Les six imams de la commune urbaine de Kankan qui avaient été suspendus (pour incitation à la violence et non-respect de la décision des autorités) viennent d’être rétablis dans leur fonction d’imams. C’est le secrétaire communal des affaires religieuses qui a annoncé la nouvelle dans un entretien accordé au correspondant de Guineematin.com basé à Kankan.

Les autorités religieuses de Kankan avaient pris des mesures contre huit imams de la commune urbaine qu’elles accusaient d’avoir orchestré les manifestations lors de l’interdiction des prières nocturnes dans les mosquées pendant les dix derniers jours du mois de Ramadan. Aujourd’hui, on apprend que 7 des 8 imams sanctionnés bénéficient de la clémence des autorités religieuses.

Elhadj Hassane Kaba, secrétaire communal des affaires religieuses

Selon Elhadj Hassane Kaba, le responsable des affaires religieuses de la commune urbaine de Kankan, plusieurs personnalités comme le gouverneur de Kankan ont plaidé la cause de ces imams. « Ces imams ont été suspendus pour un temps. Mais, comme ils ont reconnu ce qu’ils ont fait, ils ont fait des plaidoiries et beaucoup de personnes sont intervenues, en collaboration avec l’inspection régionale des affaires religieuses et le secrétariat préfectoral des affaires religieuses, nous avons décidé de lever leur sanction. Ces imams ont des rôles à jouer. Et, nous ne devons pas les rejeter ou les mettre à l’écart, ils doivent être réintégrés. Mais, ils ne vont plus reprendre ce qu’ils ont fait, en tous cas ils ont pris cet engagement devant le gouverneur qui s’est personnellement impliqué », a dit Elhadj Hassane Kaba.

Parmi les sept imams qui avaient été suspendus, Oumar Koma, imam au quartier Bordeaux est celui qui a été arrêté et emprisonné quelques jours au commissariat. Il se dit content de la levée de la suspension qui pesait sur eux. Il promet de ne plus s’opposer à une décision des autorités religieuses guinéennes. 

Oumar Koma, imam au quartier Bordeaux

« Dieu merci, vous savez qu’il y a un moment, certains imams dont moi moi-même avaient été sanctionnés. Je faisais partie de ceux qui ont été arrêtés, c’est après ça qu’on a demandé pardon et beaucoup d’autres personnes nous ont soutenus. Si je dis que je ne suis pas content, je vous aurais menti, je remercie les autorités religieuses et le gouverneur de Kankan. Nous n’allons plus nous opposer à une décision des autorités religieuses », a promis Oumar Koma.

A rappeler que les autorités religieuses de Kankan ne sont pas revenues sur leur décision concernant la radiation de l’imam Elhadj Moussa Doumbouya, imam d’une mosquée au quartier Senkèfara.

De Kankan, Abdoulaye N’koya Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin