La puissante marche pacifique organisée ce jeudi, 24 octobre 2019, par le Front National pour la Défense de la Constitution à Conakry, a connu la participation de plusieurs couches socioprofessionnelles. Parmi les acteurs présents dans la rue pour exprimer leur opposition au projet de troisième mandat du président Alpha Condé et exiger la libération des leaders du FNDC incarcérés, figurent des opérateurs économiques. Les commerçants étaient représentés notamment par Chérif Mohamed Abdallah, le président du Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA), a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Prenant la parole sur l’esplanade du stade du 28 septembre où s’est tenu le meeting ayant sanctionné cette manifestation, l’opérateur économique a livré le message de sa corporation à l’endroit du pouvoir. « Nous exigeons deux mandats, pas plus, la bonne gouvernance, la démocratie, la sécurité des biens et des personnes, la sécurité des opérateurs économiques et de tous les investisseurs. Nous ne voulons pas d’un changement constitutionnel, nous ne voulons pas d’un troisième mandat, nous voulons la démocratie et la bonne gouvernance dans le pays.

Nous voulons que monsieur Sanoh (le coordinateur national du FNDC, ndlr) et tous les autres soient libérés. Nous voulons la justice dans ce pays. Nous voulons le respect des droits de l’Homme. Nous voulons qu’on respecte les opérateurs économiques dans ce pays. Nous voulons qu’on protège les opérateurs économiques dans ce pays. Et si on touche à un seul opérateur économique, nous demandons au peuple de nous aider à intervenir », a lancé le président du GOHA.

Propos recueillis et décryptés par Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 00224623532504

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin