L’atelier de revue du projet de Renforcement de la Collaboration entre les Collectivités Locales et les Autorités Sanitaires (ReCCLAS), s’est ouvert hier lundi, 25 novembre 2019, dans la salle de conférence du Centre de Formation Professionnelle (CFP) de N’zérékoré. C’est une initiative du comité de pilotage composé de Terre des Hommes et ses partenaires AGIL (Alliance promoting Gouvernance and Local Initiatve) et PRIDE/Guinée (Programme Intégré pour le Développement de l’Entreprise) en collaboration avec la direction régionale de la santé. La démarche se situe dans le cadre « des mécanismes de suivi évaluation en vue d’analyser les résultats atteints au regard des cibles fixées dans la matrice du cadre logique, d’identifier les facteurs internes et externes ayant affecté les performances du projet et de proposer des mesures correctrices », rapporte le correspondant de guinéematin.com dans la préfecture.

Ils sont au total 88 participants, venus des 25 collectivités locales de la région administrative de N’Zérékoré, à prendre part cette revue de deux jours.

Dr Adama Kaba, Directeur régional de la santé de N’zérékoré

L’honneur est revenu à Dr Adama Kaba, directeur régional de la santé, de planter le décor. « Après deux années de mise en œuvre du projet ReCCLAS, la présente revue est une opportunité d’évaluer l’ensemble des activités réalisées par le projet de novembre 2017 à novembre 2019 et de faire une projection sur l’année suivante, tout en considérant des recommandations issues de cette revue. Nous sommes persuadés que les recommandations qui seront issues de vos discussions permettront d’améliorer le niveau d’atteinte des indicateurs en particulier et le niveau de mise en œuvre du projet en général ».

David Bridier, représentant pays de l’ONG Terre des hommes

Prenant la parole, David Bridier, représentant pays de l’ONG Terre Des Hommes à N’Zérékoré, a rappelé l’objectif de cette revue. « Cette revue a pour objectif de faire le point sur la qualité de la concertation et la collaboration entre les DPS (Directions Préfectorales de la Santé) et 25 collectivités locales dans la préfecture de Lola, Beyla et N’Zérékoré ; faire le point sur le renforcement par le projet ReCCLAS des capacités de 25 Communautés Locales (CL) dans les préfectures de Lola, Beyla, et N’Nzérékoré ; à soutenir le développement et le fonctionnement du système de santé au niveau local en appuyant l’application du processus de décentralisation et de déconcentration ; faire le point sur le renforcement par le projet ReCCLAS des 25 CL des préfectures de Lola, Beyla et N’Zérékoré pour la promotion de la demande de soins par la population près des structures sanitaires de base ; faire le point sur l’amélioration de la qualité de l’offre de soins de santé primaire dans les centres de santé ciblés par le projet avec un focus santé maternelle et infantile ; proposer des recommandations pour corriger les goulots d’étranglement identifiés, accélérer la mise en œuvre des activités du plan d’action post-revue, et améliorer la performance d’ici novembre 2020 ».

Pour sa part, Oumar Nabé, chef de cabinet du gouvernorat de N’Zérékoré, a invité les participants à insérer le programme sanitaire dans leur Programme de Développement Local. « Ce projet pour lequel nous sommes réunis ici s’inscrit dans le cadre de la politique du chef de l’État qui souhaite que la santé communautaire soit le socle de l’accès de la population à une couverture universelle maladie. C’est pourquoi, j’interpelle tous les maires des communes rurales bénéficiaires de ce projet à veiller que les élus locaux prennent en compte la dimension de la santé communautaire dans leurs plans de développement local (PDL) et les Programmes Annuels d’Investissement (PAI) et la politique national de la santé communautaire pour le bonheur de nos populations ».

Antoine Gbogolo Soromou, maire de Lola

Du côté des participants, Antoine Gbogolo Soromou, président du conseil des maires de la Guinée Forestière et maire de Lola, au nom de ses collègues, a salué les résultats du projet ReCCLAS dans les 25 collectivités locales. « La première phase du projet PASA (Programme d’Appui à la Santé) a été un réel succès, et donc si aujourd’hui, ils font un atelier pour essayer de recadrer et voir qu’est-ce qui n’a pas marché, qu’est-ce qui a marché, donc il faut les encourager. Et je pense que c’est extrêmement important ».

À noter que le projet ReCCLAS est cofinancé par l’Agence Française de Développement (AFD) et l’Union Européenne dans le cadre du 10ème FED (Fonds Européen de Développement) pour une durée de 36 mois, avec un budget global de 2 millions 400 mille Euros.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél. : +224620166816/666890877

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin