Le mauvais état des routes guinéennes préoccupe plus d’un et les voix continuent de se faire entendre pour dénoncer l’incapacité du gouvernement à faire face à ce calvaire. A l’Union des Forces Républicaines (UFR) on n’y va pas du dos de la cuillère pour dénoncer cette dure réalité qui pénalise aujourd’hui de nombreux compatriotes. A l’occasion de l’assemblée générale de ce samedi, 24 août 2019, Saïkou Yaya Barry a cloué au pilori les tenants du pouvoir, incapables de sortir le pays de l’ornière, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Saikou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR

A l’entame de ses propos, Saikou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR, a dénoncé le mauvais état des routes ainsi que les promoteurs du 3ème mandat. « Quiconque fait aujourd’hui Coyah-Kindia, Forécariah-Coyah, Gueckédou-Macenta-N’zérékoré, revient ici pour défendre le 3ème mandat, c’est qu’il est idiot, cupide et cynique. L’Etat est incapable de refaire les routes, même devant la Présidence et la Primature… ça on ne peut pas les laisser faire. C’est une question de survie », a fait savoir monsieur Barry.

Par ailleurs, ce responsable de l’UFR a critiqué l’indifférence du président Alpha Condé face à une telle situation. « Le président, il s’en fout de ça. Ce qui l’intéresse, c’est comment monter dans les avions, descendre dans les grands hôtels. Il n’y a pas un président qui a voyagé plus que lui dans ce monde. Si le nombre de billets d’emprunt d’avions était mobilisé, aujourd’hui on aurait eu au moins dix avions », ironise Saikou Yaya Barry.

En outre, le secrétaire exécutif de l’UFR s’en est violemment pris aux « voleurs de la République » qui sont en train de piller les richesses du pays. « Ça ne tolérera pas. Ces gens là seront arrêtés et ligotés ici, leurs biens seront saisis, les guinéens vont vendre ça et ça va profiter aux guinéens parce que c’est de leur argent qu’il s’agit. Pour le moment, ils n’ont qu’à monter et descendre. Mais, je vous le garantis, ils seront arrêtés, ils vont marcher en haillons et avec des tapettes (repose pied) dans ce pays », a-t-il promis.

Parlant du partage des places réservées à l’opposition dans les démembrements de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Saikou Yaya Barry a apporté des précisions. « La loi est contraignante, elle a des handicaps qui peuvent atteindre certaines personnes, parce qu’elle ne peut pas satisfaire tout le monde. Mais, nous avons voulu que la loi puisse satisfaire le maximum de personnes. C’est dans ce cadre que nous sommes rentrés dans la négociation. Il revient aux partis politiques qui en ont suffisamment de rediscuter en tenant compte de l’article 8 pour permettre à d’autres partis d’avoir des démembrements à la CENI. C’est ce que propose l’UFR et c’est la logique même qui voudrait ça. J’ai entendu beaucoup dire qu’ils ont été biaisés ou mis à côté. Non. On a tenu des réunions, notamment avec le Bloc Liberal(BL) et le Bloc de l’Opposition Constructive (BOC) et la procédure de calcul a été acceptée par tous les techniciens qui étaient là ».

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin