Décès de l’artiste Boul Diallo : les témoignages de sa femme, sa mère, ses enfants et ses collègues

Boul Diallo

L’artiste Mohamed Boul Diallo, a tiré sa révérence hier, mardi 30 juillet 2019, à l’hôpital Ignace Deen de Conakry. Ce chanteur, qui a fait parler de lui dans les années 1990, est décédé dans l’anonymat, comme la plupart des artistes et autres sportifs guinéens. Un reporter de Guineematin.com s’est rendu dans la famille mortuaire pour recueillir les témoignages de sa famille biologique et professionnelle.

Ce mardi matin, la tristesse se lisait sur tous les visages des membres de la famille de feu Boul Diallo, au quartier Matoto. Sa famille biologique et ses anciens collègues ont exprimé leur sentiment devant la disparition de l’artiste, arraché à leur affection à 63 ans.

madame Diallo née Kadiatou Oularé
Madame Diallo née Kadiatou Oularé

Sa femme, madame Diallo née Kadiatou Oularé, fortement marquée, a difficilement pu s’exprimer. « Je n’oublierai jamais mon mari. C’est un homme très connu. Il a laissé 8 enfants. J’ai fait avec lui cinq (5) garçons. Et, la première femme a fait avec lui trois (3) enfants. Les souvenirs que je garde de lui, ce sont ces enfants ».

Madame Salamata Bah, mère de Boul Diallo

Pour madame Salamata Bah, mère du défunt artiste, c’est le destin qui fait que son fils a répondu à l’appel de Dieu. « C’est Dieu qui a donné et c’est Lui qui a repris. On ne peut que s’en remettre à Lui. C’est difficile, mais on ne peut rien. C’est le destin de Dieu. Il a mes bénédictions. Il est parti à l’âge de 63 ans. Il n’a pas beaucoup de moyens, mais il maitrise sa famille. Il m’aimait beaucoup. C’est ici qu’il a célébré son mariage et aujourd’hui encore, sa femme est venue ici pour les salutations d’usage. Que Le Tout Puissant Allah lui pardonne », a-t-elle souhaité.

Laouratou Diallo, la fille aînée du défunt,
Laouratou Diallo, la fille aînée de feu Boul Diallo

Pour sa part, Laouratou Diallo, la fille aînée du défunt, âgée de 20 ans, dit qu’elle ne va jamais oublier son père. « Tous les jours, mon père vient chez nous en souriant. S’il ne me voit pas, son cœur n’est pas tranquille. Il m’aimait beaucoup. Maintenant, je ne le verrai plus. Je n’oublierai jamais mon père ».

Fatoumata Yarie Diallo, une des filles du défunt,
Fatoumata Yarie Diallo, une des filles de feu Boul Diallo

De son côté, Fatoumata Yarie Diallo, une des filles du défunt, affirme que son père a tout fait pour satisfaire la famille. « J’ai beaucoup de souvenirs de mon père. Il m’appelle très souvent pour me dire Néné Molou, j’ai besoin de ton argent. C’est de ton argent seulement que je veux aujourd’hui. Cet appel là va me manquer beaucoup. Notre père s’est beaucoup battu pour nous. C’est à cause de lui que j’ai décidé de partir loin pour aller chercher et venir l’aider un jour. Mais, Dieu n’a pas voulu », regrette la demoiselle, très affligée.

Mohamed Camara, dit Gasparri
Mohamed Camara, dit Gasparri, compagnon de feu Boul Diallo

L’artiste Mohamed Camara, dit Gasparri, un des compagnons du défunt, dit avoir perdu un ami de longue date. « Ça fait plus de 30 ans que j’ai tissé des relations avec lui. Depuis, on a entretenu de très bonnes relations. Et, c’est sont ces relations qui ont continué jusqu’à sa mort aujourd’hui. Je prie Dieu qu’il l’accueille dans son paradis éternel. Mohamed Boul Diallo était sans problèmes ».

guitariste, Aboubacar Camara, Djomel,
Aboubacar Camara, dit Djomel,

Pour son ancien guitariste, Aboubacar Camara, dit Djomel, Boul Diallo et lui avaient tout en partage. « Je suis un de ses guitaristes. J’ai joué avec lui un peu partout en Guinée. Il m’a envoyé une fois à Pita. Nous sommes allés à Gongoré, à Timbi Madina, à Ningélandé et un peu partout. Je ne me suis jamais séparé de lui. On s’appelait souvent. C’était un ami. On passait la nuit ensemble depuis la jeunesse. C’est la mort qui nous a séparés. Les meilleurs souvenirs que je garde de lui, c’est lorsqu’il a été invité au Gabon pour représenter la musique guinéenne. Moi, je ne pouvais pas partir. Il est allé. Je l’ai accompagné ce jour à l’aéroport. Air Afrique n’était pas venu. Il a pris Air Ivoire. A son retour, il m’a dit qu’il regrette pourquoi on n’a pas pu aller ensemble. Mais, je vous dis qu’on mangeait ensemble, on sortait ensemble, on ne se séparait pas. Moi, je l’appelais le Julio de la Guinée. Ça, c’est quelqu’un que je ne vais jamais oublier », a fait savoir Djomel.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com
Tel: 620 589 527 /654 416 922

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS