Pas de palais de justice à Gaoual : « s’il y a des arrestations, il n’y a pas où juger les gens »

Cela fait 14 ans que la préfecture de Gaoual n’a pas de palais de justice. Le bâtiment qui existait a été détruit lors des violentes manifestations de 2007 ; et depuis, il n’a pas été reconstruit, a appris un envoyé spécial de Guineematin.com dans la préfecture.

A Gaoual, la justice n’existe pas. Ou alors elle n’existe que de nom. Et là, on ne parle pas de l’indépendance des magistrats, qui est souvent remise en cause par certains. Le problème va bien au-delà. Ici, les agents judiciaires mutés par l’Etat n’ont même pas la possibilité de travailler. Car il n’y a pas de palais de justice. Une situation que regrette Dansa Kanté, un citoyen de Gaoual.

Dansa Kanté

« Le palais de justice de Gaoual a été détruit en 2007 (lors de l’insurrection populaire contre le régime du président Lansana Conté, ndlr) par nos propres fils. Ce n’est pas quelqu’un d’autre qui a détruit ça, ce sont des citoyens de Gaoual. Après ça, les audiences se tenaient dans un premier à la maison des jeunes. De là, ils ont déménagé dans le centre de santé. Et aujourd’hui, ils les ont chassés de là-bas encore. Actuellement, s’il y a des interpellations, il n’y a pas où juger les gens », a-t-il déploré.

La récente découverte de l’or à Gaoual, qui a été suivie d’un afflux massif de citoyens venus de toutes les régions du pays, a fait craindre une montée de l’insécurité dans la préfecture. Même si ces mines ont été temporairement fermées et que les chercheurs d’or sont pour la plupart rentrés chez eux, certains habitants de Gaoual estiment que c’est le moment de résoudre ce problème. Reconstruire le palais de justice et le commissariat de la police.

Elhadj Mamadou Saliou Diallo, président du conseil des sages de Gaoual

« Gaoual ne manque seulement que de de palais de justice. Gaoual n’a pas aussi de commissariat de police, ni même de bloc administratif. Donc au nom des sages de Gaoual, au nom de toute la population de Gaoual, je demande au gouvernement de nous aider à réhabiliter le palais de justice de Gaoual, le commissariat de police et le bloc administratif  préfectoral. Le nouveau préfet n’a qu’à mettre ça dans son agenda », sollicite Elhadj Mamadou Saliou Diallo, président du conseil des sages de Gaoual.

De Gaoual, Amadou Lama Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel. 621686148

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS