Le président Alpha Condé et le PDG de la Société Financière Internationale (SFI) ont effectué une visite de terrain sur le site de construction du barrage hydroélectrique de Souapiti et à Kaléta, hier mercredi 20 mars 2019. Ils ont été accueillis sur le terrain par le ministre de l’énergie et de l’hydraulique, du préfet de Dubréka, les autorités locales et les travailleurs du projet, rapporte Guineematin.com à travers son envoyé spécial.

C’est aux environs de 13 heures que le chef de l’Etat est arrivé sur place en compagnie de son hôte, Philippe Le Houérou, le PDG de la Société Financière Internationale (SFI). La première étape de la visite a été le site de Souapiti où des travaux gigantesques sont en train d’être menés par des ouvriers guinéens et des expatriés chinois. Sur le chantier, le président Alpha Condé et son hôte de la SFI ont eu droit à des explications sur les caractéristiques du barrage de Souapiti.

Interrogé par les journalistes, le directeur du projet Souapiti, Amara Camara s’est dit satisfait de voir le chef de l’Etat et le PDG de la SFI venir s’enquérir de l’état d’avancement des travaux sur le terrain. « La visite que nous venons de recevoir nous réjouit à plus d’un titre. Dans la même veine, le PDG de la SFI a tenu à voir ce qui s’apparente aujourd’hui à un miracle dans le domaine de l’énergie », a-t-il dit. Selon Amara Camara, Kaléta et Souapiti constituent « une école » surtout quand au sait d’où vient la Guinée en matière d’énergie.

S’exprimant sur l’état d’avancement des travaux, le directeur de Souapiti s’est dit satisfait du niveau déjà atteint. « Aujourd’hui, nous avons une marge libre sur le planning. Les travaux se déroulent avec une satisfaction totale. Si je vous dis les paramètres, c’est-à-dire l’altitude que le barrage devrait atteindre en septembre 2019, aujourd’hui, au mois de mars, cette altitude a été dépassée », a-t-il annoncé.

A en croire Amara Camara, il y a environs 4 mille ouvriers qui travaillent à Souapiti dont la puissance est estimée à 450 MW. « Kaléta a été conçu en tenant compte du futur Souapiti. C’est un barrage au fil de l’eau, donc un barrage qui n’a pas de retenue. Par contre, Souapiti est un barrage qui va posséder une retenue de 6 milliards 300 milles m3.

C’est une quantité d’eau qui permettra au barrage de fonctionner dans les normes et aussi réguler les eaux de Kaléta. Donc, Souapiti va servir de réserve à Kaléta et le problème d’étiage ne pourra plus se poser. Et cela va commencer dès le mois de septembre 2019 avant même la fin des travaux du barrage de Souapiti », rassure-t-il.

Quant au PDG de la SFI, Philippe Le Houérou, il a expliqué l’importance de l’énergie pour le développement économique d’un pays. « Il n’y a pas de développement sans énergie. Je suis là avec le Président de la République pour voir l’état d’avancement des travaux. Mais, ça ne suffira pas, on veut encore continuer à développer le domaine de l’électricité et passer au solaire. Ça va réduire le coût de l’énergie et augmenter la capacité de production pour le pays », dit le premier responsable de la SFI.

Après le chantier de Souapiti, le cortège présidentiel a mis cap sur le barrage de Kaléta où Alpha Condé a échangé avec les responsables de ladite centrale sur le mode de fonctionnement du barrage surtout en cette période d’étiage.

Il faut rappeler que c’est le 04 septembre 2018 que la Guinée a signé l’accord formel d’un prêt de 1,4 milliards de dollars américain avec la banque chinoise Exim Bank pour la construction du barrage hydroélectrique de Souapiti.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Alpha Guineematin.com