Alors que les promoteurs d’une nouvelle Constitution qui devrait permettre au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat se font de plus en plus entendre, les opposants à ce projet se mobilisent aussi pour barrer la route à ce projet. C’est le cas des femmes de l’opposition, réunies au sein d’une même structure.

Après avoir adhéré au Front National de Défense de la Constitution (FNDC), les opposantes annoncent la reprise prochaine de leurs manifestations de rue contre le projet de modification constitutionnelle envisagé par le pouvoir.

C’est leur présidente, madame Bah Hadja Maïmouna Diallo, qui l’a annoncé devant des médias dont Guineematin.com, ce jeudi 25 avril 2019, à Conakry. « Les actions que nous envisageons, c’est d’abord des meetings, des sensibilisations et des marches. On vous informe ici que nous allons reprendre les marches. Parce que vous avez vu, pendant que le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATAD) a fait un arrêté pour interdire toute manifestation, tous les jours, c’est la mouvance qui fait des manifestations.

Nous considérons donc que cette interdiction est levée. Et nous aussi, nous allons nous mettre dans la rue parce que c’est un droit constitutionnel de nous exprimer, c’est un droit constitutionnel de faire savoir notre position en faisant des manifestations, en faisant des marches. Il faut que ça commence à se respecter dans ce pays », a déclaré la vice-présidente des femmes de l’UFDG.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin