Université de N’Zérékoré : des enseignants justifient la nécessité d’une nouvelle Constitution

Après l’institut de Faranah, l’université de N’zérékoré a accueilli des enseignants venus de Conakry, promoteurs d’un débat autour du changement de la Constitution guinéenne. Un important échange à ce sujet a eu lieu ce jeudi, 27 juin 2019, entre les enseignants et les étudiants. La démarche vise à élever le niveau du débat sur cette question qui divise nos compatriotes, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’amphithéâtre de l’université de N’Zérékoré a été pris d’assaut ce jeudi matin pour suivre cette conférence-débat portant sur le changement constitutionnel. Une initiative portée par un groupe d’enseignants de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, composé de Juristes, de Sociologues et de Politologues.

Michel Jeannette Tolno

Selon le conférencier, Michel Jeannette Tolno, « quand on parle de changement constitutionnel, c’est d’abord un débat hautement ou éminemment juridique. Alors, avec les enseignants chercheurs de N’Zérékoré et les étudiants, nous étions venus pour échanger, dans le contexte actuel, est-ce qu’on peut partir pour un changement de Constitution ? Souvent, un problème se pose au niveau de la base légale du changement constitutionnel. Parce que les doctrinaires, certains disent que c’est à la naissance d’un Etat qu’on peut établir une nouvelle constitution, mais pas pendant que l’Etat est déjà là. On ne peut que réviser. Donc, nous étions venus pour dire non seulement la révision est possible, parce que ce n’est pas un texte ou un livre saint. Mais aussi, un changement est possible, lorsque l’actuelle Constitution ne répond plus aux attentes de la population. Et d’ailleurs, nous avons vu avec l’expérimentation, la pratique de cette constitution, on s’est rendu compte qu’il y a des difficultés, des incohérences, des contradictions. Les institutions qui ont été élevées au rang d’institutions républicaines à l’intérieur de la Constitution, il y a une inflation. Le nombre est assez élevé et ce qui donne un coup à notre économie. La perspective, c’est d’aller vers une Constitution dont l’impact sera bénéfique pour notre nation et en matière de développement », a-t-il dit.

Ousmane Wora Diallo, recteur de l'Université de N'Zérékoré
Ousmane Wora Diallo

Le recteur de l’Université de N’Zérékoré, Dr Ousmane Wora Diallo, s’est dit honoré de la tenue de cette conférence mais aussi de l’importance du sujet abordé. « Je suis très honoré de recevoir cette délégation qui parle avec les enseignants et les étudiants sur la Constitution, un sujet majeur, d’actualité pour permettre aux uns et aux autres de comprendre non seulement ce que c’est la constitution, son contenu et ses contradictions afin de se positionner dans le débat pour que la Guinée puisse prendre en compte les opinions de tous ses enfants. Les étudiants et les enseignants sont toujours ensemble, chacun tirera le meilleur des profits de ce débat. Je crois que le débat est ouvert et franc. Donc, chacun a à gagner son compte dedans », a-t-il indiqué.

Fressou Doumbouya
Fressou Doumbouya

Au terme des débats, Fressou Doumbouya, étudiant sortant en licence 3, Mathématiques, dit avoir tiré profit de cette conférence. « Je remercie d’abord le maître conférencier, car il m’a donné beaucoup de notions. Il a enlevé beaucoup de lacunes de ma tête car on dit, une personne mal informée est un danger circulant. Au cours de cette conférence, même si je dois me donner l’audace de défendre ou de ne pas défendre la modification ou la révision de cette constitution, je dois être informé », a-t-il laissé entendre.

De N’Zérékoré, Siba Guilavogui et Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS