Au cours d’une conférence de presse animée hier, mercredi 4 août 2021, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a présenté sa nouvelle stratégie pour vaincre la pandémie de Covid-19 en Guinée. Cette stratégie repose sur le renforcement des tests dans les structures sanitaires et surtout sur la vaccination. L’ANSS ambitionne de vacciner près de 6 millions de Guinéens avant fin 2021, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon Dr Sakoba Keïta, directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), la Guinée et ses partenaires se sont fixé des objectifs ambitieux dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Il s’agit notamment de vacciner 40% de la population guinéenne d’ici fin décembre 2021. « Nous nous sommes fixés un objectif de 40% au plus tard au 31 décembre 2021. Quant à la population de Conakry, où nous avons le plus grand nombre de cas, plus de 85%, on s’est fixé un objectif de 60% à atteindre d’ici fin décembre.

Donc, par rapport à ces objectifs ambitieux, on s’est dit qu’il faut d’abord renforcer les capacités de prise en charge de nos centres de traitement contre la Covid-19. Ces démarches sont en cours. On est en train de voir comment étendre les centres et même créer de nouveaux centres. La deuxième stratégie, c’est un effort sur la mobilisation sociale à travers les mass médias et aussi à travers les leaders communautaires, les ressortissants et tous ceux qui gèrent des problèmes communautaires y compris la société civile.

L’autre stratégie, c’est renforcer la capacité de diagnostic et de contrôle aux points d’entrées. Nous voulons que toutes nos formations sanitaires puissent avoir des tests rapides pour pouvoir effectuer des tests. Parce qu’actuellement, on a beaucoup de malades qui viennent pour le palu, alors qu’ils sont atteints de la Covid-19. Et on a beaucoup de décès communautaires dus à la Covid-19 qui échappent à notre maillon. Donc, on s’est dit d’étendre l’accès aux tests de diagnostic en dotant les structures privées et d’autres centres de santé qui auparavant n’étaient pas éligibles pour ça », a-t-il annoncé.

Le directeur général de l’ANSS indique que la seule stratégie qui s’est montrée efficace sur le plan international pour réduire la transmission du virus, c’est la vaccination. C’est pourquoi la Guinée aussi veut s’investir dans ce domaine pour combattre efficacement la maladie. Et pour atteindre cet objectif, l’ANSS dit avoir cherché à obtenir une importante quantité de vaccins. « Par rapport au vaccin Fiser, on s’attend à 186.000 doses dans les trois semaines qui suivent. C’est un don des États-Unis pour aider le peuple de Guinée à pouvoir atteindre son objectif.

Pour Sinopharm, il y a un achat de 1.600.000 doses, dont les premières 300.000 doses arrivent demain par vol à Conakry. Nous avons négocié aussi avec des banques dont Africim Bank et la Banque mondiale pour pouvoir nous livrer respectivement 2.600.000 doses et 2.300.000 doses du vaccin Johnson and Johnson. Ce qui fait un total de 4.900. 000 doses. Si vous faites le total, on aura 6. 686.000 doses de vaccins.

Le total de personnes qu’on peut vacciner avec ça, c’est 5.793.000, soit 46%. Donc, si tous ces vaccins qui sont promis arrivent, on est sûr que d’ici le 31 décembre, la Guinée pourra avoir un taux vaccinal de 46% de la population. Et à Conakry, je suis sûr qu’on va dépasser cette moyenne nationale, parce qu’on a toujours vacciné à Conakry plus que dans certaines préfectures éloignées », a dit Dr Sakoba Keïta.

Selon les chiffres communiqués par l’ANSS, sur les 46 décès dus à la Covid-19 survenus durant le mois de juillet au centre de traitement de Gbessia (Conakry), 44 sont des personnes qui n’étaient pas vaccinées. Ce qui prouve, dit-elle, que la vaccination est un élément essentiel dans la lutte contre la pandémie. Car même en cas d’infection, la personne vaccinée est en mesure de mieux résister que celle qui n’a pas été vaccinée.

Mohamed Guéasso DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin