Youssouf Kaboré, un ressortissant burkinabé a été retrouvé mort hier, samedi 08 juin 2019, dans un motel à Tonbökö, un district relevant de la sous-préfecture de Doko, dans la préfecture de Siguiri. La gendarmerie qui parle d’une mort suspecte a interpellé 16 personnes, a appris le correspondant de Guineematin.com à Siguiri.

C’est dans la matinée de ce samedi qu’un groupe de personnes a transporté le corps de la victime, qui est décédée dans une chambre d’un motel, au centre de santé de Tonbökö. Le sergent-chef Aboubacar Bachir Condé, médecin légiste en service à la gendarmerie de Siguiri, est allé faire l’autopsie du corps. Après son travail, il n’a fait aucune conclusion sur les circonstances de la mort de Youssouf Kaboré, mais s’est fait tout de même deux hypothèses.

« Lorsque nous avons reçu le corps, nous avons trouvé des plaies sur sa langue et du sang sur sa dentitions. Nous avons donc fait deux hypothèses : soit il a bu, il est tombé et sa tête s’est cogné contre un objet dur qui a causé sa mort, ou alors il a frappé par quelqu’un. Ce que nous pouvons dire avec certitude, c’est qu’il est mort par suite d’un traumatisme crânien », a-t-il indiqué.

Le médecin a ajouté toutefois que cette mort est suspecte. C’est pourquoi, 16 suspects ont été interpellés. « Je qualifie cela d’une mort suspecte. Un groupe est venu déplacer le corps de la chambre du motel au centre de santé de Tonbökö. Pourquoi ils ont déplacé le corps sans informer les autorités ou les services de sécurité ? C’est ainsi que ces personnes ont été donc interpellées par la gendarmerie de Siguiri », a dit le sergent-chef Aboubacar Bachir Condé.

Les 16 suspects ont été entendus par la gendarmerie puis déférés immédiatement au tribunal de première instance de Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lancéï Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin