Dr Abdoulaye Diallo Ballal Koyin, président du Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD)

Que faut-il faire pour réussir le dialogue politique et social en Guinée ? Dr Abdoulaye Diallo, alias Ballal Koïn, président du Mouvement pour la Solidarité et le Développement (MSD), a répondu à cette question au cours d’une conférence de presse animée le samedi, 17 juillet 2021, à Conakry. L’opposant indique qu’il faut tout d’abord dissoudre l’Assemblée nationale, revenir à la constitution de 2010 et libérer tous les prisonniers politiques, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

A l’image de la plupart des partis politiques d’opposition, le Mouvement pour la Solidarité et le Développement (MSD) n’est pas séduit par le cadre de dialogue politique et social, mis en place il y a quelques mois et qui tarde toujours à démarrer. Le président de cette organisation politique trouve en effet qu’il n’y a aucune lisibilité sur cette initiative présidentielle. « On a parlé de dialogue, mais on n’a pas désigné les acteurs. Il n’y a pas d’ordre du jour, il n’y a pas d’objectifs. Donc, c’est un slogan qui ne va aboutir à rien. Alors les gens ne peuvent se lancer dedans comme ça », a déclaré Dr Abdoulaye Diallo, alias Ballal Koïn.

Pour que ce cadre de dialogue puisse réussir, l’opposant estime qu’il y a des préalables à résoudre. « Aujourd’hui, pour qu’on aille à un dialogue inclusif et participatif, il faut dissoudre l’Assemblée nationale, revenir à la constitution de 2010, libérer tous les détenus politiques, dépassionner le débat et dire ce qu’ils (les tenants du pouvoir) veulent. Ils veulent de la réconciliation nationale ? D’accord, qu’ils montrent l’exemple, qu’ils appellent les partis politiques et on se concerte en faisant un bon discours sur le dialogue. On va faire des plénières et des commissions et ça marche », a dit le président du MSD.

Dr Abdoulaye Diallo Ballal Koyin, président du Mouvement pour la solidarité et le développement (MSD)

Par ailleurs, ce mouvement politique a donné sa position par rapport à la reprise prochaine des manifestations de rue, annoncée par l’UFDG (le principal parti d’opposition du pays).  « Nous au MSD, nous disons que comme les responsables de l’UFDG finissent toujours par accepter ce qu’ils ont refusé au début, nous ne sommes pas dans la position d’accepter leurs manifestations. Parce qu’il y a trop de pertes en vie humaine et des dégâts matériels qui résultent de ces manifestations. Donc, ils n’ont qu’à trouver une autre forme de protestation qui ne soit pas des manifestations de rue.

Ils ont assumé ici une fonction sans rang protocolaire, qui est le chef de file de l’opposition. Ils ont participé à une Assemblée nationale la plus médiocre de l’Afrique de l’Ouest. Ils ont toujours accompagné le RPG quand ils étaient à l’Assemblée nationale. Maintenant ils disent qu’ils vont manifester, mais manifester pourquoi ? En tout cas, nous, nous sommes fatigués. Ces gens-là ont manifesté ici depuis 2010, mais leurs manifestations n’ont rien apporté de positif. Donc, ils doivent arrêter », a lancé Dr Abdoulaye Diallo dit Ballal Koïn. 

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com 

Tel: 622919225

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin