La thématique intitulée « les populations locales face à l’exploitation minière » est au cœur d’un séminaire scientifique qui a débuté hier, mardi 26 novembre 2019, à l’université de Kindia. Pendant deux jours, des questions relatives aux effets économiques, environnementaux, socio-culturels et territoriaux récents de l’exploitation minière dans les pays du sud seront débattues par les experts en la matière, venus de plusieurs pays de la sous-région, rapporte un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Cette rencontre de 2 jours est une initiative du Groupement pour l’Etude de la Mondialisation et du Développement (GEMDEV) et le Programme concerté pluri-acteurs de Renforcement des Capacités des Organisations de la Société Civile et de la Jeunesse Guinéenne (PROJEG) avec l’appui d’Aide et Action ainsi que l’université Paris 8.

Dr Daniel Lamah, Recteur de l’université de Kindia

Apres l’ouverture des travaux par le représentant du gouverneur de la région, le recteur de l’université de Kindia, Dr Daniel Lamah, est revenu sur l’intérêt que revêt cette rencontre. « Cette activité s’inscrit bien dans l’un des objectifs de notre institution qui est le partage du savoir scientifique sur des questions qui marquent l’évolution de nos sociétés, notamment les sociétés africaines et leur environnement. Ces sociétés sont de nos jours caractérisées par la recherche du bien-être à travers toutes les activités économiques, même celles qui font plus d’impact négatif que positifs sur le cadre de vie. L’orpaillage est l’une de ces activités qui mobilisent les populations de différentes régions d’Afrique et de la Guinée. On pourrait par exemple s’interroger sur le poids de cette activité dans le développement socioéconomique réel des communautés locales ainsiquesur le type de résilience que ces communautés développent dans la dynamique de telles activités extractives. Je suis convaincu que, par la qualité et la diversité des contributions qui seront présentées par les séminaristes venant d’Europe, d’Amérique, d’Afrique et de Guinée, ces questions et tant d’autres seront muries avec des regards croisés au carrefour de plusieurs disciplines », a-t-il indiqué.

Moctar Diallo, coordinateur national Guinée du PROJEG

Pour sa part, Mouctar Diallo, coordinateur national Guinée du PROJEG a expliqué ce que va apporter la collaboration entre la recherche scientifique et les actions de la société civile. « La Guinée est comme un scandale géologique avec de multiples et diverses ressources que le pays recèle et exploite, comme la bauxite, l’or, le diamant et même le fer. Et c’est toujours important de se poser la question, quel profit les populations tirent de ces ressources où quel est impact l’exploitation de ces ressources ? Je parle en termes d’impacts négatifs de l’exploitation que ces ressources a sur la population. Que la recherche s’empare, permette de créer un pont entre les acteurs dela société civile et les acteurs de la recherche. Parce que les acteurs de la recherche détiennent des méthodes, des outils qui sont objectifs, qui sont scientifiques, donc qui peuvent faire l’objet de contestation, mais qui ont tous les éléments de démontrer la pertinence de leur travail. Et ce travail là, il appartient à la société civile de s’en emparer pour construire son discours, pour construire son plaidoyer, pour sa proposition », a expliqué Mouctar Diallo.

Catherine Choquet, secrétaire générale du GEMDEV

De son côté, Catherine Choquet, secrétaire générale du GEMDEV, a salué les efforts fournis par tous les acteurs. « L’événement qui nous mobilise ce matin est un séminaire scientifique que nous apprécions à sa juste valeur en termes d’intérêt scientifique, d’enjeux socio-économiques, politiques, environnementaux, socioculturels et territoriaux récents de l’exploitation minière dans les pays du sud. C’est de connaître aussi qu’il y a des efforts assez importants qui sont fournis par le pouvoir public et le GEMDEV et d’autres partenaire dans ce cadre », a indiqué madame Catherine Choquet.

De Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin