La manifestation du FNDC, organisée ce lundi 14 octobre 2019 pour barrer le projet de nouvelle constitution, a entrainé la paralysie des activités tant à Conakry qu’à l’intérieur de la Guinée. Dans la ville de Kindia, le secteur des transports a été sérieusement perturbé au grand dam des responsables syndicaux de la cité des agrumes, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La ville de Kindia a été paralysée par l’appel à manifester du FNDC. Le secteur des transports n’aura pas été épargné par cette situation.

Selon Mohamed Aliou Sy, secrétaire général adjoint du syndicat des transporteurs et mécanique général de Kindia, il y a un manque total de voyageurs. « Nous sommes à la gare routière, nos bureaux sont ouverts, mais l’inquiétude qui nous tracasse depuis le matin, c’est le manque de passagers. Les gens ont peur de venir parce qu’ils se disent qu’il y a la pagaille à Conakry. Nous ici, il n’y a pas de pagaille car la loi est respectée. Nos chefs nous on dit de ne pas bloquer le transport. Les véhicules sont là, mais il n’y a pas de passagers. Il y a un manque total de voyageurs », a-t-il indiqué.

Pour Sékou Camara, alias Tosi, les usagers de la route ont peur de tomber sur des manifestants en furie à Conakry ou sur la route nationale Kindia-Conakry. « Nous sommes prêts à partir à Conakry si les passagers viennent. Mais on nous apprend que ça ne va pas là-bas. Donc, on a peur des actes de vandalisme qui se produisent là-bas ou en cours de route. Car, si on brise un véhicule, personne ne payera pour nous les chauffeurs».

Pour le moment, la situation reste calme car les leaders du FNDC de Kindia, qui avaient promis de se faire entendre ce lundi, sont toujours invisibles.

Depuis Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin