Hadja Ramatoumaye TOURE
Hadja Ramatoumaye TOURE

Rendre hommage aux femmes dans toute leur diversité telle est l’ambition de l’émission « univers de femmes », une émission de la télévision nationale présentée par la talentueuse et persévérante Hadja Ramatoumaye TOURE, ce, depuis plus d’une décennie maintenant.

Pour parler de sa motivation, son parcours mais également de ses difficultés et perspectives pour le rayonnement de la femme guinéenne à travers cette émission phare de la télévision nationale, nous avons rencontré l’animatrice de la dite émission.

C’est une interview à bâtons rompus que nous vous demandons de suivre.

Bonjour Hadja Ramatoulaye TOURE, comment vous est venue l’idée de créer une telle émission et qu’est-ce qu’on y trouve là-dedans ?

Merci pour cette opportunité, pour vous répondre je dirai que pour moi la femme est une battante, qui mérite d’être soutenue, car on le sait la Guinéenne est très brave et s’investit entièrement pour elle et sa famille. Cette émission est aussi un refuge pour la femme, un tremplin pour toutes ces magnifiques femmes qui passent des journées, des nuits blanches pour nourrir les nombreuses familles à travers le pays. Il vous suffit de sortir à 4 heures du matin à Conakry, pour se rendre compte de la bravoure et de la détermination de la femme guinéenne pour s’occuper de ses proches. Tout cela, ne m’a pas laissé indifférente et c’est pourquoi j’ai acceptée de tout cœur d’animer cette émission, qui est une initiative de la télévision nationale.

Elle est ouverte à tout le monde de préférence les femmes Guinéennes, mais à toutes les femmes du monde, puisqu’il arrive lorsque nous avons des occasions d’aller tourner des émissions à l’extérieur, une manière de montrer ce dont est capable la guinéenne au-delà de nos frontières.

Justement si on vous demandait les difficultés auxquelles sont confrontées les femmes guinéennes ?

Elles sont braves mais qu’à cela ne tienne, les femmes guinéennes souffrent beaucoup. Elles sont victimes d’harcèlement, de viols notamment sur les enfants, ce qui me révolte très sincèrement. Sans occulter la pauvreté, l’analphabétisme, et les maladies comme le VIH SIDA qui se féminisent malheureusement dans notre pays et dans le monde. C’est dire que certes, les autorités font des efforts pour améliorer les conditions de la femme, mais le chemin est encore long. D’où l’importance d’un tel cadre d’échanges, qui vise à informer, sensibiliser et éduquer l’ensemble des acteurs sur la condition de la femme en vue de la changer positivement.

Hadja Rama, tous les ans vous organisez une soirée pour célébrer la femme guinéenne, La onzième édition vient d’être célébrée quelle était sa particularité ?

Comme les précédentes, c’était une belle soirée au GHI Novotel notre partenaire de tous les temps que nous remercions vivement à travers ces lignes. Donc comme je le disais tantôt c’était une belle soirée où les femmes sont venues nombreuses comme par le passé. Elles sont venues de tous les corps d’activités, la santé, l’éducation, l’environnement, les femmes en tenues, de l’administration publique, du secteur privé et de la société civile. La cérémonie était placée sous la présidence de la première dame de la République Hadja Djenne CONDE qui s’est faite représentée par Madame le Ministre en charge de la promotion féminine Hadja Mariama SYLLA.

La Première Dame vous a rendu un grand hommage dit-elle à cause de votre fidélité depuis 8 ans, vous célébrer sous son autorité cette soirée annuelle, dites-nous pourquoi une telle attitude, pourquoi ne pas changer de présidence d’honneur comme le voit souvent ?

(Sourire) Vous savez, j’ai cette qualité ou ce défaut je ne sais pas d’être fidèle, c’est ma nature et mon éducation qui me l’imposent. Et cela la Première dame me l’a bien rendue à l’occasion de la remise des trophées aux femmes qui m’accompagnent depuis toutes ces années. Cette remise je dois le rappeler s’est tenue à la fondation de la première dame et c’était une grande cérémonie, au-delà de mes espérances je dois dire.

On vous reproche souvent de rester à Conakry pour la réalisation des émissions, alors que les vrais problèmes sont vécus à l’intérieur du pays par les femmes qui ne sont pas dans le minimum de conditions comme dans les grandes villes

Vous avez raison, et ce n’est pas un souhait très sincèrement. Si ça ne tenait qu’à moi, je réaliserais presque toutes les émissions dans les préfectures et districts du pays mais on n’a pas ces moyens. Vous êtes avec moi depuis des années vous avez une idée de ce que je supporte comme difficultés financières et comme stress pour tenir le pari de l’organisation de cette émission depuis toutes ces années.

C’est l’occasion pour moi de lancer un appel au Gouvernement, aux bonnes volontés, aux partenaires de nous venir en aide. Si nous avons un véhicule adapté au terrain, ce serait très bien, nous pourrons ainsi aller vers ces femmes, qui, comme vous le dites font beaucoup de choses, qui souffrent aussi pour la recherche du quotidien, mais qu’on ne voit pas souvent.

On va parler environnement à présent dites-nous Hadja Ramatoulaye TOURE ce que les femmes peuvent faire pour protéger notre environnement que tout le monde sait dégradé aujourd’hui ?

Vous avez raison, notre environnement est dégradé et inquiète sincèrement, mais ne soyons pas pessimistes. Je pense qu’il est encore temps de nous sauver avec l’appui des femmes qui peuvent et qui doivent faire quelque chose. Vous savez la femme est un messager, elle est mère, épouse, sœur et amie, donc le baromètre de la société comme disait l’autre. Si la femme s’engage dans la sensibilisation et la prise de conscience, en ce qui concerne la déforestation, l’insalubrité comme c’est le cas actuellement à Conakry, la promotion des énergies renouvelables et vertes, le message passera forcément, et c’est en cela que j’invite toutes les femmes de Guinée, d’Afrique et du monde au devoir crucial de protéger notre environnement, pour nous et pour les générations futures.

On va se quitter au compte de cette interview mais avant dites-nous pour les prochaines années qu’est-ce qui est prévu en terme d’innovations surtout que vous avez le soutien de la première dame de la république

Beaucoup de choses sont prévues, mais vous allez accepter que je ne les dévoile pas ici, vous savez que les gens ne créent pas dans notre pays mais ils sont champions en récupération d’idées, donc que Dieu nous donne longue vie et une parfaite santé, et je puis vous rassurer que les prochaines années seront plus belles, plus ambitieuses et remplies de bonnes choses au bénéfice de la brave femme Guinéenne que je ne cesserai jamais de magnifier à travers ma plume et mon micro.

Merci à vous pour cette opportunité et c’était un plaisir d’échanger avec vous.

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin