Lansana Bissiry Camara, artiste-décorateur

La jeunesse guinéenne, confrontée au chômage ambiant, ne baisse pas les bras et se bat contre vents et marrées pour se tirer d’affaire. Nombre d’entre eux font souvent preuve d’ingéniosité pour émerger du lot dans une conjoncture pour le moins compliquée. C’est le cas du jeune Lansana Bissiry Camara, diplômé en Histoire de l’université de Sonfonia, reconverti en artiste-décorateur qu’un reporter de Guineematin.com a rencontré cette semaine.

Lansana Bissiry Camara a désormais comme quartier général le marché de Gbessia, dans la commune de Matam. Aujourd’hui, le jeune homme est convoité par de nombreux citoyens qui sollicitent ses services dans la décoration et la confection d’objets divers.

Selon lui, c’est très tôt qu’il a été attiré par tout ce qui est lié à l’esthétique. Ayant fini ses études, Lansana Bissiry Camara n’a pas trouvé bon d’attendre un hypothétique employeur. Les cérémonies de mariage sont des occasions pour lui de montrer son talent par la décoration des calebasses.

« J’ai oublié l’idée d’attendre à être employé par un chef d’entreprise. J’ai choisi mes propres idées pour être admiré par la population. Je confectionne des cadeaux avec la colle, des petits cartons et de l’argent, c’est-à-dire les nouveaux billets. Par exemple, dans la culture Peulh, lors de la célébration des cérémonies du mariage, je fais la décoration avec la calebasse et la couverture foutanienne. Et lorsque quelqu’un revient de la Mecque, je confectionne le cadeau sous forme de la mosquée. Dans la culture Soussou, après l’excision d’une jeune fille, il y a une coutume, on organise une cérémonie du nom de GAIMAFINDI. Là aussi, on confectionne un cadeau sous forme de chapeau et un pagne », a expliqué notre interlocuteur.

Pour ce qui est du prix de ses œuvres, le jeune Camara dit qu’il y en a pour toutes les bourses. « Lorsque le client vient, on discute en fonction du nombre de billets de banques, la somme et le modèle qu’il veut confectionner car il vient avec ses propres billets. Si par exemple tu veux faire la décoration avec une somme de 200 mille FG sous la forme d’une mosquée, je fais le travail à 100 mille FG. Si c’est la forme maison, je fais la décoration à 80 mille FG. Si c’est la forme chapeau, je le fais à 80 mille F », a-t-il expliqué.

En plus de la décoration, Lansana Bissiry Camara est un coiffeur. Il fait des rastas aussi bien pour les filles que pour les garçons. Il aspire également à faire de la musique.

Enfin, le jeune décorateur lance un appel aux jeunes guinéens, en leur demandant de se battre et de ne pas attendre à la maison pour dire qu’il n’y a pas d’emploi.

Aissatou Sow pour Guineematin.com

Tél. : 628 50 73 80

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin