Les sept (7) jeunes guinéens condamnés en première instance à Kindia et libérés par la Cour d’Appel de Conakry, sont rentrés dans la ville des agrumes hier, mardi 14 mai 2019. Une forte délégation du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a accompagné ces héros opposés à toute modification de la Constitution en faveur du président Alpha Condé, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est une foule nombreuse qui a accueilli les sept héros de Kindia au siège local de la Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD) situé au quartier Féréfou.

Interrogé par notre reporter, Sékou Koundouno, chargé des opérations du FNDC, a parlé de réelle satisfaction avant de mettre en garde les promoteurs d’une nouvelle Constitution.

« C’est un sentiment de réjouissance, mais surtout de motivation. C’est sentiment qui galvanise toute la troupe du FNDC dans les 33 préfectures et 5 communes de Conakry, y compris la diaspora afin de renvoyer un revers à ces gangsters et pyromanes qui sont entrain de préparer ce coup d’Etat civil et leur prouver, aux yeux de l’opinion nationale et internationale, que nous sommes entrain de vaincre, et que nous sommes entrain de mettre toutes les dispositions en place afin que le peuple souverain de Guinée puisse être mobilisé et anéantir cet adversaire dès le coup d’envoi.

Ces anciens 7 détenus, qui ont été injustement arrêtés, condamnés et qui ont été relaxés par la Cour d’Appel de Conakry, sont en fait les héros qui symbolisent en peu l’incarnation du combat que nous menons. Donc, on ne peut pas les recevoir dans le Kania comme étant des vendeurs de poulet. Il faudrait qu’ils soient reçus ici comme des héros, des personnes qui ont combattu… Ces 7 héros symbolisent le combat que nous allons mener. On ne peut jamais le déduire de ce combat. Tant que ce combat va exister, vous verrez que leurs images vont toujours exister au sein de ce mouvement.

Sous le leadership du coordinateur régional du FNDC, un travail de terrain est entrain d’être mené dans les quartiers, avec toutes les entités politiques, syndicat et organisations de la société civile, et les citoyens et citoyennes engagés afin de travailler sur l’aspect information, mobilisation, mais surtout démonstration de force. Déjà, les indices que nous avons du côté de la coordination nationale font comprendre qu’un travail sérieux est entrain d’être fait. Et au moment opportun, je vous dis que nous sommes dans la première phase, c’est quand l’envahisseur va essayer un quelconque projet ou proposition de loi afin de changer la République vers la monarchie, la cadence de frappe dans le Kania se fera automatiquement sentir ».

Propos recueillis à Kindia par Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628516796

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin