Général de Brigade Toumany Sangaré, Directeur Général des Douanes

Le Directeur Général des Douanes, le Général de brigade Toumany Sangaré poursuit trois journalistes guinéens. Le doyen Elhadj Souleymane Diallo (Administrateur Général et directeur de publication du journal satirique « Le Lynx »), deux autres journalistes (un du Journal Le Lynx et un autre du site d’informations en ligne Guinee360), ainsi que leurs deux médias, sont poursuivis pour diffamation par la direction générale de la Douane et la société minière Bellzone SA.

Hier, mercredi 30 janvier 2019, à l’occasion de la première audience de ce procès, la fixation de la consignation a été fixée à 80 millions de francs guinéens, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au tribunal de première instance de Kaloum.

C’est à 10 heures 30 minutes que le procès s’est ouvert devant le Tribunal de Première Instance de Kaloum. Deux des trois journalistes poursuivis : Souleymane Diallo et Mamadou Adama Diallo étaient présents dans la salle d’audience. Après la présentation des mis en cause, suivie de la lecture des chefs d’accusation, le procureur, Aboubacar Sir Sylla, a demandé à la présidente du tribunal de fixer la caution de procédure à 100 millions de francs guinéens.

Après examen de la demande du procureur, la présidente, Mariama Doumbouya, a finalement fixé la consignation à 80 millions de francs guinéens, avant de renvoyer le dossier au mercredi, 06 février 2019 pour l’ouverture des débats.

Ces journalistes et leurs organes de presse sont poursuivis à la fois par le Directeur Général de la Douane (le Général Toumany Sangaré), la Direction même de la Douane et la société Bellzone Holding S.A. qui les accusent de diffamation.

Le procès fait suite à la publication d’un article de presse faisant état d’une malversation financière mettant en cause le Direction générale de la Douane, le général de brigade, Toumany Sangaré et la société minière Bellzone S.A.

Selon des informations confiées à Guineematin.com, ces journalistes ont mené une investigation suite à des incohérences qu’ils ont constatées dans le rapport ITE de 2014. L’une des incohérences résiderait dans le paiement des pénalités liées aux infractions minières. « C’est la société Bellzone Holding S.A qui était mise en cause sur ce paiement. Effectivement, la société a payé à l’Etat 180 millions de francs, comme c’est indiqué à la ligne 4 de la page 94 du document.

Le problème est que l’Etat n’a pas déclaré avoir reçu cet argent. Les journalistes se sont donc interrogés sur la destination de cet montant déjà payé par la société », explique notre source, qui rappelle que dans le but de recouper l’information avant la publication de l’article, les journalistes avaient adressé des courriers à la Direction nationale de la Douane et au ministère des Mines et de la Géologie, sans obtenir la moindre réponse.

Rappelons que ce procès s’ouvre deux jours seulement après la condamnation par le même tribunal d’un autre journaliste, Mamadou Saliou Diallo, qui était poursuivi par le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Me Cheick Sako, pour diffamation.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin