La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a lancé officiellement les opérations d’enrôlement et de révision de la liste électorale hier, jeudi 21 novembre 2019. Dans la commune de Dixinn, les travaux ont commencé avec un certain retard et sans grand engouement au niveau des Commissions Administratives d’Etablissement et de Révision des Listes Électorales (CAERLE) a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La commune de Dixinn compte un peu plus de 100 mille électeurs pour 23 quartiers. L’acheminement des machines de saisie et autres kits, qui a débuté hier mercredi, s’est poursuivi ce jeudi. Ce qui fait que les travaux d’enrôlement et de révision tardent à démarrer jusque-là.

Mamoudou Kaba, membre de la Commission Électorale Communale Indépendante de Dixinn

Au quartier Dixinn port par exemple, les machines sont déjà en place mais les opérateurs de saisie n’étaient pas encore arrivés lors de notre passage à ce bureau. Selon Mamoudou Kaba, membre de la Commission Électorale Communale Indépendante (CECI) de Dixinn et superviseur de Dixinn Port, a fait savoir que c’est les opérateurs de saisie ont un problème. D’où leur absence ce jeudi matin. « Nous sommes là, nous sommes en attente des opérateurs de saisie. Pour le moment, on ne les voit pas. On est à leur attente, dès qu’ils viennent, ça va démarrer. Je ne sais pas ce qui explique ce retard parce que c’est une commission à part. Cependant, j’apprends de sources non officielles que leur société Hermès a un petit problème avec eux et qu’ils attendent que ce problème soit réglé avant de venir », a-t-il laissé entendre.

Conscient du manque d’engouement des citoyens lors de la première étape, monsieur Kaba invite les citoyens, particulièrement ceux de Dixinn Port, à s’intéresser à ces opérations électorales. « C’est une occasion d’assainir le fichier. Depuis 2015, il n’y a pas eu de révision des listes électorales. Les accords du 12 octobre ont stipulé qu’avec ce fichier 2015, on pouvait aller aux élections communales et qu’à partir de là, on devrait revenir pour une révision à titre exceptionnel. C’est ce dont il est question aujourd’hui. Alors, tout le monde doit se recenser, tout le monde doit s’enrôler pour pouvoir voter car personne ne peut voter s’il n’est pas sur une liste électorale », a-t-il conseillé.

Mamadou Boké Barry, président de la CECI de Dixinn

Pour sa part, Mamadou Boké Barry, président de la CECI de Dixinn, a minimisé le retard du démarrage des opérations. « Nous avons un peu de plus de 100 milles électeurs. Les membres des démembrements sont en train d’envoyer le matériel au niveau des sites des CAERLE, c’est ce qui est à la une. Certains ont envoyé le matériel depuis hier. Seulement, on avait 5 machines qui étaient défectueuses. On a cherché à corriger ça. Donc, je ne dirai pas que ça c’est un retard parce qu’il y avait des activités préliminaires qui devaient être déroulées avant que les travaux ne démarrent. Il s’agit des inscriptions, il y a certaines radiations qu’il faut faire. Donc, il faut des étapes à suivre avant les travaux proprement dits. Ce sont des travaux qui n’auront pas d’impact dans les opérations », a-t-il soutenu.

Parlant d’éventuels problèmes qui pourraient se poser dans le déroulement de cette deuxième phase des opérations électorales notamment en ce qui concerne la rémunération des agents de saisie, le président de la CECI de Dixinn a dit que la CENI a déjà réglé ce problème. « La première et la deuxième tranche sont déjà payées. La première tranche, c’était 200 mille ; la deuxième, 300 mille ; la troisième, c’est 200 mille. Mais, ils prévoient d’améliorer cela un peu, faire un plus. Donc en tout, les membres des CAERLE, c’est prévu 700 mille en tout. Mais pour le moment, ils ont reçu 500 mille », a-t-il précisé.

madame Barry Dr M’Bambé Sakho, coordinatrice des opérations électorales à Dixinn

Pour sa part, madame Barry Dr M’Bambé Sakho, coordinatrice des opérations électorales à Dixinn, a assuré que cette deuxième phase des opérations électorales se passera très bien. Elle dit que sa mission consistera à compiler chaque jour la remontée des informations et envoyer à la hiérarchie. « Notre rôle c’est vraiment anticiper tout ce qui peut arriver comme problème. Donc, chercher toujours à trouver un plan B en cas de problème et informer la hiérarchie d’heure en heure. Et pour nous faciliter la tâche, j’ai dit aux 23 coordinateurs de créer des groupes WathsApp et de me mettre dedans. Tout cela, c’est pour aller efficacement », a-t-elle indiqué.

A noter que les opérations d’enrôlement et de révision de la liste électorale vont se poursuivre jusqu’au 16 décembre 2019.

Ibrahima Sory Diallo et Saa Foko Millimouno pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin