sont à leurs postes et les activités ne sont pas affectées. Selon des informations confiées à Guineematin.com, cinq vols sont programmés aujourd’hui. Des inquiétudes demeurent cependant sur les lieux. Des travailleurs de la SOGEAC (Société de Gestion et d’Exploitation de l’Aéroport de Conakry) soulignent qu’en pareille situation, de nombreux passagers arrivent souvent en retard. Ce qui affecte le programme des vols. Reste à savoir ce qu’il en sera ce jeudi.

Abdallah BALDE pour Guineematin.com

Tél: 628089845

Lire

TPI de Kindia : Alpha Oumar Cissé, stagiaire malvoyant, interpelle les chefs d’entreprise

7 novembre 2019 à 12 12 38 113811
Alpha Oumar Cissé, stagiaire malvoyant

Les personnes qui souffrent de handicap parviennent difficilement à faire des études dans notre pays. Les rares qui poussent les études pour obtenir un diplôme connaissent d’autres soucis non des moindres dans le marché de l’emploi. Alpha Oumar Cissé, diplômé en Droit des Affaires, a trimé avant que la chance ne lui sourît au Tribunal de Première Instance de Kindia où il a obtenu un stage le 04 novembre 2019, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Dans un entretien accordé à notre reporter, le jeune Alpha Oumar Cissé ne cache pas sa joie. Il est revenu sur les différentes étapes qui l’ont conduit à décrocher ce stage. « Je suis là dans le cadre d’un stage pratique dans le métier de Droit, notamment un stage au sein du TPI de Kindia. C’est suite à l’organisation de la journée mondiale de la vue, qui est célébrée à chaque deuxième jeudi du mois d’octobre, qu’on a fait cette année à Kindia, notre association, en partenariat avec un jeune non-voyant à Kindia du nom de Dioumessy, on était avec plusieurs invités, dont monsieur le procureur qui était présent. Suite à une démonstration et ma prestation, il m’a proposé un stage au compte de son parquet. A l’issue de cela, j’ai suivi la procédure pour débuter mon stage aujourd’hui (lundi, 04 novembre 2019). C’est étonnant de voir un mal voyant travailler dans un tribunal. Mais au fil du temps, les gens verront que ce n’est pas étonnant », a laissé entende le jeune homme.

A la question de savoir comment il pourrait s’en sortir, Alpha Oumar Cissé a expliqué qu’il dispose des outils nécessaires pour exécuter les taches qui lui seront confiées pendant son stage. « Je possède les outils nécessaires pour travailler. J’ai un instrument sous forme de pointe, qui remplace le bic, que j’utilise pour noter, avec une tablette. Il y a des papiers à l’intérieur qu’on appelle bristol. J’ai aussi un ordinateur que j’utilise au même titre que les autres ordinateurs. La différence est que j’utilise un logiciel qui permet de me guider. Avec tout ça, je peux auditionner, noter et faire des rapports. Je cherche à me perfectionner pour aller au bout de mes rêves. J’encourage toute personne porteuse de handicaps de se former ».

Parlant de son parcours, Alpha Oumar Cissé a fait savoir qu’il n’est pas né malvoyant. Le handicap, qui l’a frappé pendant son parcours scolaire, ne l’a pas empêché de continuer ses études. « Je ne sui pas né malvoyant. Je suis passé par l’Enseignement Général. Au fil du temps, ma vision ne faisait que baisser. J’ai rencontré les autorités de mon école qui m’ont mis à la disposition d’un jeune malvoyant. Ce dernier m’a appris le braille (système d’Alphabet en relief permettant aux aveugles et aux malvoyants de lire et d’écrire). A travers cela, j’ai pu continuer mes études jusqu’à l’université. Je suis licencié en Droit des Affaires. Je précise que je n’ai pas eu l’occasion de faire l’école des aveugles comme certains malvoyants », a expliqué notre interlocuteur.

Enfin, Alpha Oumar Cissé lance un appel aux entrepreneurs d’accepter d’engager les personnes souffrant de handicap. « Je demande à tout promoteur d’entreprises d’accepter les personnes porteuses d’handicaps au sein de leur entité. Je suis fier aujourd’hui des journalistes et correspondants qui sont malvoyants, voire des aveugles qui travaillent dans les grandes radios », a-t-il déclaré.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628516796

Lire