Cellou Dalein à Alpha Condé : « j’espère qu’il va tirer toutes les conséquences »

24 octobre 2019 à 23 11 20 102010

Le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) a organisé une marche dite d’historique ce jeudi, 24 octobre 2019 à Conakry. Partis du rond-point de la Tannerie à l’esplanade du stade du 28 septembre via Kondébounyi, les principaux leaders politiques sociaux ont tenu des discours caustiques à l’endroit du pouvoir en place à Conakry. Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, n’a pas mâché ses mots à l’encontre du régime Alpha Condé, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cellou Dalein Diallo, après avoir félicité les citoyens pour la forte mobilisation, a laissé entendre que la marche de ce jeudi est « la marche funèbre » contre le 3ème mandat. « Vous avez fait preuve de courage. Malgré la fatigue, entrainée par la longueur de la marche mais aussi par la déshydratation qui l’accompagne, vous avez effectué la marche dans l’enthousiasme, parce que vous étiez conscient que vous étiez en train de défendre la Guinée. Félicitation, jeunes de Guinée. Vous savez, la marche que nous étions en train d’effectuer, c’est la marche funèbre du 3ème mandat. Le 3ème mandat doit être enterré à la terrasse du stade du 28 septembre. Mais, nous attendons le père du 3ème mandat. Comme il n’est pas là, on ne peut pas enterrer son fils à son absence. Nous sommes respectueux de nos traditions. Le cadavre est là, nous attendons le père pour procéder à l’enterrement définitif du 3ème mandat ; mais, il est déjà mort de manière définitive aujourd’hui », a dit avec insistance le président de l’UFDG.

Poursuivant, le chef de file de l’opposition a fait savoir qu’à travers cette marche, le peuple de Guinée vient de délivrer un message important à Alpha Condé. « J’espère qu’il va faire preuve de sagesse, déchiffrer le message et tiré toutes les conséquences. Les conséquences que nous attendons, je le dis calmement mais fermement, c’est de faire un discours public, pour renoncer de manière solennellement et irrévocable à son projet de 3ème mandat que nous avons enterré aujourd’hui. Il n’a qu’à faire le deuil du 3ème mandat et l’enterrer le jour où il aura le courage et la sagesse de prononcer ce discours funèbre… »

En outre, Cellou Dalein Diallo a invité le peuple de Guinée à rester mobiliser. Selon lui, « Alpha Condé a toujours tendance à accuser le FNDC de vouloir le renverser. Qu’est-ce qui pouvait résister à cette marée humaine ? Quel est le PA (Point d’Appui), quel est le bataillon de gendarmerie qui pouvait résister à cette marée humaine ? Si notre intention était de prendre le pouvoir, est-ce qu’on ne l’aurait pas pris ? Nous sommes des républicains, nous voulons qu’il renonce à son projet et qu’il fasse organiser des élections libres et transparentes pour vous permettre de choisir votre prochain président dans la transparence. Voilà, nous ne voulons pas faire un coup d’Etat comme ses barrons essaient de la démontrer. Ils sont en train de monter des complots pour dire que le FNDC, que Sanoh voulait le renverser. Ce n’est pas notre intention… Nous prenons à témoin la communauté internationale, notre intention n’était pas de renverser Alpha Condé sinon aujourd’hui on aurait continué sur Sékhoutouréyah. Ce n’est pas Balla Samoura et ses gendarmes qui auraient pu nous arrêter ou Bafoé. Non, ce n’est pas notre objectif. Ils auraient peut-être tué 10 ou 100, mais ils n’auraient jamais pu tuer tout ce peuple », a-t-il affirmé.

Enfin, Cellou Dalein Diallo a expliqué que l’ambition du FNDC, « c’est de bâtir une démocratie apaisée, respectueuse des règles et des principes d’un Etat de droit, réconcilier les Guinéens autour des valeurs essentielles. Cela, pour que notre pays puisse jouir pleinement du potentiel économique notamment minier et énergétique que la providence a donné à notre peuple. Aujourd’hui, le clan de Alpha Condé qui le pousse à continuer pour un 3ème mandat, ils sont engagés dans une course effrénée d’enrichissement au détriment du peuple, alors que beaucoup d’entre vous et ailleurs n’arrivent pas à avoir deux repas par jour ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Sidya Touré tire à boulets rouges sur le pouvoir : « nous avons à faire à un régime malhonnête »

24 octobre 2019 à 23 11 13 101310

Les opposants au projet de changement de la constitution guinéenne, réunis au sein du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), ont battu le pavé ce jeudi, 24 octobre 2019, à Conakry. La marche s’est déroulée de la Tannerie au stade de Dixinn où des discours très toxiques ont été tenus contre le régime du président Alpha Condé, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son discours, Sidya Touré, président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), a dénoncé les arrestations et la détention des leaders du FNDC par le pouvoir de Conakry. Il a dit avec insistance qu’avec la mobilisation de ce jeudi, Alpha Condé doit comprendre que son projet de nouvelle constitution ne marchera pas. « Vous savez que ça fait six ans que vous ne m’avez pas vu en train de manifester à Conakry. Aujourd’hui, je suis sorti parce qu’il s’agit de notre avenir. Je suis sorti parce qu’il s’agit de l’avenir de la Guinée. Nous avons confié la responsabilité de ce front à des jeunes gens qui sont devenus aujourd’hui des prisonniers politiques : que ce soit Sanoh, que ce soit Koundouno, que ce soit Kamano, que ce soit Bill de Sam, Badra Koné et tous ces gens. Nous avons à faire à un régime malhonnête. Pour faire croire que les gens sortent ici et qu’ils ne sortent pas par-là, à partir de samedi (12 octobre 2019), tous les responsables de la jeunesse de l’UFR de Matoto, Matam et Kaloum ont été interpellés. Mais, ça n’a pas empêché les gens de sortir le lundi. Ce qui est en cause, c’est votre avenir ; ce qui est en cause, c’est l’indépendance de ce pays ; ce qui est en cause, c’est la volonté de mettre en place une présidence à vie. Ça ne marchera pas ! Amoulanfé ! Alors, je dirais, continuez à être mobilisés ».

En outre, Sidya Touré a fait savoir qu’il a participé à plusieurs manifestations de rue depuis qu’il est opposant. Mais, il n’a jamais vu une mobilisation comme celle d’aujourd’hui. « Depuis 2001, je marche en Guinée. Ce que j’ai vu aujourd’hui, nous n’avons jamais fait ça. Parce que tout le monde s’est senti concerné. Ce n’est pas les partis politiques, c’est le FNDC. Vive le FNDC. Amoulanfé », a martelé monsieur Touré.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Guinée : Appel à la paix de la Première Dame, Djènè CONDÉ

24 octobre 2019 à 22 10 58 105810
Hadja Djéné Kaba Condé, Première Dame de la République

La Guinée d’abord !

Depuis plus d’une semaine, la situation socio-politique reste crispée dans le pays suite aux différentes manifestations. Une situation inquiétante pour tous y compris la Première Dame de la République, Djènè CONDÉ.

C’est pourquoi, madame la Première Dame, dans son rôle de mère de la nation, soucieuse d’une paix durable, de la cohésion sociale, de l’entente entre les guinéens où qu’ils se trouvent et de quelques bords qu’ils soient, lance un appel solennel aux filles et fils de Guinée à cultiver la paix et à ne pas oublier nos valeurs séculaires à caractère naturel.

Pour la Première Dame, comme l’indique son crédo, la paix est une valeur inestimable pour le bonheur d’une nation. C’est pourquoi, elle ne cesse de se battre en initiant des activités allant dans le sens de la préservation de la paix et de la quiétude sociale.

« Je prends souvent les devants lorsqu’il s’agit de la préservation de la paix, à travers des activités que j’organise à l’intention des femmes, entre autres :

  • « Femme et Paix »
  • « Femme de Guinée, la Paix est entre nos mains »
    Et récemment, les cérémonies de prière de toutes confessions religieuses comprises en faveurs de la paix.
    Pour ne citer que celles-ci …

Pour terminer, je demande humblement aux femmes de Guinée de bien vouloir se joindre à moi afin de relayer ces messages de paix et de quiétude pour que notre pays maintienne sa position d’havre de paix dans la sous-région »

Vive les femmes de Guinée,
Vive la Jeunesse
Vive la Paix
La Guinée d’abord !

Transmis par le service de relations extérieures et de communication de la Fondation PROSMI

Lire

Me Kabélé : « une présidence à vie en Guinée, c’est terminé »

24 octobre 2019 à 22 10 43 104310

Au terme d’une marche qui a connu une impressionnante mobilisation des citoyens et qui s’est déroulée sans incident, les leaders du FNDC se sont exprimés ce jeudi, 24 octobre 2019, à l’occasion d’un meeting organisé sur l’esplanade du stade du 28 septembre de Conakry. A tour de rôle, ils ont salué la réussite de cette manifestation et réitéré leur opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Dans son discours, maître Abdoul Kabélé Camara, le président du RGD, a rappelé le sens de cette mobilisation. « Nous voulons l’alternance démocratique en Guinée. Nous voulons que la démocratie soit désormais consolidée en Guinée. Nous ne voulons pas d’un troisième mandat. Une présidence à vie en Guinée, c’est terminé. Nous disons merci aux femmes qui ont marché hier. Vive la démocratie, vive la jeunesse et vive les femmes », a dit l’ancien ministre d’Alpha Condé, devenu opposant.

L’avocat ajoute que ce combat vise aussi la libération de toutes les personnes incarcérées illégalement par le pouvoir de Conakry. « Jeunesse de Guinée, vous êtes mobilisés pour la bonne cause. Demandons la libération de tous les prisonniers politiques : qu’ils soient militaires, des forces de sécurité ou civils. Sanoh et tous les membres du FNDC y compris B52 de Kaloum doivent être libérés », a lancé le président du RGD.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 00224623532504

Lire

Chérif Abdallah à la marche du FNDC : « nous exigeons deux mandats, pas plus ! »

24 octobre 2019 à 22 10 29 102910

La puissante marche pacifique organisée ce jeudi, 24 octobre 2019, par le Front National pour la Défense de la Constitution à Conakry, a connu la participation de plusieurs couches socioprofessionnelles. Parmi les acteurs présents dans la rue pour exprimer leur opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé et exiger la libération des leaders du FNDC incarcérés, figurent des opérateurs économiques. Les commerçants étaient représentés notamment par Chérif Mohamed Abdallah, le président du Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA), a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Prenant la parole sur l’esplanade du stade du 28 septembre où s’est tenu le meeting ayant sanctionné cette manifestation, l’opérateur économique a livré le message de sa corporation à l’endroit du pouvoir. « Nous exigeons deux mandats, pas plus, la bonne gouvernance, la démocratie, la sécurité des biens et des personnes, la sécurité des opérateurs économiques et de tous les investisseurs. Nous ne voulons pas d’un changement constitutionnel, nous ne voulons pas d’un troisième mandat, nous voulons la démocratie et la bonne gouvernance dans le pays.

Nous voulons que monsieur Sanoh (le coordinateur national du FNDC, ndlr) et tous les autres soient libérés. Nous voulons la justice dans ce pays. Nous voulons le respect des droits de l’Homme. Nous voulons qu’on respecte les opérateurs économiques dans ce pays. Nous voulons qu’on protège les opérateurs économiques dans ce pays. Et si on touche à un seul opérateur économique, nous demandons au peuple de nous aider à intervenir », a lancé le président du GOHA.

Propos recueillis et décryptés par Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 00224623532504

Lire

Ousmane Kaba à Alpha Condé : « celui qui veut d’un 3ème mandat n’a qu’à aller ailleurs »

24 octobre 2019 à 22 10 17 101710

A l’occasion du meeting ayant sanctionné la puissante marche pacifique organisée ce jeudi, 24 octobre 2019 à Conakry, l’opposant Dr Ousmane Kaba a adressé un message au président Alpha Condé et à tous ceux qui se battent en faveur d’un troisième mandat pour l’actuel chef de l’Etat guinéen. Le président du PADES leur a laissé entendre que ce projet ne passera pas en Guinée et que ceux qui rêvent d’un troisième mandat devraient quitter ce pays pour aller ailleurs.

« Peuple de Guinée, mon peuple. Voulez-vous d’un troisième mandat ? Voulez-vous d’une présidence à vie ? Dites au monde entier non. Les quatre (4) régions de la Guinée plus la région spéciale de Conakry sont unies comme les cinq (5) doigts de la main pour dire non au troisième mandat. Il faut que je fasse passer ce message : celui qui veut d’un troisième mandat n’a qu’à aller ailleurs, ça ne se passera pas ici », a-t-il dit.

L’ancien ministre de l’Economie et des Finances a appelé aussi les Guinéens à l’unité sans faille. « En Guinée, nous sommes redevables à la jeunesse. Nous vous devons un pays démocratique, un pays dans lequel il fait bon vivre. Nous sommes là pour combattre pour le retour de la démocratie et contre la dictature. Peuple de Guinée, ne soyez jamais divisés, nous sommes un et indivisible, nous sommes un seul peuple. Nous lançons un appel respectueusement au Professeur, Président Alpha Condé, de renoncer à son projet de troisième mandat. Parce que le 3ème mandat, Amoulanfé », a assuré Dr Ousmane Kaba.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 224623532504

Lire

Dr Faya prévient : « nous allons continuer jusqu’à ce que le projet de 3ème mandat soit enterré… »

24 octobre 2019 à 21 09 59 105910

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, les leaders du Front National pour la Défense de la constitution (FNDC), composés d’acteurs de la société civile, d’avocats, de leaders politiques, et de nombreux citoyens anonymes, ont organisé une marche historique ce jeudi, 24 octobre 2019. La démarche visait à protester contre le contesté projet de 3ème mandat pour Alpha Condé. Les leaders politiques et sociaux se sont succédé à la tribune, à l’esplanade du stade de Dixinn, pour réaffirmer leur engagement « à bouter le 3ème mandat hors des frontières nationales », a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans son intervention, Dr Lansana Faya Millimouno, président du Bloc Libéral (BL), a exigé la libération des leaders du FNDC, emprisonnés à Conakry et dans les autres prisons du pays. Il a aussi invité le Chef de l’Etat à renoncer à son projet de 3ème mandat. « Nous devons commencer par demander avec force la libération d’Abdourahmane Sanoh, de Sékou Koundouno, de Ibrahima Diallo, de Elie Kamano et de tous les autres qui sont en prison. S’ils pensent qu’en mettant en prison monsieur Sanoh, Koundouno, Kamano, ils peuvent casser ce mouvement, alors ils n’ont qu’à construire davantage de prisons. Nous sommes des Sanoh, des Koundouno, des Kamano. Nous disons au président Alpha Condé qu’il n’y aura plus jamais un 3ème mandat en Guinée, il n’y en aura pas. On n’a pas besoin de faire venir des marabouts, on n’a pas besoin de faire intervenir des mercenaires. Il n’y aura plus de 3ème mandat en Guinée », a fait savoir le chef de file du BL.

En outre, Dr Faya Millimouno a indiqué que rien ne peut arrêter la volonté du peuple. Et, à travers cette grandiose mobilisation, le peuple a décidé que la constitution en vigueur ne sera pas changée. « Le seul pouvoir, c’est celui du peuple. Vous avez montré aujourd’hui que vous êtes débout. Alors, le peuple de Guinée va se faire respecter ; et, nous allons continuer à marcher jusqu’à ce que les Sanoh, les Koundouno soient libres pour que le projet de 3ème mandat soit enterré définitivement », a-t-il promis.

A noter que cette marche qui a enregistré une grande foule s’est déroulée dans la plus grande discipline. Aucun incident n’a été signalé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Marche contre un 3ème mandat : le discours du coordinateur par intérim du FNDC

24 octobre 2019 à 19 07 26 102610

« Dans sa lutte contre le troisième mandat en Guinée, le FNDC déplore la mort de douze (12) personnes arrachées à l’affection de leurs parents, d’une centaine de blessés dont la plupart sont atteints par des balles des agents de forces de défense et de sécurité. A ceux-là, s’ajoutent plus de 200 personnes arrêtées illégalement », a dénoncé Foniké Mengué, Coordinateur par intérim du FNDC, qui rassure que ces actes ne resteront pas impunis, avant d’appeler les Guinéens à poursuivre la mobilisation contre un 3ème mandat du président Alpha Condé.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité du discours de Foniké Mengué, Coordinateur national par intérim du FNDC, prononcé ce jeudi, 24 octobre 2019, à l’issue de la marche :

Chers Leaders du FNDC
Chers Membres et Sympathisants du FNDC
Chers concitoyens

Aujourd’hui est un grand jour qui sera inscrit en lettre d’or dans les annales de l’histoire de la Guinée.

Vous ne pouvez imaginer toute la fierté que je ressens en m’adressant à vous tous ici présents.

Aussi loin que je porte mon regard, je vois la Guinée dans toute sa diversité sociale.

Cela me donne des raisons de croire que le peuple de Guinée est un peuple qui est certes patient, mais un peuple combattant, guerrier et déterminé à réclamer ses droits lorsqu’ils sont bafoués et ce, quel que soit le prix à payer.

Lorsque nous nous sommes engagés dans ce combat noble pour la défense de la Constitution, je n’avais qu’une seule crainte, celle de me retrouver seul contre ce pouvoir sanguinaire et insensible à la détresse de son peuple.

Aujourd’hui, vous venez de me montrer que la fibre patriotique du glorieux peuple du 28 septembre est plus que jamais vivace en chacun d’entre nous.

Vous êtes les dignes fils des pères fondateurs de cette Nation et de toutes les valeureuses personnes qui ont œuvré pour que la Guinée soit toujours debout et fière.

Peuple fier de Guinée

Il y a tout juste sept (7) mois, précisément le 3 avril 2019, que certains de tes fils ont décidé de se dresser en bouclier contre des velléités, de plus en plus insistantes, de changement de notre Constitution pour empêcher l’alternance démocratique en Guinée.

De l’avis de tous les observateurs, le combat du FNDC semble perdu d’avance, mais c’est sans compter sur le courage, la persévérance et l’abnégation des membres fondateurs de ce mouvement citoyen composé des acteurs convaincus de la société civile, des acteurs politiques déterminés, des syndicalistes irréductibles, des artistes consciencieux, des jeunes et de femmes intègres et de citoyens engagés…

A peine créé, le FNDC a mis en échec tous les plans machiavéliques des promoteurs du troisième mandat. Plus tard, le FNDC a renforcé sa présence sur le terrain en installant des antennes dans toutes les localités du pays.
Pour ceux qui doutent encore, sachez que la force de frappe du FNDC devient plus redoutable chaque jour qui passe, grâce à l’implication individuelle et collective de vous tous ici présent.

Vaillant Peuple de Guinée

Ta mobilisation d’aujourd’hui est un message fort à ceux qui ont sous-estimé ta capacité à être capable de prendre ton destin en main.

Du haut de cette tribune, mes pensées vont à l’endroit de tous mes compagnons de lutte qui ne sont pas là pour apprécier l’expression de l’adhésion du peuple de Guinée au FNDC.

Je vous invite à célébrer nos héros qui sont actuellement en prison afin qu’ils ressentent la vibration de nos cœurs qui battent à l’unisson et la force de nos pensées qui convergent vers eux, en ce moment solennel.

N°1 : Elie ……………………….……. KAMANO (3 fois)
N°2 : Badara ……………………..…. KONE (3 fois)
N°3 : Bill ……………………….……… DE SAM (3 fois)
N°4 : Baïlo ……………………….…… BARRY (3 fois)
N°5 : Ibrahima ………………………. DIALLO (3 fois)
N°6 : Sékou ……………………………. KOUNDOUNO (3 fois)
N°7 : Abdourahamane ……………..SANO (3 fois)

En parcourant les sept noms que je viens de citer, une remarque s’impose : Aucune région de notre pays n’a été épargnée par les arrestations illégales dont ont été victimes nos braves leaders du FNDC.

C’est la preuve exaltante que le FNDC est un mouvement unificateur qui ne peut souffrir d’aucune légitimité.

Dans sa lutte contre le troisième mandat en Guinée, le FNDC déplore la mort de douze (12) personnes arrachées à l’affection de leurs parents, d’une centaine de blessés dont la plupart sont atteints par des balles des agents de forces de défense et de sécurité. A ceux-là, s’ajoutent plus de 200 personnes arrêtés illégalement.

Le FNDC vous garantis que tout cela ne restera pas impunis.

Pour ceux qui pensent éteindre notre mouvement en assassinant ou arrêtant ses leaders, qu’ils sachent que c’est peine perdue.

Le FNDC est un état d’esprit, et on ne saurait arrêter sa marche quelles que soient les intimidations, les arrestations et les répressions aveugles.

La seule personne capable de mettre fin aux actions du FNDC, c’est le Président de la République, à qui il suffit juste de renoncer à son projet de troisième mandat. Faute de quoi, le FNDC va poursuivre de manière intense ses actions de contestation jusqu’à la victoire finale.

C’est dans cet esprit que le FNDC invite tout le Peuple de Guinée à observer des journées villes mortes le lundi et le mardi prochain, pour exiger la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées dans le cadre de notre combat citoyen, notamment nos camarades de lutte qui viennent d’être condamnés arbitrairement.

D’ores et déjà, le FNDC appelle à une grande manifestation le mercredi prochain. Toutes les informations liées à cette manifestation vous seront communiquées d’ici à la fin de la semaine.

Le FNDC vous demande de rester mobiliser pour continuer à maintenir la pression sur ces enfants égarés de de la République et qui veulent nous entraîner vers une destination périlleuse et incertaine.

A tous ceux-là, nous disons : « AMOULANFE »

Vive l’unité et la solidarité entre les guinéens,
Abas le troisième mandat
Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens

Ensemble, Unis et Solidaires, nous vaincrons

Lire

Urgent : le FNDC appelle à de nouvelles manifestations la semaine prochaine

24 octobre 2019 à 18 06 34 103410

Après la réussite de sa manifestation de ce jeudi, 24 octobre 2019, qui a connu une impressionnante mobilisation à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur, le FNDC appelle à de nouveaux mouvements de protestation la semaine prochaine.

Il s’agit de deux journées ville-morte lundi et mardi et d’une marche pacifique le mercredi, a appris Guineematin.com des organisateurs. C’est Oumar Sylla alias Foniké Mengué, le coordinateur national par intérim du FNDC qui l’a annoncé à l’occasion du meeting qui a sanctionné la manifestation de ce jeudi.

« Le FNDC invite tout le peuple de Guinée à observer des journées ville-morte le lundi et le mardi prochains (28 et 29 octobre 2019, ndlr) pour exiger la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées dans le cadre de notre combat citoyen, notamment nos camarades de lutte », a lancé le l’activiste de la société civile.

Le Front National pour la défense de la Constitution entend aussi, à travers ces manifestations, maintenir la pression sur le pouvoir et contraindre le président Alpha Condé à renoncer à son projet de troisième mandat.

A suivre !

Lire

Manifs contre un 3ème mandat en Guinée : pari réussi pour le FNDC-Mamou

24 octobre 2019 à 18 06 20 102010

L’antenne du Front National pour la Défense de la Constitution à Mamou a réussi à relever tous les défis liés à sa manifestation de ce jeudi, 24 octobre 2019. D’abord celui de la mobilisation, mais aussi celui qui consistait à faire en sorte que la marche soit vraiment pacifique.

Selon le constat du correspondant de Guineematin.com dans la ville, les habitants de Mamou ont répondu massivement à l’appel du FNDC. Une immense foule a défilé dans les rues de la ville pour dénoncer le projet de troisième mandat du président Alpha Condé et exiger la libération des leaders du FNDC condamnés par la justice guinéenne et détenus à la maison centrale de Conakry.

Dans les rangs des manifestants, on pouvait entendre des slogans comme « A bas la nouvelle constitution », « Non au 3ème mandat », « Nous sommes fatigués de la corruption, de la division, des détournements, des tueries », « Nous demandons au Professeur Alpha Condé d’aller se reposer »

La marcheurs sont partis du carrefour Labo sur la route commerciale, ils ont traversé le carrefour Luna, la route du Niger, le cinéma Poudrière, le carrefour Bademba pour revenir au carrefour Labo où ils ont tenu un meeting. Prenant la parole, la députée uninominale de Mamou, Djessira Traoré, a salué une mobilisation sans commentaire.

Honorable Djessira Traoré, députée uninominale de Mamou

« Cette manifestation sans commentaire montre combien de fois Mamou, ville mosaïque, s’oppose à la nouvelle Constitution. Ça ne marchera pas, nous demandons au Professeur (Alpha Condé, ndlr) d’aller se reposer honorablement après la fin de son second mandat. Le Professeur tente de dribbler les Guinéens mais qu’il sache que nous sommes aux aguets. Cette marche pacifique très posée n’a enregistré aucun incident. S’ils nous laissent manifester, il n’y aura aucun problème », a dit l’élue de l’UFDG.

Mamadou Aliou Madina Diallo

De son côté, Mamadou Aliou Madina Diallo, le coordinateur régional du FNDC à Mamou, a remercié les citoyens pour leur mobilisation avant d’appeler à la poursuite du combat jusqu’au bout. « Je remercie toutes et tous d’avoir accepté de venir participer à cette manifestation organisée et civilisée. C’est pour dire à ceux qui violentent les manifestants que nous sommes un peuple civilisé, engagé pour le bien-être de chaque guinéen. C’est pourquoi la semaine dernière, on a eu raison sur les forces de défense et de sécurité.

Le gouverneur et le préfet sont venus ici par nomination, mais nous nous sommes des autochtones, ils vont partir en nous laissant ici. Le peuple a le droit de résister face à la répression. Et tant que le Professeur Alpha Condé n’abandonne pas son projet, nous allons continuer ces marches pacifiques. Une fois encore merci à vous. Ne détruisez rien et sauvons nos acquis », a lancé le leader local du Front National pour la Défense de la Constitution.

Après le meeting, les manifestants se sont dispersés dans le calme. Les organisateurs promettent de déposer prochainement un courrier à la mairie pour une nouvelle manifestation dont la date n’est pas encore annoncée.

De Mamou, Boubacar Ramadan Barry pour Guineematin.com

Tel : 625698919/657343939

Lire

Meeting du FNDC à Kindia : faible mobilisation des citoyens

24 octobre 2019 à 17 05 47 104710

Les habitants de Kindia n’ont pas bien répondu à l’appel du FNDC qui a organisé un meeting ce jeudi, 24 octobre 2019, dans la ville. Peu de gens se sont rassemblés à la place des martyrs pour exprimer leur opposition à un troisième mandat pour le président Alpha Condé, rapporte un correspondant de Guineematin.com sur place.

Malgré la faible mobilisation des citoyens, les responsables locaux Front National pour la Défense de la Constitution ont fait passer leurs messages. « Nous sommes là pour un changement dans notre pays. On a perdu nos frères et sœurs dans ça, donc on veut un autre président en 2020. En gros, on dit non au 3ème mandat, non à la nouvelle Constitution. On dit Amoulanfé (ça ne marchera pas), Akhadan Firinma (deux mandats ça suffit)», a déclaré Rabiatou Barry, membre du FNDC-Kindia.

De son côté, Alsény Farinta Camara, le coordinateur régional du FNDC à Kindia, a indiqué que cette manifestation vise aussi à protester contre les leaders du front emprisonnés à Conakry. « Ce meeting est fait aussi pour dénoncer la condamnation de nos héros injustement et illégalement détenus à Conakry et à l’intérieur du pays. Bien que certains ont été libérés, mais nous ne voulons pas d’une justice partisante, une justice partiale. Nous voulons d’une justice équitable à l’égard de tous les Guinéens parce que personnes n’est au-dessus de la loi.

Ceux qui sont condamnés à Conakry sont les prisonniers d’Alpha Condé et nous allons continuer à protester pour qu’ils soient libérés. Et ensuite empêcher Alpha Condé de briguer un troisième mandat en Guinée. Pour qu’il y ait un troisième mandat en Guinée, il va marcher sur nos cadavres, ça ne marchera pas ici. Aujourd’hui, les imposteurs, les trafiquants et ceux qui tuent, ne sont pas inquiétés, c’est les patriotes qui sont toujours inquiétés.

Nous qui défendons la Constitution, qui défendons la patrie, nous sommes inquiétés par la justice guinéenne soutenue par le gouvernement. Ils nous arrêtent, nous maltraitent, nous tabassent et nous emprisonnent. C’est injuste. Nous profitons de ces marches et meetings pour condamner ce genre de choses », a dit le leader du Front National pour la Défense de la Constitution à Kindia.

A noter que ce meeting, organisé en lieu et place de la marche initialement prévue, s’est déroulé sans incident. Et, cette manifestation n’a pas paralysé les activités dans la ville.

De Kindia, Mohamed M’Bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Lire

Sidya Touré admire la foule : « depuis 2001, je n’ai jamais vu une telle mobilisation »

24 octobre 2019 à 17 05 13 101310

La mobilisation humaine lors de la marche de ce jeudi, 24 octobre 2019, fera date dans l’histoire politique de la Guinée. Malgré la corruption, les détournements de conscience et de débat, le pouvoir a été défié par une marée humaine qui a rallié l’Esplanade du stade du 28 septembre, lieu retenu pour le meeting qui a bouclé la marche.

Dans son discours de ce jeudi, le président de l’UFR a commencé par rappeler qu’il s’est engagé en politique en 2001. Et, lorsqu’il a pris la tête de l’UFR (alors dirigé par Goyo Zoumanigui), Sidya Touré s’est engagé du côté de l’opposition. C’est ainsi qu’il a commencé à participer manifestations de l’opposition. Mais, l’ancien Premier ministre a témoigné que la mobilisation d’aujourd’hui dépasse toutes celles qu’il a l’habitude de vivre. C’est pourquoi le patron de l’UFR a rendu hommage au FNDC qui, pour lui, est derrière cette impressionnante mobilisation.

A suivre !

De Dixinn, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Lire

Cellou Dalein au régime Alpha Condé : « si nous voulions d’un coup d’Etat, nous l’aurions fait aujourd’hui »

24 octobre 2019 à 16 04 52 105210

« Si nous voulions faire un coup d’Etat en Guinée, comme aime nous accuser la mouvance présidentielle, nous l’aurions fait aujourd’hui puisque rien ne peut arrêter cette marée humaine », a dit Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est à Dixinn.

Dans sa communication de ce jour, le principal opposant au régime Alpha Condé a notamment expliqué qu’aucune force (gendarmes, policiers ou militaires) ne peut empêcher la foule d’arriver à la présidence de la République pour installer celui qu’elle veut à la tête de l’Etat guinéen, si telle était l’ambition des opposants. Et, Cellou Dalein Diallo d’ajouter que même si on voulait tirer sur la foule pour chercher à l’empêcher d’avancer, les plus cyniques des agents auraient peut-être tué entre dix et cent personnes. Mais, cela n’empêcherait pas la réussite du coup d’Etat puisque le reste de la foule allait continuer, si l’opposition guinéenne voulait prendre la tête du pays par la force.

Après sa démonstration qu’ils ne sont pas animés d’une telle volonté, l’opposant a alors demandé à ses adversaires de la mouvance présidentielle d’arrêter ce genre d’accusations mensongères et inutiles, précisant que les Guinéens ne demandent au régime Alpha Condé que le respect des règles démocratiques sans aucune arrière-pensée anti-démocratique.

Cellou Dalein Diallo a tenu ces propos à l’occasion du meeting géant qui a sanctionné la marche contre un troisième mandat et pour la libération des leaders du FNDC, organisée ce jeudi, 24 octobre 2019, entre la Tannerie et l’Esplanade du stade du 28 septembre.

A rappeler que les responsables du parti présidentiel ont souvent accusé les opposants guinéens de vouloir renverser le régime Alpha Condé par la force. Au-delà même des insinuations, des accusations ont été portées contre des personnalités politiques et sociales chaque fois que le pouvoir a été acculé par des contestations.

A suivre !

De Dixinn, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Lire

Marche contre un 3ème mandat d’Alpha Condé en Guinée : une marée humaine à Conakry (vidéo en direct)

24 octobre 2019 à 16 04 00 100010

C’est une marrée humaine qui a afflué ce jeudi, 24 octobre 2019, à l’Esplanade du stade du 28 septembre, en provenance de la Tannerie (Matoto), l’aéroport, Gbéssia, Hamdallaye, Belle Vue et Dixinn. Unanimement, les manifestants crient : « non à un troisième mandat ! Libérez nos camarades ! Non à la dictature d’Alpha Condé… », excusez du peu…

Main dans la main, les responsables du Front national pour la défense de la Constitution et les principaux leaders des partis d’opposition ont convergé avec l’immense foule de manifestants au lieu du meeting.

En attendant de revenir très largement sur cette marche qui marquera à jamais l’histoire politique guinéenne, Guineematin.com vous propose de suivre, en live, les discours des opposants à un troisième mandat du président Alpha Condé, grâce à nos reporters qui sont sur place.

Ibrahima Sory Diallo, Salimatou Diallo, Mamadou Baïlo Kéita et Mouctar Baldé sont actuellement à Dixinn pour mieux vous informer

Lire

Télimélé : le conseil du FNDC à Alpha Condé…

24 octobre 2019 à 15 03 30 103010

Les citoyens de la commune urbaine de Télimélé ont répondu à l’appel du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) ce jeudi, 24 octobre 2019. C’est une marche qui a été organisée à travers la ville pour exiger du président Alpha Condé le respect de la constitution en vigueur. De nombreux slogans hostiles au 3ème mandat et au projet de nouvelle constitution ont été scandés par les marcheurs, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Les activités ont tourné au ralenti ce jeudi à Télimélé. Boutiques et magasins sont restés fermés, les écoles aussi n’ont pas été épargnées, excepté le collège de Dâra et le lycée Ley-Wendou où les cours ont effectivement lieu.

Même si l’engouement et la mobilisation n’ont pas été semblables à ce qu’on a connu le 14 octobre dernier, les manifestants scandaient des slogans hostiles au pouvoir en place : « On en a marre ! Pas de nouvelle constitution ! Pas de troisième mandat ! Libérez les leaders du FNDC ! »

Boubacar Bah, coordinateur préfectoral de l’antenne locale du FNDC

Les manifestants sont partis de la maison des jeunes pour arriver au carrefour de la station, en passant par le carrefour Nonkohi. C’est d’abord le coordinateur préfectoral de l’antenne locale du FNDC, Boubacar Bah, qui a pris la parole pour expliquer qu’ils iront jusqu’au bout dans ce combat. « Nous demandons au président de la République de renoncer à son projet de nouvelle constitution, nous exigeons la libération des leaders du FNDC condamnés à tort et nous réclamons justice pour toutes les personnes fauchées par les balles des services de sécurité. Nous ne reculerons jamais tant que nous n’obtenons pas gain de cause, car la liberté n’a pas de prix », a martelé monsieur Bah.

Djibril Baldé, chargé de la communication du FNDC à Télimélé

Pour sa part, le chargé de la communication du FNDC n’a pas été tendre avec le système qui gère la Guinée en ce moment. Djibril Baldé a mis l’occasion à profit pour inviter le chef de l’État à prendre courageusement ses responsabilités. « Le combat que nous menons n’est pas seulement l’affaire d’un parti politique, encore moins celle des religieux. C’est le combat de tout citoyen épris de paix et de justice. Nous ne sommes pas contre le pouvoir mais, nous sommes contre son système et sa façon d’agir. Vous avez été un opposant historique, Monsieur le président, rendez le tablier pour que vous soyez un président historique », a laissé entendre Djibril Baldé.

Madame Aissatou Bah, présidente des femmes de l’UFDG

Quant à Madame Aissatou Bah, présidente des femmes de l’UFDG, elle dit que c’est inconcevable que les services de sécurité tirent à bout portant sur des paisibles citoyens sans être inquiété. Elle a aussi demandé au président de la République de céder le fauteuil pour éviter à notre pays une nouvelle effusion de sang. « Imaginez les difficultés qu’une femme éprouve pour donner naissance ! Imaginez les nombreuses difficultés liées au soutien et à l’entretien d’un enfant ! Malgré tout, un beau matin, on abat cet enfant comme un enfant sauvage. Qu’est-ce qui nous reste encore avec ce pouvoir ? », interroge-t-elle.

A noter que la manifestation de ce jeudi s’est terminée dans la sérénité, sans aucun incident.

Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tel: 622525250

Lire

Me Mohamed Traoré à la marche du FNDC : « tous les Guinéens ont le devoir de se mobiliser … »

24 octobre 2019 à 14 02 58 105810

Comme annoncé précédemment, de nombreux guinéens manifestent ce jeudi, 24 octobre 2019, dans plusieurs villes du pays contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé. A Conakry, c’est une foule compacte qui défile pacifiquement à l’occasion de cette marche, la première autorisée par le pouvoir depuis plus d’une année. Parmi les manifestants, on retrouve notamment des avocats de renom, venus exprimer leur opposition au changement de l’actuelle Constitution qui devrait permettre à l’actuel chef de l’Etat guinéen de s’octroyer un troisième mandat. C’est le cas de maître Mohamed Traoré, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, et maître Antoine Pépé Lamah. Interrogés par un reporter de Guineematin.com, ils ont expliqué les motifs de leur présence à cette manifestation.

Décryptage !

Maître Mohamed Traoré : je suis là, parce que la question concernant un projet de changement de Constitution, c’est une question qui intéresse tous les Guinéens. Tous les Guinéens ont le devoir de se mobiliser pour mettre un terme à cette entreprise dont on ne sait où elle pourrait nous mener, si elle était mise en œuvre. Donc je ne pouvais pas en tant que guinéen rester à la maison et ne pas me joindre à ces milliers des guinéens qui vont sortir aujourd’hui pour dire non à un projet de présidence à vie.

Il ne s’agit pas d’un combat dirigé contre quelqu’un, contre une région, contre un parti, contre une ethnie, c’est un combat citoyen, un combat pour l’alternance démocratique. Il n’y a pas de démocratie sans alternance… Je voudrais dire à tous ceux qui veulent rester à la maison que la Guinée ne peut pas changer sans les Guinéens. La Guinée ne peut pas changer sans la participation effective surtout de la jeunesse. Il faut donc que la jeunesse se mobilise pour pouvoir influer sur son destin.

Maître Antoine Pépé Lamah : nous sommes là pour apporter la démonstration qu’en dehors du prétoire, nous sommes aux côtés de FNDC. Nous sommes là pour défendre la République, défendre la Constitution. Nous tenons à la stabilité de la République, nous sommes là pour dire stop à toute velléité de confiscation du pouvoir. Nous sommes là pour dire stop à toute velléité de pérennisation d’une personne à la tête de ce pouvoir. Nul n’est indispensable, la Guinée appartient à plus de 12 millions de personnes. En dehors de notre cher président actuel, il y a d’autres guinéens qui peuvent naturellement assumer cette fonction. Respectons la Constitution, tenons à la République, respectons nos engagements, tenons à la stabilité nationale, tenons à l’unité nationale, tenons à la paix.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Lire

Manifs du FNDC : faible mobilisation à Koubia

24 octobre 2019 à 14 02 40 104010

Contrairement à celle du lundi, 14 octobre dernier, la manifestation du FNDC de ce jeudi, 24 octobre 2019, n’a pas connu un grand engouement. Selon le constat du correspondant de Guineematin.com dans la préfecture, peu de gens ont répondu à l’appel des organisateurs.

C’est la deuxième marche pacifique organisée dans la commune urbaine de Koubia depuis le début des mouvements de protestation enclenchés par le Front National pour la Défense de la Constitution contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé. Mais si la première avait connu une forte mobilisation, tel n’a pas été le cas cette fois.

Mamadou Aliou Dilé Diallo, l’un des organisateurs de cette marche, indique que c’est surtout les femmes qui n’ont pas répondu à leur appel. Il estime que cette faible mobilisation s’explique par le fait que la manifestation coïncide notamment avec marché hebdomadaire de Matakaou qui mobilise du grand monde.

Malgré tout, les manifestants ont défilé pacifiquement de la place de l’indépendance à la gare routière en passant par le marché central de la ville. Ils se sont dispersés peu après midi sans aucun incident.

De Koubia, Mamadou Alpha Diallo pour Guineematin.com

Lire

Marche du FNDC à Conakry : les activités paralysées sur la route le Prince

24 octobre 2019 à 14 02 21 102110

La marche organisée ce jeudi, 24 octobre 2019, par le FNDC, paralyse la capitale guinéenne. C’est notamment le long de la route le Prince, où les activités sont fortement affectées par cette manifestation, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Contrairement à la semaine dernière, la situation est calme ce jeudi sur la route le Prince. En effet, la marche du Front National pour la Défense de la Constitution ne touchera que partiellement cette autoroute. Et la manifestation, qui vise à protester contre le projet de troisième mandat du président Alpha Condé, est autorisée par les autorités de la capitale guinéenne. Elle est encadrée par les forces de l’ordre et se déroule jusque-là pacifiquement.

Mais malgré tout, les activités sont soit à l’arrêt ou alors fortement paralysées le long de la route le Prince, bastion du principal parti d’opposition du pays, connu pour être une zone chaude à l’occasion des manifestations de rue. De Hamdallaye à Sonfonia, la plupart des commerces situés au bord de la route sont fermés, la circulation est beaucoup moins dense que d’habitude et plusieurs autres activités économiques tournent au ralenti. Même certaines écoles situées dans la zone sont affectées.

Dans la matinée, des groupes de jeunes étaient rassemblés à plusieurs endroits, scandant des slogans contre le projet de changement de l’actuelle Constitution qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat, et contre les tueries enregistrées lors des manifestations de l’opposition. Ces jeunes qui étaient regroupés au bord de la route ont, pour la plupart, suivi le cortège de Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne, qui est passé par la zone avant de rallier le point de départ de la manifestation.

En plus des PA installés le long de cette route, des pick-up de policiers et gendarmes sont visibles à tous les carrefours. Pour l’instant, aucun incident n’est signalé dans la zone.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Labé : ambiance au départ de la marche du FNDC dans la ville

24 octobre 2019 à 14 02 15 101510

Comme indiqué dans l’une de nos précédentes dépêches, la manifestation du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) est marquée actuellement par une forte mobilisation populaire dans la commune urbaine de Labé, où, pour le moment, tout se déroule sans incident, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

C’est aux environs de 11 heures que les manifestants de Labé ont démarré la marche au rond-point Hoggo M’Bouro et ont pris la direction du carrefour Saïkou Baldé, dans le quartier Tata I pour continuer vers le marché Daka, carrefour Kansato, carrefour Bilaly, Stade régional, corniche Konkola, le quartier administratif et le carrefour Tinkisso.

Au départ, la foule était encadré par le député uninominal, honorable Mamadou Cellou Baldé qui avait à ses côtés, le vice-maire de la commune urbaine, Mamadou Aliou Sampiring Diallo et les principaux responsables du FNDC dont Al Habib Bah, Oumar Sadio Diallo, Younoussa Baldé ainsi que de plusieurs autres acteurs de la société civile et responsables de l’opposition guinéenne.

Sur le long du parcours, les manifestants scandent des slogans hostiles au président Alpha Condé et à son programme de changement de la constitution guinéenne pouvant ouvrir, pour lui, des brèches en faveur d’un troisième mandat après 2020.

« Amoulanfè », « Ne Touche pas à ma constitution », « Non au 3ème mandat », « Pas de 3ème mandat », « Laatotaako », « Gassata », sont entre autres ce que nous pouvons lire sur les pancartes au milieu des manifestants.

Pendant cette marche pacifique qui fait le tour de la ville, le marché central et les magasins de commerce du centre-ville sont fermés. Mais, le marché des condiments reste ouvert.

Dans le quartier administratif, les services de défense et de sécurité observaient une présence très discrète autour des bâtiments publics, pour ne pas dire qu’ils étaient casernés dans leurs unités respectives.

Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, les manifestants venaient d’arriver au carrefour Tinkisso où les discours vont commencer d’un moment à l’autre.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Lire

Manifs contre un 3ème mandat en Guinée : notre 1ère vidéo

24 octobre 2019 à 13 01 36 103610

Comme indiqué dans nos précédentes dépêches, les opposants guinéens à un troisième mandat du président Alpha Condé sont massivement sortis dans la matinée de ce jeudi, 24 octobre 2019, pour la marche qui était tant attendue.

Dirigée par le coordinateur national par intérim du FNDC, cette marche a enregistré la présence des principaux leaders de l’opposition guinéenne : Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Sidya Touré de l’UFR, Faya Millimono du BL, Me Kabélé Camara du RGD…

Partis du rond point de la Tannerie (commune de Matoto), les manifestants ont déjà quitté l’autoroute Fidel Castro pour la route le Prince qu’ils prendront à partir de Hamdallaye, via l’aéroport Gbéssia. Ils termineront leur démonstration de force d’aujourd’hui à l’Esplanade du stade du 28 septembre, via le rond point de la Belle Vue.

Selon les reporters de Guineematin.com qui sont dans le cortège, tout se passe normalement. Autorisée, la marche bénéficie d’un encadrement des forces de sécurité.

En attendant de revenir sur cette manifestation qui fera date dans l’histoire politique guinéenne, Guineematin.com vous propose, ci-dessous, une vidéo du top départ à la Tannerie :

Lire