Aïd-el-Fitr à N’zérékoré : le gouverneur invite la population à œuvrer pour la paix

4 juin 2019 à 20 08 16 06166

C’est dans la ferveur populaire que la vile de N’zérékoré a célébré l’Aïd-el-Fitr, la fête marquant la fin du mois saint de Ramadan ce mardi 06 juin 2019. Le gouverneur de région, Mohamed Ismaël Traoré, accompagné d’une forte délégation, a fait la prière à la grande mosquée de la ville, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La célébration de cette importante fête musulmane a connu une forte mobilisation des fidèles musulmans de la capitale de la Guinée forestière. Ils étaient tous vêtus de leurs plus beaux atours.

Après avoir accompli son devoir religieux, le gouverneur Mohamed Ismaël Traoré a livré ses sentiments au micro de notre reporter. Il a invité les populations à se battre pour le maintien de la paix dans la cité. « J’ai un sentiment de réelle satisfaction dans la mesure où, quand on fait tout le mois de Ramadan dans la santé. D’abord, c’est un atout. Et après la santé, si vous parvenez à faire tout le mois de Ramadan sans problème, tu dois toujours t’émerveiller et remercier Dieu. Parce que nous avons un pays où Dieu a donné de l’eau, Dieu a donné des minéraux de fer. Il y a beaucoup de ressources économiques qui sont dans notre sous-sol. Donc, il faut quand même s’enorgueillir », a-t-il dit.

En outre, Mohamed Ismaël Traoré a lancé une invite à la population de cultiver la paix dans la cité. « Je demande que tous les imams qui ont fait le mois saint de Ramadan, toutes les prières qu’ils ont eu à faire, les bénédictions, que Dieu accepte pour le bonheur de Nzérékoré. A la population, c’est de continuer à toujours garder la paix et continuer à œuvrer pour que la paix devienne une denrée à la portée de tout le monde. Parce que la paix, c’est quelque chose qu’on doit toujours sauvegarder. Si elle est à notre portée, on a le temps de penser à la richesse, on a le temps de penser à réaliser nos projets, on a le temps de faire les travaux qui peuvent donner la prospérité à la Guinée. Donc, c’est cette paix-la qu’on doit toujours sauvegarder pour le bien-être de nous tous », a fait remarquer le gouverneur.

De Nzérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Lire

Aïd-el-Fitr: « nous demandons à toutes les ethnies de Kindia de se donner les mains… »

4 juin 2019 à 20 08 07 06076

A l’instar de leurs coreligionnaires de la Guinée, les fidèles musulmans de la ville des agrumes ont célébré l’Aïd-el-Fitr, ou la fête marquant la fin du mois de Ramadan, ce mardi 4 juin 2019. Vêtus de leurs plus beaux habits, les fidèles ont rallié les lieux de prière dans la joie pour s’acquitter de ce devoir religieux, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Après 29 jours de jeûne, d’abstinence et de prières, les fidèles musulmans de Kindia ont fêté la fin du mois saint de Ramadan. Dans la cité des agrumes, cette grande fête musulmane a été célébrée dans plusieurs places publiques de la ville. C’est le cas à la place des martyrs où les autorités administratives, locales et le chargé de mission du président de la République, Dr Nabi Moussa Sylla, se sont acquittés de leur devoir religieux. La prière sur cet espace public a été dirigée par le grand imam de Kindia, Elhadj Mamoudou Camara.

Dans son sermon du jour, l’imam a tout d’abord remercié le tout puissant Allah pour avoir accordé 29 jours à ses adorateurs avant de les appeler à la cohésion, la réconciliation nationale pour une paix durable en Guinée. « Ce jour est un grand jour pour tout un musulman. Nous devons remercier notre créateur pour nous avoir envoyé cet étranger qui n’est autre que le mois de Ramadan. Mais l’étranger est parti, il est donc temps d’en appeler à la conscience de tout bon musulman de poursuivre les bons actes et comportements comme si le Ramadan était encore avec nous. Ne nous laissons pas distraire pour salir le bienfait des 29 jours durant » insiste-il.

Dans la deuxième partie du sermon, le grand imam a prêché la cohésion sociale pour une paix durable en Guinée. « Je profite de cette occasion pour appeler tout un chacun à la paix et à la réconciliation nationale. Nous sommes réunis aujourd’hui parce qu’il y a la paix. Donc, nous demandons à toutes les ethnies de la ville de Kindia de se donner les mains pour le développement de notre pays, dont Kindia est l’une des régions. Ici, il n’y a plus Peul, Soussou, Malinké ou Toma. Nous sommes uns et soudés désormais », a lancé Elhadj Mamoudou Camara.

Après ce sermon, certains citoyens ont salué cet important message du grand imam. C’est le cas du chargé de mission du président de la République, Dr Nabi Moussa Sylla. « C’est vrai que ce sermon est réconciliateur, il est digne message de tous les patriotes. L’imam même vient de le dire, on ne peut pas parler de la paix, sans la vérité. Donc, pour toute chose, il faut la vérité, c’est comme ça un pays décolle. Donc, à mon entendement, ça a assez de signification et tout bon guinéen doit accompagner des prières pareilles, parce que vous le savez bien, notre pays est dans une situation politique un peu délicate », a expliqué Dr Nabi Moussa Sylla.

Vêtus pour la plupart de basins locaux, hommes et femmes se sont donné des poignées de main à la fin de la prière pour marquer la fin du Ramadan dans la gaieté.

Depuis Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628-51-88-88

Lire

Aïd-El-Fitr à Kankan : voici ce que le grand imam demande aux musulmans

4 juin 2019 à 19 07 52 06526
SAMSUNG CAMERA PICTURES

A l’instar de leurs coreligionnaires de la Guinée, les fidèles musulmans de la commune urbaine de Kankan ont célébré avec beaucoup d’engouement ce mardi, 4 juin 2019, l’Aïd-El-Fitr. Cette fête marque la fin du mois saint Ramadan après 29 jours de jeûne, de prières et d’actions de grâce. L’événement a été marqué par le sermon profond et réaliste du grand imam, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Très tôt le matin, les mosquées et autres sites de prière ont été pris d’assaut par les fidèles musulmans de Kankan, venus accomplir la prière pour couronner 29 jours d’adoration.

A Timbo, la cour de la grande mosquée était pleine à craquer. Après la prière des deux rakats, le grand imam de Kankan, Karamo Bangaly Kaba, a tenu son sermon. Le guide religieux a invité les parents à inculquer les valeurs de la religion musulmane aux plus jeunes. « Il nous est recommandé d’inculquer les connaissances de l’islam aux jeunes, la prière, le jeûne, le pèlerinage. En plus, nous devons nous conseiller d’arrêter certaines pratiques, comme boire de la bière, prendre de la drogue, voler, tuer, l’abus de confiance et la fornication », a-t-il conseillé.

Mohamed Gharé

Les autorités administratives et locales de Kankan ont pris part à cette prière publique. Selon le gouverneur de la région, le général Mohamed Gharé, « c’est d’abord un sentiment de satisfaction. En cette journée sainte, je voudrais souhaiter à l’ensemble des populations de la région mes vœux de bonne fête. La religion musulmane est une religion de pardon, de clémence et d’entente. Je prie le tout puissant Allah que nous ayons pitié les uns des autres, que nous nous pardonnions, que nous nous donnions la main dans l’intérêt supérieur de cette nation », a-t-il souhaité.

Aziz Diop

Même son de cloche chez le préfet de Kankan. Aziz Diop a rappelé la signification de Kankan Nabaya. « Je prie Dieu pour la population de Kankan, les jeunes les femmes pour que la prospérité et le bonheur règnent à Kankan. Kankan n’est pas qu’une ville bénite, c’est aussi une ville de bénédiction, c’est une ville pour tout monde, c’est pourquoi on dit Nabaya ».

Profitant de cette journée commémorant la fin du mois saint de Ramadan, nombreux sont les fidèles de cette ville qui ont exprimé leurs sentiments. C’est le cas de Mohamed Kaba, professeur d’Histoire. « Mes vœux sont les meilleurs à l’endroit de mes concitoyens. Je souhaite une paix durable et une cohésion sociale pour la Guinée. Que cette année soit une année de prospérité et de développement pour tous les guinéens », a souhaité notre interlocuteur.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : (00224) 627 24 13 24

Lire

Aïd-el-Fitr à Mamou : « vivons ensemble, évitons l’ethnocentrisme », dit Elhadj Saidou Sall

4 juin 2019 à 19 07 20 06206

Les fidèles musulmans de Guinée ont célébré l’Aïd-el-Fitr ce mardi, 04 juin 2019. Dans la commune urbaine de Mamou, le terrain de football du camp militaire, le Bataillon Autonome, a servi de regroupement pour la prière collective. C’est le grand imam Elhadj Saidou Sall qui a dirigé la prière en présence des responsables administratifs et locaux, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Dans son sermon, tenu alternativement en Arabe et en Poular, le grand imam a invité les guinéens à poursuivre les habitudes qu’ils ont observées durant ce mois saint de Ramadan. « Nous avons jeûné dans la paix et dans la cohésion sociale. Le mois de Ramadan a été un grand maitre pour nous les musulmans. Les Guinéens ont été tolérants entre eux durant ce mois.

Nous prierons Allah que ce comportement s’inscrive dans la durée », a dit Elhadj Saidou Sall.

Par ailleurs, le grand imam a invité à renforcer les liens entre les guinéens pour le vivre ensemble. « Acceptons de vivre ensemble pour que la Guinée puisse aller de l’avant.

Les guinéens doivent se souder comme un édifice. Les actes parlent plus haut que les paroles. Si nous voulons aider la Guinée, ce n’est pas dans la bouche. Les mauvaises pratiques détruisent le pays. Vivons ensemble, évitons l’ethnocentrisme. Les instigateurs de la violence ne sont jamais des victimes, mais c’est les pauvres citoyens qui vont subir », a laissé entendre Elhadj Saidou Sall.

Il est à noter des rencontres ont été initiées pour saluer le gouverneur de la région administrative de Mamou. Visiblement très ravi, Amadou Oury Lemmy Diallo a salué l’initiative avant de dire ses sentiments de satisfaction. « Nous sommes très ravi de cette visite de tous les sages et religieux de Mamou. Depuis 8 ans je suis là, dans la paix. C’est grâce à vos bénédictions, vos prières. Je me confie à vous. Je resterai toujours reconnaissant à Mamou. J’invite les populations de Mamou à plus de solidarité pour le développement de notre région », a lancé le gouverneur.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tél. : 625698919/657343939

Lire

Aïd El-Fitr : l’imam de Koloma/Soloprimo appelle à « renforcer la fraternité »

4 juin 2019 à 19 07 02 06026

Les fidèles musulmans de Guinée ont célébré ce mardi, 04 juin 2019, la fête marquant la fin du mois saint de Ramadan. A la grande mosquée de Koloma/Soloprimo, dans la commune de Ratoma, c’est plusieurs centaines de fidèles qui sont venus pour effectuer la prière collective de l’Aïd el-Fitr, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

A l’occasion de cette prière, la grande mosquée de Koloma/Soloprimo a refoulé du monde ce mardi matin. En plus de l’intérieur et de l’enceinte de la mosquée, les fidèles ont aussi occupé les rues qui entourent cet édifice religieux. La prière a été dirigée par l’imam Oustaze Mouhamadou Cherif Diallo. Son sermon a porté essentiellement sur le renforcement de la fraternité et l’attachement à la prière nocturne.

Selon Oustaze Chérif, « le bonheur éternel se trouve dans la tranquillité du cœur et cela se concrétise en se pliant aux obligations de Dieu, le Miséricordieux, et son prophète (Paix et Salut sur Lui), en suivant ses traces et en empruntant son chemin, le chemin qui mène à Dieu. Il y a un hadith rapporté par Abou Hourayra qui dit que le prophète a demandé aux musulmans de se méfier des conjectures, des suppositions ou des doutes, car ceci est la plus mensongère des paroles. Ne cherchez pas à pécher envers vos prochains, méfiez-vous des intimités des autres. Concurrencez sur la bonne voie, c’est-à-dire en faisant du bien et non en faisant du mal. Soyez tous, aux yeux d’Allah, des frères. Aimez-vous les uns les autres. Aimez pour vos prochains ce que vous aimez pour vous même… Vous allez vivre en parfaite harmonie, vous allez vivre heureux car le musulman est le frère d’un musulman. Mais, cette fraternité doit être au-delà des paroles. Elle doit être sincère, avouée et traduite par les actions. Il faut aimer pour ton prochain ce que tu aimes pour toi. Il faut détester chez ton prochain ce que tu détestes chez toi », a conseillé l’imam.

Abordant le point concernant la prière nocturne, Oustaze Cherif Diallo dira que « nous avons constaté que la mosquée était remplie, de bas en haut jusqu’au niveau cours des derniers jours, nous avons vu combien de fois les gens sont motivés pour la prière nocturne. On venait occuper tous lieux ici. De l’intérieur de la mosquée jusqu’au niveau des rues. Ce qui est salutaire. Nous vous invitons, chers frères musulmans, de pérenniser ces actions au-delà du mois de Ramadan. Jeunes musulmans, nous sommes habitués à la prière, à la lecture du coran, je voudrais que cela soit pérennisé au-delà du mois de Ramadan. Dieu aime qu’on l’adore aussi au-delà du mois de Ramadan. La prière nocturne est très importante. La nuit est le moment le plus propice pour l’acceptation de nos demandes. Donc, continuons à prier la nuit. Toutes prières, tous les sacrifices, bref toutes les bonnes actions qu’on faisait pendant le Ramadan, faisons de sorte que cela continue après le mois de Ramadan. Renforçons la fraternité », a-t-il lancé avec insistance.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622919225 / 666919225

Lire

Fête de l’Aïd El Fitr : l’appel de Cellou Dalein au peuple de Guinée

4 juin 2019 à 14 02 34 06346

Après 29 jours de jeûne, de prières et de pénitence, les fidèles musulmans de Guinée ont célébré l’Aïd El Fitr, (la fête du Ramadan) ce mardi, 04 juin 2019. C’est dans l’enceinte de la mairie de Matam que le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a fait la prière marquant cette fête. Après la prière, l’opposant a adressé un message aux Guinéens, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est en compagnie de son épouse, Hadja Halimatou Dalein Diallo, et plusieurs de ses proches, que Cellou Dalein Diallo, s’est rendu à Matam pour accompagner son devoir religieux. Après la prière le leader de l’opposition guinéenne a félicité tous les fidèles musulmans de Guinée et du monde qui ont pu observer le jeûne du Ramadan. Il a, ensuite, formulé quelques souhaits. « Je souhaite que ceux qui sont malades et qui n’ont pas pu le faire indépendamment de leur volonté, que Dieu leur redonne la santé. Je suis content d’avoir pu observer le jeûne, d’avoir fait beaucoup de prières.

Je souhaite que Dieu exhausse toutes les prières qui ont été faites pendant ce mois et qu’il accepte notre jeûne. Je souhaite que les Guinéens enterrent la haine et la violence et privilégient le dialogue pour aplanir leurs divergences afin que notre peuple vive dans la paix. La paix du cœur, qu’il y ait moins d’injustice, d’arbitraire, qu’il y ait moins de faim dans notre pays », a souhaité l’opposant.

Dans son message, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a réitéré son soutien aux milliers de victimes des récents déguerpissements opérés par le gouvernement guinéen à Conakry, mais aussi aux victimes des différentes violences enregistrées depuis qu’Alpha Condé est au pouvoir. « Je voulais réitérer ma solidarité à l’égard de ceux qui ont été délogés sans management, sans indemnisation à la veille de la saison des pluies, à la veille du mois de Ramadan. Ils sont nombreux à Kaporo-Rails, à Dar es-Salam, à Dabondy, un peu partout. Ceux qui ont été victimes de la violence d’État comme le jeune qui est décédé il y a trois jours à l’Université de Labé suite à des violences exercées sur lui par des agents qui étaient chargés normalement d’assurer sa sécurité.

Je voudrais exprimer ma compassion avec tous ceux qui ont perdu des proches dans ces violences qu’on a enregistrées et prier Dieu pour que l’âme de ces victimes de la violence d’Etat repose en paix. Je souhaite que ce mois de Ramadan soit le départ d’une nouvelle vie pour les guinéens, une vie de tolérance, d’humanisme, de justice, de paix qui doit être celle du cœur. Il faut que nous fassions un effort sur nous-mêmes pour reconstruire l’unité nationale qui a été suffisamment malmenée dans ce pays depuis qu’Alpha Condé est au pouvoir », indique l’opposant.

Cellou Dalein Diallo promet qu’il continuera à mener le combat pour empêcher toute modification de la constitution qui permettrait au président Alpha Condé de briguer un 3èmemandat. « Le combat, l’UFDG le mènera à l’intérieur du FNDC pour que cette velléité du 3ème mandat soit tuée dans l’œuf. Je suis convaincu que ce n’est pas le FNDC en tant que tel seulement qui va mener ce combat, c’est tout le peuple de Guinée qui veut que notre pays soit régi par les règles et les principes de le démocratie et de l’Etat de droit. Démocratie signifie créer les conditions de l’alternance par les urnes, par la voix démocratique et suis convaincu qu’après tous les sacrifices consentis par le peuple, qu’il ne se laissera pas dérober le fruit de cette lutte », a dit le chef de file de l’opposition guinéenne.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Lire

Aïd-El-Fitr : « si les juges sont corrompus, c’est parce qu’il y a des corrupteurs »

4 juin 2019 à 14 02 32 06326
Elhadj Abdoulaye Bah, deuxième imam de la grande mosquée Fayçal, Conakry

Après 29 jours de jeûne, les fidèles musulmans de Guinée ont célébré la fête marquant la fin du mois de Ramadan ce mardi, 4 juin 2019. A la grande mosquée de Fayçal de Conakry, c’est le 2ème imam, Elhadj Abdoulaye Bah qui a dirigé la prière en présence d’une foule compacte de musulmans venus accomplir cette prière collective, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Une foule immense a pris d’assaut la mosquée Fayçal de Donka pour la prière de l’Aïd El Fitr. Dans son sermon, Elhadj Abdoulaye Bah a prêché la paix, la concorde, la culture de la foi et le développement de l’islam en Guinée. Selon le 2ème imam de la mosquée, « chacun doit aimer son prochain, pardonner, faire le bien pour le voisinage. Personne ne doit faire du mal à son semblable ou à son voisin. Le peuple de Guinée doit être des hommes patriotes, qui aiment la Guinée et les guinéens. Il ne s’agit pas de choisir ou d’aimer un seul homme, mais d’aimer la Guinée et tous les Guinéens. Aimer tout ce qui développe la Guinée, tout ce qui peut sauver les guinéens et tout ce qui est dans l’intérêt des guinéens », a laissé entendre l’imam.

Au cours de son sermon, Elhadj Abdoulaye Bah a dénoncé la corruption qui gangrène notre pays, renvoyant dos-à-dos corrompus et corrupteurs. « Si tu vois que ceux qui jugent ne sont pas honnêtes, c’est parce qu’il y a des justiciables qui ne sont pas honnêtes. Si le justiciable envoi de l’argent devant celui qui juge pour le corrompre, l’argent va fermer les yeux de celui qui juge. Et il va faire ce que l’autre veut. Si le justiciable est honnête, celui qui juge, qu’il veuille ou pas, il va être honnête. Si personne ne le paye, il va faire convenablement son travail. Mais, si on lui donne l’argent pour le corrompre, il ne va jamais faire un bon travail. Donc, c’est à nous guinéens de nous aimer entre nous en obéissant à nos dirigeants », a fait observer l’imam.

Présent à Fayçal, Ahmed Tidiane Souaré, ancien Premier ministre de feu Lansana Conté, actuellement ministre conseiller à la présidence de la République, a profité de la circonstance pour lancer un message à l’endroit des Guinéens. « Au terme d’un mois de pénitence, d’un mois de soumission, de rigueur, mais aussi un mois de pardon, de partage et de solidarité, comme le recommandent les préceptes de l’islam à l’occasion de cette fête, je voudrais féliciter le peuple de Guinée, en particulier la population musulmane de Guinée, qui s’est acquitté de ce devoir religieux pendant tout un mois dans la paix et la concorde nationale. Je voudrais les féliciter et leur dire, comme d’ailleurs c’était les principaux points de prêche aujourd’hui, que ces valeurs d’unité, de paix, de concorde, de solidarité, de partage doivent être entretenus au sein de notre société pour le plus grand bien de notre pays », a lancé monsieur Souaré.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Lire

Meurtre de Amadou Boukariou à Labé : la déclaration de l’UFDG

4 juin 2019 à 14 02 13 06136

C’est avec une profonde tristesse et une vive émotion que la Direction Nationale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a appris le décès du jeune Amadou Boukariou BALDE, à la suite d’un violent coup reçu à la nuque ce vendredi 31 Mai 2019, lors d’échauffourées qui ont éclaté entre agents des forces de l’ordre et étudiants à l’Université de Labé.

Bouleversée par cette tragédie, la Direction Nationale du Parti présente ses plus sincères condoléances à la famille éprouvée et partage avec elle l’immense douleur qui l’étreint en ce mois saint de Ramadan.

Elle regrette que l’absence de dialogue et de responsabilité ait conduit à un tel déferlement de violence allant jusqu’à ôter la vie à un étudiant et à infliger de graves blessures à de nombreux autres. La Direction nationale condamne fermement ce recours à la force meurtrière qui intervient en violation des franchises universitaires, lesquelles, en principe, s’opposent à l’intervention des forces de l’ordre dans des établissements de savoir.

Elle exige des autorités compétentes que toute la lumière soit faite dans les meilleurs délais afin, non seulement de déterminer les circonstances exactes de ce drame, mais aussi d’identifier, de traduire en justice et de punir les auteurs de ces agissements répréhensibles.

En outre, le Ministère de l’Enseignement supérieur est appelé à prendre toutes les mesures idoines afin que de telles tragédies ne se reproduisent plus et que les étudiants puissent jouir de l’exercice de leurs libertés individuelles sans que n’y soit portée une atteinte injustifiée et disproportionnée.

Arraché brutalement et prématurément à l’affection des siens par ceux qui avaient pourtant la responsabilité d’assurer la sauvegarde de son intégrité physique, Amadou Boukariou BALDE, promis à un bel avenir aux dires de son entourage, nourrissait des rêves qui ont été brisés en cette sinistre date du 31 mai 2019.

Puisse son âme reposer en paix dans la terre qui l’a vu naître.

Conakry, le 3 juin 2019

La Direction nationale

Lire

Communiqué : décès de la mère du Général Namory TRAORE, chef d’Etat-Major général des Armées

4 juin 2019 à 14 02 02 06026
Général Namory TRAORE, chef d’Etat-Major général des Armées et sa défunte maman Hadja Nanfadima CAMARA

Le Ministre d’Etat chargé des Affaires Présidentielles, ministre de la Défense nationale a le regret d’annoncer le décès de Hadja Nanfadima CAMARA, mère du Général de Corps d’Armée Namory TRAORE, chef d’Etat-Major général des Armées

Décès survenu le mardi 04 juin 2019 à Kouroussa.

En cette douloureuse circonstance, le ministre d’Etat chargé des Affaires Présidentielles, Ministre de la Défense nationale, au nom de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, chef des Armées, adresse ses condoléances les plus attristées :

A la famille éplorée ;

A Monsieur le Chef d’Etat-Major Général des Armées ;

A l’ensemble des Forces de Défense et de Sécurité.

L’enterrement aura lieu le vendredi 07 juin 2019 à Kouroussa après la prière de 14 heures.

Que l’âme de la défunte repose en paix. AMEN !

Conakry, le 04 juin 2019

Le Ministre d’Etat

Docteur Mohamed DIANE

Lire

Fête de l’Aïd el-Fitr à la présidence : ce qu’ont dit l’imam de Conakry et le président Alpha Condé

4 juin 2019 à 13 01 45 06456

La communauté musulmane de Guinée a célébré ce mardi, 04 mai 2019, l’Aïd-el-fitr. En présidence du président de la République, de plusieurs membres du gouvernement et des hauts cadres de l’administration, l’imam ratib de la grande mosquée Fayçal de Conakry- qui a officié la prière à l’esplanade du Palais présidentiel, Sékhoutouréya- a appelé les guinéens à l’unité nationale afin de continuer l’élan de développement amorcé par le Chef de l’Etat, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

C’est à 9 heures 30 minutes que le Chef de l’Etat a rejoint les fidèles musulmans fortement mobilisés au jardin de la présidence de la République. Le professeur Alpha Condé était entouré du premier imam de la grande mosquée Fayçal, Elhadj Mamadou Saliou Camara, et du Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana.

Après la prière, le chef religieux a alors rejoint le pupitre pour son sermon d’usage. Elhadj Mamadou Saliou Camara s’est d’abord réjoui du taux élevé de musulmans dans notre pays. L’imam a ensuite appelé les Guinéens à l’unité, précisant que « la prière, l’aumône et le pèlerinage sont très difficiles à pratiquer. Vous avez donc accepté de pratiquer le plus difficile, vous avez oublié que vous devez être solidaires, vous avez oublié de vous réconcilier entre vous. Alors que Dieu a dit que personne ne rentrera au paradis s’il n’a pas la foi, s’il n’est pas religieux. Un bon croyant, c’est celui qui aime son prochain comme il s’aime soi-même. Il faut accepter ta communauté, il faut cultiver le vivre ensemble. Un bon musulman, c’est celui qui aime son prochain, qui aide son prochain », a-t-il rappelé.

Abordant le magma politique guinéen, l’imam ratib de Fayçal a invité les acteurs à taire leur divergence, d’accompagner et de soutenir les autorités pour le développement du pays. « Personne ne viendra développer la Guinée à la place des Guinéens. Nous Guinéens, nous devons nous unir, nous devons sortir ensemble et rentrer ensemble. Le président de la République doit traiter les guinéens au même titre d’égalité. Les citoyens doivent aussi respecter le Chef. C’est Dieu qui donne le pouvoir, les citoyens doivent donc respecter celui que Dieu a choisi pour les gouverner. On peut se battre pour avoir tout ; mais, le pouvoir, s’il ne t’est pas destiné, tu ne pourras pas l’avoir. Donc, les politiques (mouvance et opposition), évitez de vous entre-déchirer. Ici, vous vous querellez pour une chose qui est passagère ! Mais, à l’au-delà, les principes de Dieu sont les mêmes, personne ne peut les changer ; ce sont des principes qui sont éternels. Donc, chacun finira par répondre à l’appel de Dieu et répondra de ses actes d’ici-bas ».

Concernant la révélation du président Alpha Condé, qui a surpris tout le monde en annonçant qu’il a été escroqué par un homme d’affaires devant le gouverneur de la BCRG, l’imam s’est attaqué à cet inconnu des Guinéens. « J’ai appris aussi que quelqu’un a escroqué le président de la République. Lui, il s’est lourdement trompé ! Il pense qu’il a gagné ; mais, il a eu tort de le faire. Tu peux voler un homme ordinaire et venir lui avouer que c’est moi qui ai pris ton bien, pardonnes-moi. Mais, le président, le Chef, quand tu le voles, tu auras volé tout le peuple, parce que c’est l’argent du contribuable guinéen que tu auras volé. Et, avec ça, tu ne peux aller vers tous les guinéens individuellement et leur dire que c’est toi qui a pris leur argent », a-t-il fustigé.

Interrogé quelques minutes après le sermon de l’imam, le président de la République, a dit sa tristesse et présenté ses condoléances aux familles de ceux qui ont perdu la vie récemment dans les dernières inondations et au jeune Amadou Boukariou Baldé, tué le vendredi 31 mai à Labé par des agents des forces de l’ordre. « Je pense à ceux qui ont été victimes d’inondations à Bonfi, ceux qui ont été victimes d’inondations à Dabondi. Je pense à l’étudiant qui a été tué à Labé il y a quelques jours. Je prie Dieu qu’IL les accueille dans son paradis. J’ai appris aussi que le Général Namory a perdu sa maman hier, que Dieu l’accueille dans son paradis. A part ces tristes évènements, le mois de Ramadan s’est très bien passé. Je souhaite que tout le monde écoute le sermon de l’imam et qu’on se donne la main, qu’on respecte la loi, qu’on respecte les biens des autres et la vie des autres », a dit le président Alpha Condé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Lutte contre les pharmacies illégales : une brigade MEDICRIME installée à Kankan

4 juin 2019 à 12 12 48 06486

La vente incontrôlée des produis pharmaceutiques a pris une dimension de plus en plus inquiétante dans la commune urbaine de Kankan. C’est pour faire face à cette menace que les autorités préfectorales ont mis en place une brigade spéciale de répression contre la prolifération des pharmacies, la vente illicite des médicaments ou tout autre produit de santé et l’exercice illégal de la profession de pharmacien, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La mise en place de la brigade MEDICRIME de Kankan est une initiative du Ministère de la Santé et celui de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. La démarche vise à lutter contre ce véritable problème de santé publique qu’est la vente illicite de médicaments.

En effet, dans la commune urbaine de Kankan, les pharmacies poussent comme des champignons. Des conteneurs, des épiceries, des kiosques, partout on trouve des produits pharmaceutiques en vente dans la ville. C’est pour nettoyer le secteur et mettre de l’ordre que la brigade dénommée MEDICRIME est mise en place. Elle est composée de 10 agents de police et 10 autres de la gendarmerie.

préfet de Kankan, Aziz Diop
Aziz Diop

Dans la matinée ce lundi, ils ont tenu leur première réunion technique, présidée par le préfet de Kankan, Aziz Diop. Interrogé par notre reporter, monsieur Aziz Diop a fait savoir que « c’est une rencontre technique qui fait suite aux instructions du gouvernement pour que les officines non agrées soient fermées. Donc, il fallait mettre une brigade mixte de répression en place ».

Plus loin, le préfet a expliqué que « les agents de MEDICRIME seront mieux identifiés que les autres agents de la police et de la gendarmerie à travers un badge, une tenue spéciale. Tout ça, c’est pour qu’aucun d’entre eux n’opère seul, et celui qui sera pris en train d’opérer alors qu’il n’est pas de MEDICRIME, sera arrêté ».

Ibrahima Hamidou Touré

Selon Ibrahima Hamidou Touré, commissaire central adjoint de la police urbaine et commandant du MEDICRIME, un plan d’action va être élaboré et soumis à l’approbation du préfet de Kankan. « Le préfet de Kankan vient de nous instruire d’élaborer un plan d’action. C’est le contenu de ce plan d’action qui déterminera la manière dont nous allons mener l’opération. Nous lui avons donné un délai de 3 jours. Je vais me mettre en rapport avec la gendarmerie territoriale, nous allons faire le travail et remettre au préfet pour amendement et validation. Nous n’aurons pas d’inquiétudes par rapport à la fiabilité de ce travail, parce que le critère fondamental, c’est la probité morale. Connaissant nos éléments, connaissant leurs comportements, donc on s’est basé sur ces critères fondamentaux pour porter notre choix sur ces éléments », a-t-il précisé.

A retenir que jusqu’au 20 juin 2019, les agents de MEDICRIME procéderont à l’information et à la sensibilisation des pharmaciens et autres vendeurs de médicaments. La fermeture des pharmacies illégales débutera à partir du 21 juin.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tél : (00224) 627 24 13 24

Lire

Fria : risque de tension ce mardi, jour de l’Aïd El-Fitr

4 juin 2019 à 8 08 45 06456
Mme Gnalen Condé, préfet de Fria

Décriée par certains citoyens de la ville d’alumine de Fria, la préfète, madame Gnalen Condé, fait de nouveau objet de menace en ce mardi, 4 juin 2019, jour de la fête de l’Aïd El-fitr en République de Guinée, a appris un correspondant de Guineematin.com dans la nuit d’hier.

Des femmes et des jeunes ont écrit au sage de la ville (Kountigui) pour transmettre à madame la préfète « qu’elle n’est pas autorisée à mettre pieds au terrain rouge à l’occasion de la prière de l’Aïd El-fitr » et que le Kountigui est tenu témoin de toute révolte qui adviendrait en cas de présence de l’intéressée sur les lieux de prière.

Par ailleurs, deux pickups de maintien d’ordre (un de gendarmes et l’autre de polices) ont été aperçus dans la soirée d’hier, lundi 3 juin 2019, sortir de la ville de Boké. Et, selon une source généralement bien informée, ces pickups ont pour destination la ville de Fria pour renforcer la sécurité autour de la première autorité de cette préfecture.

Quelle décision madame la Préfète et sa hiérarchie prendront face à cette nouvelle menace ?

Attendons de voir !

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire