L’audit du fichier électoral et le choix de l’opérateur technique Innovatrics par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) préoccupent l’Union des Forces Républicaines. Le parti dirigé par Sidya Touré redoute des élections précipitées et truquées en faveur du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel. L’annonce en a été faite ce samedi 14 septembre 2019 à l’occasion de l’assemblée générale de l’UFR, présidée par Bakary Goyo Zoumanigui, entouré de certains membres du bureau exécutif du parti, en présence de nombreux militants, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’Union des Forces Républicaines se dit étonnée du choix de la Société Innovatrics par la CENI alors qu’il y a un appel d’offres qui a été lancé dans ce sens. Selon le vice-président du parti, Elhadj Ibrahima Bangoura, « nous sommes surpris qu’Innovatrics ait été choisi alors que l’appel d’offres pour le choix des sociétés qui doivent fournir le logiciel n’a pas encore été dépouillé. Mais, ce qui est encore plus inquiétant, c’est que le communiqué de la CENI dit que ce choix-là va être accompagné par le choix d’un opérateur local qu’Innovatrics lui-même va choisir. Nous savons que c’est Innovatrics qui avait fait le logiciel qui a introduit dans notre fichier les 1million 574 mille électeurs fictifs. C’est ça l’inquiétude que nous avons »a annoncé honorable Ibrahima Bangoura. Le communiqué de la CENI dit aussi que les 1 million 574 mille électeurs fictifs dont-t-il s’agit, qu’il n’y a que des erreurs matérielles concernant les noms, c’est-à-dire les données alphanumériques et les données biométriques. Or, s’il y a altération des données alphanumériques d’un électeur, cela veut dire que cet électeur-là n’existe pas. Mais, si on le maintient, il est appelé électeur fictif. S’il y a aussi altération des données biométriques d’un électeur, c’est la même qualification qu’on lui donne, parce que non seulement son image est floue, mais aussi les empreintes ne sont pas tout à fait exactes », dénonce-t-il.

Par ailleurs, le vice-président de l’UFR se dit inquiet de l’annonce d’une tenue des législatives avant la fin de l’année 2019. « Nous savons que lorsqu’il y a eu la retraite de Kindia, on nous avait dit que le chronogramme allait se faire sur 235 jours. Et qu’à la suite de cela, on allait avoir des élections. Ça avait eu lieu au mois de mai. Aujourd’hui, nous sommes au mois de septembre, on nous demande de faire des élections à la fin de l’année. Ces élections qui vont être faites à la fin de l’année, est-ce que le chronogramme qui a été donné à Kindia est en rapport avec ce programme surtout qu’à cette époque, ils nous disaient que c’était un chronogramme qui était compressé ? Donc là, nous craignons que la précipitation qui est en cours ne soit téléguidée. Cela voudrait dire que la CENI qui est là, il y a un autre chronogramme qu’on nous cache. Mais le vrai chronogramme, eux ils l’ont. Et nous, le chronogramme qui va être donné, nous ne l’accepteront pas parce qu’il ne permettra pas de faire l’audit du fichier comme on l’a recommandé…Donc, nous n’accepteront pas qu’on nous fasse des élections bâclées qui vont conduire le pays devant les situations qu’on ne contrôlera pas », a-t-il martelé.

Dans la même lancée, l’ex ministre de l’élevage, Mohamed Tall, dira que le président de la CENI, maitre Amadou Salifou Kébé, est devenu un acteur politique. « Ce n’est plus un président d’une institution technique. Il est aux ordres du président Alpha Condé. Je mets au défi la CENI de nous donner les statuts de cette société là. Cette société Innovatrics, c’est une coquille vide qui n’a pas de compétence, qui n’a pas de personnel. Pour me démentir, je mets au défi la CENI de nous sortir les statuts de cette société », a-t-il lancé

Pour Mohamed Tall, le seul souci du président Alpha Condé, c’est d’obtenir le 3ème mandat. « Aujourd’hui, le souci du président Alpha, ce n’est pas de doter le pays d’une Assemblée Nationale. C’est d’avoir une Assemblée à sa solde où il aura au moins les 2/3. C’est de ça qu’il s’agit et tout est mis en place pour ça. Il y a des gens qui se baladent un peu partout, avec des fiches pour recenser soi-disant les gens, ce sont des gens qui sont en mission du président Alpha Condé. Leur objectif c’est de recenser les gens pour les faire voter en faveur du RPG », a laissé entendre Mohamed aux militants massivement mobilisés.

De son côté, Bakary Goyo Zoumanigui est revenu sur le passage du premier ministre à l’Assemblée Nationale dans le cadre des consultations. « Après cette consultation avec les députés de la mouvance, les députés de l’opposition ont aussitôt organisé un point de presse pour dire qu’ils ne sont pas d’accord avec les déclarations du président de l’Assemblée Nationale, ils ne sont pas d’accord pour toutes tentative qui changerai la constitution actuellement. Alors, nous avons dit que le président de l’Assemblée a parlé à son nom propre et non à celui des députés », a-t-il précisé.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin