Faya Mara, sous-préfet de Sanoun

Alors que l’on se félicite de la reprise des cours, au lendemain de la signature du protocole entre le gouvernement et le SLECG, le sous-préfet de Sanoun, dans la préfecture de Labé, veut ramer à contre-courant. Faya Mara menace tout simplement de fermer la seule classe de 10ème année de la localité, à cause du soutien des élèves à la grève de leurs professeurs, rapporte Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les cours ont été interrompus au collège de la commune rurale de Sanoun ce lundi, 14 janvier 2019, par le sous-préfet. Faya Mara accuse les élèves de la classe de 10ème année d’avoir accompagné les enseignants grévistes dans leur manifestation. Ainsi, il ne veut ni plus ni moins que la fermeture de la classe de 10ème année

Siradiou Diallo

Selon Siradiou Diallo, professeur de Mathématiques au collège de Sanoun, « j’étais en situation de classe, lorsque le sous-préfet, accompagné du principal du collège, est venu s’adresser aux élèves. Il leur a dit que, comme ils n’ont pas voulu suivre les cours pendant la grève des enseignants, il va fermer cette classe de 10ème. Il a dit qu’il va mettre un cadenas sur la porte, que les élèves n’ont qu’à aller ailleurs pour poursuivre leurs études. Le principal n’a rien trouvé à redire. C’est surprenant qu’une autorité administrative s’ingère dans les affaires éducatives en lieu et place de la DPE ou de L’IRE. D’ailleurs, je dirais que le sous- préfet agit en complicité avec le principal du collège. Car, pendant la période de grève, c’est le principal lui même qui a pris les dossiers des dix premiers élèves admis pour la 10ème pour d’autres écoles ».

Interrogé sur la question, le sous-préfet se défend en ces termes : « j’ai pensé à cette mesure parce qu’ils ne veulent pas étudier. Malgré les multiples sensibilisations que nous avons menées pendant cette grève, pour que les cours se déroulent normalement, ces élèves de la 10ème, en complicité avec leurs patents, ont refusé sciemment de répondre à notre appel. Aujourd’hui, malgré la suspension de la grève des enseignants, ils ne sont pas plus de 10 élèves sur un total de plus de trente. C’est pour quoi j’ai émis cette idée de fermer cette classe pour la faire remplacer par une deuxième classe de 7ème année. Celle qui existe est déjà pléthorique. Ça nous permettra donc de la décongestionner. Pour le moment, la classe n’est pas fermée, je vais informer ma hiérarchie avant d’agir. Car, laissez-moi vous dire qu’avec cette de 10ème, on risque de n’avoir aucun admis au BEPC », pense Faya Mara.

Pour le moment, il n’y a aucune réaction des autorités en charge de l’éducation au niveau préfectoral et régional.

Depuis Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin